Les passeurs d’âmes…

Dominique Auzenet, avec l’aide d’autres personnes

Passeur d’âmes : une « spécialisation » dans la galaxie médiumnique

Depuis quelques années est apparue une nouvelle « spécialité » dans la médiumnité qui est celle de « passeur d’âmes ».

On en entend parler dans des émissions sur le paranormal à la télévision et à la radio. Il en est question dans l’ensemble du spectre des thérapies de bien-être, telle qu’elles sont proposées sur les sites internet et chaînes vidéo chargés de nous hameçonner.

Et, en écoutant les personnes autour de nous, nous nous apercevons qu’un certain nombre a intégré la réalité des âmes errantes, la possibilité pour elles de nous provoquer des nuisances, la nécessité de faire appel à une personne spécialisée dans ce genre de libération : le passeur d’âmes.

Il est donc nécessaire de se pencher brièvement sur ce développement pour mieux le comprendre, sachant que la plupart des catégories utilisées ne sont jamais définies.

I. QUE DISENT LES PASSEURS D’ÂMES SUR EUX-MÊMES ?

Plutôt que de longs discours, il faudrait pouvoir visionner de nombreux témoignages ou exposés qui sont à notre disposition sur la plateforme youtube… Mais cela représente de très nombreuses heures de travail dont nous n’avons pas forcément la disponibilité. Je vous invite cependant à le faire en partie, pour baigner dans cet univers très particulier, et mieux voir pourquoi je rédige cet article. Voici plusieurs exemples que vous pouvez prendre le temps d’écouter ou de sonder si vous le souhaitez :

https://www.youtube.com/watch?v=mSConyhEXxw

https://www.youtube.com/watch?v=sx6Tvge6Nhk

https://www.youtube.com/watch?v=Cyt7xcfBVEU

https://www.youtube.com/watch?v=4OZo2VENZNU

Le passeur d’âmes est un médium

« Un passeur d’âmes est médium, mais tous les médiums ne sont pas passeurs. C’est en quelque sorte une « spécialité » de la médiumnité. Au même titre que certains médiums vont entendre les défunts, d’autres vont les voir et d’autres encore vont être chargés de guider les âmes en peine. Je pense que chaque médium peut avoir plusieurs spécialités.

En ce qui concerne un passeur d’âmes, souvent ce sont des guides qui l’on mit sur ce chemin. On dit que cela faisait partie de leur mission de vie. Il ressent lorsqu’il y a quelque chose de spécial dans une pièce et entend lorsqu’il y a quelqu’un qui parle dans sa tête. »1

Continuer la lecture de « Les passeurs d’âmes… »

D’où viennent les pratiques de « purifications de maison » vantées par l’influenceuse EnjoyPhoenix ?

Un article sur le site du journal La croix 18 janv. 2023, signé Marguerite de Lasa

EnjoyPhoenix, une des influenceuses françaises les plus  importantes, a confié faire appel à un « passeur d’âme » pour « purifier  sa maison » dans un post Instagram publié le week-end du 14 janvier.  Comment comprendre cette pratique propre aux spiritualités  alternatives ? Y a-t-il un lien avec l’exorcisme ?             

C’était une pratique relativement confidentielle, jusqu’à ce qu’une influenceuse française de renom en fasse la promotion. Le week-end du 14 janvier, Marie Lopez, propriétaire du compte Enjoyphoenix qui compte plus de 3,68 millions d’abonnés sur YouTube, a publié sur le réseau social Instagram une story – un post éphémère – dans laquelle elle raconte avoir eu recours à un « passeur d’âme » pour « purifier sa maison. »

« On a fait appel à @Martin_passeur_d_ames pour venir faire un premier check et faire une purification de la maison avant de commencer les travaux, pour voir et comprendre ce qui s’y passait et c’était vraiment hyper intéressant », confie-t-elle, avant de recommander l’homme « les yeux fermés », pour « nettoyer les foyers. »

À lire aussiLa génération TikTok plus perméable aux contre-vérités scientifiques et au paranormal

Le dénommé « Martin passeur d’âme » définit son activité sur son compte Instagram par quelques mots-clés : « Harmonisation et équilibrage des énergies », « purification de lieux et de personnes », « lithothérapie », « tirage de cartes », « équilibrage des chakras. »

Sur une vidéo réalisée par une autre influenceuse adepte du paranormal, « Silent Jill », Martin détaille les croyances au fondement de son activité de « purification » : « Quand on entre dans une maison, il y a des entités qui s’accrochent à nous, commence-t-il, quand quelqu’un décède, le corps spirituel reste sur terre s’il n’a pas fini ce qu’il devait faire. Nous, on est ici pour aider ces personnes restées bloquées sur terre à remonter au niveau du ciel. »

Bâtons de sauge, encens de messe et bougies aux couleurs des chakras

Dans la vidéo, Martin fait ensuite une démonstration de ses services. Sa compagne Alison commence par faire le tour des pièces armée d’un pendule. Arrivée dans un petit salon, elle s’arrête. « Ici, il y a des entités », juge-t-elle. Et, s’adressant à sa cliente : « Tu as peut-être une sensation de lourdeur. Mais en nettoyant la mémoire des murs, tu devrais pouvoir rester dans cette pièce et t’y sentir vraiment apaisée. »

Après le diagnostic, c’est au tour de Martin de suivre le même itinéraire, tenant cette fois dans sa main un bâton de sauge incandescent. « Pour nettoyer, il faut passer avec de la sauge, demander à la personne de monter vers la lumière, de laisser place à l’amour et au bonheur, et de suivre son chemin », développe Alison. Dans son « nettoyage », l’énergéticien belge utilise aussi « de l’encens de messe », une planche pour « mesurer le taux vibratoire » ainsi qu’ « une bougie aux sept couleurs des chakras. »

À lire aussiUn maire d’Île-de-France a-t-il appelé un prêtre et un imam à « exorciser » un HLM « hanté » ?

Cet assemblage composite entre des éléments de traditions religieuses différentes est typique des religiosités nouvelles et New Age. Pour le philosophe et sociologue Raphaël Liogier, professeur à l’IEP d’Aix-en Provence et ancien directeur de l’Observatoire du religieux, se profile dans ces religiosités « le mythe de l’unité transcendante de toutes les traditions, comme si chacune portait la trace d’une vérité qu’elles avaient chacune un peu dévoyée », explique-t-il.

Voyage d’une religion à l’autre

Ces religiosités nouvelles constituent pour lui « un nouveau modèle interprétatif qui fonctionne à partir de la transcendance brute articulée sur des symboles supposés traverser toutes les traditions. » La purification des maisons puiserait ainsi, selon ses promoteurs, à la fois dans le taoïsme, dans le bouddhisme, mais aussi dans le christianisme primitif.

« Toutes ces différentes religiosités ont un dénominateur commun auquel tout le monde croit plus ou moins, développe le philosophe. Ainsi, selon Raphaël Liogier, « qu’on prétende faire du chamanisme néo-mexicain, du yoga, ou le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, les mêmes concepts sont mobilisés : énergie, bien être supérieur, hédonisme spirituel, rapport à la connaissance de soi en miroir de la connaissance du monde… » Toute cette structure servant, in fine, « à interpréter le monde pour donner un sens à l’existence », conclut-il.

À lire aussiDevenir soi, ça veut dire quoi ?

Ces spiritualités consistent ainsi, selon lui, à « voyager d’une religion à l’autre, pour aller chercher la trace d’une transcendance à l’état brute, c’est-à-dire non modifiée, non raffinée par les usines que sont les traditions religieuses qui façonnent des représentations de Dieu particulières. »

« Superstition »

Dans l’Église catholique, certains avouent leur dénuement devant ces pratiques et croyances nouvelles. « Autrefois, l’Église était familière du vocabulaire des âmes et des anges, et puis on en a moins parlé », évoque le père Jean-François Meuriot, membre de l’Observatoire des nouvelles croyances à la Conférence des évêques de France. Il explique cet abandon par « une période de rationalisation », où « on a peut-être voulu rendre compte de tout par la raison, sans laisser de place au mystère, à l’inconnu, à l’invisible. »

Ainsi, aujourd’hui, certains prêtres balaient ces pratiques comme « des superstitions », rendues caduques par la révélation de l’Évangile. D’autres, comme le père Dominique Auzenet, exorciste du diocèse du Mans, les prennent très au sérieux, et mettent en garde contre les dangers de « cette ouverture au monde occulte ».

Jean-François Meuriot lui, tient à rappeler que le Credo affirme l’existence « de l’univers visible et invisible ». Le prêtre conçoit ainsi « tout à fait » qu’il puisse y avoir « des personnes décédées qui ont du mal à monter vers Dieu », ou que des lieux puissent être habités par des « résonances » laissées par d’autres.

« Là où nous passons, nous laissons des traces », perçoit-il. Les bénédictions de maison, rituel officiel de l’Église catholique, se comprennent pour lui comme cela. « Les gens souhaitent mettre leur maison sous la protection de Dieu pour vivre dans un environnement sain et équilibré. »

Prière

Pour lui, nous faisons notamment l’expérience de cet invisible « impalpable et non mesurable » dans l’amour et la prière. « Nous pouvons continuer à aimer quotidiennement un être cher, même s’il n’est plus là ».

Ces demandes de purifications d’espaces parviennent aussi à l’Église. Le père André Cabes, exorciste du diocèse de Tarbes, est ainsi régulièrement sollicité. « Je me souviens de personnes qui me disaient ne pas pouvoir rentrer dans une pièce parce qu’un ancêtre tyrannique continuait d’occuper les lieux », témoigne-t-il.

Après une longue écoute, les personnes confient souvent au prêtre des relations difficiles, ou des drames familiaux. Dans ces cas, il remarque que « ce n’est pas la maison qui est malade, mais l’âme des personnes qui est blessée ». Il propose alors toujours une prière et « appelle la présence du Seigneur pour qu’il apporte la paix. »


À la suite de cet article, vous pouvez lire aussi celui que j’ai composé il y a un an sur le phénomène des « passeurs d’âmes », qui donne encore d’autres éclairages complémentaires.

Le Lahochi ?

Dominique Auzenet

Pourquoi se poser la question ?

Parce que des personnes font appel à des « énergéticiens » pour différentes raisons, et qu’elles peuvent être mis en présence de ce type de pratique énergétique sans même le savoir.

Elles constatent ensuite des perturbations profondes dans leur vie personnelle.

Au point quelquefois de venir voir le prêtre exorciste que je suis, car l’action énergétique a provoqué une forte ouverture au monde des esprits diaboliques…

Une « thérapie énergétique » en progression

Si je cherche dans mon département de la Sarthe, je trouve aisément des praticiens. Il suffit d’ailleurs que vous lisiez les définitions données au Lahochi pour constater qu’elles sont un simple copier-coller.

https://valerieperret.wixsite.com/reflexologie72/soins-energetiques

https://www.therapeute-energetique.fr/formation-lahochi qui devient vite un business : https://www.unlieudelumiere.com/collections/cours-initiation-lahochi-a-distance-pas-cher dont on nous dit qu’il est moins cher qu’ailleurs…

https://www.annuaire-therapeutes.com/therapeutes/230-lahochi/72-sarthe

https://www.facebook.com/photo/?fbid=538388884962715&set=a.441153894686215

https://etresonessentiel.fr/pages/tarifs.html

Dangereux : https://www.facebook.com/profile.php?id=100057222259100

https://www.sylvianedoue-formations.fr/formez-vous-hypnose

https://www.resalib.fr/praticien/47146-laetitia-lequertier-sophrologue-la-chapelle-saint-remy

L’origine ?

On peut lire ici ou là sur les sites : L’enseignement LaHoChi a été transmis lors d’une canalisation le 15 mai 1991 au Maître Satchamar, disciple du sage indien Sathya Sai Baba, par un Maître spirituel du Chi appelé Maître LaHoChi, qui vit dans le monde de la Conscience Cosmique, et qui n’est autre que le Maître Ascensionné Lao-Tzu (Lao-Tseu). Leur union énergétique a permis d’activer ces énergies spirituelles de guérison.

Origine gazeuse invérifiable !

Sur d’autres sites, on va nous dire aussi : « Le premier manuel (que nous utilisons encore) a été créé par Elisabeth Chandler qui a collaboré avec Satchamar dans son école aux USA ». Et quand on cherche à creuser un peu plus, on aboutit à une conclusion : « ll est difficile de connaitre exactement d’où vient le LaHoChi« …

Sur l’internet, Didier Combé occupe une place importante avec son livre et ses enseignements :

Thérapeute énergéticien et enseignant de différents systèmes de soins énergétiques depuis plus de dix ans. Médium, il propose aussi des accompagnements spirituels, des régressions dans les vies antérieures par l’Hypnose spirituelle ainsi que des soins de Sonothérapie avec les Diapasons du Solfège Sacré.
Il est en France un des pionniers du Lahochi, cette technique énergétique hors norme, dont il publie en 2014, après de nombreuses découvertes et canalisations, le premier livre en français sur ce sujet, livre devenu depuis un best-seller. Ce livre, et le succès qu’il va rencontrer auprès d’un public sensible à la question des énergies, va le pousser à continuer son travail d’écriture.

Initiation, invocations

N’importe qui peut apprendre cette simple technique énergétique par les mains. C’est par la pratique et l’ouverture de vos propres canaux que vous deviendrez de plus en plus compétent. Une caractéristique du Lahochi est que l’invocation au Maître LaHoChi, ainsi que la prière préliminaire maintient en place un ” Sceau de Protection ” autour du guérisseur et du receveur.

Cette salade s’adresse à qui exactement ?

« Si le Lahochi est associé à des énergies christiques et que la prière parle du Christ, ce n’est en réalité pas lié à la religion. Il s’agit d’une manière d’appeler l’énergie universelle de vie et rien d’autre ».

https://atelier-lahochi.fr/lahochi-reiki-points-communs-differences/

L’énergétique, encore et toujours…

 » La puissance du Lahochi trouve sa source dans le fait qu’elle utilise une fréquence beaucoup plus élevée de la Lumière ou énergie universelle de vie. L’accès à cette fréquence très élevée permet de constater sa singularité et ses bienfaits rapides sur divers aspects »

L’initiation donnée dans les formations apprend à faire allégeance à un Maître Lahochi inconnu pour obtenir l’efficacité de l’énergie universelle… derrière laquelle se trouve l’Ange des Ténèbres.

« Recevoir du Lahochi nous met dans un état de conscience très particulier : tout en étant très présent, très conscient de son environnement et de ce qu’il se passe durant la séance, on ressent très clairement qu’une partie de nous est ailleurs, voyage. Bien entendu, certains s’endorment carrément voire ronflent allègrement, mais là encore, le plus souvent d’un sommeil très spécifique, où l’on perçoit, où l’on ressent. » 

Autrement dit, un état de conscience modifié et l’éveil de la médiumnité… Autant le savoir !

La loi de l’attraction et la pensée positive

Un podcast d’Élisabeth Feytit, 17 mn

En 2006, le film “Le secret“ de l’Américaine Rhonda Byrne débarquait dans le milieu du développement personnel, allant jusqu’à faire du concept de “Loi de L’attraction“ un passage obligé pour toute personne qui s’intéresse à la manière d’améliorer sa vie, que ce soit psychologiquement ou dans les domaines très concrets de la santé, du succès professionnel ou des relations amoureuses.

Même si elle a alors secoué le monde jusqu’à devenir mainstream, cette idée n’est pas nouvelle. Elle constitue en réalité le fondement-même de la spiritualité contemporaine.

Le site Méta de choc

Spiritualité, new age et ayahuasca

Article du Point, par Olivier Hertzel (7/11/22).

Rossart, paisible hameau des Ardennes belges, avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner, aurait dit Jacques Brel. Quelques maisons de pierre se dressent le long de la Grand’Rue déserte. Sur le trottoir, nous engageons la discussion avec Tarek*, un jeune Libanais, la voix traînante et le regard perdu :
– « Tu as déjà essayé ?
– Non, répond Tarek*. J’espère que cela va m’aider. »

Son espoir s’appelle « ayahuasca », une décoction hallucinogène préparée à partir de plantes et utilisée dans les rituels chamaniques de communautés indigènes d’Amazonie. Ses plus fervents promoteurs n’hésitent pas à ranger cette potion au rayon « médecine », sorte de panacée thérapeutique et spirituelle. Ici, à 150 km de Bruxelles, bien loin des traditions de la jungle amazonienne, ce breuvage verdâtre est un produit illicite, car il contient de la diméthyltryptamine ou DMT, un puissant psychotrope. La loi belge est claire : « L’importation, l’exportation, le transport, la détention et la vente de la DMT constituent des infractions pouvant être punies d’un emprisonnement de trois mois à cinq ans et/ou de lourdes amendes », précise un représentant du Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN) à Bruxelles.

La législation est peu ou prou la même dans toute l’Europe, avec toutefois quelques appréciations ambiguës dans certains pays comme l’Espagne. Malgré le risque judiciaire, ce 20 octobre, dix personnes – dont quatre Français – sont attendues à Rossart pour participer à une retraite clandestine de trois jours. Sous une fausse identité, nous nous sommes invités à ce rassemblement avec l’intention de suivre et d’enregistrer la cérémonie nocturne de l’ayahuasca.

Business du trip

L’événement est organisé par Inner Mastery – la « maîtrise intérieure » ! Cette entreprise, en apparence ordinaire, est en fait une véritable multinationale des drogues psychédéliques, régnant sur le business du « trip » dans toute l’Europe et une partie de l’Amérique latine.

Alberto Varela, fondateur d’Inner Mastery

Elle a été créée en 2013 par Alberto Varela, mélange d’homme d’affaires et de maître spirituel d’origine argentine et vivant aujourd’hui en Espagne. Quelques années plus tôt, l’individu avait passé 14 mois en prison pour possession de drogue… 40 kg d’ayahuasca. Basée à Madrid, sa firme, Inner Mastery, est une entreprise tentaculaire. Elle s’est spécialisée dans le développement personnel sous psychotropes. Selon des données internes difficilement vérifiables, elle serait présente dans 25 pays et aurait rassemblé plus de 70 000 participants.

Outre la Belgique, elle organise des « retraites d’évolution intérieure » dans ses maisons ou plutôt ses « épicentres » – dans le jargon interne – situés en Allemagne, Irlande, Italie, Suisse, Pays-Bas, Malte, Roumanie, Turquie, Finlande, Suède, Norvège, ainsi qu’au Mexique, en Colombie ou en Uruguay. Avant la crise du Covid et ses confinements, Inner Mastery louait également des appartements à Paris via Airbnb pour des sessions express où les participants fumaient du bufo, autre hallucinogène aux effets instantanés, sécrété par la peau d’un crapaud. Comme l’ayahuasca, il contient la molécule interdite, le DMT.

Ces indélicatesses avec la loi, n’empêche pas pour autant l’organisation d’Alberto Varela de planifier ces séjours de shoots psychédéliques. Les épicentres semblent juste bouger ou se volatiliser au gré des changements de législation, des descentes de police et des saisies. Celui d’Eersel, près d’Eindhoven aux Pays-Bas, a fermé en 2019 à la suite d’un raid des forces de l’ordre en pleine retraite. Des membres du groupe ont été interpellés. Quelques semaines plus tôt, un homme de 31 ans, d’origine hongroise s’était suicidé après avoir quitté le lieu en état de panique, en plein trip sous iboga, encore une drogue hallucinogène au menu d’Inner Mastery. « Des descentes ont eu lieu en Allemagne, en Suisse, en Italie, en Belgique. Mais cela ne les empêche pas toujours de reprendre les retraites », confie au Point Esther*, une ancienne « facilitatrice », le nom donné aux personnes travaillant dans les épicentres.

Ces séjours attirent toujours davantage de candidats avec la promesse d’un « épanouissement dans son plus haut potentiel », « de transcender ses limitations », « de transformer sa souffrance en vie ». Ce, grâce à une
« technologie de transformation » qui combine « des méthodes évolutionnaires, conscientes et thérapeutiques » aux « outils traditionnels amérindiens les plus avancés. » N’en jetez plus. Le commerce d’Inner Mastery : un gloubi-boulga new age abscons, mi-spirituel, mi-thérapeutique, combiné à des drogues hallucinogènes connues pour leur pouvoir de soumission chimique des esprits.

Continuer la lecture de « Spiritualité, new age et ayahuasca »