Lecture de cristaux, célébration des astres… La mouvance «féminin sacré», entre spiritualité et dérive sectaire

Déesses  intérieures, cercles de parole, rituels… Entre spiritualité et  développement personnel, des coachs et influenceuses inculquent aux  femmes une reconnexion avec leur supposée puissance intérieure. Une  théorie qui suscite l’inquiétude des autorités.

Un dossier du Parisien, par Par Paméla Rougerie et Marie Campistron

Depuis six mois, Théo (les prénoms des témoins ont été changés), 25 ans, cherche à comprendre. Un soir de juillet, Coline, sa petite amie, a brutalement acté la fin de cinq ans de relation. « J’ai un chemin et tu n’en fais pas partie », a-t-elle proclamé au téléphone, garée sur une aire d’autoroute. Sans autre explication. Elle rentrait alors d’un stage de quatre jours aux côtés de Malory Malmasson, une thérapeute « psychoénergéticienne ».

Théo pense deviner la raison de leur rupture : la lente « descente » de Coline, durant trois ans, dans la mouvance du « féminin sacré ». Il a vu sa compagne, artiste de formation, en proie à de constantes crises d’angoisse, dues à des obsessions culpabilisantes. Elle surveillait quotidiennement son « taux vibratoire », une obscure unité de mesure de son énergie, de sa positivité, et de sa productivité.


À lire aussi«Féminin sacré» : on a testé des séances de cette mouvance avec une tireuse de cartes et une naturopathe


Elle faisait peu à peu le tri dans son entourage, écartant ceux dont elle jugeait le « taux » trop bas. Elle croyait également en la loi de l’attraction : si on subissait une expérience négative dans sa vie — y compris un viol —, c’était parce qu’on « envoyait dans le monde » une énergie du même acabit.

Rythme lunaire, célébration des plantes et des astres

Au croisement de la spiritualité et du développement personnel, le « féminin sacré » décrit une énergie, un soi-disant pouvoir inné des

LIRE LA SUITE

Avenir de la Culture

Alias : Tradition-Famille-Propriété, Pro Europa Christiana

A l’origine de la TFP, il y a un homme : Plinio Correâ de Oliveira (1908-1995). Né dans une riche famille de l’aristocratie brésilienne, avocat et professeur, il fonde une Ligue électorale catholique puis dirige le Legionario, hebdomadaire très influent où il se lie d’amitié avec deux prêtres qui deviendront évêques : Antonio de Castro Mayer et Geraldo de Proença Sigaud. Autour du mensuel Catolicismo, il écrit son maître-ouvrage, Révolution et contre-révolution où il systématise les thèses traditionalistes […]. Le 26 juillet 1960, il fonde la « Société brésilienne de défense de la Tradition, de la Famille et de la Propriété », ou « TFP ». Cette nouvelle organisation orchestre des manifestations publiques avec mégaphones, banderoles, grands étendards rouges frappés du lion héraldique (emblème de l’organisation), jeunes en capes rouges…  [ NDPP :  le kitsch néo-moyenâgeux caractéristique de la TFP ]. Des « caravanes » formées de jeunes militants sillonnent le pays pour diffuser les thèses de la TFP.

Dès sa création, la TFP vole au secours des latifundia (grandes propriétés terriennes) menacées par les projets successifs de réforme agraire (redistribution des terres improductives aux ouvriers agricoles) : projets appuyés par l’épiscopat brésilien mais qualifiés de communistes par l’organisation. La TFP engage également un combat [NDPP : remarqué par Washington] contre «l’infiltration communiste» dans le clergé latino-américain, contre l’oecuménisme et contre l’Ostpolitik vaticane.

Les années 1970 sont celles de l’essaimage de la TFP sur les cinq continents. Aux Etats-Unis, des liens sont tressés avec les milieux néo-conservateurs. [ NDPP : milieux qui cherchent dès cette époque à établir un réseau de « droite religieuse » pro-américaine dans le monde entier ].

Continuer la lecture de « Avenir de la Culture »

Les passeurs d’âmes…

Dominique Auzenet, avec l’aide d’autres personnes

Passeur d’âmes : une « spécialisation » dans la galaxie médiumnique

Depuis quelques années est apparue une nouvelle « spécialité » dans la médiumnité qui est celle de « passeur d’âmes ».

On en entend parler dans des émissions sur le paranormal à la télévision et à la radio. Il en est question dans l’ensemble du spectre des thérapies de bien-être, telle qu’elles sont proposées sur les sites internet et chaînes vidéo chargés de nous hameçonner.

Et, en écoutant les personnes autour de nous, nous nous apercevons qu’un certain nombre a intégré la réalité des âmes errantes, la possibilité pour elles de nous provoquer des nuisances, la nécessité de faire appel à une personne spécialisée dans ce genre de libération : le passeur d’âmes.

Il est donc nécessaire de se pencher brièvement sur ce développement pour mieux le comprendre, sachant que la plupart des catégories utilisées ne sont jamais définies.

I. QUE DISENT LES PASSEURS D’ÂMES SUR EUX-MÊMES ?

Plutôt que de longs discours, il faudrait pouvoir visionner de nombreux témoignages ou exposés qui sont à notre disposition sur la plateforme youtube… Mais cela représente de très nombreuses heures de travail dont nous n’avons pas forcément la disponibilité. Je vous invite cependant à le faire en partie, pour baigner dans cet univers très particulier, et mieux voir pourquoi je rédige cet article. Voici plusieurs exemples que vous pouvez prendre le temps d’écouter ou de sonder si vous le souhaitez :

https://www.youtube.com/watch?v=mSConyhEXxw

https://www.youtube.com/watch?v=sx6Tvge6Nhk

https://www.youtube.com/watch?v=Cyt7xcfBVEU

https://www.youtube.com/watch?v=4OZo2VENZNU

Le passeur d’âmes est un médium

« Un passeur d’âmes est médium, mais tous les médiums ne sont pas passeurs. C’est en quelque sorte une « spécialité » de la médiumnité. Au même titre que certains médiums vont entendre les défunts, d’autres vont les voir et d’autres encore vont être chargés de guider les âmes en peine. Je pense que chaque médium peut avoir plusieurs spécialités.

En ce qui concerne un passeur d’âmes, souvent ce sont des guides qui l’on mit sur ce chemin. On dit que cela faisait partie de leur mission de vie. Il ressent lorsqu’il y a quelque chose de spécial dans une pièce et entend lorsqu’il y a quelqu’un qui parle dans sa tête. »1

Continuer la lecture de « Les passeurs d’âmes… »

D’où viennent les pratiques de « purifications de maison » vantées par l’influenceuse EnjoyPhoenix ?

Un article sur le site du journal La croix 18 janv. 2022, signé Marguerite de Lasa

EnjoyPhoenix, une des influenceuses françaises les plus  importantes, a confié faire appel à un « passeur d’âme » pour « purifier  sa maison » dans un post Instagram publié le week-end du 14 janvier.  Comment comprendre cette pratique propre aux spiritualités  alternatives ? Y a-t-il un lien avec l’exorcisme ?             

C’était une pratique relativement confidentielle, jusqu’à ce qu’une influenceuse française de renom en fasse la promotion. Le week-end du 14 janvier, Marie Lopez, propriétaire du compte Enjoyphoenix qui compte plus de 3,68 millions d’abonnés sur YouTube, a publié sur le réseau social Instagram une story – un post éphémère – dans laquelle elle raconte avoir eu recours à un « passeur d’âme » pour « purifier sa maison. »

« On a fait appel à @Martin_passeur_d_ames pour venir faire un premier check et faire une purification de la maison avant de commencer les travaux, pour voir et comprendre ce qui s’y passait et c’était vraiment hyper intéressant », confie-t-elle, avant de recommander l’homme « les yeux fermés », pour « nettoyer les foyers. »

À lire aussiLa génération TikTok plus perméable aux contre-vérités scientifiques et au paranormal

Le dénommé « Martin passeur d’âme » définit son activité sur son compte Instagram par quelques mots-clés : « Harmonisation et équilibrage des énergies », « purification de lieux et de personnes », « lithothérapie », « tirage de cartes », « équilibrage des chakras. »

Sur une vidéo réalisée par une autre influenceuse adepte du paranormal, « Silent Jill », Martin détaille les croyances au fondement de son activité de « purification » : « Quand on entre dans une maison, il y a des entités qui s’accrochent à nous, commence-t-il, quand quelqu’un décède, le corps spirituel reste sur terre s’il n’a pas fini ce qu’il devait faire. Nous, on est ici pour aider ces personnes restées bloquées sur terre à remonter au niveau du ciel. »

Bâtons de sauge, encens de messe et bougies aux couleurs des chakras

Dans la vidéo, Martin fait ensuite une démonstration de ses services. Sa compagne Alison commence par faire le tour des pièces armée d’un pendule. Arrivée dans un petit salon, elle s’arrête. « Ici, il y a des entités », juge-t-elle. Et, s’adressant à sa cliente : « Tu as peut-être une sensation de lourdeur. Mais en nettoyant la mémoire des murs, tu devrais pouvoir rester dans cette pièce et t’y sentir vraiment apaisée. »

Après le diagnostic, c’est au tour de Martin de suivre le même itinéraire, tenant cette fois dans sa main un bâton de sauge incandescent. « Pour nettoyer, il faut passer avec de la sauge, demander à la personne de monter vers la lumière, de laisser place à l’amour et au bonheur, et de suivre son chemin », développe Alison. Dans son « nettoyage », l’énergéticien belge utilise aussi « de l’encens de messe », une planche pour « mesurer le taux vibratoire » ainsi qu’ « une bougie aux sept couleurs des chakras. »

À lire aussiUn maire d’Île-de-France a-t-il appelé un prêtre et un imam à « exorciser » un HLM « hanté » ?

Cet assemblage composite entre des éléments de traditions religieuses différentes est typique des religiosités nouvelles et New Age. Pour le philosophe et sociologue Raphaël Liogier, professeur à l’IEP d’Aix-en Provence et ancien directeur de l’Observatoire du religieux, se profile dans ces religiosités « le mythe de l’unité transcendante de toutes les traditions, comme si chacune portait la trace d’une vérité qu’elles avaient chacune un peu dévoyée », explique-t-il.

Voyage d’une religion à l’autre

Ces religiosités nouvelles constituent pour lui « un nouveau modèle interprétatif qui fonctionne à partir de la transcendance brute articulée sur des symboles supposés traverser toutes les traditions. » La purification des maisons puiserait ainsi, selon ses promoteurs, à la fois dans le taoïsme, dans le bouddhisme, mais aussi dans le christianisme primitif.

« Toutes ces différentes religiosités ont un dénominateur commun auquel tout le monde croit plus ou moins, développe le philosophe. Ainsi, selon Raphaël Liogier, « qu’on prétende faire du chamanisme néo-mexicain, du yoga, ou le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, les mêmes concepts sont mobilisés : énergie, bien être supérieur, hédonisme spirituel, rapport à la connaissance de soi en miroir de la connaissance du monde… » Toute cette structure servant, in fine, « à interpréter le monde pour donner un sens à l’existence », conclut-il.

À lire aussiDevenir soi, ça veut dire quoi ?

Ces spiritualités consistent ainsi, selon lui, à « voyager d’une religion à l’autre, pour aller chercher la trace d’une transcendance à l’état brute, c’est-à-dire non modifiée, non raffinée par les usines que sont les traditions religieuses qui façonnent des représentations de Dieu particulières. »

« Superstition »

Dans l’Église catholique, certains avouent leur dénuement devant ces pratiques et croyances nouvelles. « Autrefois, l’Église était familière du vocabulaire des âmes et des anges, et puis on en a moins parlé », évoque le père Jean-François Meuriot, membre de l’Observatoire des nouvelles croyances à la Conférence des évêques de France. Il explique cet abandon par « une période de rationalisation », où « on a peut-être voulu rendre compte de tout par la raison, sans laisser de place au mystère, à l’inconnu, à l’invisible. »

Ainsi, aujourd’hui, certains prêtres balaient ces pratiques comme « des superstitions », rendues caduques par la révélation de l’Évangile. D’autres, comme le père Dominique Auzenet, exorciste du diocèse du Mans, les prennent très au sérieux, et mettent en garde contre les dangers de « cette ouverture au monde occulte ».

Jean-François Meuriot lui, tient à rappeler que le Credo affirme l’existence « de l’univers visible et invisible ». Le prêtre conçoit ainsi « tout à fait » qu’il puisse y avoir « des personnes décédées qui ont du mal à monter vers Dieu », ou que des lieux puissent être habités par des « résonances » laissées par d’autres.

« Là où nous passons, nous laissons des traces », perçoit-il. Les bénédictions de maison, rituel officiel de l’Église catholique, se comprennent pour lui comme cela. « Les gens souhaitent mettre leur maison sous la protection de Dieu pour vivre dans un environnement sain et équilibré. »

Prière

Pour lui, nous faisons notamment l’expérience de cet invisible « impalpable et non mesurable » dans l’amour et la prière. « Nous pouvons continuer à aimer quotidiennement un être cher, même s’il n’est plus là ».

Ces demandes de purifications d’espaces parviennent aussi à l’Église. Le père André Cabes, exorciste du diocèse de Tarbes, est ainsi régulièrement sollicité. « Je me souviens de personnes qui me disaient ne pas pouvoir rentrer dans une pièce parce qu’un ancêtre tyrannique continuait d’occuper les lieux », témoigne-t-il.

Après une longue écoute, les personnes confient souvent au prêtre des relations difficiles, ou des drames familiaux. Dans ces cas, il remarque que « ce n’est pas la maison qui est malade, mais l’âme des personnes qui est blessée ». Il propose alors toujours une prière et « appelle la présence du Seigneur pour qu’il apporte la paix. »


À la suite de cet article, vous pouvez lire aussi celui que j’ai composé il y a un an sur le phénomène des « passeurs d’âmes », qui donne encore d’autres éclairages complémentaires.