Le Médaillon de la commémoration des accords d’Abraham

par Betran Chaudet

Les occultistes et autres astrologues ont toujours cru discerner dans le mouvement des étoiles et des planètes, les signes des destins des hommes et mieux encore de se servir de certaines conjonctions astrales pour en infléchir le sens, selon leurs perspectives.

Ceux qui dirigent ce monde ont souvent voulu inscrire leurs projets dans une symbolique cachée, uniquement réservée aux initiés.

D’ailleurs cette symbolique peut revêtir plusieurs niveaux d’interprétation parfois même opposés ou contradictoires selon le degré d’initiation. Les Hauts Initiés possédant seuls les clés ultimes d’interprétation, se croyant ainsi maître du monde et de sa destinée.

Une pièce tout à fait singulière vient d’être frappée pour commémorer l’accord d’Abraham. Nous allons tenter de décrypter quelques symboles sur cette pièce ou ce médaillon, annonçant tout un programme.

La grande et rare conjonction entre les planètes Jupiter et Saturne annoncerait-elle le début d’un changement de paradigme que certains initiés voudraient infléchir ?

Selon Wikipédia :

Les accords d’Abraham sont deux traités de paix entre Israël et les Émirats arabes unis d’une part et entre Israël et Bahreïn d’autre part. Le premier, entre Israël et les Émirats arabes unis signés le 15 septembre 2020 à la Maison-Blanche à Washington, accompagnés d’une déclaration tripartite signée aussi par le président américain en tant que témoin.

Parallèlement à ces accords, les États-Unis se sont engagés à vendre des avions de chasse furtifs F35 aux Émirats arabes unis, malgré l’opposition israélienne finalement levée en octobre 2020. Cela montrerait que ces accords sont aussi l’aboutissement d’une coalition anti-iranienne.

Ces accords ont été imprimés en trois langues : anglais, arabe et hébreu.

La « Déclaration des Accords d’Abraham » promeut le dialogue interreligieux et interculturel entre les trois religions abrahamiques et toute l’humanité. Elle proclame la liberté de religion.

Bien entendu, nous ne saurons rien des négociations secrètes faites à cette occasion.

Tout un symbolisme occulte se condense sur cette pièce de 60 mm de diamètre. La courte analyse qui suit n’a rien d’exhaustif ni de définitif. Elle est surtout interrogative.

Mais tout d’abord en voici l’interprétation exotérique destinée aux profanes.

Extrait du site officiel

« L’avant de la médaille est orné des drapeaux israélien et émirati, survolant une silhouette complexe de la ville sainte de Jérusalem, la capitale éternelle d’Israël, et des toits d’Abu Dhabi, qui se confondent dans l’unité symbolique.

Juste en dessous de la ligne d’horizon se trouvent les mots « Accord d’Abraham » inscrits en arabe, hébreu et anglais. Abraham était le père du monothéisme. Voici la déclaration du directeur de Temple Coins, Jason Glick : Le caractère biblique familier est appelé « Abraham » dans la foi chrétienne, « Ibrahim » dans la foi musulmane, et « Avraham » dans la foi juive, et personne ne symbolise mieux le potentiel d’unité entre ces trois grandes religions. Un aigle tenant un rameau d’olivier et des flèches, le Sceau du Président des États-Unis, complète la conception avant.

Inspiré par les paroles du prophète Isaïe, « Ils briseront leurs épées pour en faire des socs » (Isaïe 2, 4), le dos de la médaille comporte une épée qui se transforme progressivement en symboles de paix, de prospérité, de progrès agricole et technologique.

La pièce commémorative présente également des citations du Coran — « Et si l’on penche vers la paix, elle penche vers vous » — et du prophète Jérémie — « Car je vous donnerai une paix durable en ce lieu » — résument les enseignements centraux des religions d’Abraham ; Judaïsme, Christianisme et Islam, que l’on a le devoir moral de rechercher et d’embrasser la paix.

La signature de Donald John Trump, sans ses efforts inlassables l’Accord d’Abraham n’aurait pas été possible, complète la conception arrière. Le Président a été nominé pour le prix Nobel de la paix pour sa détermination et sa ténacité à faire de cet accord historique et religieusement significatif une réalité.

En plus de la paix entre les anciens ennemis, la région et même le monde bénéficieront de la prospérité économique. Il y a une jeune génération dans la région qui mérite une vie meilleure, plus sûre et plus prospère. Immédiatement après la normalisation, les entreprises israéliennes et emerati ont signé des accords pour travailler ensemble pour un remède au Covid, ainsi qu’une coopération dans les domaines de la santé, des infrastructures, de la science, de l’agriculture et de l’énergie. »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré : « La paix est une bonne chose et la paix unit les modérés, deux des économies les plus avancées au monde — Israël et les Émirats arabes unis… Nous combattons l’Iran et les radicaux qui tentent de renverser notre ordre au Moyen-Orient, de subjuguer les gens et de propager le terrorisme. Donc, c’est bon pour la paix, bon pour la sécurité, et bon pour la prospérité. Je pense que c’est bon pour les États-Unis et bon pour Israël.

Le roi David, qui a écrit prophétiquement dans tant de ses Psaumes, nous exhorte ainsi,

« Cherchez la paix et poursuivez-la » (Ps 34, 15).

En fait, l’expression hébraïque dans le Psaume 34 implique de courir et de chasser la paix, presque la traquer. En effet, la Bible transmet à plusieurs reprises le désir de Dieu que nous devrions être des artisans de paix, faisant de notre mieux pour vivre en paix avec tout le monde.

« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. » (Matthieu 5, 9)

Voici encore quelques éléments extraits de ce site officiel Abraham Accord Coin incitant à acheter la médaille :

« Nous avons attendu cela pendant 30 ans — pour voir une fois de plus les Prophéties se dérouler sous nos yeux.

Vous pouvez faire partie de ces moments passionnants et de l’accomplissement de la prophétie biblique en acquérant votre propre médaille commémorative Abraham Accord en édition limitée. Un tiers de chaque vente commémorative de médailles sera directement donné à un fonds qui contribuera à renforcer les liens économiques et le partenariat entre les Émirats arabes unis et l’État d’Israël. Non seulement vous allez acquérir un souvenir très collectionnable de cette occasion historique, mais aussi votre achat vous permettra de vous associer directement avec le processus de paix lui-même. « Ceux qui bénissent Israël seront bénis. » (Genèse 12, 13)

Participez à la diffusion de la lumière et de la gloire du Temple à Jérusalem au monde.

Votre don nous aidera à faire de la construction du TROISIÈME TEMPLE une réalité.

Il est ici explicitement fait mention de contribution à la construction du troisième Temple, qui deviendrait le centre hégémonique politique, économique et religieux de la domination d’Israël sur les nations.

Sur le site de Radio J, Radio Juive du 23 septembre 2020, Gabriel Attal porte-parole du gouvernement français nous en fait lui-même la promotion. Gabriel Attal défend-il les intérêts de cet accord, qu’il fait siens, ou le gouvernement français ?

Décryptage de quelques symboles

La planète, au bout de l’épée transformée en corne d’abondance, sommet du médaillon, représente Saturne avec son anneau puis au zénith, une étoile isolée échappée du groupe de neuf étoiles autour de la fusée. Si nous regardons bien Saturne au-dessus de son anneau, il y a une tache comme sur Jupiter. Saturne n’a pas de tache. Il s’agit donc d’une image combinée de Jupiter et de Saturne, représentant la conjonction graphique des deux planètes.

La pièce de monnaie de « l’Accord d’Abraham » fait coïncider ces accords avec la grande conjonction entre les planètes Jupiter et Saturne qui s’est produite le 21 décembre 2020.

Sur le plan astronomique

Le 21 décembre 2020, la conjonction Jupiter et Saturne apparaissait dans le ciel avec un éclat particulier puisque ces deux planètes pouvaient se confondre en un seul point, d’un éclat plus intense.

Ces deux plus grandes planètes de notre Système solaire s’alignent environ tous les 20 ans. Cependant, la dernière grande conjonction de 1623, où elles se trouvaient aussi très proches, n’était pas visible de partout sur la Terre. La dernière fois que ce phénomène fut observable partout autour du globe terrestre remonte au Moyen Âge, le 4 mars 1226.

Saturne

Mythologie. Saturne est un dieu romain, équivalent du dieu grec Chronos.

Le Temple de Saturne à Rome abritait le trésor public et les archives.

Au début de chaque hiver, les saturnales étaient l’occasion de festivités et d’offrandes de cadeaux. Ces saturnales étaient l’occasion de renverser toutes les règles établies, ainsi les maîtres servaient les esclaves.

On invoquait Saturne pour protéger les travaux agricoles.

Saturne était le Père de Jupiter. Comme il avait peur d’être détrôné par ses enfants il les dévorait. C’est par ruse que sa sœur-épouse Rhéa sauva Jupiter-Zeus en faisant avaler à Saturne une pierre emmaillotée de langes. Non content de dévorer ses enfants il chassa son père du trône et l’exila sous terre.



Saturne dévorant un de ses enfants. Francisco de Goya 1819-1823.
Reprenant la classique représentation astrologique
d’un vieillard hideux.

Tempérament. Il est associé à la mélancolie ou humeur noire.

En astrologie, Saturne aurait un pouvoir de destruction mais aussi de renaissance. Il est aussi le signe avant-coureur d’un âge d’or plein de prospérité.

En alchimie, il correspond à l’œuvre au noir, signe de démembrement, de dépècement, de putréfaction, de Solve, dissolution, afin de revenir au chaos initial et de reconstruire le monde, Coagula, selon le modèle des initiés. L’alchimie ayant pour but de transformer le plomb métal gris et terrestre de Saturne en or solaire.

Ordo ab chao L’ordre naît du chaos, selon l’adage maçonnique.

Le Saturne africain se nomme Baal Hammon qui s’est romanisé suite aux conquêtes des territoires africains. Certains spécialistes ont assimilé Baal Hammon au dieu Moloch cité de la tradition hébraïque, à cause notamment des sacrifices d’enfants rendus à ce dieu à Carthage. D’autres l’assimilent à Amon-Ra des Égyptiens. La samedi saturni dies lui est attribué.

La symbolique de la médaille doit satisfaire les initiés selon leur degré, tant Israéliens que les Saoudiens et Bahreïni.

Jupiter

Le Jupiter des Romains est le Zeus des Grecs, souverain du monde et du ciel, son lieu de résidence étant le mont Olympe. Il est aussi le maître des dieux. Il est donc particulièrement invoqué pour interpréter et orienter les présages célestes liés aux pratiques divinatoires. Dieu du Ciel, il concourt à la destinée des hommes en faisant paraître les auspices, qu’il envoie par les oiseaux, aux maîtres de Rome et que les augures doivent interpréter.

Dieu fulgurant fulminator, lanceur de foudre. Le faisceau d’éclair tenu dans sa main était le symbole de sa toute-puissance. Notons que c’est le même éclair qui se dessine sur le front d’Harry Potter. Son autre attribut est l’aigle, qui plane en haut des cieux et fond comme la foudre sur sa proie.

Le jeudi Jovis dies, lui était consacré.


Représentation de Jupiter au musée du Prado,
à Madrid.

Jupiter finit par détrôner son père Saturne qu’il envoya dans les enfers. Ayant échappé à la surveillance de sa sœur-épouse Héra, qui l’avait sauvé de l’anthropophagie infantile de Saturne, il put s’adonner à une anarchie sexuelle, en s’accouplant avec des mortelles, en se déguisant en taureau pour l’Europe, en cygne pour Léra, en pluie d’or pour Danae. Puis s’assagissant, il devint la figure de l’ordre universel et de la justice des dieux.

Jupiter est roi rex et protège le roi humain. Même sous les républiques, il reste le seul dieu à pouvoir donner le pouvoir royal. Jupiter est maître du serment, maître du droit. Il est absolument libre, il préside sur tout. C’est aussi le dieu de la guerre qu’il faut invoquer pour obtenir la victoire.

Voyons quelques autres symboles

À la pointe de l’épée qui se transforme progressivement, en corne d’abondance nous ne voyons pas la colombe de la paix, comme nous l’avons mentionné, la superposition Saturne-Mercure, puis une étoile au zénith du médaillon.

Les neuf étoiles entourant la fusée plus la dixième au sommet du médaillon correspondent à la seule constellation représentée par dix étoiles Ophiuchus, le serpentaire.

L’étoile au sommet se nomme « Alpha Ophiuchi », principale étoile du Serpentaire, également nommée « Ras alhague », étoile la plus brillante au-dessus de la tête du porteur de serpent, symbolisant le Porteur de lumière, Lucifer, bien honoré des initiés de hauts grades.

Le soleil est à Ophiuchus le 21 décembre 2020, et est en conjonction avec Mercure à l’époque. Cela peut confirmer la grande conjonction représentée sur la pièce.

Le serpentaire représente également Asclépios, élève de Chiron, médecin qui selon la mythologie grecque, aurait tué un serpent et aurait eu la surprise de voir un autre serpent le ranimer avec des herbes. Le savoir médical d’Asclépios aurait été tel qu’il était capable de ressusciter les morts.(1). Ceci inquiéta Hadès, dieu des Enfers, qui craignit de ne plus recevoir d’âmes. Aussi convainquit-il son frère Zeus de foudroyer Asclépios, et de décréter que tous les mortels doivent mourir un jour. Afin d’honorer ses talents de guérisseur, Zeus l’a placé avec son serpent dans les cieux.


Le serpentaire est représenté par un homme portant un serpent à bout de bras.

Le palmier-dattier

Il ne s’agit pas de n’importe quel palmier-dattier, mais du Phoenix dactylifera.

Le palmier illustre la valeur du travail d’une manière double et inverse. D’une part il nécessite l’intervention de l’homme pour produire des fruits et, d’autre part, son image se trouve associée au contraire du travail, repos, vacances ou sieste.

« En effet, à l’état sauvage, le dattier ne porte pas de fruits comestibles ; les soins que prodiguèrent les habitants du Sud de la Chaldée au seul arbre qui croisse dans leur pays transformèrent l’espèce sauvage, aujourd’hui disparue, en un arbre fruitier. » (2)

Le palmier comporte de nombreuse analogie avec le corps humain et les hermétistes sont friands de ces correspondances qui pour eux deviennent autant de symboles cryptés.

Ainsi le palmier possède une cervelle, « cere-brum », mentionnée par Pline, qui est appelée cœur aujourd’hui. Le palmier vient de la même racine que paume désignant une partie spécifique de la main de l’homme. Les dattes sont des doigts, en grec comme en latin, et les meilleures d’entre elles reçoivent le nom Deglet-nour, doigt de lumière, chez les Arabes.

Dans l’Islam, le palmier-dattier est « l’arbre de la vie ». Les dattes sont la première offrande avec l’eau à l’hôte de passage.

Dans le judaïsme, le palmier représente la paix et l’abondance, le palmier symbolise l’Arbre de vie dans la Kabbale.

Le palmier se rattache au monde de l’argent, par la valeur de ses fruits transformables en monnaie d’échange, en étalon monétaire et il figure déjà sur des pièces de monnaie de bronze trouvées à Séleucie.

Cependant la caractéristique la plus extraordinaire du palmier dattier reste, aux yeux de l’Antiquité, et des civilisations arabes, la sexualité, une sexualité spectaculaire et surabondante.

Ce palmier est symboliquement l’habitat usuel du phénix, appelé « l’oiseau des palmiers ». Et c’est bien ce Phoenix dactylifera qui est représenté ici. La culture du dattier est appelée phœniciculture. Or le phénix symbolise le renouveau et la renaissance associés à l’oiseau phénix, particulièrement présent dans la symbolique maçonnique. Cet oiseau mythique qui renaît de ses cendres est symbole de la destruction de l’ancien ordre mondial pour établir le nouvel ordre mondial.

« Le phénix est brûlé mais il renaît de ses cendres, l’oiseau repart en Arabie ou en Éthiopie et vit se nourrissant de perles d’encens. » (3)

Pourquoi le nom de Donald Trump, le chrétien de service, apparaît-il sur le médaillon ? Trump a reçu le prix « Tree of Life » Arbre de Vie, du Jewish Nation Fund en 1983. Les évènements aux USA serait-il les prémices de ce monde sous l’égide du phénix ?

Des gouttes pendent au-dessous des palmes du palmier. 6 gouttes à gauche, 6 gouttes à droite et 6 rangées ondulatoires au centre, distribuées en quatre quartiers figurant la terre. En symbolique rien n’est laissé au hasard. La fécondité au pied de ce palmier représente le 666, nombre de la bête.

« Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front, et que nul ne pût acheter ou vendre, s’il n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse ! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six cent soixante-six. » (Apocalypse 13, 16-18)

Que font ces trois atomes formant une molécule avec trois liaisons covalentes, ce qui n’est pas d’ordre naturel, reliée à une programmation artificielle ? Aurions-nous là une représentation de la matière transformée par le génie informatique ?

Et cette seringue, au moment la planète entière reçoit l’injonction à se faire vacciner contre le Covid-19 ?

Et cette antenne parabolique reliée au satellite, et la navette spatiale ?

Ce qui est certain, c’est la réalité actuelle de l’intelligence artificielle du système de suivi en temps réel (tracking system, le contrôle informatique centralisé) permettant le contrôle de toute la population de la planète et par conséquent une domination encore jamais égalée sur tous les êtres humains.

Quelle corne d’abondance ?

L’épée se transforme en corne d’abondance. Mais voulons-nous de cette abondance-là, de ce contrôle permanent sur la vie et de la vie ? De cette totale mainmise sur la matière du monde et d’en faire ainsi la seule finalité. Voulons-nous d’aucune transcendance, voulons-nous que l’homme devienne le maître absolu ? L’homme ou plutôt l’initié qui pense tout dominer, oubliant, puis niant, puis prenant la place de Dieu Créateur-Sauveur de notre humanité ?

La date du 21 décembre 2020, jour de la « grande conjonction » entre les planètes Jupiter et Saturne, serait-elle celle attendue par les occultistes pour déclencher la grande réinitialisation qui soumettra les peuples du monde à la volonté de leur maître, le prince de la matière, le prince de ce monde ?

Le Midrash Rabba, commentaire rabbinique de la Genèse, rapporte que, lorsqu’Adam et Ève mangèrent de l’arbre de la connaissance, tous les animaux mangèrent eux aussi du fruit interdit et ainsi la mort fut décrétée pour tous ; cependant un seul oiseau appelé Khôl (עוף החול) ne mangea pas de ce fruit. Il en fut récompensé par une vie éternelle. Et Rabbi Yanay explique que sa vie se déroule ainsi : il connaît une période de mille ans au terme de laquelle le feu jaillit de son nid et le consume, ne laissant qu’un œuf dont il grandit de nouveau.

Cette vie-là n’est pas celle du Christ mort et ressuscité, qui par sa résurrection, nous offre par le baptême, les sacrements, la prière et la vie fraternelle, les promesses de la Vie éternelle.

Est-ce du complotisme que d’essayer de décrypter les signes des temps, symbolisés dans ce médaillon ? Cette interprétation est sans doute limitée partielle et partiale. La symbolique est inépuisable et chacun peut y apporter ses interprétations. Seuls les initiés possèdent les clés de ce qu’ils ont voulu signifier, et encore ?

Pour nous chrétiens la Parole de Dieu demeure, principe et finalité de toute chose, Parole incarnée en Jésus-Christ, Verbe de Dieu. L’Esprit Saint nous permet d’accueillir et de traduire ce mystère en nos vies.

Les exhortations de Saint Paul auraient-elles perdu leur actualité ?

« Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. » (1 Thessaloniciens 5,3)

L’enseignement de Jésus doit retenir toute notre attention en tout temps :

« Jésus lui répondit :  » Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure. Celui qui ne m’aime pas, ne gardera pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. Mais le Consolateur, l’Esprit Saint, que mon Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne la donne pas comme la donne le monde. Que votre cœur ne se trouble point et ne s’effraye point. Vous avez entendu que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens à vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père, car mon Père est plus grand que moi. Et maintenant, je vous ai dit ces choses avant qu’elles n’arrivent, afin que, quand elles seront arrivées, vous croyiez. Je ne m’entretiendrai plus guère avec vous, car le Prince de ce monde vient et il n’a rien en moi. Mais afin que le monde sache que j’aime mon Père, et que j’agis selon le commandement que mon Père m’a donné, levez-vous, partons d’ici.  » Jean, 14, 23-31

Notes

(1) Le Serpent et sa descendance, sur le site SOS discernement.

(2) L’ARBRE OU LA RAISON DES ARBRES XVIIe Entretiens de La Garenne Lemot Jackie Pigeaud (dir.), Presse universitaire de Rennes La fonction symbolique du palmier ou les transformations de la Phoenix dactylifera, Chaké Matossian p. 409-425

(3) Dictionnaire de la Magie et des Sciences Occultes, Ed Livre de poche, article phénix, p. 553-554.