La violence psychologique

La violence psychologique : un document de travail

Voici un document de travail canadien assez complet : La violence psychologique : un document de travail. Centre national d’information sur la violence dans la famille. Préparé par Deborah Doherty et Dorothy Berglund. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada, 2008.

Télécharger le document 

 

Maltraitance psychologique et résilience

Le fonctionnement familial psychologiquement maltraitant

Un travail de Michelle Vanhooland (Université Rennes2)

Télécharger le document.

Voir son livre :

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35202

 

Les 15 signes avant-coureurs de la violence psychologique

Les manipulateurs ont des comportements qui permettent de les repérer très tôt dans une relation. La victime potentielle peut alors choisir de poser immédiatement des limites ou de quitter la relation.

http://www.mirepi.com/PDF/signesavant.pdf

Le traumatisme psychique

Un livre de M. François Lebigot, Éd. yapaka.be, coordination de l’aide aux victimes de maltraitance. Ce livre traite du trauma sur la base d’une conception non banalisante, telle qu’elle ressort d’une clinique et d’une psychopathologie rigoureuses et émerge d’un intérêt porté au sujet traumatisé plus qu’à ses symptômes.

http://www.yapaka.be/sites/yapaka.be/files/ta_trauma_psychique.pdf

Stress, traumatisme et harcèlement

Une conférence (25 octobre 2001) de Didier ANTHOR, Psychothérapeute, Consultant senior en ressources humaines.

Cet exposé constitue une tentative de précision sur les notions de stress, de harcèlement et de traumatisme ainsi qu’une approche des liens que ces notions entretiennent entre elles.

L’usage des notions

Depuis Saussure, nous savons que le signe linguistique est aléatoire et que de même il y a plusieurs niveaux de langue. Un même mot a plusieurs sens et plusieurs usages avec des publics et des contextes différents. Le mot stress dans un domaine médical va faire référence à dès phénomènes biologiques, avec notamment, la production de substances telles que l’adrénaline, la noradrénaline et le cortisol. Le même mot stress, chez les psychologues va désigner un état psychologique, avec trois phases : la phase d’adaptation, la phase de résistance, la phase de dépassement. Dans le grand public, le stress désigne la pression mentale ressentie dans une situation : par exemple, il est commun de dire « ici tout le monde est stressé ! », « ici on manage par le stress ».

En fait, les trois notions qui nous intéressent (stress, harcèlement et traumatisme) sont passées d’un domaine scientifique à un usage grand public. Il y a actuellement une banalisation de la notion de harcèlement qui sert à la fois deux maîtres : l’intégration dans notre système de connaissance d’un phénomène nouvellement reconnu socialement et une protection contre celui-ci. En affirmant à qui veut bien l’entendre que tout le monde peut être stressé, harcelé, traumatisé, les individus se défendent magiquement, tentent au niveau des mots de nier leur fragilité.

La souffrance et la destruction que représentent ces processus sur les plans psychique et biologique. Chacun de ces processus peut conduire à la mort par pathologie ou par suicide. À la réception téléphonique du centre de prévention, 25 % des appelants confient avoir fait au moins une tentative de suicide. Les psychothérapeutes, accueillent des personnes qui sont hémiplégiques, en énurésie secondaire ou atteints de bien d’autres maux, à la suite d’un harcèlement moral au travail.

Pour avancer dans la compréhension, abordons en premier la notion de stress, sujet principal de l’exposé de ce soir.

La définition du stress

Le stress se manifeste, quand, face à un événement qu’elle considère comme important et comme une menace éventuelle, une personne doit juger de ses ressources personnelles et sociales afin d’être en mesure d’assumer la situation. Il lui faut alors élaborer des stratégies d’ajustement pour en réduire la perturbation ; si la mobilisation des ressources permet de le faire, cela va constituer une expérience positive qui renforce le sujet (c’est un stress normal), dans le cas contraire, cela va introduire un dysfonctionnement chez la personne, qu’elle va traiter grâce à ses défenses habituelles, si le dysfonctionnement s’installe, il va entraîner des pathologies psychiques et physiques (c’est un stress chronique).

Le stress est une réponse non spécifique à la situation ; que l’agent stresseur ou la situation soient plaisants ou désagréables, cela n’est pas important « la seule chose qui compte, est l’intensité de la demande de réajustement ou d’adaptation ». Le stress a trois objectifs : il focalise l’attention, il mobilise les capacités mentales et il incite à l’action. De nature réactionnelle, le stress disparaît lorsque disparaît le stresseur.

Si l’on peut mieux décrire les différents états du stress et voir en quoi le même mécanisme d’adaptation à une situation peut dans certains cas être favorable pour la personne, dans d’autre cas néfaste, on serait tenté de voir dans la situation extérieure au sujet, la cause de cette distinction importante. La tentation est grande ; une typologie des « mauvais cas de figure » pourrait rendre d’énormes services en matière de santé. En réalité, ce n’est pas la situation qui doit être qualifiée de stressante, mais c’est essentiellement l’évaluation subjective faite par la personne qui importe. Il nous faut renoncer ici à une illusoire description objective de faits contrôlables et ayant la même valeur pour tous. C’est toujours de la particularité de la réactivité actuelle de la personne, en rapport avec l’événement, qu’il faut partir pour comprendre ce qui se passe pour le sujet. Ce qui compte ici, c’est premièrement de voir comment la situation est perçue (quels sont les éléments d’information ont été sélectionnés par la personne, quels sont ses moyens de comparaison, en tenant compte de ses capacités physiologiques, cognitives et émotionnelles). et deuxièmement, d’examiner comment la situation a-t-elle été interprétée.

Plusieurs études confirment que c’est le stress perçu par les personnes concernant les événements de leur vie quotidienne et le passé récent qui est le plus prédictif des troubles de la santé psychologiques et physiques ultérieurs, alors que la gravité objective de l’agent stresseur est moins prédictif sur les troubles psychologiques et physiques et ce, avec une grande variabilité d’un sujet à l’autre.

Nous retiendrons la définition de l’agence européenne pour la sécurité et la santé au travail ; le stress « survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. Bien que le processus d’évaluation des contraintes et des ressources soit d’ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique. Il affecte également la santé physique, le bien-être et la productivité ».

Les liens entre stress et harcèlement

Il n’y a pas à confondre stress et harcèlement. Les deux notions ne se superposent pas dans un usage équivalent, mais elles entretiennent néanmoins des rapports entre elles.

Tout d’abord le stress désigne un état psycho-physiologique de l’individu, alors que le harcèlement un phénomène psycho-social, impliquant une dimension relationnelle entre une personne qui subit ce harcèlement et une autre personne ou un groupe de personnes qui mettent en œuvre ce mode de rapport à autrui. D’un côté, dans le harcèlement, on a affaire à une situation globale, d’un autre, dans le stress il s’agit plutôt de la conséquence du premier sur le second (du harcèlement sur le stress), d’un état de réaction adaptative de la personne, mettant celle-ci en défense, quand elle se sent soumise à une agression ou à une menace.

Pour le harcèlement, si l’on se réfère à la définition de la loi sur le harcèlement adoptée en 2002 qui précise : « Art. L. 122-49. – Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. » ; la traduction sur le plan psycho­physiologique de l’altération de la santé physique ou mentale consiste, en un premier temps, dans le déclenchement d’un état de stress chez la personne qui subit le harcèlement.

Invariablement le harcèlement moral au travail va engendrer cet état de stress et le prolonger, car harcèlement rime avec durée et répétition. Les effets de ce harcèlement sur la santé de la personne seront comparables à ceux décrits dans la troisième phase de l’état de stress (stress dépassé).

Le harcèlement va produire les désordres sur la santé imputables au stress, mais sans pour autant en constituer une cause spécifique. Par exemple, le « BURN OUT » aboutit aux mêmes résultats que le harcèlement moral, sans y être assimilable. Le stress n’est pas un état pathologique, c’est son maintien de manière forcée pour la personne qui va produire la dégradation de la santé, par le dépassement des capacités d’adaptation du sujet, par l’ouverture d’une crise, par l’épuisement de ses ressources, par l’installation d’une conduite de survie où les défenses engagées peuvent déboucher sur l’instauration d’un état pathologique.

Ce que l’on observe, c’est que le harcèlement va dans une première phase développer l’état de stress, l’aggraver dans ses effets, mais les conséquences mortifères du harcèlement ne peuvent se résumer au seul état de stress.

Il y a un saut phénoménologique fondamental entre stress et traumatisme. La gravité des destructions qu’inflige le processus de harcèlement tient davantage à l’installation d’un syndrome post-traumatique.

Mais avant d’aller plus loin et dans les rapports entre harcèlement et traumatisme prenons quelques instants pour distinguer encore harcèlements et stress.

Dans une première phase, où l’on subit le harcèlement moral, les signes de manifestations sont effectivement ceux du stress.

La différence entre une pression externe et le harcèlement, c’est que celui-ci est un processus qui dure et qui s’aggrave. Si, dans la situation de travail, cela ne dépasse pas cette première production de stress, un repos réparateur à la dimension de l’atteinte suffira à rétablir l’équilibre ; ou bien dans l’organisation du travail, un changement positif des conditions d’activité permettra d’obtenir une amélioration.

Le harcèlement se caractérise par la durée et la répétition que subit la personne, c’est ce qui va faire entrer celle-ci dans une deuxième phase ; les symptômes vont empirer et constituer alors une atteinte durable de la santé de la personne. Aux premiers symptômes, vont s’ajouter d’autres avec notamment l’élévation des troubles neurovégétatifs. À partir de cette deuxième phase, on peut dire que le harcèlement n’épargne personne.

Il y a des différences qualitatives particulières des individus pour résister au stress ; mais le harcèlement lui, fait plier tout le monde.

Il est dès lors difficile de conserver un état de santé et des relations sociales, le harcèlement est aussi un processus d’isolement global, avec l’environnement professionnel, avec l’entourage familial et avec ses propres ressources. Le harcèlement va enclencher le développement de ressources de défense de la personne à un niveau inhabituel.

Dans la troisième phase du harcèlement, c’est l’entrée à proprement parler dans un syndrome post-traumatique qui pose sa marque irréversible au cœur de la psyché de l’individu. Même si on a affaire à un management par le stress, il y a une différence essentielle, car dans ce cas de situation productrice de stress, il n’y a pas d’intentions malveillantes comme dans le harcèlement, ni de développement de relation passionnelle avec tous les sentiments qui l’accompagnent. L’objectif reste alors la production ; alors que dans le harcèlement c’est la soumission qui est visée. Le harcèlement met en œuvre un autre type de rapports à l’autre, c’est l’emprise et le déni d’autrui comme sujet, qui est instauré et c’est cela qui constitue la cause essentielle du traumatisme chez la victime de harcèlement moral, quel que soit le type de harcèlement moral au travail : hiérarchique, par les pairs ou par les subordonnés.

Le harcèlement et le traumatisme

Le harcèlement ne correspond pas au schéma classique du traumatisme où, à un choc, s’ensuit un état traumatique, le harcèlement par sa durée et sa répétition de l’attaque constitue ce que l’on appelle un traumatisme cumulatif : la succession et la potentialisation de mini-chocs conduisent au même état pathologique que celui dû à un seul choc. Bien que le stress puisse conduire à la mort par épuisement progressif, rappelons que ce n’est pas le but premier de ce mécanisme psycho-biologique, mais bien au contraire l’adaptation à situation importante pour l’individu. Le stress est une réponse non spécifique tandis que l’état post-traumatique constitue la mise en place d’un ensemble de défenses comme réponse spécifique à une situation humaine très particulière.

Le traumatisme ne signifie pas, utiliser ses propres défenses, mais plutôt, le dépassement de celle-ci.

« L’angoisse constitue une protection contre le choc (schrek, la peur). Dans la mémoire traumatique, il semble que l’esprit n’ait pas eu le temps de recourir à cette protection et qu’il ait subi, sans y être préparé le traumatisme. Sa reichchutz (sa défense contre les stimulis) est débordée, il se voit frustré de sa fonction principale et primaire, celle d’éloigner les excitations excessives. » 28 février 1919, Lettre E. JONES FREUD

La différence essentielle entre stress et traumatisme, c’est que, le trauma lui, inclut d’emblée pour la personne la rencontre avec sa propre mort. C’est le fait de subir l’impensable qui détruit, de rencontrer une ou plusieurs personnes, qui ont à votre égard une visée destructrice, que celle-ci soit consciente ou non chez l’agresseur. Celui-ci déploie bien souvent, ses capacités pour ne pas être perçu tel quel par l’entourage et ses défenses pour ne pas voir les conséquences de ses conduites. La situation sera plus grave encore, lorsque l’on découvre l’intention meurtrière, que l’on perçoit confusément que l’autre « veut ma propre mort » ; on plonge alors dans un autre monde. La découverte de la haine, chez l’autre, mais aussi chez soi, la saisie dans ses tripes de la violence, fait basculer la personne dans une descente aux enfers. Les victimes entrent dans un fort ressenti de sentiments mêlés de culpabilité, de honte et de peur, surtout, le plus intenable est d’être confronté sans cesse à une perception de l’horreur (l’effroi).

De cette entrée dans le post-traumatique, s’en suit un cortège de symptômes :

La dépression s’installe plus ou moins fortement en fonction de la personnalité, de son hygiène de vie et du soutien de son entourage. Le risque majeur reste le suicide.

Certaines addictions s’installent, avec des dépendances au tabac, à l’alcool et aux toxiques, mais également à certains médicaments psychotropes.

Les troubles du comportement alimentaire se développent aussi.

La pathologie somatique s’aggrave et se multiplie également. Le harcèlement, non stoppé, conduit régulièrement au développement de pathologies chroniques sévères fortement invalidantes, telles que la fibromyalgie, des atteintes cardiaques ou neurologiques.

En plus de ce tableau de dommages subis, le harcèlement va progressivement installer la personne dans ce qui est décrit par le terme d’État de Stress Post-Traumatique (ESPT) ; lequel est bien mal nommé, car il ne s’agit pas de stress, mais c’est la référence américaine en psychiatrie.

Cet état se caractérise par :

– les réactions à l’état de choc (ex : panique, crise d’angoisse…)

– des conduites d’évitement – le simple fait pour la personne harcelée de passer devant le lieu du travail peut provoquer des malaises,

– des pensées intrusives – les événements blessants du harcèlement reviennent continuellement en flash de manière involontaire dans la représentation mentale.

– des somatisations diverses.

Le syndrome post-traumatique est d’une nature radicalement différente du stress. Il pousse la personne vers la mort, par pathologie ou suicide.

Cela pose d’ailleurs un problème de fond pour la santé publique en ce qui concerne le traitement de ce harcèlement ; les victimes sont mal soignées ; c’est le premier risque de survictimation. Cela va de la dénégation de la souffrance « Allez, il faut retourner au travail, maintenant », jusqu’au traitement médicamenteux lourd et inapproprié.

L’expérience de plusieurs années d’accueil des personnes victimes de harcèlement permet d’affirmer que tout harcèlement sérieux doit être pris en charge sur le plan psychologique avec si possible, un psychothérapeute spécialiste en victimologie.

Le harcèlement est un fléau social, son traitement fondamental doit être placé au niveau de la prévention au sein des entreprises et des services, avec une élévation de la conscience éthique dans les relations de travail.

Le harcèlement pose la question du sort de l’humanité, du retour de la barbarie dans notre civilisation dominée par un économique inféodé au financier.

Didier ANTHOR, psychothérapeute, consultant senior en ressources

Le site du Cepvim sur lequel j’avais trouvé cet article n’existe plus. Vous pouvez retrouver Didier Anthor ici.

Pervers narcissiques

Manipulateurs Pervers Narcissiques

Accompagnement des victimes de violence psychologique et de manipulateurs pervers narcissiques, hommes ou femmes. Le site de Geneviève Schmit (sans pour autant adhérer à certaines recommandations de « médecines » parallèles).

http://pervers-narcissiques.fr

 

Les pervers narcissiques : les reconnaître, s’en protéger

Les pervers narcissiques séduisent au premier abord par leur côté charmeur et flatteur, très vite, à leur contact, un malaise s’installe, malaise qui se transforme rapidement en une spirale infernale de culpabilisation et de dévalorisation pour celles et ceux qui vivent à leurs côtés.

Qui sont ces pervers narcissiques ? Pourquoi se comportent-ils ainsi ? Comment les repérer ? Comment s’en protéger ? Est-il possible de leur venir en aide ?

Une émission RCF de 60 mn avec Christophe Medici

https://rcf.fr/vie-quotidienne/les-pervers-narcissiques-les-reconnaitre-sen-proteger

 

 

Les manipulateurs, ils sont partout !

Interview du P. Pacal Ide  au moment de la sortie de son livre Manipulateurs. Les personnalités narcissiques : détecter, comprendre, agir.

On lira avec intérêt l’interviewe menée par Famille Chrétienne ci-dessous.

http://www.famillechretienne.fr/famille-education/psychologie/les-manipulateurs-ils-sont-partout-%21-206685

>>> Qu’il me soit permis de faire une petite réflexion à propos du chapitre sur les manipulateurs dans l’Église. « L’Église est un terreau favorable aux manipulateurs ».

Un ami me faisait remarquer ce titre d’un article sur le site de la Croix, écrit par Céline Hoyeau, qui interviewe le P. Pascal Ide, de l’Emmanuel, à propos de son livre.

Céline Hoyeau pose la question qui fâche… « Comment se fait-il qu’on semble en trouver autant parmi les fondateurs de communautés nouvelles ? » Et Pascal Ide de renchérir : « D’abord on n’en trouve pas seulement là, mais aussi dans les congrégations religieuses, les paroisses, le clergé diocésain… En fait partout où  il y a des postes de pouvoir… » Là, peut-être va-t-on un peu vite, on dirait une esquive.

Ensuite : — Q « Certaines de ces personnalités portent du fruit : de nombreuses vocations, un rayonnement de leur prédication, des conversions, etc. N’est-ce pas contradictoire ? » — R « La parole du Christ selon laquelle on juge l’arbre à ses fruits (cf. Mt 7,16) demande que l’on vérifie bien si fruits proviennent de l’arbre. Prenez l’exemple des Légionnaires Christ. Le fruit ne vient pas de Martial Maciel, mais des vérités évangéliques qu’il énonçait ».

La journaliste  part de prémisses non vérifiées : il y a de nombreuses vocations, il y a un rayonnement de leur prédication, ils provoquent des conversions. En un mot « certaines de ces personnalités portent du fruit » et le père Pascal Ide l’admet sans discussion.

Partant de là, puisqu’on a posé a priori qu’il y a du fruit, il faut bien qu’il vienne de quelque part, il faut en expliquer la source. Ce ne peut quand même pas être les manipulateurs à la tête de ces communautés portent du fruit, mais ce sont les vérités évangéliques qu’ils ont énoncées…

Là, ce n’est plus de la pétition de principe, mais de la casuistique ! Donc les communautés fondées ou dirigées par des manipulateurs, des narcissiques, portent du fruit. CQFD. C’est la conclusion rassurante que l’on insinue pour clore l’entretien.

Finalement, peuple des baptisés, ne t’inquiète pas s’il y a des manipulateurs dans l’Église puisque, in fine, ils ont énoncé des vérités évangéliques qui font porter du fruit à leurs communautés. Blanc seing pour les Communautés nouvelles. Bravo Pacal Ide ! Et tant pis pour les victimes : elles ont trop mangé de fruits.

Manipulation mentale

La manipulation mentale est un phénomène essentiel qui mène à la dérive sectaire. Elle est universellement répandue, et  il est bon de prendre connaissance de ses mécanismes, afin de s’examiner soi-même, et de savoir observer ce qui se passe autour de soi. Nous rencontrons la manipulation mentale beaucoup plus souvent qu’une secte en bonne et due forme !

Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens

Résumé sous forme d’organigramme du livre des psychosociologues Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, livre devenu un classique incontournable dans l’analyse du phénomène.

Huit critères pour évaluer le totalitarisme idéologique

Le contrôle du milieu

La « manipulation mystique »

L’exigence de pureté

Le culte de la confession

La « Science sacrée »

Le langage codé

La doctrine au-dessus de la personne

Le pouvoir absolu sur l’existence

Sur le site Prévensectes

Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique

Techniques pour manipuler les forums sur Internet

Les 25 règles de la désinformation

Les 8 traits d’un désinformateur

Comment repérer un espion

En résumé : 17 techniques pour enterrer la vérité

Lien vers le site

 

Neuro-pirates, neuro-esclaves; l’ingéniérie sociale

L’ingéniérie sociale, planification et modification des comportements humains à des fins de manipulation..  Conférence de Lucien Cerise et Paolo Cioni, organisée par Scriptoblog, vidéo réalisée par l’Agence Info Libre.

Lien vers le PDF de la conférence.

 

L’homme formaté

L’homme formaté. Anti-manuel de manipulation mentale. Hacking Social Blog & Horizon Gull.

Manipulations commerciales, médiatiques et professionnelles.

Lien vers le PDF du livre.

Le harcèlement au travail

Résistance au harcèlement moral au travail

Voici un site très complet créé par une victime de harcèlement moral au travail  (annuaire de sites sur le sujet, hébergement pour les associations sur le harcèlement moral au travail, recueil de conseils et d’information sur le sujet; passez-y quelques heures !)

http://rhmt.free.fr

Pervers et victimes du harcèlement moral

Un site important : http://alain.noury.free.fr

 

 

 

Le harcèlement moral au travail en douze exemples

Un article de Carole Anzil sur le site juritravail.com

http://www.juritravail.com/Actualite/harcelement-moral-sexuel-discrimination/Id/192591

Pourquoi Jésus n’est pas un gourou…

Sur le site de la Pastorale Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires du diocèse de Dijon, voici cet article de Soeur Chantal Sorlin, que vous pouvez consulter, et dont je vous donne la table des matières :

INTRODUCTION

I LES ORIGINES DE JESUS CHRIST

1- JESUS LE NAZAREEN EST FILS D’ABRAHAM

2- JESUS LE NAZAREEN EST FILS DE DIEU

A) JESUS EST LE CHRIST, C’EST-A-DIRE L’OINT DE DIEU, L’ENVOYE, LE MESSIE ATTENDU

B) ENVOYE, JESUS NE TRAVAILLE PAS A SON COMPTE

* Il ne cherche que la gloire du Père

* Il n’est jamais seul et ne se suffit pas à lui-même

* Il se réfère toujours au Père

* Le Père est “la” Source

* Sa nourriture est d’accomplir la volonté du Père

II LES MOYENS EMPLOYES POUR LA MISSION

* LE MAITRE EST SERVITEUR

* LA PETITESSE ET LA MODESTIE, LA DOUCEUR ET L’HUMILITE, LA FAIBLESSE

* LA PAUVRETE ET LE DEPOUILLEMENT

* JESUS NE CIBLE PAS, NE RACOLE PAS

* JESUS EST VERIDIQUE

* IL NE JOUE PAS SUR LA PEUR

* IL NE FAIT PAS DE CHANTAGE

* EN JESUS, POINT DE MISE EN SCENE

* JESUS N’EST PAS UN MAGICIEN

* IL EST DISCRET

* JESUS N’EST PAS UN DEMAGOGUE

* IL NE CHERCHE PAS LA GLOIRE DES HOMMES

* IL REFUSE D’ETRE ROI

* IL OBEIT JUSQU’AU BOUT

* IL DONNE SA VIE ET PROTEGE CELLE DE SES DISCIPLES

* IL PAYE DE SA PERSONNE

* IL PARTAGE SA GLOIRE FILIALE

* CE BERGER EST L’AGNEAU DE DIEU

III LE REGARD SUR LES AUTRES

1- POUR JESUS, CHACUN EST UN FRERE

* LE SALUT EST POUR TOUS

* CHACUN EST UNIQUE ET IRREMPLACABLE

* SA COMMUNAUTE EST PENTECOSTALE

* SON REGARD EST POSITIF, RESPECTUEUX ET NON CULPABILISANT

* JESUS ADMIRE LES AUTRES

* L’HOMME VIVANT ET HEUREUX EST SON SEUL BUT

* IL N’EST QU’AMOUR ET MISERICORDE

* JESUS NE CONDAMNE PAS NI NE JUGE

* JESUS DONNE TOUJOURS SES CHANCES

* JESUS RESPECTE LE RYTHME DE CHACUN

* IL A LE VRAI SOUCI DE L’AUTRE

* IL PROTEGE

* JESUS N’ABANDONNE PAS LES SIENS

* SES DISCIPLES SONT SES AMIS

* LE SACREMENT DU FRERE

2- JESUS RESPECTE LA LIBERTE DE L’HOMME

A) LA LIBERTE RATIONNELLE

* JESUS RESPECTE LA LIBERTE

* JESUS N’IMPOSE RIEN, IL PROPOSE

* DANS LE DIALOGUE ET LE PARTENARIAT

* JESUS EDUQUE ET RESPONSABILISE

* JESUS SUSCITE LA TOLERANCE

* JESUS N’ENFERME PAS

B) LA LIBERTE AFFECTIVE

* JESUS NE CHERCHE PAS A S’ATTACHER LES AUTRES

* JESUS EST CHASTE ET DESINTERESSE

 

IV LA VERITE DE L’OEUVRE

1) LA COHERENCE

* LA COHERENCE DES PAROLES ET DES ACTES

* LA COHERENCE ENTRE L’EXTERIEUR ET LE COEUR

* UN AMOUR UNIVERSEL

* JESUS NE DESINCARNE PAS

* LES FAITS NE CONTREDISENT PAS LES PAROLES

* LA VERIFICATION DU TEMPS

2) LE FRUIT DE VIE

* JESUS EST PASSE EN FAISANT LE BIEN

* QUAND IL GUERIT, IL GUERIT

* UNE OEUVRE DE VIE

* LA BEATITUDE

* LA VRAIE LIBERTE DES FILS

* POUR RASSEMBLER ET NON SEPARER

La Méditation Transcendantale

Technique mentale de relaxation, la Méditation Transcendantale (MT) a donné son nom à une puissante organisation internationale présente dans plusieurs dizaines de pays à travers de nombreuses structures, et dont la promotion est de plus en plus souvent assurée par les médias, mais aussi par des personnalités connues, dont il n’est pas interdit de se demander s’ils connaissent vraiment le mouvement.

Dans la revue BULLES, n° 136, 2017, pp. 14-20

Historique

Mahesh Prasad Wama (1917 ou 18-2008), plus connu sous le nom de Maharishi Mahesh Yogi est né en Inde. En 1940, après des études de physique à l’université d’Allahabad, il se tourne vers l’enseignement spirituel et devient disciple de Swami Brahmananda Saravasti Maharaj, alias guru Dev, leader spirituel d’un monastère. Après la mort de ce dernier, en 1953, Mahesh Prasad Wama entreprend de diffuser le savoir de son Maître lors de rassemblements dans divers endroits du sud de l’Inde. Il y enseigne une méthode simple et accessible à tous en vue d’atteindre le « Nirvana instantané ». Rapidement il forme le projet (pour le moins) ambitieux d’« ouvrir les portes de l’illumination à chaque individu et amener l’invincibilité, la paix, la prospérité et le bonheur à tous les pays ». En 1958, il prend le titre de Maharishi[1] et lance en Inde le Spiritual Regeneration Movement, « Mouvement pour la régénération spirituelle » dont l’objectif est la diffusion de cette méthode de méditation, qui serait issue d’une lignée de maîtres et qu’il aurait redécouverte.

En Inde, Maharishi ne suscite pas l’enthousiasme et, à partir de 1959, le mouvement s’internationalise avec des activités aux États-Unis et en Grande-Bretagne, puis des tournées mondiales de Maharishi, l’ouverture de centres locaux et la formation des premiers instructeurs de Méditation Transcendantale. À travers la création, aux États-Unis en 1966, d’une association s’adressant plus spécialement à la population universitaire, l’intérêt pour la méthode grandit. Le soutien de célébrités du monde du spectacle (les Beatles surtout) contribue au succès d’une pratique qui, adaptée à l’Occident, s’apparente à une technique de mieux-être dotée de vertus thérapeutiques.

En 1969, Maharishi commence à former des enseignants de MT, à Seelisberg (Suisse), nouveau siège mondial du mouvement. Il inaugure un cours de Science de l’Intelligence Créative. Les années 1970 voient le développement mondial du groupe et la création de sa propre université à Fairfield (Iowa), la Maharishi International University (MIU), devenue la Maharishi University of Management (MUM). En Europe le mouvement ouvre des centres dans plusieurs pays, dont le Maharishi European Research University (MERU) à Seelisberg (aujourd’hui au Pays-Bas).

En 1972, Maharishi annonce son Plan mondial pour « l’âge de l’illumination » et constitue le World Plan Executive Council pour mettre en œuvre son projet de résoudre au cours de cette génération les problèmes séculaires de l’humanité en créant dans le monde entier un centre de MT par million d’habitants.

Dans les années 1980-1990, plusieurs opérations contribuent à faire connaître les ambitions du mouvement comme la réunion, en 1984, de 7 000 adeptes rassemblés à la MIU de Fairfield pour une méditation de masse en vue de réduire crimes et accidents, faire remonter la Bourse et alléger les tensions mondiales ; ou l’offre faite au Président Bush d’engager 7 000 méditants « dans l’armée ou autre part » pour ramener les otages détenus au Moyen-Orient.

Fondé en 1992 sur la « Loi naturelle » redécouverte par Maharishi, le Natural Law Party préconisait l’utilisation des techniques de la MT et du programme TM-Sidhi (vol yogique) pour réduire ou éliminer les problèmes dans la société. En France, les candidats de ce Parti de la Loi Naturelle ont participé à quatre élections entre 1993 et 1999.

En 2000, Maharishi proclame l’établissement du Pays Mondial de la Paix sur Terre (Global Country of World Peace ou GCWP) « pour créer la paix globale du monde en unifiant toutes les nations dans le bonheur, la prospérité, l’invincibilité et la santé parfaite, tout en soutenant la riche diversité de notre famille mondiale. » Pays virtuel sans territoire ni frontières[2], le GCWP englobe l’ensemble des initiatives liées à la « totalité de la loi naturelle ». Tony Nader est nommé Maharaja Adhiraj Rajaraam, premier souverain régnant.

Maharishi est décédé le 5 février 2008 à Vlodrop (Pays-Bas), ses funérailles se sont déroulées dans son ashram d’Allahabad, en Inde, en présence d’autorités de l’État.

En soixante ans, la technique de base a été enseignée à des millions de personnes à travers le monde, le mouvement a initié de multiples programmes basés sur l’interprétation par Maharishi des traditions védiques, ouvert des centres, des écoles, des universités et des entreprises aux États-Unis, en Europe et en Inde.

Doctrine et pratique

Principes

Ni religion, ni philosophie, ni mode de vie, la Méditation Transcendantale se présente comme une « technique permettant à tout homme d’harmoniser sa vie spirituelle intérieure avec les splendeurs de la vie matérielle extérieure et de trouver Dieu en lui-même »[3].

Les principaux éléments théoriques de la pensée de Maharishi, contenus dans ses écrits, constituent la Science de l’Intelligence Créatrice, qui réunit la « Science védique » (selon Maharishi) et la science moderne. Toutes les manifestations, y compris les pensées, ont une même source : l’Être pur, aussi nommé absolu, ou champ unifié de la Loi naturelle (en référence à la science physique). L’homme qui n’a pas de contact direct avec l’Être vit de manière superficielle et son potentiel n’est pas utilisé de manière optimale.

Selon Maharishi, la MT est l’instrument qui va lui permettre de faire l’expérience de l’Être : la technique, par l’état de détente qu’elle procurerait, permettrait à l’esprit d’atteindre progressivement la Source d’une pensée, « le domaine de l’Être ». Un tel contact régulier lui permet d’accéder à un quatrième état de conscience (au-delà des états de veille, sommeil et rêve) : la conscience transcendantale ou conscience pure. Des niveaux de consciences supérieurs, la conscience cosmique, la conscience cosmique raffinée et la conscience-unité (stade de l’illumination) pourraient être ensuite atteints.

Pratique

Tout le monde peut pratiquer la MT quel que soit son âge (technique adaptée pour les jeunes enfants). Différente de toutes les autres méditations, la méthode est apprise auprès de « professeurs qualifiés qui enseignent de la même manière systématique depuis des millénaires (sic) ».

L’apprentissage de la MT suit une procédure normalisée, en sept étapes réparties sur quelques jours, le cours durant au total environ neuf heures. Strictement individuelle, l’instruction personnelle au cours de laquelle est enseignée la technique elle-même est en fait une cérémonie rituelle (puja) d’initiation au cours de laquelle l’instructeur récite un texte en sanskrit puis remet au nouvel initié un mantra spécialement choisi pour lui, en lui indiquant comment l’utiliser.

Le contenu de ce cours est confidentiel ainsi que te mantra remis par le professeur, celui qui le reçoit s’engage à ne pas le révéler. La MT ne peut être transmise qu’à travers ce processus très normalisé : « C’est une pratique très spécialisée et délicate. Il est important qu’elle soit apprise uniquement d’un professeur autorisé relevant d’un Centre du Plan Mondial », dit Maharishi. Cet apprentissage coûte 890 € (450 € pour les étudiants)[4].

Après cette initiation, la MT se pratique matin et soir pendant 15 à 20 minutes, les yeux fermés. Un suivi de plusieurs mois est proposé et encouragé, pour contrôler que la méditation est correctement pratiquée.

La formation de professeur se déroule sur plusieurs mois de façon continue, son prix (élevé) dépend de l’endroit où elle s’effectue.

Selon le mouvement, la pratique régulière procure de multiples bienfaits sur le plan personnel : gestion du stress, amélioration de la santé, développement de la mémoire, de la concentration et de la créativité, meilleures relations professionnelles. Mais la MT aurait aussi des effets bénéfiques sur le plan collectif, grâce à l’Effet Maharishi mis en avant par l’organisation : la pratique de la Méditation Transcendantale par un nombre suffisant de personnes (plus de 1 % de la population d’une ville, par exemple) permettrait de diminuer le nombre de crimes, d’accidents et de maladies.

Introduit en 1976 comme une « technique avancée », le programme TM-Sidhi, comprenant le vol yogique (Yogic Flying), améliorerait la santé et la réflexion grâce à la purification du système nerveux. Sa pratique collective par un groupe de personnes supérieur à la racine carrée de 1 % de la population considérée, produirait l’Effet Maharishi étendu, en diminuant sur la région les tendances négatives (conflits, terrorisme…) et renforçant les tendances positives grâce à la « cohérence dans la conscience collective »[5].

Le mouvement met en avant de très nombreuses études sur les effets bénéfiques de ces pratiques, mais selon l’Académie Royale de Médecine de Belgique « il n’existe actuellement aucune preuve solide montrant une supériorité de la MT relativement à d’autres formes de méditation. Il n’existe non plus aucun argument théorique qui permettrait de supposer une supériorité de cette forme de méditation. Les affirmations du mouvement MT quant à une supériorité scientifiquement établie de leur forme de méditation sont donc totalement erronées. »[6].

L’organisation

Avec l’établissement, en 2000, du Pays Mondial de la Paix sur Terre (GCWP), le mouvement s’est doté d’une organisation centralisée, considérée comme sans défaut et immuable, ayant à sa tête le Maharaja désigné par Maharishi (Tony Nader). Il est assisté pour diriger le Pays par un premier ministre et douze ministres, chacun responsable d’une branche d’activité, et d’un conseil de Rajas dont le rôle est la propagation des programmes du mouvement dans une région géographique déterminée. Sur le plan national, l’administration est structurée de la même façon : un administrateur nommé, assisté de douze administrateurs, un par branche d’activité.

Les femmes n’ont pas accès à ces postes, mais l’Organisation Mondiale Mère Divine (Global Mother Divine Organization) s’occupe particulièrement d’initiatives pour les femmes dans l’éducation, la santé, la culture et les arts.

Le siège international est au Pays-Bas, à Vlodrop. Etablie en 2001, la Maharishi Global Financing Research, fondation de droit néerlandais, a pour but de servir de trésorerie au GCPW. Elle a lancé sa propre monnaie, le Raam, destinée à devenir « la monnaie mondiale du développement du Pays Mondial de la Paix sur Terre », convertible aux Pays-Bas et à Maharishi Vedic City (Iowa).

Le site du GCWP est à lui seul le reflet des ambitions démesurées du mouvement, dont le projet de créer la paix mondiale « en unifiant toutes les nations dans le bonheur, la prospérité, l’invincibilité et la santé parfaite » se décline dans tous les domaines de la vie des individus comme des collectivités. De nombreuses structures ont ainsi vu le jour, telles que Maharishi International University (Fairfield, Iowa, USA), Maharishi European Research University (MERU), Maharishi University of Natural Law (GB), Maharishi Vedic University, Maharishi Vedic Education Development Corporation, basée à Maharishi Vedic City (Iowa) qui gère les licences des nombreuses marques déposées du mouvement[7]. Dans un article du Times en 2008, la fortune du groupe était estimée à 3,5 milliards de dollars.

Parmi les domaines d’application, citons :

  • La santé, avec le Maharishi Ayurveda ou « Approche védique Maharishi de la santé ». Des cours de base pour tous sont proposés (lecture du pouls, prévention, alimentation, Yoga Maharishi, tarif 300 €)[8], l’organisation possède aussi des centres de santé ; la société Maharishi Ayurveda Products India produit des préparations distribuées par des entreprises du mouvement.
  • L’éducation, avec un programme « Education fondée sur la conscience », la théorie du « champ unifié » de la Loi naturelle éclairant l’enseignement de différentes disciplines. Quelques établissements existent à travers le monde, et le mouvement cherche à en établir d’autres. Mais le projet est aussi d’introduire dans toutes les écoles des séances de MT pour les enseignants et les élèves.
  • L’architecture, avec le Maharishi Sthapatya Veda, ensemble de principes architecturaux régissant la construction de bâtiments. Selon le mouvement, la plupart des bâtiments des grandes capitales sont mal orientées, ce qui entraîne une augmentation du stress collectif et engendrera, à terme, « criminalité, terrorisme, catastrophes naturelles ».

Propagande et lobbying

Objectif principal du mouvement, l’ambition initiale de Maharishi d’amener paix, invincibilité et prospérité au monde entier est au cœur de la communication du GCWP qui possède plusieurs médias : une maison d’édition, MUM Press (Maharishi University of Management press), Maharishi Channel (chaîne de télévision diffusée via internet et le satellite), KHOE radio.

Mais c’est surtout à travers des campagnes menées par diverses associations et fondations et des opérations ciblées que le mouvement a toujours fait sa propre promotion :

  • Dans les années 1980-1990, plusieurs tentatives d’infiltration au niveau du pouvoir en Roumanie, en Zambie, au Mozambique.
  • Le Parti de la Loi naturelle qui aurait été actif dans soixante-quatorze pays, la Maharishi Foundation (GB), enregistrée comme organisme de bienfaisance (charity), organisation aux Pays-Bas du congrès international d’Ayurveda, présidence de l’Union Mondiale des Scientifiques pour la Paix (Global Union of Scientists for Peace — GUSP).
  • La Fondation David Lynch, le cinéaste étant un soutien inconditionnel du mouvement et ne manquant jamais l’occasion d’en faire la promotion. Décoré de la Légion d’Honneur par le président Nicolas Sarkozy, David Lynch avait profité de la rencontre pour essayer de convaincre le Président de la République « qu’il suffirait d’unir les ondes positives d’un millier d’adeptes en France pour vaincre le chômage et la criminalité ». La fondation finance la mise en œuvre institutionnelle de programmes axés sur la méditation transcendantale auprès de publics en difficulté.
  • Actuellement, la pénétration du monde économique se développe à travers des stages de MT, technique censée améliorer l’efficacité individuelle et la rentabilité. Récemment, l’organisation a réussi à être intégrée dans le programme interne de formations à destination des fonctionnaires de la Commission européenne.

 

Pour conclure

La MT se présente comme une méthode « simple, naturelle, ne nécessitant aucun effort et se distinguant des autres techniques de méditation ou de relaxation par une absence totale de concentration et de contemplation », accessible à tous ; en réalité elle ne s’adresse pas à tous, l’initiation et les activités coûtent cher et ciblent un public économiquement favorisé chez lequel la pratique a tout pour induire un sentiment de « supériorité et triomphe », clairement illustré par les affirmations lues sur tous les sites du mouvement.

« Une étude comparative objective a été menée sur la Méditation Transcendantale et sur d’autres techniques de méditation. Ses conclusions sont on ne peut plus claires : ce n’est tout simplement pas comparable. »[9].

Comment, avec ses prétentions démesurées et uniformisantes, la Méditation Transcendantale pourrait-elle être l’instrument d’une paix entre les individus et entre les pays ?

Notes

[1] Maha = grand et rishi = voyant

[2] Plusieurs tentatives pour fonder un état indépendant, en Afrique, Asie ou Amérique du Sud, ont échoué.

[3] Maharishi Mahesh Yogi, La science de l’être et l’art de vivre, Paris, Editions Robert Laffont, 1976, p. 31.

[4] http://mt-maharishi.com/apprendre.html

[5] http://www.sante-conscience.fr/effet-maharishi

[6] CIAOSN, 12 octobre 2009, Avis concernant la Maharishi Global Financing Research Foundation/ Méditation Transcendantale http://www.ciaosn.be/avis091012.pdf.

[7] https://maharishivediccity-iowa.gov/

[8] http://www.ayurveda-maharishi.fr/

[9] https://tmhome.com/learn-to-meditate/france-transcendental-meditation-tm/

Le charlatanisme à la culture ?

Mme Nyssen, Ministre de la Culture, a créé une école dirigée par un ancien responsable des écoles anthroposophiques Steiner-Waldorf ; cette école était couplée à un centre de recherches baptisé « Université du Domaine du Possible », ouvertement destiné à favoriser une « diffusion plus large » de la biodynamie, entre autres techniques « agro-écologiques ». Les « personnes sources » de ce centre comprennent des anthroposophes (et non des moindres), comme M. Jean-Michel FLORIN, depuis 1988 coordinateur du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique ; depuis 2010,  codirecteur de la Section d’Agriculture de l’Université libre de science spirituelle du Gœtheanum (Dornach- Suisse), qui est le centre mondial de la sphère anthroposophique. Il est en outre formateur, conférencier, écrivain et également co-rédacteur de la revue Biodynamis. Les enfants de l’école seraient associés à ce centre , devenu selon Mme Nyssen, « une opportunité de découverte pour les élèves ».

Lire l’article de « Progressistes » n° 17

Jean de Dieu, le guérisseur-médium

 Un médium guérisseur attire des milliers de visiteurs vers son centre installé dans une petite ville brésilienne.
On a affaire à un homme qui travaille avec des puissances occultes (et donc diaboliques); c’est soigneusement habillé de religieux, et transformé en buisness lucratif, puissamment médiatisé; c’est diablement efficace si j’ose dire, du moins dans un premier temps; mais une (fausse) « guérison » reçue par ce canal entraîne ensuite des liens occultes qui amènent des perturbations psychiques et spirituelles …

Continuer la lecture de « Jean de Dieu, le guérisseur-médium »