Les enfants indigo : une doctrine contre-éducative et pseudo-scientifique

par Carlos A. Quintana (original espagnol, trad. D. Auzenet avec l’aide de Linguee)

Les enfant Indigo, les enfants de Lumière ou Les enfants de Grâce est l’une des nombreuses ramifications du courant pseudo-scientifique New Age qui se présente comme une alternative pour vivre dans un monde meilleur. Cependant, autour de la philosophie des enfant Indigo se cache un dangereux message messianique contre la médecine, qui promeut l’existence d’êtres extraterrestres et soutient une nouvelle forme de racisme.

L’idée des enfant Indigo a été inventée en 1982 par la parapsychologue Nancy Ann Tappe, qui se présente comme une thérapeute ou une spirite. Dans son livre « Comprendre votre vie par la couleur« , elle a proposé une classification des personnes en fonction de la couleur de leur aura, une mise à jour New Age du système pervers et tout aussi démenti de la races humaines qui a fait tant de mal à l’humanité. Cette fraude a pris de l’ampleur à partir du livre « Les enfants Indigo » de Lee Carroll et de sa femme Jan Tober, qui, dans des textes ultérieurs, ont insisté davantage sur le fait qu’ils communiquent par télépathie avec une entité extraterrestre qui les enseigne à propos de ces nouveaux êtres. Ce livre, dans lequel N. Tappe joue un rôle de premier plan, est composé de nombreux petits chapitres écrits par divers « professionnels » et « spécialistes » qui donnent des conseils sur la manière de traiter un enfant Indigo.

Une grande partie du texte est constituée de conseils utiles pour l’éducation de tout enfant, du type : « Les enfants ont besoin de sécurité, d’attention, de respect, de dignité et d’un endroit sûr. Ne les frappez pas et n’utilisez pas de langage offensant. Laissez vos émotions vous montrer votre amour. Tenez votre parole ».

Ces conseils sont courants dans les conférences et les cours d’enfant Indigo, mais la question qui se pose au lecteur est qu’ils ne sont pas propres à un type supposé d’enfant nouveau et unique qui, en raison de sa différence supposée, nécessite des soins différents. Les autres enfants n’ont-ils pas besoin de sécurité et de respect ? Peut-on les frapper et les offenser ? Ne doit-on pas leur montrer de l’amour ? Peut-on les tromper ? D’autres suggestions sont pernicieuses, car elles favorisent un traitement différencié en matière d’éducation, d’alimentation, de traitement quotidien et de soins de santé.

Une publication récente (12 juillet 2022), dans Femme Actuelle : Enfants indigo : qui sont-ils et comment les reconnaître ? (Pauline Campas-Delarue). Avez-vous déjà entendu parler des êtres Indigo, Cristal ou Arc-en-ciel ? Ces termes font références à des générations de nouveaux enfants, plus conscients et plus évolués sur le plan spirituel, dotés d’une grande sensibilité, qui se sont incarnés sur Terre afin d’aider l’humanité à avancer dans la bonne direction. Décryptage.





Qu’est-ce qu’un enfant indigo ?

Pour définir un ensemble distinct d’individus dans la population humaine, il faut disposer de caractéristiques objectives permettant d’identifier les personnes qui appartiennent à cette catégorie. Ces caractéristiques doivent être uniques à cette population humaine, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas partagées par le reste de l’humanité. En outre, pour définir cette catégorie, il faut qu’il y ait un corrélat génétique ou culturel pour la soutenir. Par exemple, les Mennonites ou l’ethnie Nukak ont des caractéristiques culturelles distinctes du reste de la population, de sorte qu’ils peuvent être soutenus comme des groupes culturels à part entière. Biologiquement, il n’existe pas de catégories connues qui pourraient servir de base à la proposition de groupes distincts au sein de l’humanité.

Les nombreuses définitions des enfants Indigo, en plus d’être différentes les unes des autres, sont subjectives ou basées sur des personnages ésotériques ou sans références matérielles dans la réalité. Seule Nancy Tappe a osé proposer une définition claire : elle a utilisé la couleur de l’aura. Le problème de cette définition est que l’on ne peut pas caractériser une entité, telle qu’une nouvelle race ou classe humaine, par un concept métaphysique et pseudo-scientifique. L’aura est censée être le reflet d’une « énergie » surnaturelle ou d’une énergie vitale qui, chez les humains, émerge des chakras, et est liée à la réincarnation. Ces affirmations n’ont jamais été prouvées par des expériences scientifiques ou validées par une quelconque méthode, c’est-à-dire que l’aura n’existe que dans l’imagination.

Tous les autres auteurs ne proposent que des caractéristiques générales. Un exemple de ces imprécisions et généralités est la proposition initiale de Carroll et Tober dans «  Les enfants Indigo »:

1. Ils viennent au monde avec un sentiment de royauté (et agissent souvent de la sorte).

2. Ils ont le sentiment de « mériter d’être ici » et s’étonnent que les autres ne partagent pas cette idée.

3. L’estime de soi n’est pas un problème important. Ils disent souvent aux parents « qui ils sont ».

4. Ils ont des difficultés avec l’autorité absolue (autorité sans explication ni alternative).

5. Il y a des choses qu’ils ne peuvent tout simplement pas faire ; par exemple, ils ont du mal à faire la queue.

6. Ils sont frustrés par les systèmes qui sont basés sur l’habitude et qui ne demandent pas de pensée créative.

7. Ils voient souvent de meilleures façons de faire les choses, tant à la maison qu’à l’école, ce qui leur donne l’impression de ne se conformer à aucun système.

8. Ils semblent antisociaux sauf s’ils sont avec leur propre espèce. S’il n’y a pas d’autres personnes ayant une conscience similaire autour d’eux, ils deviennent souvent introvertis, ayant le sentiment qu’aucun autre être humain ne les comprend. Il est souvent extrêmement difficile pour eux de se socialiser à l’école.

9. Ces enfants ne répondent pas à la discipline de la « culpabilité » (« Attends que ton papa rentre à la maison et voie ce que tu as fait »).

10. Ils n’hésitent pas à faire connaître leurs besoins.

D’autres définitions, ou énumérations de traits, des enfants Indigo sont de ce style, et réitèrent en utilisant l’idée de Carroll et Tober qui déclare :

« Un enfant Indigo est une personne qui présente un ensemble nouveau et inhabituel d’attributs psychologiques ainsi qu’un modèle de comportement généralement non documenté auparavant ».

Bien que ces auteurs présentent cela comme s’il s’agissait d’une définition, il ne s’agit en réalité que d’une publicité : ils ne précisent pas expressément ce que sont les « attributs psychologiques » nouveaux et inhabituels, ni ce qu’est le « modèle de comportement » non documenté.

Nancy Tappe est allée au-delà de sa définition initiale, en définissant quatre types distincts d’enfants Indigo : l’humaniste, le conceptuel, l’artiste et l’interdimensionnel. Encore une fois défini avec des généralités afin que chacun puisse trouver ce qu’il cherche chez n’importe quel enfant.

Luz Guzman dans son livre « Les enfants Indigo, à la recherche de la vérité » décrit 76 caractéristiques de ces enfants, certaines aussi générales que « 56. Ils sont agités », aussi pseudo-scientifiques que « 50. Ils canalisent sans effort », ou « 54. Ils manifestent d’autres capacités parapsychologiques ».

Si l’on regarde les revues scientifiques de médecine pédiatrique telles que le Journal Pediatry Health Care, The Electronic Journal of Pediatric Gastroenterology, Nutrition and Liver Diseases, Le Journal de Pédiatrie et de Puériculture, le European Journal of Pediatry, le Journal of Pediatry et autres, il n’existe pas une seule étude sur l’existence des enfants Indigo ou tout autre phénomène similaire auquel on puisse se référer, même par une approximation grossière. En d’autres termes, les professionnels qui traitent des dizaines d’enfants chaque jour ne sont pas au courant d’une manifestation aussi remarquable que celle rapportée par Tappe, Carroll et Tober depuis 40 ans.

En résumé, les enfants indigo n’existent pas en tant que catégorie objective de la diversité humaine, ils ne peuvent pas être définis ou différenciés des autres personnes de manière univoque, que ce soit culturellement ou biologiquement, et cette supposée nouvelle catégorie humaine n’a jamais été détectée dans le domaine scientifique spécialisé.

La composante raciste

Les trois auteurs originaux des Enfants Indigo (Tappe, Carroll et Tober) sont ceux qui ont donné le plus d’élan à cette idée, tous les autres se sont basés ou inspirés d’eux dans leur traitement du sujet. Avec la diversification des auteurs, des livres, des conférences et des sites web, les expériences ont augmenté en volume et approfondi ce fantasme, y compris ses aspects les plus néfastes sur le plan social.

Par exemple, l’auteure vénézuélienne Isabel Stelling, dans son article « Une nouvelle race émerge (parties 1 à 4) », abonde en déclarations telles que : « De nouveaux enfants, ou plutôt des super-enfants, naissent sur la planète. » « Ces enfants extraordinaires ou super-enfants, appelés les Enfants de la Vibration Cristalline ou les Enfants du Millénaire et formant une nouvelle race sur la planète, ont été nommés Enfants Indigo par l’écrivain américain Nancy Ann Tappe, … ».

Son message raciste est encore plus évident lorsqu’elle déclare :

« … Les Enfants Indigo font partie d’une nouvelle race que l’on pourrait appeler « La race des surhommes », des êtres surdoués et super-intelligents mais aussi revêtus de hauts degrés de spiritualité, d’honnêteté et d’intégrité, caractéristiques qu’ils apportent imprimées dans leur ADN, … » « Tous ces enfants sont apparemment le produit d’une mutation génétique, et il a été déterminé que la structure de leur ADN est différente du reste des êtres humains. Ils possèdent 4 acides nucléiques combinés en groupes de trois par trois qui produisent 24 codons, soit 4 codons de plus que l’être humain moyen ».

Ce dernier point est une autre absurdité, car si leur ADN est différent de l’ADN humain, les enfants Indigo ne seraient pas humains et ne pourraient pas naître d’êtres humains. De plus, l’auteur ignore les bases de la structure de l’ADN et du code génétique puisque les combinaisons de codons sont au nombre de 64 au lieu de 20, tandis que les acides nucléiques sont au nombre de deux et non de quatre.

Dans un autre article (« Le nouveau paradigme de la race » ), Isabel Stelling exprime :

« … les Enfants Indigo, un nouveau paradigme pour l’humanité, une nouvelle race qui aura un impact sur les nouveaux paradigmes éducatifs, politiques, sociaux, religieux et qui aura également un impact direct sur notre système de croyance. »

D’autres auteurs utilisent une terminologie plus subtile mais tout aussi discriminatoire : par exemple, Richard Seigle (chapitre « Systèmes de classification humaine » dans son livre « Les enfants Indigo ») affirme qu’il est possible de caractériser les groupes humains par leur couleur, tandis qu’abondent des références communes telles que « les nouveaux enfants superpuissants », « ils sont plus intelligents et plus sensibles », « les enfants du nouveau millénaire » (dépourvus de leur concept chronologique), « les nouveaux enfants », « les enfants d’aujourd’hui sont différents », etc.

D’autres expriment que les enfants Indigo ont une intelligence remarquable, une plus grande créativité, une base génétique plus parfaite que celle d’un humain et même des pouvoirs paranormaux tels que la télékinésie (déplacer des objets sans les toucher) et la télépathie (transmission de pensées). Des expressions telles que « Les personnes indigo traitent leurs émotions différemment des personnes non indigo… » ou « Elles ne ressentent pas la peur » abondent également. Certains « indigologues » semblent ignorer les concepts de base de la diversité humaine en affirmant qu’ils sont plus petits, ou plus grands, etc : « Ils peuvent avoir un léger renflement du lobe frontal. Ils ont de grands yeux et une ossature fine, donc ils sont généralement minces ».

Il est également courant de lire que « leur supériorité génétique leur confère un système immunitaire plus fort, de sorte qu’ils ne tomberaient jamais malades ». Cependant, les pédiatres n’ont pas détecté une diminution des consultations médicales ou des maladies chez les enfants, même si N. Tappe affirme que « 90% des enfants de 10 ans sont indigo (en 1998) ». Un tel nombre d’enfants immunisés devrait être évident. Il convient de noter que chaque fois que l’existence de races humaines a été testée, leur existence n’a jamais été prouvée, que ce soit par la morphologie externe ou squelettique, la composition macromoléculaire, les caryotypes ou le patrimoine génétique. Tous les auteurs qui affirment que les enfants indigo « sont différents » n’ont jamais présenté une seule preuve au-delà de leur annonce, y compris quelques-uns qui citent des « recherches à l’université de Californie » dans des rapports qui ne paraissent jamais.

La composante extraterrestre et New Age

Isabel Stelling, dans « Kryon et les enfants Indigo », synthétise ainsi ce côté de l’histoire :

« Une grande partie des informations sur les Enfants Indigo a été transmise par télépathie ou canalisée par une entité, jamais incarnée sur Terre, nommée Kryon » ; « Kryon est une entité douce et aimante actuellement sur Terre depuis 1991, pour aider à nous faire passer dans la haute énergie de ce que nous appelons « le Nouvel Âge ». »

Le comble de l’absurde, et c’est à se demander s’il ne s’agit pas d’une grosse blague, est atteint lorsque Stelling, et d’autres, nous disent que toutes les communications télépathiques commencent par « Je suis Kryon, du service magnétique ». Dans d’autres publications, il apparaît également que Kryon est un maître de ce service. Sur divers sites web, vous pouvez lire les « channelings » de Kryon par l’intermédiaire de Lee Carroll1, tels que « Activation de la troisième couche de l’ADN » ou « Le cercle d’énergie ». Selon la « channeleuse » Nancy Tate, Kryon lui parle de la « civilisation perdue de l’Atlantide ». Dans « Les enfants Indigo », N. A. Tappe déclare : « Certains sont déjà passés par la troisième dimension et il y en a d’autres, me semble-t-il, qui viennent d’une autre planète. Ils sont l’indigo interplanétaire, c’est pourquoi je les appelle interdimensionnels ».

Avec le condiment du New Age, le potentiel d’auteurs et de conseils sur ces soi-disant enfants s’est diversifié. Cela va de régimes naturopathiques spéciaux pour eux (bien qu’ils ne soient pas différents de ceux des autres personnes) à une adaptation permanente du lexique New Age pour ce cas : vies antérieures, karma, aura, médecine alternative, vibration, énergie, télékinésie, télépathie, travailleur de la lumière, chakra, reiki, Atlantide, et ainsi de suite. Les récits de ce genre sont nombreux et, comme toutes les autres approches des enfants Indigo, ils manquent de toute preuve objective ou de toute possibilité de vérification. Néanmoins, il est toujours souligné que ces enfants sont différents des autres.

Isabel Stelling étonne à nouveau avec ses affirmations dans « Capacités parapsychologiques des enfants Indigo » : dans ce texte, l’auteur parvient à mélanger la mécanique quantique, la Bible, les télescopes, les microscopes et la parapsychologie, entre autres sujets. Elle y relate comme vraies les capacités suivantes des EI : pouvoirs super spéciaux, télékinésie, clairaudience, clairvoyance, « lire un papier écrit en le mettant à l’oreille ou simplement en le touchant », « voir des êtres d’autres dimensions », télépathie, voyage astral, guérison spirituelle, entre autres.

En plus des EI, dans les milieux ufologiques et New Age, d’autres « enfants » sont annoncés comme apparaissant sur notre planète. Ce n’est plus Kryon qui communique par télépathie avec les « channelers », mais directement la Vierge Marie ou le Groupe (une supposée collectivité d’anges qui donne des informations à Steve Rother). Les caractéristiques de ces enfants sont encore plus ambiguës, subjectives et indéfinies, car il ne s’agit pas d’enfants super-intelligents (dont on vérifie en grandissant qu’ils n’ont pas cette unicité). Certains d’entre eux le sont :

Les enfants de cristal, également appelés enfants de la Nouvelle Terre, enfants psychiques ou enfants des étoiles : ils seraient plus sensibles, extrêmement puissants et sensibles.

Les enfants de lumière : ils viendraient de l’espace pour tester l’eau et planter des graines. — – Les enfants Diamants : auraient une aura multicolore.

Les enfants de platine : ils sont semblables à des cristaux mais peuvent exister en deux dimensions à la fois ; ils ont une aura avec des rayons de lumière jaune à blanche.

– Les Cristaux Walkins : s’incarneraient en tant qu’adultes avec une vibration de cristal.

– Les Crystal Erders : certains seraient des humains.

Les enfants super psychiques de Chine : il s’agit d’enfants nés uniquement en Chine et dotés de pouvoirs paranormaux.

Le volet santé

Comme mentionné ci-dessus, un aspect utilisé pour défendre l’idée que les enfants Indigo existent est que leur santé est superlative. Il a également été établi que cette affirmation est fausse, car elle ne résiste pas au moindre test de vérification. Outre l’aspect discriminatoire, cette question peut mettre en danger la santé des enfants atteints d’une pathologie bien connue et étudiée depuis longtemps : le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TADH). Reconnaître qu’un enfant est indigo peut conduire à négliger le traitement médical d’un trouble neurobiologique, ce qui peut avoir de graves conséquences.

C’est pourquoi de nombreux parents trouvent une excuse, dans une certaine mesure compréhensible, pour nier que leur enfant a un problème de santé, ce qui, pour beaucoup, signifie qu’il souffre d’une maladie mentale. Les pathologies cérébrales ont souvent une forte charge émotionnelle sur la famille, ce qui peut interférer avec la capacité à prendre de bonnes décisions. Ainsi, il est préférable de croire que notre enfant est un être spécial et supérieur plutôt que d’accepter qu’il fasse partie des 3 à 5% qui souffrent d’hyperactivité.

Cependant, depuis 1950, le traitement du TDAH a fait ses preuves et donne de bons résultats. Mais les révélations célestes de Kryon et leur publication opportune coïncident avec une campagne menée aux États-Unis contre l’utilisation de médicaments, promue par des thérapeutes non médicaux, des angéologues, des naturopathes New Age, des parapsychologues et d’autres spécialistes du marketing sans scrupules. Ainsi, pour de nombreux parents d’enfants hyperactifs, un « témoignage » ou des anecdotes vagues et non corroborées peuvent avoir plus de valeur que 40 ans d’expérience d’un traitement médical spécifique et efficace. La prétendue immunité aux maladies des Enfants Indigo peut inciter les parents à abandonner les soins de santé élémentaires, comme le plan de vaccination, ou à changer le suivi médical de leurs enfants pour celui d’une pseudo-médecine.

Les enfants Indigo à l’école

Principe 10 : L’enfant doit être protégé contre les pratiques susceptibles d’encourager la discrimination raciale, religieuse ou toute autre forme de discrimination. (Déclaration universelle des droits de l’enfant).

L’idée de EI atteint même le milieu scolaire, où des enseignants peu formés aux sciences et très crédules croient pouvoir les identifier parmi leurs élèves. Un enseignant qui applique une pseudo-science pour classer ses élèves comme faisant partie d’une « race supérieure », en plus de perdre leur capacité à différencier le faux du vrai, viole les droits fondamentaux des enfants et met en même temps leur santé en grand danger. The Indigo Project International opère dans différentes parties du monde et se définit comme « un mouvement international à but non lucratif, créé et orienté pour fournir de l’aide, de l’information, de la formation et de l’éducation aux parents, enseignants, psychologues, pédiatres, entre autres, d’enfants souffrant de troubles de déficit de l’attention et/ou d’hyperactivité (TADH), connus internationalement aujourd’hui comme les Enfants Indigo ».

Il s’agit de l’avant-poste international qui entend pénétrer le système éducatif, puisque ses principales actions sont des cours et des ateliers destinés aux parents et aux enseignants, tels que : « Qui sont les nouveaux enfants ?, Les formateurs Indigo, Les enfants Indigo : atelier d’éducation, Programme spécial pour les éducateurs et les écoles, Outils pour l’éducation nouvelle – Atelier expérimental, Les enfants Indigo, éduquer dans la nouvelle vibration ».

Leurs enseignants ne sont pas des médecins, des psychologues, des psychiatres ou des pédiatres, mais des formateurs en programmation neurolinguistique, des thérapeutes transpersonnels, des naturopathes, des radiesthésistes, des  » « chercheurs » paranormaux, des spiritualistes, des chanteurs lyriques, des professeurs de langues, de poterie ou de jardin d’enfants.

Dans ces domaines, on observe une stratégie transformée qui consiste à donner une version des Enfants Indigo adaptée au degré présumé de « crédulité » du public. Les références ésotériques ou new age sont plus subtiles, le scénario extraterrestre n’est pas utilisé, mais le principe de l’existence de différents enfants aux caractéristiques superlatives est maintenu. Cette adaptabilité est alarmante, car elle constitue une méthodologie pour conquérir les volontés et démontre qu’il existe deux récits : un pour les convaincus, avec toutes les ficelles, et un pour le grand public. Dans le Projet Indigo International lui-même, cette tromperie peut déjà être aperçue lorsque les enfants Indigo et les enfants souffrant de troubles de déficit de l’attention et/ou d’hyperactivité sont utilisés comme synonymes.

1 https://www.menus.kryon.com/

Cet article date de 2011. Il garde toute sa pertinence.

Miviludes : https://www.miviludes.interieur.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire/o%C3%B9-la-d%C3%A9celer/les-d%C3%A9rives-sectaires-dans-le-domaine-de-la-sant%C3%A9/que-0

Laisser un commentaire