Doit-on s’inquiéter de la résurgence des pratiques new-age ?

Sur le site de France-Culture

Le "Nouvel âge" est une approche globale, holistique et spiritualiste du monde, où le corps, l’âme, l’esprit et le cosmos sont liés. Alors que cette mouvance née dans les années 1960 connaît un regain de popularité, à quoi répond vraiment ce retour du spirituel ? Comment lutter contre ses dérives ?

Développement personnel, retour à la nature, médecines alternatives… Depuis une dizaine d’années, la mouvance New Age, issue de la contre-culture américaine des années 60, fait son grand retour dans la vie de millions de Français.

Écouter l’émission (45 mn)

Mouvement riche, éclectique, parfois utile et positif, il est également porteur de dérives. Et notamment de dérives sectaires.

En effet, selon la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, la Miviludes, 40% des signalements reçus en 2020 concernaient des questions de santé ou de bien-être. Une tendance révélée et accélérée par la crise sanitaire… mais qui la précédait largement.

Car à en croire bon nombre d’associations et d’acteurs de terrain, cela s’expliquerait notamment par la diffusion de la mouvance « New Age ». A la frontière entre le spirituel et le bien-être, à quoi répond cette nouvelle idéologie du sacré ?  Doit-on se méfier de cet ésotérisme contemporain vendeur et ultra-connecté ?  A quel point doit-on redouter les dérives sectaires qui lui seraient liées ?

Autant de questions dont nous allons débattre pendant 45 minutes avec nos trois invités.

Nous recevons Pascale Duval, porte-parole de l’Unadfi, Raphaël Liogier, sociologue et philosophe, et Jean-Baptiste Malet, journaliste, auteur et documentariste. 

Le danger des méditations non-chrétiennes

Après avoir appris et longtemps pratiqué une technique de méditation New Age, Amandine (paroisse de Figeac) nous en explique les dangers. La méditation issue des courants « New Age » très répandue de nos jours ouvre en effet la porte à des forces maléfiques sous couvert de faire du bien et d’aider à l’épanouissement de l’individu.

Le yoga, un chemin de servitudes

par Frère Paul

Quinze années de pratiques assidues, vécues avec fougue… Une conversion en 2018… Il en résulte, dans cette réflexion, au ton radical, des analyses très fines, à l’aune d’un discernement conduit par l’Esprit de Vérité.

« Dès mon entrée dans le monde du Yoga et de la méditation, j’ai commencé à étudier en profondeur toutes ces pratiques et toute la philosophie à la base de cette discipline. Il me semblait enfin avoir trouvé ma voie, me poussant chaque jour à aller plus loin dans la recherche de ces pratiques initiatiques. Il me semblait être guidé, je l’étais certes mais par le faux dieu, par le larron pernicieux !

J’étais le moins que l’on puisse dire un excellent élève. Méthodiquement, j’avais mis en place au bout de quelques années un programme de prières et de pratiques ésotériques qui me conduisait à me lever tous les jours à 4 heures du matin et à enchaîner un programme très précis pendant plusieurs heures d’affilée. »

Télécharger le livret en PDF ou EPUB

« Après plusieurs années à ce rythme, je bénéficiais par le biais de ces alliances des « pouvoirs spirituels extraordinaires » qui me permettaient de croire que j’étais devenu un Maître accompli du yoga et de la méditation orientale. Ma capacité à vivre à plusieurs reprises des états de conscience modifiés ou samadhis (décorporation et union de l’âme au monde parallèle), c’était pour moi la confirmation que je touchais à mon but, l’union avec le faux Dieu qui n’est autre que le grand Satan !

J’étais devenu ainsi au bout de plusieurs années un « Maître en Yoga « (ashtanga yoga, Kundalini yoga, Kriya yoga etc. ), un « Maître en reiki » , un guérisseur, un magnétiseur.

Avant d’être libéré par le Christ et par la sainte l’Église catholique, mon âme, vous l’avez compris, s’est perdue pendant de nombreuses années dans des pratiques ésotériques (yoga, méditation, Reiki, Bio Énergie.. ) qui ne cessent de faire des ravages auprès d’âmes innocentes. Certes et fort heureusement le Christ est super vainqueur, raison pour laquelle je peux partager avec vous ces quelques lignes, mais il serait très dangereux de minimiser l’impact très mortifère de ces pratiques ésotériques pour l’âme et le corps. »


LES COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE

Frère Paul souhaite rester en retrait et n'est pas "administrateur" du site pour pouvoir répondre directement. Si vous souhaitez poster un commentaire, faites-le; en tant qu'administrateur et modérateur, je le lui ferai parvenir. Il me retournera sa réponse que je posterai, y compris avec des dossiers documentés s'il le fallait, qui seraient alors en téléchargement. Même si le processus est un peu lourd, le dialogue devrait être fécond !  D. Auzenet.

Doreen Virtue, une icône du New-Age, se convertit

Si vous voulez savoir qui est Doreen Virtue, tapez son nom sur un moteur de recherche et regardez (web, photos, vidéos); vous comprendrez. L’éditeur Trédaniel en fait une présentation ici : https://www.editions-tredaniel.com/doreen-virtue-auteur-812.html

Mais que s’est-il passé ?

En janvier 2015, Doreen Virtue écoutait son autoradio et a entendu un sermon du pasteur Alistair Begg sur les faux prophètes. Doreen a reconnu qu’elle correspondait à la description d’un faux prophète, et elle a commencé à aller à l’église.

Au début de l’année 2017, elle a commencé à étudier la Bible. Lorsqu’elle a lu Deutéronome 18:10-12, qui énumère les activités de péchés du New Age, Doreen s’est repentie et a donné sa vie à notre Seigneur et Sauveur Jésus. Doreen a renoncé à son travail précédent, et elle prie pour le jour où d’autres personnes cesseront de vendre ses vieux produits. Si elle s’était auto-publiée, les anciens produits auraient été immédiatement retirés du marché. Malheureusement, d’autres entreprises ont des licences pour les anciens produits et continuent de les vendre.

En attendant, Doreen publie régulièrement sur les médias sociaux des messages destinés aux nouveaux arrivants pour qu’ils détruisent ses anciens produits et laissent le New Age derrière eux, et qu’ils donnent leur vie à Jésus comme leur Seigneur et Sauveur.

Dans les commentaires de la vidéo, une ancienne voyante, Sylvie Champagne, écrit :

Je suis une ancienne voyante, médium… j’étais tout ce qu’on veut, car j’ai touché à tant de choses. C’est merveilleux de voir qu’elle a aussi été brisée par le Deutéronome, je me reconnais tellement dans son témoignage. J’allais sur des forums spécialisés pour échanger des tirages de cartes (Auféminin astro-éso surtout). Du coup… son nom ne m’est pas étranger, il m’est même très familier… Je me demande si dans mon immense collection de tarots, je n’avais pas un de ces jeux… J’ai tout mis au feu ! 3 jours de barbecue ! Merci pour ce témoignage Mél, je suis heureuse pour elle. Pour toi et toutes ces personnes égarées que nous étions.

Quand le Nouvel Age croise notre route… une belle histoire de protection

Témoignage. Enfant, elle voyait la Vierge, mais sa jeunesse l’a menée sur les chemins du Nouvel Age où elle a vu le démon

par Luis Santamaría, du Réseau ibéro-américain pour l’étude des sectes (RIES)

Maria est âgée de 48 ans et est originaire de Valence (Espagne). Après trois décennies dans le New Age, elle a voulu partager son témoignage avec les lecteurs de Portaluz, pour mettre en garde contre les conséquences de la recherche de réponses aux questions spirituelles dans l’environnement du New Age, de l’univers holistique, des thérapies naturelles et alternatives… Derrière une façade de lumière, de bien-être et de libération, se cache une arrière-salle d’occultisme et d’action des forces du Mal. Il ne s’agit pas d’une idée erronée ou d’un préjugé chrétien : elle l’a vérifié en personne et l’a subi dans sa propre chair. L’article est écrit par Luis Santamaría, du Réseau ibéro-américain pour l’étude des sectes (RIES). Traduction D. Auzenet.

De la peur à la présence de la Vierge

La naissance de Marie a été marquée par la douleur. Sa mère avait perdu les eaux, mais lorsqu’elle s’est rendue à l’hôpital, on ne s’est pas occupé d’elle, et elle a dû attendre 24 heures avant de pouvoir être admise. « Je peux imaginer la désolation d’une nouvelle mère sans surveillance », dit-elle maintenant. Elle pesait près de 6 kilos à la naissance, l’accouchement a donc été particulièrement difficile, et les difficultés ont continué par la suite : « Trois jours après la naissance, je suis tombée malade. J’avais avalé toutes les saletés de ma mère et je n’arrêtais pas de vomir du noir, et je suis restée à l’hôpital pendant trois mois ».

À la maison, il y avait une atmosphère d’inimitié et de violence. Ses parents étaient catholiques « sans aucune foi ni conviction », mais ils l’ont inscrite dans une école salésienne. Lorsqu’elle avait 7 ou 8 ans, ces religieuses lui ont donné une petite figurine de Marie Auxiliatrice qui brillait dans le noir. « La première nuit, il ne s’est rien passé, mais la nuit suivante, j’ai vu comment l’image a grandi. J’ai eu peur et j’ai couvert ma tête avec la couverture. Lorsque cela s’est reproduit une autre nuit, j’ai appelé ma mère en hurlant, je lui ai tout expliqué et elle m’a dit que rien ne s’était passé. »

Comme cela se reproduisait nuit après nuit, la jeune fille a décidé d’affronter sa peur. « Un jour, j’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai regardée. Je n’oublierai jamais ce moment. La première chose que j’ai ressentie était une odeur de roses et de jasmin… aucun jardin n’est comparable à ce parfum. Et j’ai regardé son visage. Derrière cette lumière, il y avait une belle femme, qui me regardait avec tant de douceur, avec tant d’amour… qu’il semblait que mon âme sortait de ma poitrine à cause de tant d’amour. Cette femme s’est assise au pied de mon lit et je me suis endormie », se souvient-elle. « Et c’était comme ça presque tous les soirs pendant un long moment. Elle ne m’a jamais rien dit. Elle m’a juste regardé, et j’ai dormi paisiblement. »

Un guérisseur

Maria voulait dire à quelqu’un ce qui lui arrivait, dire au curé ou aux religieuses de son école « que j’ai vu la Dame dans ma maison ». Et elle a décidé de le faire dans le cadre de la catéchèse de préparation à sa première communion. Mais ce n’était pas ce à quoi elle s’attendait : « Ma surprise a été que là-bas on me parlait d’un Dieu qui punit et que tout était péché ». Elle a donc refusé de retourner à la catéchèse, « parce que ce n’était pas mon Dieu, plein de patience et de douceur, et aussi parce que je ne voulais pas m’habiller dans ces robes de mini-girls ». Finalement, elle s’est préparée dans le village de sa mère, se confessant et recevant l’Eucharistie le 15 août, solennité de l’Assomption de la Sainte Vierge.

Continuer la lecture de « Quand le Nouvel Age croise notre route… une belle histoire de protection »