Occultisme et contrôle mental dans l’Industrie du divertissement

L’industrie du divertissement semble être particulièrement touchée par l’occultisme et le contrôle mental, cela est sans doute dû au fait que de toutes les industries, c’est celle-ci qui s’expose publiquement le plus ; donc fatalement des failles apparaissent sous les projecteurs et laissent parfois entrevoir les symptômes des traumatismes et des programmations. […]

Cette industrie du divertissement joue un rôle essentiel dans le contrôle mental des masses, il faut donc qu’elle soit elle-même parfaitement contrôlée et connectée au monde des esprits pour canaliser et diffuser la ‘‘lumière luciférienne’’ ici-bas. Les artistes destinés à la gloire mondiale doivent donc être de parfaits médiums et de parfaites marionnettes servant à infuser cette ‘‘lumière’’ dans la masse. La programmation mentale basée sur les traumatismes est l’outil idéal pour cela.

Nous sommes toutes et tous victimes de contrôle mental à différents degrés mais les célébrités du show-business sont sûrement celles qui le sont le plus. Leur opulence et leurs comportements dégénérés sont mis en avant dans les médias afin que nous envions leur mode de vie et consommions leurs productions, ne sachant pas que pour obtenir une telle situation, ils sont sous le joug d’une servitude physique, psychique et spirituelle absolue. Les traumatismes qu’ils endurent s’expriment souvent à travers leur art mondialement diffusé, ainsi tout le monde peut-être indirectement traumatisé… et ils appellent cela du divertissement…

 

Où l’on retrouve IVI dans les réseaux Rabhi…

Nadine Schuster est adepte de la première heure d’IVI (Invitation à la vie Intense) : selon son éditeur, « elle présente le principe de médecine quantique, les études et cas scientifiques appuyant la véracité d’une telle thérapie, et illustre son application à des pathologies comme le sida, le cancer, la sclérose en plaques… »

Elle considère ainsi que « les maladies auto-immunes sont en fait des processus d’autodestruction liés au manque d’amour, ou bien pire encore, pour d’autres maladies plus graves, à l’état d’esprit de l’homme en général par rapport à la Terre ». Non-contente de n’apporter aucun traitement efficace aux malades, de leur faire payer des consultations inutiles, il faut encore que Nadine Schuster les culpabilise et blâme leur entourage.

Malgré ses prières « miraculeuses », IVI  (Invitation à la Vie Intense) a sa face obscure.
Le mouvement IVI a été répertorié comme secte dans le rapport parlementaire sur les sectes de 1995. Dépositaire d’une mission divine pour ses admirateurs, dangereuse manipulatrice pour ses détracteurs, sa fondatrice, Yvonne Trubert, dispensait depuis dix-huit ans un enseignement religieux, qui était en fait un curieux amalgame de théories « empruntées » au christianisme, à l’hindouisme, à l’ésotérisme ou à la bioénergie.

IVI : l’analyse du P. Trouslard

Cette photographie d’I.V.I. donnée dans l’article de l’ADFI, son objectif religieux, humanitaire et social, médical, apparaissent tout à son honneur. Toutefois de nombreux chrétiens ou catholiques, et même des non croyants nous ont interrogé pour savoir si la doctrine religieuse enseignée à I.V.I. était compatible avec la foi chrétienne. Des théologiens se sont livrés à une étude sérieuse des documents de ce groupe, à une véritable radiographie : hélas, leur diagnostic est fort sévère. Ils ont relevé de graves déviations de la foi dans ce mouvement. En effet pour séduisante qu’elle soit, la doctrine d’I.V.I. est une véritable gnose, en opposition radicale avec la foi chrétienne. Syncrétisme, confusionnisme, ésotérisme caractérisent cet enseignement religieux, qui est un curieux amalgame de théories empruntées au christianisme, à l’hindouisme, à la bioénergie.

Voici quelques-unes de ces principales déviations :

Le mystère de Dieu: Le Dieu présenté à I.V.I. a une dimension cosmique, vaguement panthéiste, tout-à-fait éloignée de la Tradition chrétienne : « L’énergie est partout… elle nous fait vivre. On peut l’appeler subconscient, esprit, Dieu, âme, lumière, amour. Tous ces mots veulent dire la même chose ». 

Le mystère de la Trinité est assimilé aux triades des anciennes civilisations composées du père, du fils et de la mère, et le Christ a laissé planer un grand silence sur ce mystère…

L’Écriture Sainte: les textes de l’Écriture Sainte sont abondamment cités mais en les déformant, en les manipulant de façon malhonnête pour appuyer les thèses d’I.V.I.

La Réincarnation est l’un des dogmes principaux. Les membres d’I.V.I., qui seront 5 000, sont la Réincarnation des 5 000 hommes qui suivaient le Christ à la multiplication des pains. 12 responsables d’I.V.I. sont la Réincarnation des 12 apôtres qui n’avaient pas parfaitement accompli la mission que le Christ leur avait confiée. Yvonne TRUBERT n’est-elle pas la Réincarnation du Christ ? Elle est considérée et vénérée comme telle.

Les Religions sont vivement critiquées, car depuis des siècles (depuis le Concile de Nicée) elles détruisent l’humanité. Y. TRUBERT s’en prend volontiers à l’Église Catholique, ne ménageant pas ses flèches contre les évêques et les prêtres. Par contre elle affiche une grande admiration pour le Pape qui a compris la Mission d’Yvonne : « instaurer la religion nouvelle, unique et universelle ».

La Prière occupe une grande place à I.V.I., mais sans référence à l’Écriture ni à l’Eucharistie. Elle est surtout « une vibration cosmique » ; « une concentration d’énergie »,envisagée sous sa valeur thérapeutique, personnelle, cosmique ou sociale. I.V.I. apprend à prier (« Savoir prier », brochure éditée par I.V.I.) mais la prière semble être confondue avec une technique ou une méthode de prière et en être le résultat.

Les Sacrements n’ont aucune place dans l’enseignement de Mme TRUBERT, parfois même ils sont ouvertement critiqués comme le sacrement de Réconciliation ou niés tout simplement : « Le Christ n’a jamais fait de sacrements ».Et pourtant, lorsque le Mouvement se déplace en pèlerinage et visite un sanctuaire où est célébrée la Messe, que l’on soit musulman, protestant, juif ou athée, on communie derrière Yvonne.

Par contre, Y. TRUBERT reproduit les symboles des sacrements : elle baptise dans le Jourdain, célèbre le symbole de la Cène. À Cros, au cours du séminaire initiatique, les adeptes sont « purifiés » et reçoivent le Saint·Esprit qui les envoie en mission guérir toute maladie et chasser les démons (« Harmonisations »).

Les Exorcismes: les démons sont partout et en tous, de grands troubles sont annoncés par Yvonne TRUBERT selon sa vision apocalyptique et satanique du monde. Mais les membres d’I.V.I. ont reçu le pouvoir de chasser les démons. Ils exorcisent tout et partout : les personnes, les choses, les lieux, et s’exorcisent mutuellement. La pratique des exorcismes fait partie intégrante de la mission I.V.I.

On comprend, dès lors, que des évêques catholiques, orthodoxes, ou des pasteurs aient cru bon de mettre en garde les chrétiens, mais aussi les personnes qui cherchent la vérité, contre les thèses réductrices et destructrices de la foi enseignées par I.V.I.

 

Pour mieux connaître le P. Jacques Trouslard, on peut lire une interview sur le site L’envers du Décor

IVI. Invitation à la vie intense

On a beaucoup parlé de la secte IVI dans les années 80-90. On peut considérer la fondatrice comme « précurseure » de certains mélanges énergétiques et religieux du nouvel âge. J’ai rencontré en ce mois de juillet 2018 une personne âgée qui l’avait fréquentée et la tenait en haute estime. Manifestement, elle avait été formatée. Elle en gardait encore les traces dans sa pensée, ses croyances, et le décor de son logement… C’est pourquoi je reproduis ici un texte de la revue Bulles (ADFI) n° 30 (1991), assez synthétique pour donner une vision d’ensemble. Ce texte se trouve par ailleurs sur le site prevensectes.com.

Historique

Yvonne Trubert, fondatrice de l’association  » Invitation à la Vie «  (IVI), est née le 23 octobre 1932 à Laurenan, près de Merdrignac (22300), dans les Côtes d’Armor.

De sa terre natale où fleurissent les guérisseurs, elle dit avoir hérité d’un don de guérison. Après avoir fréquenté, à Paris, des guérisseurs, des magnétiseurs et vraisemblablement un milieu ésotérique, elle soigne ou  » guérit «  une foule impressionnante de malades physiques ou psychiques, à son domicile.

Dans les années 1980, Yvonne Trubert prodigue ses soins à des familles catholiques et bourgeoises qui sont émerveillées de  » sa foi «  et de son  » pouvoir surnaturel «  car c’est par la prière uniquement qu’Yvonne Trubert affirme guérir toutes les maladies. Des groupes de prières s’organisent, se structurent et le 16 mars 1983 est fondée une association légale (1901) déclarée sous le nom d’ » Invitation à la Vie «  et plus couramment  » IVI « .


Doctrine

Le groupe IVI est articulé autour de trois axes majeurs : un axe religieux (prier), un axe humanitaire et social (aimer), et un axe médical (guérir).

Dépositaire d’une mission divine,  » c’est une ouvre divine et nul ne m’empêchera de l’accomplir «  (séminaire de Cros, juin 1984), Y. Trubert dispense un enseignement religieux, qui en fait est constitué par un curieux amalgame de théories empruntées au christianisme, à l’hindouisme, à l’ésotérisme et à la bioénergie. Le Dieu des Chrétiens est confondu avec l’énergie cosmique, de même que la Trinité est assimilée aux Triades égyptiennes. La réincarnation est l’un des dogmes principaux : en 1984, Yvonne Trubert avait annoncé à ses adeptes qu’ils seraient 5.000 puisqu’ils étaient la réincarnation des 5.000 qui avaient suivi le Christ. Mieux, les douze principaux responsables d’IVI sont la réincarnation des douze apôtres. Quant à Yvonne Trubert, elle est considérée comme la réincarnation soit de la Vierge, soit du Christ ou du Paraclet. Parmi les nombreux charismes reçus par Yvonne et transmis par elle à ses disciples, se trouve le don de  » chasser les démons «  qui infestent la planète, et le don de la prière : une vibration cosmique, par laquelle on guérit toutes les maladies. Cet enseignement qui s’appuie sur des textes de la Bible habilement manipulés, tronqués, attire beaucoup de catholiques, d’autant plus qu’ils sont invités à participer à de nombreux pèlerinages dans des sanctuaires catholiques.

Quant à l’enseignement médical, il procède du même syncrétisme ou confusionnisme. Y sont mélangées les théories de la médecine chinoise ou hindoue, les thérapies des médecines douces ou parallèles avec les exorcismes et les guérisons miraculeuses. L’enseignement médical, consigné dans le livre  » Homme nouveau – Nouvelle médecine «  est simple et radical :  » Il n’y a pas de maladies inguérissables « . Non seulement le zona, les brûlures, l’asthme, l’eczéma  » sont simples à guérir « , mais les maladies organiques les plus graves comme le sida ou les cancers sont entièrement guérissables. Inutile de recourir à la médecine traditionnelle. La méthode des harmonisations mise au point par IVI est infaillible :  » On arrive totalement à irriguer et à détruire la maladie, le processus de la maladie. Les métastases s’envoleront sous vos doigts. Vous pensez bien qu’une chimiothérapie ne remettra pas d’ordre, au contraire, les rayons X pas davantage. Les cellules renaîtront si vous vous travaillez (= harmonisez), il suffit de prier et le miracle se fait. Où la médecine dit  » inguérissable « , ne le jamais pour dit, il n’y a pas de maladies inguérissables « .

Cet enseignement religioso-médical met à la disposition des membres d’IVI trois clés :

  • la prière, la première clé  » qui permet de communiquer avec le Créateur  » ;
  • l’harmonisation, la deuxième clé  » qui redonne à notre corps, à ce temple vivant, l’harmonie dont il a besoin pour effectuer l’ouvre que Dieu lui demande de réaliser sur cette terre  » ;
  • les vibrations, la troisième et nouvelle clé, offerte à l’homme par IVI  » pour relier la terre matière du monde de l’invisible. Les vibrations, qui doivent s’effectuer à plusieurs, sont des secousses cosmiques qui permettent d’échapper aux lois fondamentales terrestres, à tout notre environnement et qui nous entraînent dans des mondes que nous ne connaissons pas encore, projetant notre corps dans le monde de l’invisible . La vibration commence par la prière. En vibrant, nous harmonisons «  (Yvonne Trubert, Le Livre d’IVI n° 69, p 4/6).

Organisation

Structure du mouvement

Le mouvement est constitué :

  • du groupe de base auquel appartient chaque membre d’IVI qui se réunit chaque semaine pour une soirée de prière ;
  • de la maison qui se compose de douze groupes, dont quatre en formation, quatre en maturation, quatre de province ;
  • de la triade qui regroupe trois ou quatre  » groupes de base «  ayant achevé leur initiation.

L’initiation s’effectue sur une période de dix huit mois, en deux cycles :

  • un cycle de formation de neuf mois, comprenant la participation obligatoire à un  » séminaire initiatique « , à Cros, dans le Gard ;
  • un cycle de maturation, de neuf mois également.

Initiation et maturation sont assurées très sérieusement par des responsables de base, des animateurs, des coordinateurs itinérants, des chefs de maison

Les missions

On appelle ainsi la structure qui a pour  » mission de réfléchir aux sept raisons d’être d’IVI et à son évolution « . Ces  » missions  » sont donc au nombre de sept : missions  » ouvrir « ,  » écouter « ,  » enseigner « ,  » harmoniser « ,  » écrire « ,  » relier « ,  » découvrir « , elles sont les  » clés de voûte «  du mouvement et ont à leur tête  » les responsables de mission « .

Les maisons

Les maisons ont été créées pour répondre aux besoins culturels, médicaux des membres d’IVI :

  • la maison des Arts regroupe les artistes de différentes disciplines: comédie, théâtre, arts plastiques, musique, mouvement,
  • la maison de I’Éducation accueille les personnes d’IVI appartenant à l’enseignement public ou privé,
  • la maison de la Santé rassemble les Ivistes exerçant une profession médicale ou para-médicale, scientifique et organise des ateliers : toxicomanie, monde hospitalier, psychologie, orthophonie, kinésithérapie, ostéopathie, étiopathie, médecine, dentisterie, phytothérapie, technique relaxante, hygiène de vie, nutrition.


L’agence de voyage

L’agence Événement-Itinéraires qui organise les voyages-pèlerinages.



Implantation

Le mouvement IVI rassemble environ 7.000 adhérents.

En France, il existe pratiquement dans tous les départements. Il est également implanté en Europe : Allemagne, Italie, Espagne, Grèce, Belgique, Suisse, Angleterre, Pays-Bas. On le trouve en Amérique Latine : Brésil, Colombie, Mexique, en Équateur, aux États-Unis, au Canada, en Océanie: Australie, Nouvelle Calédonie, Nouvelle Zélande, Tahiti, Papeete, en Asie: Thaïlande, Japon, en Afrique : Centre Afrique, Niger, Gabon, Guinée, Afrique du Sud, dans les territoires d’outremer…

Les adeptes d’IVI se recrutent, pour la plus grande partie, dans un milieu socialement aisé. Dans l’émission d’Antenne 2 consacrée à IVI, René Lemaire énumérait les vedettes du show-biz, des diplomates, des cadres de grandes entreprises, des grands noms des médias, des officiers de haut rang et même certaines personnalités politiques, etc…


Activités

Les membres d’IVI sont conviés à participer à de nombreuses activités religieuses, humanitaires, sociales, médicales :

  • le groupe de prière (réunion hebdomadaire),
  • les séances d’harmonisation (fréquence variable: parfois trois par semaine, sinon davantage),
  • les séances de vibrations (au minimum une par semaine),
  • les pèlerinages: environ douze par an. Ces pèlerinages se rendent la plupart du temps dans des sanctuaires catholiques, soit en France (Chartres, Lisieux, le Mont Saint-Michel, Rouen, Reims, Pontmain, la Salette, Lourdes, la Sainte-Baume, le Mont Sainte-Odile, les Saintes Maries de la Mer, etc., soit à l’étranger (Espagne, Rome, Grèce, Terre Sainte, Égypte, Mexique, Turquie, Écosse, Union Soviétique, Pologne, Scandinavie, Pérou, Bolivie, Colombie, Canada, Belgique, Hollande, etc,
  • les conférences d’Yvonne Trubert,
  • les fêtes annuelles Juin et le 15 Août),
  • les visites dans les hôpitaux (pour harmoniser), parfois les prisons,
  • les centres de soins, les antennes,
  • les réunions des différentes maisons ou missions (arts, éducation, santé)


Finances

Les ressources de l’association proviennent évidemment des cotisations annuelles, des versements mensuels, de l’abonnement à la revue, mais surtout des honoraires verses pour les harmonisations, des bénéfices de l’agence de voyages – pèlerinages et de subventions très généreuses de membres fortunés d’IVI. Des contrôles fiscaux ont été effectués qui ont donné lieu à des redressements.


Qu’y a-t-il de répréhensible ?

Que peut-on reprocher à un mouvement dont la mission est de prier, d’aimer et de guérir ? N’a-t-on pas le devoir de respecter la liberté de pensée, la liberté religieuse ?

Ce qu’il convient de dénoncer, c’est l’escroquerie intellectuelle que véhicule l’enseignement religieux et médical. Faire croire aux catholiques qu’IVI est en parfait accord avec la foi et l’Église catholique, alors que l’épiscopat a clairement  » mis en garde les catholiques contre les thèses réductrices et destructrices de la foi « , est une duperie inadmissible (Mise en garde de l’épiscopat, 12 février 1987).

Quant à l’enseignement médical et aux pratiques qui en découlent, il va sans dire que de nombreuses familles à qui l’on avait promis une guérison assurée par le seul exercice de l’harmonisation et de la prière, sans recourir à la médecine ou à une médication, n’en ont jamais constaté la réalisation et s’interrogent sur l’exercice illégal de la médecine pratiqué par les responsables et les membres d’IVI. D’ailleurs, ces théories et pratiques ont encouru la réprobation de membres du corps médical qui ont dénoncé  » la pauvreté exemplaire «  de cet enseignement médical ainsi que  » le manque de sérieux dans l’exposé, l’absence de logique et le caractère mensonger des affirmations proposées, bref une tromperie dangereuse et répréhensible « .

Enfin, l’on reste stupéfait, pour ne pas dire scandalisé, de constater le laxisme et la permissivité qui règnent dans un groupe qui se veut aussi pieux, ainsi que le nombre croissant des séparations et des divorces. Il est vrai qu’à IVI, la doctrine vient aisément au secours de la morale en perdition. Selon la théorie de la Réincarnation, les échecs conjugaux ou familiaux sont le fait de rencontres karmiques, c’est-à-dire la rencontre avec des personnes qui se sont réincarnées (et devront encore se réincarner plusieurs fois) pour expier leurs dettes karmiques (leurs péchés commis dans des vies antérieures). Mais qu’à cela ne tienne : dans le groupe IVI on retrouve facilement  » l’âme-soeur «  et si quelques naissances illégitimes surviennent, elles sont considérées comme  » providentielles « . Tant d’âmes, en effet, errent à la recherche d’un corps pour pouvoir se réincarner.  » Donnez des corps à ces pauvres âmes ! « .

Le nouvel Âge, c’est la perte de l’humilité

-Qu’est-ce-que le New Age ?

« Le Nouvel Âge cherche à travers sa philosophie et son courant religieux, à diviniser l’homme en le plaçant à la même hauteur que Dieu. Une culture d’orgueil qui mène beaucoup à l’obscurité et aux ténèbres. Cette humanité ingrate et pècheresse refuse de porter la croix de la rédemption, recherche dans le Nouvel Âge le dieu de ses envies et de ses caprices ; s’accommodant dans une culture où il n’y a pas de compromis ni de mandats ; où l’homme est considéré comme un dieu qui peut tout faire et créer sur la base du pouvoir de son esprit. Cette culture pseudo-religieuse du dieu allégé, conduit seulement à la mort »

-Pourquoi nous nous tournons vers le New Age ?

-Si on touche aux énergies, on touche aux esprits ce sont des esprits qui sont derrière et sont toujours plus malins que nous car immortels et purs esprits sans corps matériel. Ceci étant ça leur donne de la force dans la matière de venir habiter en nous.

-Les faiblesses psychologiques humaines liées à trois instincts vitaux très forts. Instinct de conservation, de reproduction et de vie en société. -Les 3 tentations liées à ces trois instincts : possession, jouissance, pouvoir. -Les conséquences et exemples.

-La porte de sortie : l’humilité ! Je ne comprends rien à ce monde des esprits je n’en veux pas, je n’y touche plus !

-Renoncer à la quête de pouvoir, de jouissance, de possession. -« Je rends tous mes pouvoirs « ! -Je ne peux rien et ne veux rien pouvoir. -« Je rends ma quête de jouissance, mon envie de posséder ». -Je ne veux rien posséder, et je ne cherche plus à jouir à tout prix dans ma chair !

Père Verlinde : l’expérience inter-dite

L’Experience inter-dite – Temoignage du Pere Verlinde – Part 1 from Dex on Vimeo.

Initié aux pratiques ascétiques orientales (yoga, MT), il poursuit, dans les ashrams des Hauts-Himalayas, l’approfondissement de la philosophie religieuse hindouiste et bouddhiste. Mais l’expérience de l’anéantissement du « je » personnel dans un Soi impersonnel suscite en lui des questions fondamentales : que signifie un bonheur qui se vit seul et qui ne s’ouvre pas sur l’Autre ? Que reste-t-il de l’amour lorsque l’amant et l’aimé se sont confondus dans une vacuité sans visage et sans nom ?
L’aventure ne s’arrête pas là ! Revenu au Christ Jésus, ce jeune converti va s’intéresser au courant de l’ésotérisme ! Paradoxalement, ce sont des amis se disant chrétiens qui vont l’entraîner dans cet univers fascinant…

L’Experience inter-dite – Temoignage du Pere Verlinde – Part 2 from Dex on Vimeo.

 

TROISIÈME PARTIE :

https://rutube.ru/video/52c329e82b1eee7bbf90046202e6f6af/

 

LES NOUVELLES RELIGIOSITÉS, une émission de 2009 sur KTO

Les dessous du chamanisme, témoignage de Mirana

Comme vous le constaterez, Mirana opère très récemment une sortie du Nouvel Age. Son expérience personnelle dans ces réseaux la qualifie pour la mise en garde qu’elle nous adresse. Je tenais à l’encourager dans cette voie en postant sa video, même si je ne peux conseiller son site internet de thérapeute, ni sa chaîne YT.

Mélanges psycho somato spirituels entraînant des dérives

Kinésithérapeute, exerçant en libéral depuis 36 ans, j’ai vu la prolifération de nouvelles thérapies à prétention holistique. C’est-à-dire proposant de guérir toute la personne, toutes les personnes de toutes sortes de maladies. Des stages allant de quelques heures de formation à quelques week-ends permettraient d’acquérir la maîtrise de la méthode, voire la capacité de l’enseigner à d’autres. 

Principaux axes sur lesquels ces « thérapies » reposent pour attirer le client

Un postulat du New Age prétend que : « Aucun être humain n’a jamais utilisé plus de  10% des neurones de son cerveau. »[1]

Il faut donc s’exercer ou s’initier à un épanouissement total de soi.

Certaines nouvelles thérapies  procèdent d’un mélange de connaissances ou de pseudo-connaissances scientifiques et d’une conception du monde inspirée de bouddhisme ou d’hindouisme, voire de l’occultisme.

Ces initiations aux nouvelles thérapies font appel à des notions d’énergie spirituelle qui restent à définir, appelées ki, prana, énergie cosmique, véhicule de lumière divine, esprit d’amour, etc. … Le monde y est perçu comme un vaste système d’énergie. L’homme est traversé par des champs énergétiques qui influenceraient les organes et les systèmes du corps humain, physiquement, psychologiquement et spirituellement. L’esprit ne doit poursuivre aucun but, mais se libérer de toute contrainte pour accéder à un état de béatitude désincarnée.

Les thérapies énergétiques mélangent  les notions et les catégories : ainsi Christ ou Bouddha, peu importe le nom qui est donné à l’incarnation de la perfection la plus élevée. Le patient ou le disciple s’entend dire : « Tu prends conscience que tu es maître de toi-même et de ta vie, pour parvenir à l’auto-guérison ou l’auto-salut par ta propre recherche, comme l’ont réalisé avant toi tous les initiés ; mais pour cela, suis le chemin que l’on t’indique sans raisonner, en développant ton intuition« .

On peut distinguer trois degrés progressifs dans cette initiation

– Le premier niveau très concret concerne avant tout le corps, avec des exercices de prise de conscience corporelle, des exercices respiratoires qui peuvent permettre une meilleure connaissance de soi-même. A ce stade il n’y a que des prémices de risque de dérives.

– Le deuxième niveau plus subtil et plus intuitif concerne la dimension psychosomatique, dite parfois spirituelle, avec des exercices d’induction mentale ou de suggestion.

– Au  troisième niveau, l’initié accède à une dimension où le temps et l’espace semblent ne plus être limités. Ainsi l’on peut entrer dans la mémoire de l’autre, dans son passé, dans son présent et même dans son futur, et ce, même à distance, en communiquant avec des «entités» du monde invisible.

Ces initiation peuvent se faire à l’aide de moyens secrets révélés à chaque niveau ou par simple contact avec le gourou ou l’initié. Certaines initiations permettraientl’accès à des «pouvoirs» de plus en plus étendus : pouvoir de guérison, d’influence sur son entourage, pouvoir de réaliser ses désirs, pouvoir de deviner le passé le présent et le futur.Certaines thérapies ouvrent à la médiumnité et au magnétisme.

Nous citerons parmi bien d’autres thérapies : le Reiki, les propositions diverses et variées de libération des chakras, certains arts martiaux avec rituel initiatique, les initiations néo-chamaniques, la kinésiologie, la psychologie trans personnelle, certaines ostéopathies fluidiques, la micro kinésithérapie, la psychophanie dite aussi communication facilitée.

Qu’en penser ?

Les diagnostics ne reposent sur aucune donnée objectivable. Il y a là le risque de déclarer malades des bien-portants et sains des malades, de prescrire des exercices, des régimes inutiles, voire une médication inefficace et d’empêcher des soins indispensables.

L’initié ou le thérapeute teste subjectivement le ressenti du patient, mais aussi son propre ressenti en induisant de ce qu’il veut tester. Il n’y a pas de signes cliniques définis et vérifiables.

La suppression quasi magique du ou des symptômes de pathologies fonctionnelles et bien entendu non lésionnelles, qui amène le patient à consulter, est parfois spectaculaire, d’où l’attrait exercé par ce type de méthodes. Mais il y a un enfouissement des symptômes qui réapparaissent sous forme d’angoisse, d’état dépressif ou de maladies larvées plus graves.

La suggestion entraîne un effet placebo important qui n’est pas sans efficacité apparente, mais qui n’a pas d’effet durable.

Il y a un risque de dépendance du patient vis-à-vis du thérapeute ou de la thérapie.

L’attrait pour l’invisible, le mystère

Le Credo chrétien affirme la foi en Dieu créateur du monde visible « et » invisible. L’Église catholique a été frileuse, depuis le Concile Vatican II à évoquer le monde invisible. Orce monde de l’invisible a été réinvesti par le New Age, les courants occultes ou ésotériques, ainsi que les courants issus du bouddhisme tibétain. Le nombre de parutions de livres parlant de channeling, des esprits, des anges est en constante progression, sans parler de Satan, de ses pompes et de ses œuvres, lequel refait surface par le biais des courants gothiques et du satanisme, de la musique, aux vêtements et aux scarifications et tatouages.

L’attrait pour les secrets et pour les mystères qui traverseraient l’histoire et expliqueraient ses ressorts cachés, repose sur une crédulité et un manque de repère sans fond.

Des livres et des films pour les enfants et les adolescents ayant un succès planétaire véhiculent des conceptions symboliques qui ne sont pas sans ambiguïté. « Eragon » de Christopher Paolini dont un film a été tiré, relate l’histoire d’un enfant qui découvre un œuf de dragon nommé Saphira. Un vieux dragonnier va l’initier à vivre avec sa dragonne (femelle du dragon), avec qui il pourra communiquer par transmission de pensée et bénéficier ainsi de tous ses pouvoirs. Il pourra même la guérir, à l’aide de passes magnétiques et de formules magiques, quand elle sera mortellement blessée. L’enfant entre en communion, fusion avec le dragon, symbole des puissances des quatre éléments, l’air, le feu, la terre et l’eau. Il s’agit ici d’un processus initiatique cher au Nouvel-Age. Bien des dessins animés, des bandes dessinées ou des mangas, baignent dans ces représentations du monde. Dans l’imaginaire des contes de fée d’autrefois, le prince charmant devait, au contraire, combattre le dragon pour rejoindre sa bien-aimée… les sorcières y étaient vraiment méchantes…

Il est important de constater qu’en quelques années, nous avons changé de référentiels, les archétypes n’ont plus la même signification. Le New Age annonçait des changements de paradigmes. Nous y sommes.

Dérives dans l’Église Catholique

Ce désir de guérison immédiate de toutes ses blessures, de sa mémoire, le désir d’épanouissement, de bien être, de connaissance de soi  touche également les chrétiens. Diacre permanent de l’Église Catholique depuis 20 ans, je suis un témoin attristé de nombre de dérives et de conséquences tragiques dans beaucoup de familles.

Lorsque je suis entré au bureau national de la Pastorale Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires de la Conférence des Évêques de France en 2006, ce sont les dérives dans les nouvelles thérapies et les techniques de développement personnel qui étaient l’objet de mon attention. Aujourd’hui, je suis tout autant attentif et préoccupé par les dérives au sein même de l’Église Catholique.

Certains chrétiens ont cherché et cherchent encore auprès de leaders charismatiques, de structures ou de communautés se recommandant de l’Eglise Catholique, la guérison, ou des moyens de connaissance et de développement personnel.

Guérison

La communauté des Béatitudes et plus particulièrement Ephraïm, Philippe Madre, Fernand Sanchez et Bernard Dubois sont à l’origine de sessions ou retraites dites de « guérison psycho spirituelle. »  Le vocable a changéaprès quelques remontrances des pouvoirs publics et quelques remarques des autorités ecclésiales, mais après un toilettage cosmétique d’apparence, ces sessions ont perduré selon les mêmes concepts. Nous évoquerons ici, principalement les sessions « Anne Péguy Agapè », au Puy-en-Velay qui ont reçu la bénédiction de Monseigneur Brincard, décédé aujourd’hui.

Le livre très bien documenté : « Le Renouveau charismatique une Église dans l’Église » fait une recension des leaders de ces sessions. Il analyse avec pertinence les enjeux de ce qu’il considère comme de très graves dérives.

De nombreuses familles ont été victimes de ce type de retraites, allant parfois jusqu’à des ruptures entre conjoint ou entre parents et enfants, dont certaines paraissent irréversibles. La plupart des retraitants sont issus de familles privilégiées. Les sessions coûtent cher !

Les futurs participants doivent  envoyer par écrit leur motivation pour suivre la retraite dévoilant ainsi déjà, ce qui serait à l’origine de leur mal-être. Certaines sessions peuvent accueillir jusqu’à 80 participants. En moins d’une semaine, il est proposé de revisiter à l’aide d’un livret mêlant citations bibliques et questions inductives et intrusives toutes négatives, l’histoire du retraitant et de sa mémoire : conception, vie in utéro,  naissance (il sera demandé de modeler en pâte à modeler le bébé qu’ils ont été !), premières années, relations aux parents, aux frères et sœurs, aux souvenirs cachés, enfouis, douloureux, incestes, avortements, divorces, non-dits familiaux…, et deprésenter toutes ces blessures secrètes pour que le Seigneur vienne libérer ou guérir dece dont les retraitants auraient été victimes, et qui nuirait  à leur vie intérieure et relationnelle. Dans un premier temps, beaucoup de participants ont le sentiment d’avoir enfin trouvé l’origine de leur mal-être, de comprendre enfin leur difficulté de relation à eux-mêmes, à l’autre, au père, à la mère, aux frères aux sœurs, aux supérieurs de leur communauté, à Dieu… L’émotion, l’affectivité prennent le pas sur l’analyse et la raison, ne faut-il pas lâcher prise, tout dévoiler ? Le retraitant baisse toutes ses défenses dans ce système qui a la garantie de l’Église. Tout est dévoilé à un « accompagnateur » la plupart du temps sans réelle compétence tant sur le plan de l’accompagnement psychologique que spirituel.

Ces « découvertes » peuvent entraîner une reconstruction de la personne autour de ces souvenirs hâtivement retrouvés, et révélés devant Dieu. Il se peut que de faux souvenirs ou des souvenirs partiels soient confirmés par l’accompagnateur. Où se situe la juste maïeutique laissant chacun libre de son interprétation ?

Ce processus a été analysé par Elisabeth Loftus [2], sous le nom de faux souvenirs induits.

Après quelques jours ou quelques mois d’impression de mieux-être, l’humble réalité du quotidien, de la famille, de la communauté, peut devenir plus lourde à supporter. Le père, la mère, le conjoint, le frère, la sœur, le supérieur, qui  n’a pas fait  ces sessions permettant cette «guérison» aurait besoin lui aussi d’être libéré de blessures inavouées! De contaminé l’on devient contaminant. Progressivement ce type de relecture psychospirituelle peut obnubiler ceux qui ont fait ce parcours. Après la retraite, tout en prétendant avoir tout pardonné, une insensibilité aux proches s’ensuit, d’autant plus cruelle que ces mêmesproches sont abandonnés. llsvivent silencieusement et douloureusement, sans comprendre le pourquoi de ce subit ou progressif abandon.

Le livre noir de l’emprise du psychospirituel a été a été publié par le CCMM en juillet 2012. Je connais personnellement presque toutes les victimes qui ont témoigné dans ce livre. Suite au traumatisme qu’elles-mêmes ou leurs proches ont subi lors de retraite ou de session, ces victimes ont cherché soutien et réconfort auprès de responsables ecclésiaux. Leur plainte n’a pas été reconnue à la hauteur de ce qu’elles avaient subi. Pire après avoir recueilli certains témoignages et avoir promis une réponse adaptée et réparation autant que faire se pouvait, les responsables ecclésiaux se sont défaussés et n’ont plus voulu entrer en contact avec les victimes. Une commission avait pourtant été diligentée par la conférence des Évêques de France, pour entendre les victimes et analyser les éléments de ce dossier[3]. Tous les spécialistes de cette commission, laïques ou clercs, selon leurs domaines de compétences, avaient donné un avis défavorable quant aux sessions de guérison mélangeant le psychologique et le spirituel. Ils ont rendu leur rapport à tous les Évêques de France. Cela n’a été suivi d’aucun effet. Les sessions ont continué. Les leaders n’ont pas reçu de demande d’arrêt de leurs pratiques. Monseigneur Aillet a préfacé récemment le livre d’un des principaux leaders de ces sessions : Bernard Dubois « Chemins de guérison des blessures de l’enfance sur les pas de Thérèse de Lisieux »[4].

Le  collectif des victimes du psychospirituel du CCMM s’est mis en place. L’interpellation des autorités catholiques demeure et demeurera tant que vérité et justice ne seront pas faites autour de ces pratiques pour lesquelles les autorités ecclésiales ont au mieux fermé les yeux et qu’elles ont au pire explicitement cautionnées.

Un outil de connaissance de soi et développement personnel : l’ennéagramme

Avant tout, je voudrais rendre hommage à Daniel Lafargue qui depuis des années a fait un travail remarquable de recherche d’analyse et de synthèse sur l’ennéagramme, sur son fondateur Gurdjieff, ses disciples et ses actuels développement. Je ne peux que recommander la lecture de son livre : « La face cachée de l’ennéagramme»[5].

Les praticiens et adeptes de l’ennéagramme n’aiment pas qu’on leur rappelle la sulfureuse histoire de Gurdjieff, son promoteur en Occident. Et pourtant la genèse d’une histoire explique bien souvent son développement et sa finalité…  Gurdjieff était probablement illettré, mais c’était un homme rusé et opportuniste qui pratiquait l’art de subjuguer et d’envoûter son entourage. Il se situait au-delà du bien et du mal, manipulant sans aucun scrupule les hommes et les femmes tombés sous son emprise.

Il est arrivé en France en 1922 et s’est installé dans le prieuré d’Avon à Fontainebleau. Des intellectuels français de renom l’ont suivi au moins pendant un temps, puis pour certains ont fini par prendre des distances, Louis Pauwels, Jean-François Revel, René Daumal, René Barjavel, mais aussi anglophones, Katherine Mansfield, Peter Brook, Aldous Huxley et Jodorowsky.

Gurdjieff se nourrissait de toutes les doctrines ésotériques et « sciences occultes»  de ses adeptes,  et concoctait une synthèse à sa sauce qu’il resservait avec une faconde persuasive. Il proposait à ses élèves des efforts permanents d’introspection pour mieux se connaître en se coupant de tout ce qu’ils avaient pensé, su, cru, ou cru penser auparavant. Aucune validation scientifique selon un protocole rigoureux n’atteste de la pertinence des affirmations de l’ennéagramme quant auxneuf types ou bases, et uniquement neuf types possibles, qui peuvent évoluer ou régresser selon les critères propres à ce système. Pourtant les experts en matière d’ennéagramme suggèrent à leurs élèves, des orientations concrètes, psychologiques et spirituelles basées sur ce système.

C’est à Esalen, sur la côte ouest des États-Unis que nous retrouvons l’ennéagramme vers la fin des années 1960 et les années 1970, sous l’impulsion d’un des maîtres à penser du mouvement hippie, Aldous Huxley adepte de Gurdjieff et de l’ennéagramme. C’est Ichazo un mage touche-à-tout, disciple de Gurdjieff, d’origine bolivienne, proche des courants théosophes qui donne neuf types  de caractère aux neuf chiffres de l’ennéagramme. Najanjo psychiatre d’origine colombienne, en demeurant très fidèle à la structure et à l’utilisation initiale par Gurdjieff,  conceptualise et formalise les neufs types de l’ennéagramme tel qu’il est réimporté aujourd’hui en Europe. Le Père Robert Ochs, jésuite, enseignant à l’université de Loyola à Chicago réaménagea « l’outil» ennéagramme pour intégrer la doctrine catholique, notamment celle du péché. Helen Palmer, en faisant de l’ennéagramme un « outil » soi-disant aconfessionnel et areligieux, eut un retentissement considérable. Erik Salmon, entre autres a permis la pénétration de l’ennéagramme, ainsi revu, en France.

Voir différents articles sur l'ennéagramme sur ce site

L’homme accompli, selon la perspective gurdjieffienne, est celui qui a pris conscience et éliminé en lui le dualisme des valeurs du bien et du mal, devenant ainsi tolérant à tout, indifférent au niveau moral et tiède au niveau religieux. Tout doit entrer dans la logique préalable de l’ennéagramme prise comme sommet de la connaissance de soi. Seule la foi dans le concept sauve et fait tout coïncider. Ce qui par ailleurs n’est sans doute pas sans efficacité,  par un effet inductif et suggestif quasi hypnotique. Les processus magiques ne fonctionnent-ils pas de manière identique ?

Dans la société

L’ennéagramme est proposé dans le cadre de formation professionnelle, parfois associé à d’autres techniques comme la programmation neurolinguistique PNL, l’analyse transactionnelle ou l’hypnose éricksonienne. Ces formations ne visent pas à améliorer une compétence professionnelle, mais à permettre de mieux se connaître, et de connaître les autres. « C’est là toute l’ambivalence de ces formations qui promettent aux salariés un développement personnel dans un cadre professionnel. »[6]

Dans l’Église Catholique

Le Père Pacwa jésuite[7]après avoir été initié à l’ennéagramme, en a vu les dangers tant sur le plan théologique que pastoral,et les a dénoncés, dans de remarquables articles. Les personnes qui entrent dans ce système, acceptent puis ajustent leur vie spirituelle et psychologique selon ces principes. C’est une adhésion sans critique qui est demandée. Il peut être dangereux de considérer que nos actes ne sont pas libres, mais résultent de compulsions que nous ignorerions, tant que nous n’avons pas réalisé grâce à l’ennéagramme, qu’elles induisent nos comportements.

La communauté des Béatitudes a vécu sous l’emprise de l’ennéagramme, sous l’impulsion de son fondateur Ephraïm. Ses cadres appelés « bergers » recevaient une formation.  Aujourd’hui malgré de nombreuses mises en garde, l’ennéagramme est proposé dans des centres spirituels catholiques, des centre de formations comme le Cler, et à l’intérieur de communautés religieuses.

« Cela n’a pas empêché le diocèse de Saint Étienne d’organiser, en partenariat avec le CEE d’Eric Salmon, les premières rencontres chrétiennes d’ennéagramme, où se côtoyaient , autour d’ateliers, de tables rondes et de danses sacrées de Gurdjieff, formateurs chrétiens en ennéagrammme , anciens Bergers des Béatitudes et enseignant de la Libre Université de Samadeva. »[8]

Il suffit de taper ennéagramme sur le moteur de recherche officiel de l’Eglise catholique en France, dépendant directement de la conférence des Evêques de France pour avoir les informations sur une grande partie de ces formations ou sessions.

Réflexion conclusive

Le narcissisme caractérisé de l’homme postmoderne occidental, replié sur son bien-être, son auto suffisance et ses performances nécessite, pour les acteurs de la société et de l’Église, une formation spécifique aux thématiques du New Age, des nouvelles thérapies et des méthodes de développement personnel, sans laquelle ils ne pourront dépister les dérives mises en place par des manipulateurs conscients ou inconscients, mais décidés. Les responsables de la société et de l’Église pourraient plus gravement encore se laisser piéger en devenant complices.

Betran Chaudet, 2015.

 

[1]Aldous Huxley (un des maîtres à pense du New Age), Conférence «Human Potentialities », Université de Californie, 1960. http ;//fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_du_potentiel#cite_ref-2

[2]Elisabeth Loftus, Le syndrome des faux souvenirs et le mythe des souvenirs refoulés, Ed Exergue 2001.  Ainsi que Brigitte Axelrad, le ravage des faux souvenirs, 2010, book-e-book.

[3]Les « sessions Agapè » devenues « Anne-Péguy Agapè » et les écrits de leur initiateur, le Dct Bernard Dubois membre de la communauté des Béatitudes, ont fait particulièrement l’objet de ces analyses.

[4]Ed. des Béatitudesnovembre 2014, Nouan-le-Fuzelier (Loir-et-Cher).

[5]Daniel Lafague, la face cachée de l’ennéagramme. Ed book-e-book. 2014.

[6]Daniel Lafargue, La face cachée de l’ennéagramme, Ed book-e-book, 2014.

[7]Notamment analyse en anglais du Père Pacwa sj sur l’ennéagramme http://www.equip.org/PDF/DN067.pdf 1994 et « Dis-moi qui je suis Ö ennéagramme » revue du Christian Research Institute, automne 1991.

[8]Daniel Lafargue, La face cachée de l’ennéagramme, p. 64. Ed book-e-book, 2014.

Comment entrer en résistance contre les manipulateurs ?

Ce livre est issu de l’expérience personnelle de l’auteure ; elle a affiné ce qu’elle nous confie dans ce livre au travers des centaines de contacts et de milliers d’heures d’écoute. Je crois personnellement beaucoup à cette « méthodologie », qui est celle de l’expérience, laquelle procure comme un 6° sens dans le domaine de compétence où elle s’est développée. Ce livre a fait écho en moi à de nombreuses confidences reçues, en matière de souffrance conjugale.

Je suis toutefois plus réservé sur son autre livre théorique sur le coaching : « Un coach nommé Jésus » (2005).  Il livre présente un programme de réussite basé sur les valeurs de l’Evangile…

Sophie SORIA-GLO. En 2007, elle se spécialise dans l’aide aux victimes de harcèlement moral dans l’entreprise et la vie privée. Par son expérience d’aide à la reconstruction des femmes ayant subi de la violence psychologique dans le milieu familial, Sophie SORIA-GLO est alors amenée à établir sa méthodologie pour le leadership des femmes.

Elle est aussi la secrétaire de l’association AVHMVP, Aide aux victimes de harcèlement moral et de violences psychologiques dans la vie privée ou professionnelle.

Le livre est en vente chez l’auteur, commande par mail à coachingethique@gmail.com, 500 pages, 25 Euros.

L’ouvrage de Sophie Soria-Glo contre le harcèlement moral est un guide pratique d’auto-défense avec les méthodes qui permettent de s’en sortir. Il est aussi une analyse sociologique du phénomène des pervers narcissiques manipulateurs et de pourquoi et comment la société, la Justice et les entreprises soutiennent ces toxiques au llieu de les sanctionner et de s’en prémunir.