Le spiritisme, un appel aux esprits ?

Encore un nouvel e-book à votre disposition dans la collection « La Ronde infernale de l’occultisme ». À télécharger ici en 3 formats, pour ordinateurs, tablettes et smartphones.

INITIATIONS « JEUNES »
Oui-ja à la maternelle
Charlie Charlie Challenge
Pour parler avec ma grand-mère
Des séances de spiritisme à la maison avec son copain
Halloween : du chrysanthème à la citrouille…

VOYAGE AU PAYS DU SPIRITISME
Allan Kardec, le fondateur
La mise en forme d’une doctrine
Une épidémie galopante au XIX° siècle
Victor Hugo, célèbre spirite
Le Brésil, un lieu de fixation géographique
Qui donc sont les esprits ?

UNE DIVINATION CENTRÉE SUR LES MORTS
La consolation d’un contact avec son enfant décédé
Charismatique chrétienne, ou spirite camouflée ?
Le père Brune : les morts nous parlent
Alain-Joseph Bellet : je communique avec les défunts
Avatars modernes du spiritisme
Toujours les capacité médiumniques occultes

CHRISTIANISME ET SPIRISTIME
Tenter d’entrer en contact avec les esprits des morts ?
Écriture automatique et locutions directes
Prier pour les défunts ?
Quelques paroles importantes de Jésus
Que dit la Bible sur la nécromancie ?
L’épisode biblique de la sorcière d’En-Dor
Que dit le catéchisme de l’Église catholique ?
Bartolo Longo, converti du spiritisme
Anne-Marie Taïgi, prophète dans la vie ordinaire
Maria Simma et les âmes du purgatoire

LA MARQUE DU MAL
Divers autres témoignages et ressources
Faire tourner les tables ?
Le piège de la mort annoncée
L’aide de la prière d’exorcisme…
L’avis d’un exorciste chevronné

ÊTRE LIBÉRÉ DE L’EMPRISE DU SPIRITISME
La démarche de libération
L’engagement dans le combat spirituel

LA Communication NonViolente ou la dictature du relativisme

Le postulat de base de la Communication NonViolente est que nos sentiments sont l’expression de nos désirs/aspirations/besoins[1]. Un besoin non satisfait engendre un sentiment[2]négatif (abattu, découragé, désolé, excédé, honteux…[3]) et, à l’inverse, quand un besoin est satisfait, la personne ressent un sentiment positif (à l’aise, aux anges, alerte, rassuré, vivant…[4]).

Pour communiquer de manière NonViolente, il faut donc

  1. Exposer une situation de manière factuelle, sans poser de jugement de valeur, sans l’interpréter.
  2. Partager ce qui est ressenti dans cette situation
  3. Exprimer le besoin satisfait ou non satisfait
  4. Formuler une demande claire, précise, réalisable dans un délai court.

Ce « concept » pose quand même quelques questions.

1. Le centre de la CNV n’est pas l’exposé le plus objectif possible de faits, ni la demande claire et précise, mais les RESSENTIS et les BESOINS.

Or ce que je ressens ne correspond pas toujours à la réalité. Certes je le ressens et personne ne peut dire le contraire, ni le reprocher, c’est ainsi, mais cela ne veut pas dire que le ressenti soit en adéquation avec les faits. Une émotion peut influencer la perception des faits et troubler notre capacité de raisonnement.

En revanche, il y a des faits objectifs, mais en CNV il ne faut ni les analyser, ni dire ce que l’on pense rationnellement. On ne peut plus porter de jugement objectif sans être taxé de « jugeant », « critique », « psychorigide », « moralisateur » … Et si je critique c’est donc que j’ai un besoin non comblé que je dois rechercher. Je dois donc m’analyser. CQFD. Tout est ramené au ressenti, et donc centré sur le petit moi… : si je ressens de la colère c’est parce que j’ai un besoin qui n’est pas comblé. Je dois alors le dire et exprimer ma demande. Or il y a parfois des faits objectivement faux, mauvais, injustes qui, pour la CNV, sont des croyances dont il faut se libérer. Donc tout se vaut, ce qui compte c’est de dialoguer pour que les besoins de chacun soient satisfaits. Le fond, c’est qu’il n’y a pas de vérité objective. Nous sommes dans le relativisme que dénonçait vigoureusement le pape Benoit XVI :

« L’on est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme, qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs».[5]

Continuer la lecture de « LA Communication NonViolente ou la dictature du relativisme »

La CNV de M. Rosenberg, un rejet de toute autorité ?

La Communication NonViolente de Marshall Rosenberg semble rejeter toute autorité…

→ Un extrait du LANGAGE « GIRAFE » de Marshall Rosenberg

http://mediationcorner.com/fr/pour-une-mediation-reussie/
Toute critique, tout jugement à l’égard d’autrui n’est que l’expression d’un besoin non satisfait.
La Communication NonViolente est fondée sur l’idée que les rapports de pouvoir entre les êtres humains n’ont aucune raison d’être.

Malheureusement, l’immense majorité des gens ont été éduqués conformément à un moule dans lequel tout était soumis à des rapports de pouvoir. Le pouvoir étant incarné par différentes autorités: parents, école, église, armée, parti politique, monde professionnel. Partout les rapports sont hiérarchisés et le fonctionnement des diverses institutions est calqué sur un schéma identique : ce que l’on fait est juste ou faux, bien ou mal, stupide ou intelligent, permis ou défendu.

Nous vivons ainsi notre vie avec des schémas plein la tête; ceux-ci font de nous des MARIONNETTESdes MORTS-VIVANTS. Incapables d’écouter nos besoins profonds et ceux des personnes que nous sommes amenés à côtoyer, nous ne pouvons que cataloguer, critiquer, juger et nous enfermer nous-mêmes dans un monde de chacals, argumente Marshall Rosenberg.
Or comment peut-on dire qu’une action est juste ou fausse ? La seule question pertinente à se poser est de savoir ce qui a motivé cette personne à choisir tel ou tel comportement dans une situation donnée.

Continuer la lecture de « La CNV de M. Rosenberg, un rejet de toute autorité ? »

La médiumnité et les médiums

La médiumité est rarement réfléchie par rapport à la foi et à la vie chrétiennes. C’est pourtant ce que je voudrais tenter ici, car de nombreux chrétiens ne détectent pas à sa juste mesure la mise en oeuvre du pouvoir occulte contenu dans la médiumnité.

Cela fait maintenant quarante ans que je reçois des personnes touchées par des impacts occultes dans leur vie familiale (au sens large), et/ou dans leur vie personnelle. Elles sont souvent en souffrance humaine et spirituelle. J’ai accumulé ainsi plusieurs milliers de contacts et d’heures d’écoute, et j’ai ainsi acquis certaines convictions que je souhaite vous partager.

Dans ce livret, je ne parle pas des pratiques particulières, mais de l’outil occulte sous-jacent à ces pratiques, et du danger qu’il représente, en particulier dans le courant du nouvel-âge en pleine expansion.

Je vous propose de commencer d’abord par écouter l’expérience des médiums eux-mêmes. J’en ai choisi quelques-uns parmi d’autres … des personnes présentes dans les médias, et dont on peut même suivre l’évolution sur plusieurs années. C’est important de savoir ce qu’ils disent et écrivent, qui recoupe totalement les confidences reçues. C’est un bon point de départ pour réfléchir.

Puis je voudrais parler des personnes qui ressentent une médiumnité présente dans leur vie personnelle, ainsi que de celles qui utilisent activement la médiumnité. Ce parcours qui va de la médiumnité passive ou dormante, à la médiumnité active. Sans éluder la question de l’hypersensibilité.

Nous pourrons mieux comprendre alors comment la médiumnité est un pouvoir occulte de porosité, de mainmise sur le psychisme des autres, dont les conséquences sont d’une extrême gravité. Le médium est un « hacker » de l’esprit, mais derrière, ce sont les ténèbres qui opèrent

Les personnes médiums sont en captivité; elles sont esclaves de leur pouvoir, prisonnières de leur don occulte. Les esprits mauvais les sollicitent à tout moment pour faire d’elles une courroie de transmission de leurs annonces tragiques et sinistres. Ce faisant, elles engendrent des liens occultes, des portes ouvertes chez les autres.

Tout au long de ce livret, des témoignages 🎧  illustreront les propos tenus.

À celles qui souhaitent sortir de cette captivité, puisse ce livret ouvrir un chemin de libération.

Car « rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37).

VOUS POUVEZ TÉLÉCHARGER L’E-BOOK « MÉDIUMITÉ » en 3 formats, pdf, e-pub et mobi, sur cette page du site occultisme danger.free.fr

Table des matières

LES MÉDIUMS PARLENT DE LEUR DON
Patricia Darré, médium spirite
Geneviève Delpech, le don d’ailleurs
Stéphane Allix, le test
Alain-Joseph Bellet
Lilou à l’écoute

LA MÉDIUMNITÉ DORMANTE
Pourquoi donc suis-je un peu médium ?
L’hypersensibilité naturelle
L’hypersensibilité médiumnique
Des êtres très spéciaux
L’électrosensibilité

LA MÉDIUMNITÉ ACTIVE
Les personnes nées comme ça…
Les personnes utilisant la médiumnité
Porosité transpersonnelle, viol psychique
La gravité de l’utilisation de la médiumnité
Témoignage : consultations maternelles dévastatrices

LA CAPTIVITÉ DANS LA MÉDIUMNITÉ
« C’est moi qui lui ai donné… »
L’indice des flashes de voyance
Visions imposées, informations non recherchées
C’est toujours tragique et sinistre

LA LIBÉRATION DE LA MÉDIUMNITÉ
Le cheminement de libération
L’engagement dans le combat spirituel
Témoignage : une médiumnité indésirée

La divination et les voyants

Qui n’a pas été tenté une fois ou l’autre de se faire prédire l’avenir ? Peut-être même de se servir d’un pendule… ?

Il faut regarder de plus près ces pratiques, en essayant de nous poser des questions… Une réflexion est incontournable ! Elle sera exigeante, et fera la part belle aux témoignages.

Si peu que nous soyons dans un état de vulnérabilité, nous avons besoin de donner sens à certains événements qui nous déstabilisent et nous laissent dans un état difficile. Nous cherchons de l’aide, quitte à rentrer dans des démarches crédules et superstitieuses. Nous prêtons l’oreille à des personnes qui « voient » et qui « savent »… 

Des charlatans ?  Des manipulateurs ? Des personnes possédant des pouvoirs occultes ? Sans doute un peu tout cela à la fois… Et précisément, c’est là qu’il nous faut du discernement : éviter de tout balayer d’un revers de main en posant l’étiquette de charlatanisme; mais éviter aussi de tout diaboliser en affirmant avec aplomb que tout est occulte… 

Ce livret nous oblige donc à marcher sur un chemin de crête. Parmi toutes les « mancies », quatre pratiques serviront de support à notre réflexion : 

  • l’astrologie et la numérologie
  • la voyance et la cartomancie, 
  • les lignes de la main (chiromancie),
  • le pendule et la radiesthésie. 

Tout cela pose évidemment la question de savoir si l’avenir est écrit quelque part, et s’il est ainsi à disposition de personnes qui pourraient en percer le « mystère » par des dons spéciaux…

Et nous ne pourrons pas éviter de nous poser la question : y a-t-il quelque chose d’écrit dans la Bible à ce sujet ? L’Église a-t-elle aussi une parole sur le phénomène de divination ?

VOUS POUVEZ TÉLÉCHARGER L’E-BOOK « DIVINATION » en trois formats, pdf, e-pub et mobi, sur cette page du site occultisme danger.free.fr

Table des matières

Nous prêtons l’oreille à des personnes qui « voient » et qui « savent »…

LA RECHERCHE DE DIVINATION
J’aimerais bien savoir
Un Français sur trois…
Critique d’une posture très courante

VOULOIR FORCER L’AVENIR
Mon avenir est-il écrit quelque part ?
Comment reconnaître un vrai médium ?
Les capacités médiumniques

ASTROLOGIE – NUMÉROLOGIE
Une météorologie de la destinée
Vous portez votre signe zodiacal ?
Une astrologie humaniste ?
Une ressource « nouvel âge »
La numérologie humaniste ?
Horoscopes, addiction
Astrologie et foi chrétienne

VOYANCE – CARTOMANCIE
J’ai consulté des voyants par peur
Michel Berette : j’étais voyant… maintenant je vois
Il a ouvert un cabinet de voyance
Une voyante par téléphone raconte
D’autres témoignages sur la voyance

LIGNES DE LA MAIN (CHIROMANCIE)
Le guide me lit les lignes de la main
Prisonnière d’une fausse prédiction
Quelle attitude par rapport à la prédiction ?

PENDULE – RADIESTHÉSIE
Un jour, je vois une radiesthésiste en exercice
Tout est dit
La radiesthésie, le pendule…
D’autres témoignages sur le pendule

REFUSER LA DIVINATION
C’est une démarche superstitieuse
C’est un péché contre la foi
Regardons Jésus

CONTRE L’ESBROUFE, LA RÉFLEXION

Le père Manjackal

Le service diocésain de la Pastorale Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires du diocèse de Dijon publie un numéro spécial sur le P. Manjackal.

Il doit prêcher une retraite dans le diocèse d’Albi en novembre 2018 où sont inscrites 1000 personnes.

Au moment même où l’Eglise catholique est interpellée à propos de son cléricalisme, une sacralisation particulière retient notre attention et notre vigilance, à savoir cet engouement de foules souffrantes pour ceux dont elles attendent guérison et délivrance.

Lisez ce numéro et faites-le circuler. Cela fait tant d’années que des responsables de groupes et prière, ou des prêtres délégués diocésains au Renouveau, soulignent les incongruités de ce personnage, que les évêques ont molesté avec molesse… j’allais dire : comme d’habitude.

Télécharger le numéro 37 de Gamaliel21

Une « pastorale de Medjugorje » ? Observations critiques de M. Hauke

L’hebdomadaire catholique allemand Die Tagespost a publié un entretien de Regina Eining avec le théologien Manfred Hauke. Le professeur Hauke, président de la Deutsche Arbeitsgemeinchaft für Mariologie (Société Allemande d’Études Mariales), reprend efficacement le status questionis de l’histoire des apparitions de Medjugorje. Il défend, en opposition avec l’orientation donnée récemment par la procédure du Vatican, que les réponses pastorales seront données en temps prévu, une fois que la question de l’authenticité du phénomène sera éclaircie. Traduction.

***

Professeur Hauke, l’évêque Hoser, le Nouveau Visiteur Apostolique a dit récemment que les pèlerinages à la localité de Medjugorje de Bosnie-Herzégovine sont conformes aux directives du Concile Vatican II. Que ce qu’on déduit de cette affirmation ? Comment devrait-on encadrer l’évènement ?

Le 22 juillet, pendant la première homélie comme Visiteur Apostolique, Monseigneur Hoser a affirmé que la vénération à Marie qui se pratique dans la Paroisse, mettrait le Christ au centre, donc l’enseignement correspondait au Concile Vatican II. Cependant, ce n’est pas du ressort de l’envoyé Papal s’exprimer sur l’authenticité des soit-disant, apparitions Mariales.

Lors de l’entretien accordé le 18 août 2018, lui-même avait affirmé que, puisque ce n’était de sa compétence, il n’allait pas s’occuper du contenu des « apparitions ».

Cette séparation entre la vérité et l’attention des âmes, n’est pas satisfaisante : on doit soulever d’abord la question sur l’authenticité et c’est seulement à ce moment-là que la réponse pastorale peut être donnée (y compris l’attention due aux personnes qui visitent Medjugorje).

Pourquoi doit-on soulever d’abord la question à propos de l’authenticité ?

D’après le Concile, les formes de vénération mariale qui doivent être privilégiées sont celles « recommandées par le Magistère de l’Église » (Lumen Gentium, 67). Sans aucun doute, on ne peut être d’accord avec ce paramètre de célébrer, à nouveau, le 5 août prochain, un Festival de la Jeunesse, fondé sur le message que la Mère de Dieu aurait célébré le 5 août 1984 son 2000è anniversaire (si elle était née en l’an 16 av. JC, cela signifierait donc qu’en l’année historique de la naissance de Jésus, c’est-à-dire en 7 av. JC, elle aurait eu neuf ans !). Ce message absurde a été diffusé par le P. Tomislav Vlasic, O.F.M, réduit à l’état laïc en 2009, qui, entre autres, a été accusé par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi d’un douteux mysticisme et d’activités contre le sixième commandement. Que la propre Mère de Dieu, puisse de cette manière suggérer qu’on change la date de la fête liturgique de sa naissance (8 septembre) et en conséquence, qu’on déplace la fête liturgique de l’Immaculée Conception (8 décembre), c’est ridicule.

D’autre part, le Concile Vatican II met clairement l’accent sur la responsabilité de l’Évêque dans son propre Diocèse et sur l’obéissance à son égard de la part de ses fidèles (Lumen Gentium, ch III). L’Ordinaire (l’Évêque) de ce lieu dénonce la mise en place du siège de communautés religieuses à Medjugorje sans autorisation formelle.

Des hommes et des femmes affluent à Medjugorje depuis plus de trente ans. Le leitmotiv des fidèles est la recherche du Christ, affirme Monseigneur Hoser. Est-ce une manière de contourner la question sur l’authenticité des apparitions ? Qui aurait besoin de la publication des résultats des recherches de la Commission si l’Église autorise officiellement l’organisation des pèlerinages ?

La manière actuelle d’aborder le problème devrait être transformée de fond en comble. Tout d’abord, Le Saint-Siège, devrait publier un communiqué sur la base de faits historiques et de clarifications théologiques; il devrait s’exprimer sur le phénomène de soi-disant apparitions; pour cela, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi doit être compétente. C’est seulement plus tard que les questions pastorales devraient être réglées, après la révélation des faits et des scandales sous-jacents au phénomène ; alors ils pourraient alors se résoudre plus facilement.

D’après la volonté du Pape, le Visiteur, garant des âmes des fidèles, doit garantir la stabilité et l’orientation des pèlerins. Pourquoi ce besoin se fait-il jour, étant donné, que la pratique religieuse de la prière et l’administration des sacrements est substantiellement plus intense que dans les autres paroisses ?

Peut-être le besoin d’une orientation fait-elle référence au problème évoqué en août 2017 par Monseigneur Hoser, à propos de cinq paroisses franciscaines en Bosnie. La désobéissance des franciscains à l’Évêque en réalité fait appel à « la Vierge » qui, d’après les déclarations des témoins, s’est opposée, à plusieurs reprises, au transfert de deux aumôniers franciscains, et, à ce propos, a critiqué l’Évêque.

L’Évêque de Mostar-Duvno, Ratko Peric considère que les apparitions manquent complètement de crédibilité, y compris celles de juin 1981, qui ont été jugées positivement par une Commission du Vatican en 2015. Comment analysez-vous cette qualification ? Pourquoi débat-on, et qu’y a-t-il contre l’Évêque Mostar ?

L’Évêque Peric, connaît depuis le début, les événements liés aux « apparitions » dans tous ses détails ; bien sûr, ils ne sont pas connus de grand public. Des informations de presse pas démenties par le Vatican ont affirmé que la Commission Ruini avait jugé authentiques les premières sept apparitions des premiers dix jours. Après cela, l’Evêque a publié des résultats de ses propres recherches (2017). Le résultat correspond aux recherches approfondies réalisées par plusieurs études scientifiques sur les conversations qui ont eu lieu et enregistrées sur une bande magnétique par les franciscains du 27 au 30 juin 1981. Il est évident que la Commission Ruini n’a pas étudié ces conversations, qui à l’époque étaient traduites uniquement en anglais et en français. Tout d’abord, la sélection des premières « sept apparitions » des « premiers dix jours », évoquée par un commissaire, contredit les faits historiques. D’après la narration des faits, pendant les premiers dix jours, il y a eu 17 ou 18 apparitions accompagnées de circonstances extrêmement étranges.

L’oubli de ces faits pour favoriser l’industrie du pèlerinage n’est pas moins grave que le silence qui cache le scandale immoral lié aux « apparitions ».

Ces faits scandaleux sont semblables, de tout point de vue, aux abus qui ont eu lieu au Chili : là-bas, le Saint-Siège est intervenu, uniquement quand la vérité ne pouvait plus être dissimulée, au moment ou la presse laïque a montré de l’intérêt au niveau mondial.

Pour éviter qu’il arrive quelque chose de semblable dans le cas de Medjugorje, il faut avoir le courage de rendre public de nombreux faits incommodants pour l’Église.

Les apparitions de juin de 1981 ont-elles été formellement reconnues avec le rapport de la Commission déjà citée ?

La Commission Ruini a présenté son rapport suite à la demande de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi compétente dans ce cas. Selon l’entretien du Pape du 13 mai 2017, la Congrégation a sollicité par la suite autres expertises et ne partage pas l’opinion de la Commission. Comme c’est de notoriété publique, le Pape François lui-même, au retour de Fatima, a donné son opinion personnelle très négative concernant les « apparitions mariales » de Medjugorje, bien qu’en même temps, il ait écarté le dossier de la Congrégation de la Foi.

Il semblerait qu’on a choisi une solution « pastorale » remplie de profondes contradictions, au détriment de la recherche de la vérité. Ce procédé nuit extrêmement à la crédibilité de l’Église et des apparitions de Marie indubitablement authentiques (Guadalupe, Lourdes, Fatima…).

Original allemand : https://www.die-tagespost.de/kirche-aktuell/online/Hauke-kritisiert-Vatikan-fuer-Umgang-mit-Erscheinungen-in-Medjugorje;art4691,190873

***

Voici des traductions en d’autres langues :

INTERVIEW I

-, Interview mit Regina Einig: „Mut zur Aufdeckung“: Die Tagespost, 2. August 2018, S. 9 (https://www.die-tagespost.de/kirche-aktuell/Mut-zur-Aufdeckung;art312,190845)

(vgl. auch: [Redaktion], „Hauke kritisiert Vatikan für Umgang mit Erscheinungen in Medjugorje“: Die Tagespost, online-Ausgabe, 3. August 2018 (https://www.die-tagespost.de/kirche-aktuell/online/Hauke-kritisiert-Vatikan-fuer-Umgang-mit-Erscheinungen-in-Medjugorje;art4691,190873)

-, traduzione italiana dell’intervista: “Una pastorale di Medjugorje? Osservazioni critiche di Manfred Hauke”, Blog “Vigiliae Alexandrinae”, 5 agosto 2018, in

https://vigiliaealexandrinae.blogspot.com/2018/08/una-pastorale-di-medjugorje.html?spref=fb

-, traduzione croata: “Hrabost u otkrivanju istine – intervju s teologom Manfredom Haukeom o Medugorju”: Vjera i djela. Portal katolickih teologa (8.8.2018), in https://www.vjeraidjela.com/hrabrost-u-otkrivanju-istine-intervju-s-teologom-manfredom-haukeom-o-medugorju/

-, English translation: “The Courage to Reveal”: Blog Catholic light, 9 August 2018, in http://catholiclight.stblogs.org/index.php/2018/08/the-courage-to-reveal/

-, Traducción espagnol: “ ¿Una pastoral de Medjugorje? Observaciones críticas de Manfred Hauke”, Corrispondenza romana, 3 settembre 2018, in

https://adelantelafe.com/una-pastoral-de-medjugorje-observaciones-criticas-de-manfred-hauke/

 

 

INTERVIEW II

-,Interview mit Eva Doppelbauer: „Ist das Medjugorje-Phänomen echt? Exklusiv-Interview mit Prof. Dr. Manfred Hauke”, in Gloria TV, 27. August 2018, in

https://gloria.tv/article/Nrhajf2qbFiu1aMNSUVzWeA1V

-, traduzione italiana dell’intervista, a cura di Marco Corvaglia: “Il fenomeno di Medjugorje è autentico? Intervista esclusiva al Prof. Manfred Hauke”, Blog “Vigiliae Alexandrinae”, 31 agosto 2018, in

http://vigiliaealexandrinae.blogspot.com/2018/08/il-fenomeno-di-medjugorje-e-autentico.html, verlinkt von Gloria TV, 31.August 2018,

https://gloria.tv/link/gS6tUHycvxsj3P2mA8ZW6EyZc/replies,

-, English translation, by Richard Chonak: “Is the Medjugorje phenomenon authentic? Exclusive interview with Prof. Manfred Hauke”, August 31, 2018, & introduction “Medjugorje: focus on the first ten days”, in

http://catholiclight.stblogs.org/index.php/2018/08/medjugorje-first-ten-days/,

also Blog “Catholicism Pure & Simple”, August 31, 2018, under the title “Medjugorje: 30 years of Visions or Religious fraud?”, in

https://catholicismpure.wordpress.com/2018/08/31/medjugorje-30-years-of-visions-or-religious-fraud/,

(traductions en espagnol, polonais et croate en préparation)

Le Nouvel Age à l’oeuvre dans l’Église

Pour nombre de catholiques, le Nouvel Âge est une nébuleuse sans lien avec leur univers religieux. Pourtant, le travail documenté de soeur Marie- Ancilla nous conduit à découvrir comment ce puissant courant spirituel est en réalité bien enraciné dans l’Église.

Cette étude sans compromis, appuyée sur les textes du Magistère et sur les Pères de l’Église, met au jour, au fil des pages, la dérive doctrinale qui mine l’Église.

Soeur Marie-Ancilla est moniale dominicaine à Lourdes. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment sur les Pères de l’Église et la spiritualité. Depuis une quinzaine d’années, elle s’intéresse aux nouveaux courants spirituels apparus dans l’Église. Elle a notamment publié Foi et guérison, aux Éditions La Thune, en 2008.

Voir le site des éditions l’Harmattan

Empathie : le danger des mystifications

Empathie : le danger des mystifications. Un article de Serge Tisseron, psychiatre, docteur en psychologie et psychanalyste, chercheur associé habilité à diriger des recherches (HDR) au Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société à l’université Paris VII Denis Diderot.

Plan : les trois étapes de l’empathie — Les menaces sur l’empathie — Le pouvoir ambigu des TIC — Apprendre l’empathie.

 

L’empathie semble bien placée pour devenir le dernier concept à la mode. Mais pourquoi tant d’engouements ? Parce que nous avons tous envie d’y croire ! Et pour rendre l’empathie encore plus désirable, certains auteurs, comme Jeremy Rifkin, n’hésitent pas à la caricaturer et à la présenter comme une formidable force altruiste. Pourtant, les diverses recherches menées actuellement en neuro physiologie sont formelles : si l’empathie est bien la capacité de percevoir les états mentaux de l’autre, elle n’est pas la tendance à s’en préoccuper. Telle est la première mystification qu’entretient l’ouvrage de Jeremy Rifkin. La seconde est de nous faire croire que les technologies numériques augmenteraient les capacités empathiques de l’humanité. Pour comprendre ces deux mystifications, commençons par définir l’empathie.

1. Les trois étages de l’empathie (figure 1)

Tout d’abord, l’empathie n’est ni la sympathie, ni la compassion ni l’identification. Dans la sympathie, on partage en effet non seulement les mêmes émotions, mais aussi les valeurs, les objectifs et les idéaux de l’autre. C’est ce que signifie le mot « sympathisant ». La compassion, elle, met l’accent sur la souffrance. Elle est inséparable de l’idée d’une victime et du fait de prendre sa défense contre une force hostile, voire une agression humaine. Son principal danger est qu’elle fait peu de place à la réciprocité, et s’accompagne même parfois d’un sentiment de supériorité. Enfin, l’identification n’est que le premier degré de l’empathie, qui en comporte trois.

L’empathie peut en effet être représentée sous la forme d’une pyramide constituée de trois étages superposés, correspondant à des relations de plus en plus riches, partagées avec un nombre de plus en plus réduit de gens (Tisseron S., 2010).

Le premier de ces étages est l’empathie directe (ou unilatérale). Elle correspond à ce qu’on appelle plus couramment identification. On pourrait aussi l’appeler « identifiction », dans la mesure où personne ne peut vraiment se mettre à la place d’autrui. On peut donc la définir plutôt comme la capacité de changer de point de vue sans s’y perdre. Ses bases sont neurophysiologiques et elle est toujours assurée, sauf difficultés liées à l’existence de troubles envahissants du développement (autisme). Elle a deux composantes car elle consiste à la fois à comprendre le point de vue de l’autre (c’est l’empathie cognitive) et ce qu’il ressent (c’est l’empathie émotionnelle). L’empathie apparaît chez le bébé dès la deuxième année, aussitôt qu’il est capable de faire la distinction entre l’autre et lui. Certains auteurs placent cette distinction vers le premier mois (Stern D., 1989). Les animaux aussi en sont capables (De Waal F.), mais l’être humain se caractérise par une exceptionnelle capacité de faire servir ses capacités d’empathie à ses intérêts personnels. La compréhension émotionnelle et cognitive qu’il a de l’autre est alors utilisée pour le manipuler, voire l’éliminer.

Continuer la lecture de « Empathie : le danger des mystifications »

Happycratie, dénonciation de l’injonction au bonheur

Sur le site Figaro Madame

Interview.- Dans leur essai intitulé Happycratie. Comment l’industrie du bonheura pris le contrôle de nos vies, Eva Illouz et Edgar Cabanas dénoncent l’injonction à être heureux quelles que soient les circonstances. Ainsi que sa récupération par les «marchands de bonheur».

Faut-il boycotter le bonheur une bonne fois pour toutes ? Oui, répondent les auteurs de Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies(1). Dans cet essai critique, la sociologue Eva Illouz et le docteur en psychologie Edgar Cabanas explorent les coulisses de la psychologie positiveet la tyrannie du bonheur que celle-ci nous infligerait. Vendue par des coachs, des livres de développement personnel, des applications de téléphone ou des thérapies, la quête perpétuelle du bonheur ferait surtout celui d’une industrie et d’une vision individualiste de la société. Rencontre avec Edgar Cabanas, coauteur du livre choc de la rentrée.

Lefigaro.fr/madame.-Dans votre livre, vous donnez naissance à un nouveau terme, l’«happycratie». De quoi s’agit-il exactement ?
Edgar Cabanas.-L’happycratie désigne l’injonction sociale et morale de rechercher à tout prix le bonheur personnel et la réalisation de soi dans toutes les sphères de notre vie, et ce par la consommation de «marchandises psychologiques» (des livres, thérapies, applis, coaching, etc., NDLR). Cette injonction permet d’exercer une nouvelle forme de pouvoir dans les entreprises et même dans l’armée. Elle se traduit, dans nos sociétés, par l’apparition de nouvelles stratégies d’influence, par des décisions politiques, et même une nouvelle forme de citoyenneté avec l’apparition de « psytoyens », pour qui la recherche du bonheur est une seconde nature, des obsessions individuelles et la mise en place d’une hiérarchie émotionnelle où les émotions négatives n’ont plus de place. Au travail, ce sont des techniques de management valorisant les employés les plus heureux.

À quoi ressemble le bonheur vendu par ceux que vous appelez «les apôtres de la psychologie positive» ?
Ce bonheur est seulement psychologique : il s’agit de nouvelles façons de s’organiser et d’organiser sa pensée pour apprécier les petites choses de la vie et transformer la pression et les événements négatifs en des opportunités.

Suite de l’interview ici

Un bon exemple de ce conditionnement, ce congrès à Montpellier :

https://www.festival-ecole-de-la-vie.fr/

un beau syncrétisme où le pr Joyeux côtoie le chaman Arnaud Riou…, des mères de famille qui militent pour une école alternative (Laure Reynaud) , la psychologie positive, la CNV, le crudivorisme (Thierry Casasnovas)… La vidéo sur le site commence par quelques mots de Thomas d’Assembourg chantre de la CNV…