Utiliser la spiritualité pour optimiser la productivité ?

Carolyn Chen : « L’entreprise technologique offre la solution la plus efficace pour donner un sens à la vie ». Par Amelia Tait. The Guardian. Traduit de l’anglais (D. A. + Linguee)

Un nouveau livre expose l’utilisation par la Silicon Valley de concepts et de pratiques spirituels pour optimiser la productivité de ses employés.
Carolyn Chen est une sociologue et un professeur de l’UC Berkeley qui fait des recherches sur la religion, la race et l’ethnicité. Son nouveau livre, Work Pray Code : When Work Becomes Religion in Silicon Valley, présente des entretiens approfondis avec des employés et des employeurs afin d’explorer comment la spiritualité engendre la productivité dans le centre technologique mondial.
En tant que professeur de religion, qu’est-ce qui a suscité votre intérêt pour la Silicon Valley ?

J’ai étudié les immigrants taïwanais évangéliques, les chrétiens évangéliques, les bouddhistes dans leurs communautés, mais je pense que toute personne vivant dans un pays occidental industrialisé, dans une zone métropolitaine, sait que la religion est en déclin en termes d’affiliation et de participation religieuses. J’avais l’impression qu’il manquait quelque chose si je ne tenais compte que les personnes qui s’identifient comme religieuses. Comment voyons-nous la religion fonctionner dans le monde ? Quelle est la manifestation contemporaine de la religion ? J’étais vraiment intéressé par la présence de la religion dans les espaces séculiers.

Ce qui vous a amené à visiter des studios de yoga et ce que vous avez appris en parlant à des personnes laïques utilisant cette pratique spirituelle ?

J’ai remarqué que le travail était très présent dans les récits et les biographies des gens. Quand je demandais aux gens : « Alors pourquoi pratiquez-vous le yoga, quand le pratiquez-vous ? », la question était souvent centrée sur le travail. Les gens disaient : « Eh bien, je pratique le yoga parce que, après une longue journée, je sens que j’ai besoin d’évacuer le stress. » Mais il y avait aussi une autre phrase : « Le yoga m’aide vraiment à me rétablir pour que je puisse devenir un meilleur X » — et ici vous pouviez remplir le vide — une meilleure infirmière, un meilleur ingénieur, un meilleur comptable ou avocat. Il m’est apparu clairement que le travail était vraiment la religion dans leur vie — que le travail était ce pour quoi ils étaient prêts à se soumettre, à s’abandonner et à se sacrifier. Et si le yoga n’était qu’un accessoire thérapeutique, c’était pour soutenir cette autre chose qu’ils vénéraient, pourrait-on dire.

Il m’est donc apparu clairement au cours de ces entretiens que je ne cherchais pas au bon endroit. Parce que je regardais quelque chose qui avait des origines religieuses, à savoir le yoga, mais qu’est-ce qu’ils vénéraient réellement, qu’est-ce qui était sacré dans leur vie ? Ce n’était pas le yoga. Le yoga les aidait à vénérer leur travail.

Et votre livre raconte comment les PDG de la Silicon Valley utilisent cette situation à leur avantage — d’abord en proposant des cours de yoga au siège de la société, puis en encourageant les pratiques bouddhistes telles que la pleine conscience et la méditation. Pourquoi ces dernières ont-elles pris le dessus ?

Le yoga a été remplacé par la méditation et la pleine conscience, parce qu’il existe des milliers d’études sur [les bienfaits de] la méditation et la pleine conscience — il y a toute une industrie artisanale. Mais, comme je l’explique dans mon livre, un grand nombre de ces études ont été réalisées dans des laboratoires contrôlés, et ne sont donc pas nécessairement applicables sur le lieu de travail. Et on ne sait même pas ce qu’est la pleine conscience lorsqu’elle est utilisée dans ces espaces séculiers. J’ai eu l’impression que ces entreprises étaient toujours à la recherche de la prochaine grande nouveauté, d’une solution facile. Il fallait que ce soit pratique et rapide pour optimiser la productivité de leurs employés.

Ce qui est essentiellement le cœur de votre livre — les géants de la technologie utilisent des pratiques spirituelles pour optimiser la productivité et des concepts spirituels (« missions », « histoires d’origine », « leaders ») pour que les gens consacrent leur vie au travail. Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi optimiser les employés de cette manière, entre toutes ?

Cela fait partie d’une tendance plus longue et de changements plus importants dans l’économie — la montée de l’économie de la connaissance et le passage d’une économie industrielle à une économie post-industrielle. Dans une économie industrielle, la façon dont vous pouvez améliorer vos résultats est généralement l’exploitation des ressources naturelles. Dans une économie de la connaissance, l’atout le plus important est le savoir et les compétences de votre main-d’œuvre. Comment les développer ? Vous pouvez augmenter la valeur d’une personne en l’éduquant, mais vous pouvez également améliorer sa production, augmenter sa valeur, en développant son esprit. Comment capter leur côté spirituel, leur côté émotionnel, afin qu’ils puissent s’investir pleinement dans la main-d’œuvre ? De nombreux termes que nous utilisons aujourd’hui pour décrire le travail, tels que « passion » ou « engager tout son être » au travail, renvoient à ce concept de gestion de la main-d’œuvre dans une économie de la connaissance ; il ne s’agit pas nécessairement des compétences du travailleur humain, mais aussi de son aspect spirituel.

En pratique, cela signifie que les entreprises fournissent aux employés des repas sains gratuits, des coachs de vie, des centres de bien-être… En lisant, je me suis dit : « Ça a l’air génial. » Comment convainquez-vous les gens de relever ce défi ? Quels sont les inconvénients de ce que vous appelez le maternalisme d’entreprise ?

Tout d’abord, permettez-moi de dire que j’ai ressenti la même chose. Parce que ce que l’entreprise technologique offre est la solution la plus efficace — et efficace est le mot le plus important ici — pour fournir une vie significative et épanouissante. Lorsque je passais du temps là-bas, je pensais : « Je serais une bien meilleure étudiante, enseignante, mère même, si j’étais ici, parce que l’entreprise s’occuperait de toutes ces choses. » J’ai donc lutté avec la même question que celle que vous posez.

Les géants de la technologie utilisent des pratiques et des concepts spirituels pour que les gens consacrent leur vie au travail

Mais il y a des inconvénients que j’ai constatés en tant que sociologue. Dans mon livre, j’explique comment le lieu de travail agit comme un aimant géant qui attire le temps, l’énergie et le dévouement d’une communauté. Mais qu’advient-il des autres institutions ? Qu’en est-il de la famille, des communautés religieuses, des écoles, voire des petites entreprises, des organisations artistiques et des associations de quartier ? Dans le modèle américain, nous considérons ces institutions civiques comme fondamentalement importantes pour préserver notre démocratie. Toutes ces autres institutions commencent à devenir de plus en plus petites, parce que vous avez cette institution alpha qui attire tout.

C’est vrai — et vous avez remarqué que les concierges et les traiteurs n’ont pas les mêmes avantages que les ingénieurs, et que la dynamique éthique de la spiritualité est complètement perdue. Certains des avantages offerts font froncer les sourcils : J’ai été choqué de lire l’histoire de Vijay, un ingénieur à qui son employeur a donné un coach pour les rencontres. Quel a été le moment le plus choquant pour vous dans votre reportage ?

Cette personne des RH a dit : « On ne peut pas faire travailler nos employés 24 heures sur 24 si on ne leur donne pas de flexibilité. » Et quand elle a dit ça, une ampoule s’est allumée dans ma tête. Nous devons vraiment réfléchir à cette question alors que nous évoluons vers un modèle plus hybride. Les travailleurs poussent à la flexibilité, mais quelle peut en être la conséquence ? Cela peut être de travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Les travailleurs poussent à la flexibilité, mais quelle peut en être la conséquence ? Il se peut que vous travailliez 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Avant d’ouvrir le livre, j’ai pensé qu’il s’agirait essentiellement du culte de personnes telles que Steve Jobs. C’est plus compliqué que cela. Qui est le Dieu de votre équation ? Quelle est la figure de l’adoration ?

Steve Jobs est comme un saint — il y a cette hagiographie, il y a un culte de Steve Jobs et les gens ont commencé à pratiquer la méditation à cause de lui. Mais il s’agit essentiellement de vénérer un système. C’est cette croyance que le travail va vous sauver, que c’est la chose qui va vous donner un sens, un but et, en un sens, l’immortalité.

Work Pray Code : When Work Becomes Religion in Silicon Valley par Carolyn Chen est publié par Princeton University Press (£22).

L’ostéopathie en quête de légitimité

Dans La Croix du 26 avril 2022.

Reconnue depuis 2002, cette médecine « non conventionnelle » est plébiscitée par les Français, mais pâtit du manque d’études cliniques probantes sur son efficacité.

«Nous sommes une profession jeune, mais prometteuse », résume Christophe Couturaud. Prometteuse, le mot est faible. Le 14 mai prochain, vingt ans après la reconnaissance officielle du titre d’ostéopathe par la loi Kouchner, le président du Registre des ostéopathes de France (ROF) lancera la première édition de ses Rencontres internationales, à la Maison de la chimie à Paris. L’occasion de revenir sur l’évolution de cette thérapie manuelle, fondée aux États-Unis au XIXe siècle, mais aussi d’en célébrer le succès grandissant dans le monde et plus particulièrement en France.

Avec plus de 20 millions d’actes réalisés chaque année dans l’Hexagone, l’ostéopathie est devenue la médecine « non conventionnelle » préférée des Français. Le nombre de praticiens, lui, ne cesse d’augmenter : alors qu’ils étaient 11 608 en 2010, on en compte désormais près de 35 000 selon la Direction de la recherche et des statistiques, contre 14 000 en Italie, 5 000 au Royaume-Uni ou 4 000 en Allemagne. L’ostéopathie, une passion française ? « Il n’y a qu’ici qu’on observe un tel phénomène », assure le professeur François Rannou, chef du service de médecine physique et de réadaptation à l’hôpital Cochin, à Paris. Pourtant, il est formel : rien à ce jour n’atteste de l’efficacité de cette pratique. Le médecin en veut pour preuve l’étude qu’il a menée sur l’effet des manipulations ostéopathiques chez des patients souffrant de mal de dos chronique, dont les résultats ont été publiés en mars 2021 dans la revue américaine Jama Internal Medicine. Sur les 400 patients suivis, la moitié a fait l’objet de manipulations « placebo ». Les autres ont bénéficié de véritables séances dispensées par des ostéopathes « exclusifs » – c’est-à-dire n’étant pas par ailleurs médecins ou masseurs-kinésithérapeutes –, comme c’est le cas d’environ deux tiers de la profession.

« Nous n’avons pas observé de différence nette entre les deux groupes. En clair, l’intérêt de l’ostéopathie est légèrement supérieur à celui du placebo, mais ce bénéfice n’est pas cliniquement significatif », synthétise François Rannou. Ce qui ne veut pas dire que « ça ne sert à rien », comme certains ont conclu un peu vite. « L’effet placebo n’est pas négligeable dans les douleurs de l’appareil locomoteur, c’est même l’une des pathologies où il est le plus important », souligne le médecin.

Mais alors, si cela ne fait pas de mal, voire fait un tout petit peu de bien, pourquoi s’en priver ? « Dès lors qu’on reste dans la sphère du bien-être, cela me va, dit François Rannou. Le problème, c’est que dans l’esprit de beaucoup de Français, les ostéopathes sont des professionnels de santé. Or une esthéticienne n’est pas une dermatologue », tacle le professeur, pour qui les ostéopathes, non-professionnels de santé qui portent une blouse et exercent en cabinet, entretiennent l’ambiguïté sur leur statut. « En aucun cas nous n’ambitionnons de remplacer les médecins, se défend Dominique Blanc, président de l’association Ostéopathes de France. La médecine et l’ostéopathie sont des approches complémentaires. Nous devons travailler ensemble, pour le bien du patient, au-delà des logiques corporatistes », plaide-t-il.

C’est au nom de cette complémentarité que la docteure Corinne Le Sauder, présidente de la Fédération des médecins de France (FMF) s’est formée à la médecine manuelle ostéopathique, via un diplôme universitaire. « Quand vous allez chez le médecin, vous entrez avec une douleur et vous repartez avec une ordonnance. Avec l’ostéopathie, on peut lever des contractures ligamentaires ou articulaires, et redonner du mouvement à des gens qui étaient bloqués. Dans certains cas, cela peut même aider à faire des diagnostics. À condition, insiste-t-elle, d’avoir une connaissance des pathologies. » Car le danger serait de passer à côté de certaines maladies. Pour François Rannou, le meilleur moyen de l’éviter serait de suivre le modèle américain, où tous les ostéopathes sont formés à la médecine. Et, surtout, de bannir l’ostéopathie viscérale ou crânienne, qu’il qualifie de « dérives », au bénéfice de la seule ostéopathie structurelle, centrée sur le système musculo-squelettique.

« Ce serait un contresens total », s’étrangle Christophe Couturaud, pour qui « vider » l’ostéopathie de ces dimensions plus « empiriques » ou « spirituelles » reviendrait à la tuer. « Prendre la personne dans sa globalité, voir les interconnexions qu’il peut y avoir entre le crâne et le bassin, entre le crâne et les vertèbres, entre les viscères et le dos, et essayer de comprendre comment elles peuvent générer des tensions et des douleurs : c’est ce qui fait l’essence et le succès de l’ostéopathie », ajoute Dominique Blanc, tout en reconnaissant que les effets de ces manipulations ne sont pas suffisamment documentés par la littérature scientifique.

Comment expliquer ce faible intérêt de la recherche ? « Pour faire des études cliniques, il faut de l’argent, or cet argent provient souvent des laboratoires pharmaceutiques. L’ostéopathie ayant tendance à réduire la prescription de médicaments, on comprend aisément leur manque d’intérêt », soulève Corinne Le Sauder. D’autant qu’en la matière, la preuve du bénéfice pour les patients reste très difficile à établir, surtout quand on touche à des choses aussi subjectives que la douleur. « Toute la médecine est fondée sur l’Evidence-Based Medicine (EBM), la médecine par les preuves. Cela exige de dégager des données scientifiques générales, alors que l’ostéopathie est d’abord fondée sur l’individu. » Pour Dominique Blanc, c’est plutôt du côté des sciences humaines que la recherche devrait se placer. « Se fonder uniquement sur l’EBM, c’est oublier que certains problèmes, comme le mal de dos dont souffrent tant de Français, sont majorés par le stress ou des traumatismes gardés en mémoire par les tissus. »

Si elle se méfie de la « psychologisation » à outrance, Corinne Le Sauder attribue le succès des ostéopathes à leur capacité d’écoute, une qualité essentielle qui fait de plus en plus défaut aux médecins, faute de temps. « Je caricature un peu, mais aujourd’hui, quand vous dites à un médecin que vous avez mal au ventre, il va vous prescrire une échographie sans même vous toucher le ventre, pointe la généraliste, qui voit aussi dans l’ostéopathie une manière de rendre le patient plus actif. Il y a cette idée d’apprendre au patient à se prendre en main et à être acteur de sa pathologie. Et cela aussi, c’est quelque chose qui manque en médecine. »

Repères

Un diplôme reconnu, mais des débouchés incertains

Depuis une réforme de 2014, seules les écoles agréées par le ministère de la santé peuvent délivrer des diplômes d’ostéopathie, indispensables pour exercer en France.

Trente et une formations sont actuellement reconnues, toutes privées. Parmi elles, neuf ne bénéficient que d’un agrément provisoire, qui devra être confirmé en septembre prochain.

La formation dure cinq ans, mais le diplôme obtenu n’étant pas un diplôme d’État, il ne permet pas d’obtenir une équivalence en master à l’université.

Alors que plus de 1 500 étudiants sortent des écoles chaque année, la profession craint la saturation.

Le « cracking », une pratique qui divise

Faut-il faire « craquer » les articulations des patients lors des séances d’ostéopathie ? Si certains professionnels défendent une approche plus « douce », tous insistent sur la nécessité d’avertir les personnes concernées et de connaître leurs antécédents.

C’est une demande que les ostéopathes entendent régulièrement dans leur cabinet : « S’il vous plaît, ne me faites pas craquer. Je déteste ça ! » Pour certains, c’est même devenu un critère de choix au moment de prendre rendez-vous. Les ostéopathes l’ont bien compris, et précisent, de plus en plus souvent, « sans craquement » sur leur carte de visite. Mais en quoi cela consiste-t-il exactement ? En réalité, il ne s’agit pas de faire « craquer les os », mais les articulations. Quant au bruit, ce « crac » qui surprend souvent par son intensité sonore, il provient en fait de l’éclatement, sous l’effet de la pression, de bulles de gaz contenues dans le liquide synovial, une sorte de lubrifiant qui se loge entre les articulations.

« Le ”cracking”, c’est moins un sujet pour nous que pour les patients, car en général, ce n’est pas un moment très agréable pour eux, convient Ai-Jee Youn, fraîchement installée dans un cabinet en région parisienne avec son compagnon, Léo Guérin. Mais après coup, cela peut faire beaucoup de bien. D’ailleurs, les patients se mettent souvent à rire juste après, ils sont tout à coup très joyeux, signe que l’impact a libéré quelque chose. »

Néanmoins, ces jeunes ostéopathes ont rarement recours au craquement – également appelé cracking ou thrust. « Cette technique a l’avantage de pouvoir traiter l’articulation de façon précise, mais il y a d’autres manières de redonner de la mobilité à une articulation bloquée, indique Léo Guérin. On peut aussi avoir une approche plus globale : traiter l’articulation à distance, en travaillant par exemple sur les muscles attenants. » Dans tous les cas, une règle d’or : « Toujours demander le consentement du patient avant de le faire craquer. » Pas question de lui imposer quoi que ce soit, « il ne doit pas être mal à l’aise ». Au risque de le voir ressortir du cabinet plus contracté qu’il n’y est entré.

Solène Chavane, elle, a choisi de bannir cette manipulation de sa consultation, au profit de techniques plus douces. « Nous apprenons toutes les approches à l’école et chacun, une fois diplômé, pratique avec ce qu’il apprécie le plus. Un peu comme un cuisinier qui, pour cuire un aliment, peut utiliser un four, une poêle, une friteuse ou encore la vapeur, compare cette ostéopathe parisienne. En fait, il n’existe pas de bonne ou de mauvaise technique, l’important est qu’elle soit bien maîtrisée. »

Elle doit surtout être adaptée au patient. En effet, s’il peut se révéler utile dans certains cas, le cracking n’est pas indispensable ; il est même déconseillé pour certains. « Il y a des endroits dans le corps, les cervicales notamment, qu’il vaut mieux éviter de faire craquer, surtout si l’on ne connaît pas les pathologies du patient, avertit Corinne Le Sauder, médecin généraliste et ostéopathe à Olivet, dans le Loiret. Faire craquer un patient à l’endroit d’une articulation blessée ou d’une métastase, par exemple, peut être ravageur. »

Kinésithérapie, massages, ostéopathie, etc. : tableau des techniques illusoires

Présentation non exhaustive de techniques non reconnues par le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes et signalées comme ayant été dispensées par des kinésithérapeutes.

Les techniques du présent tableau ne disposent pas de validation scientifique et ne sont pas reconnues par le Conseil national. Elles ne peuvent pas constituer des spécificités d’exercice, ni des titres d’exercice. Les kinésithérapeutes ne sont pas autorisés à s’en prévaloir, leur utilisation n’est pas autorisée par l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes dans la prise en charge des patients.

Ces techniques ont soit fait l’objet d’un rapport par une instance scientifique ou d’une autorité publique, soit d’une décision prononcée par une chambre disciplinaire qui en ont reconnu le caractère illusoire ou susceptible de l’être.

Enfin, les techniques listées dans le tableau en annexe, qui sont dépourvues d’étude, d’avis et de décision juridictionnelle doivent toutefois appeler la plus grande vigilance.

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT AU FORMAT PDF

Kundalini et chakras

Bertran Chaudet

Si vous cherchez sur internet « éveil de la kundalini », ou encore
« kundalini yoga », on vous suggérera des centaines de pages de sites à consulter, avec des affirmations alléchantes à la
clé  comme celle-ci : « L’éveil de la kundalini conduit à un éveil spirituel menant à une très haute conscience de soi »… Qu’en est-il
exactement ? S’agit-il de pratiques et d’expériences proches de la mystique chrétienne ?

Quelques médecins notamment psychiatres, outre Atlantique, ont observé une augmentation significative de personnes présentant des symptômes inclassifiables dans la nosologie habituelle permettant le diagnostic de pathologies. Les années hippies, l’attrait pour l’Orient, les techniques yogis ont fait apparaître des comportements et des pathologies inhabituels en Occident.

Avant de décrire ce qu’est la Kundalini, et ce que sont les chakras, voici quelques observations faites par des psychiatres décrivant pour partie le syndrome de la Kundalini.

Les manifestations liées à cet éveil de la Kundalini encombrent la vie de nombreuses personnes ; elles peuvent relever de la compétence du prêtre exorciste accompagné d’une équipe de discernement, pour une libération spirituelle et physique des personnes impactées. C’est en ce sens que nous tenterons des réponses possibles.

1. Le syndrome de la Kundalini

Ce syndrome caractérise les conséquences de pratiques initialement yogiques ayant pour but une « purification des chakras » avec éveil de la Kundalini. Des personnes ayant vécu une expérience de mort imminente peuvent décrire des symptômes similaires. L’apparition de ces symptômes peut être lente et progressive ou subite et envahissante, occasionnant de graves perturbations du sujet.

Charles Bruce Greyson, né en 1945, ancien professeur de psychiatrie et de sciences neuro-comportementales de l’Université de Virginie, a travaillé particulièrement sur les descriptions de dites « morts imminentes » ou NDE. Il a conçu son « échelle de Greyson » pour répertorier et hiérarchiser les témoignages relatant les perceptions des patients ayant vécu de telles expériences. Il a également conçu une échelle de 19 éléments, Physio-Kundalini Escalader1, pour classifier les dires de sujets ayant vécu un éveil, dit aussi montée de la Kundalini.

La symptomatologie qui en résulte peut être confondue avec des troubles psychotiques, bien qu’ils ne soient pas d’origine psychiatrique2. Cependant il est observé une intensité symptomatique exacerbée chez des sujets plus fragiles psychologiquement3.

Quelques symptômes le plus fréquemment observés :

Phénomènes sensoriels :

Chatouillements, sensations de chaud et de froid.

Respiration inhabituelle, hyperventilation, rétention respiratoire, perturbation du rythme.

Tremblements.

Phénomènes psychologiques :

Souvenirs de traumatismes, envahissants et obnubilants.

Émotions extrêmes.

Difficultés à contrôler les comportements.

Certains peuvent évoquer un trouble de la personnalité schizotypique qui se traduit par une peur infondée dans les relations interpersonnelles, une cognition et des perceptions déformées, lumières ou visions intérieures et sons intérieurs.

Sentiments de dissociation de la personnalité.

Phénomènes interprétatifs, des distorsions de la pensée.

Phénomènes non physiologiques :

Sensations d’expériences extracorporelles, comme le fait de se voir soi-même à distance, de voyager dans le temps et dans l’espace sans limitation.

Sensations positives euphorisantes ou au contraire pensées morbides sans raison apparente.

Divers phénomènes :

Adopter des positions étranges, se retrouver bloqué dans une certaine position.

Avoir des mouvements ou sensations involontaires.

Sexualité :

Exacerbée avec des sensations orgasmiques intempestives.

Parfois totalement éteinte.

Ce que les psychiatres n’évoquent pas, et que constatent certains exorcistes, dans cet éveil de la Kundalini, c’est l’ouverture à la médiumnité et au magnétisme.

2. Qu’est que la Kundalini ?

Description

Cette Kundalini serait endormie dans le chakra mūlādhāra, lovée comme un serpent, symbolisé par un cobra royal, à la base de la colonne vertébrale, en avant du sacrum. Là est la racine, mūla, de toutes les nāḍīs, ces canaux du corps subtil. La Kundalini est enroulée trois fois et demie autour du lingam symbolique de Shiva. Lorsque la Kundalini est éveillée, elle pénètre à l’intérieur de sushumnā le canal énergétique central, ou voie psychique centrale. Sushumnā est complété de deux autres canaux par iḍā, et, piṅgalā. Au cours de sa montée, la Kundalini éveille les chakras représentés par différents lotus. Lorsque la Kundalini arrive au septième chakra situé proche de la fontanelle, c’est la réalisation de Soi. Les six chakras seraient les centres subtils et divins des enveloppes physiques et psychiques. Le septième ou suprême centre de conscience est Paramashiva.

Cette réalisation de Soi serait l’affranchissement de toute condition limitative permettant de sortir de l’individuel pour atteindre l’universel. La voie royale de l’épanouissement de la conscience, pour parvenir à l’extinction du cycle des renaissances successives samsara.

Les hindous, qui ne voudraient pas même toucher un cadavre, et à plus forte raison le disséquer, ont élaboré toute une cartographie anatomique par expériences initiatiques, donc incontrôlables selon des critères d’observations anatomiques de la médecine occidentale.

C’est donc une erreur d’identifier ou d’établir des liens entre les chakras, et le trajet de la Kundalini, avec les plexus physiologiques, les glandes endocrines, ou les structures ganglionnaires, nerveuses, vasculaires ou lymphatiques, comme les théosophes précurseurs du New-Age tenteront de le faire.

Différents types d’ascèse provoqueraient cet éveil de la Kundalini, dont la pratique d’asana, ou posture corporelle. Il en existerait 8 400 000, dont 1 600 sont déclarés excellents, et parmi ces derniers trente-deux seraient bénéfiques pour les hommes.

Voici une asana qui combinée à d’autres pratiques, comme la récitation de mantras, ou de pranayama (yoga respiratoire) permettrait d’activer la Kundalini : cette asana est associée à un Mudrâ (posture des doigts des mains et des pieds), « dans lesquels les pieds sont pressés sur la région du centre génital et ferment l’ouverture anale, les mains fermant les autres ouvertures : les narines, les yeux, les oreilles, la bouche (Yonimudrâ). Le talon droit est pressé contre l’anus et le gauche contre la région du centre génital, et afin de fermer l’ouverture du pénis, il est contracté et ramené sous la voûte du pubis, si bien qu’on ne le voit plus. La langue est retournée en arrière en Khechari Mudrâ pour fermer aussi la gorge, lorsque ces deux Mudrâ sont combinées. »4

Nous voyons d’ores et déjà que ce type de pratiques n’a rien à voir avec l’ascétisme et la mystique chrétienne.

Origine de la kundalini

Ce terme provient du sanskrit, une des langues de l’Inde. Selon une tradition yogique, reprise par le mythique Patanjali qui serait l’auteur du recueil référent sur le Yoga Sūtra, (dont l’origine est imprécise, entre l’an 300 av. J.-C. et l’an 500 apr. J.-C.), la Kundalini serait une énergie cosmique, ou vitale ou encore divine, spirituelle, lovée à la base de la colonne vertébrale. De fait, il s’agirait plutôt d’une énergie sexuelle.

La notion même de Kundalini ne peut être dissociée de la pratique du Yoga Sûtra.

« Yoga dérive de la racine yug (en sanskrit) « lier ensemble », « tenir ensemble », « atteler », « mettre sous le joug ». Le vocable Yoga sert en général à distinguer toute technique d’ascèse et toute méthode de méditation. »5 « Ce qui caractérise le Yoga, ce n’est pas seulement son côté pratique, c’est aussi sa structure initiatique… Il y faut la direction d’un maître (gourou). »

C’est dans la Yogatattava6 que sont entre autres relatés les prestiges magiques liés à ces pratiques yogiques. « Une longue liste de siddhis, pouvoirs occultes, trahit le milieu magique où cette Upanishad a été élaborée ; car on parle de « clairvoyance, de claire audience, de la possibilité de se transporter en un instant à de grandes distances, de la faculté de bien parler, de prendre n’importe quelle forme, de devenir invisible, et de la possibilité de transmuer le fer ou d’autres métaux en or, en l’enduisant d’excréments. »7

La Yogatattava Up irait encore plus loin. Chacun des cinq éléments cosmiques, la terre, l’eau, le feu, le vent et l’éther, peut être maîtrisé par des exercices s’arrogeant la bienveillance du dieu gouvernant chacun de ses éléments. Il n’y a plus alors de distance, plus de distinction entre le yogi et l’Esprit universel. « Le yogi peut alors faire tout ce qui lui plaît ; s’il veut, il peut être absorbé dans le parabrahman (l’être suprême ou la réalité ultime) ; si au contraire, il veut garder son corps, il peut rester sur terre et posséder tous les siddhis. Il peut devenir dieu, vivre entouré d’honneur, dans les cieux, prendre toutes les formes désirées. Le ygin devenu dieu peut vivre autant qu’il lui plaît. »8

La Dhyänabindu, est un autre texte sacré, à caractère magique, dont les pratiques dédouanent de toute loi morale et sociale. Il y est question d’une physiologie subtile, où sont décrits précisément, Kundalini, chakras et différentes veines et canaux énergétiques.

À partir des Vème-VIIème siècles le tantrisme développe des pratiques capables de manipuler et de maîtriser ces énergies te type érotique et magique. Elles ont la réputation de donner accès à des pouvoirs occultes et surnaturels (ou siddhis). Le Kundalini yoga est associé aux siddhas, adeptes les plus expérimentés, et enseigné de façon confidentielle.

3. Kundalini et Occident

Ces connaissances ont été introduites en Occident en 1919, par l’intermédiaire d’un livre : La puissance du Serpent 9 de sir John Woodroffe (1865-1936), juriste, indianiste anglais, traducteur de textes en sanskrit sous le nom de plume d’Arthur Avalon10. Ce livre décrit une forme particulière de Yoga tantrique nommée Kundalini Yoga. « Ces noms évoquent d’une part la Kundalinî Shakti, Puissance Suprême présente dans le corps humain et dont l’éveil permet la réalisation du Yoga, d’autre part la purification des Éléments du corps (Bhûta-shuddhi) qui se produit lors de cette réalisation. Ce Yoga s’effectue suivant une technique appelée Shat-chakra-bheda, c’est-à-dire percement des six Centres ou Régions (Chakra) ou Lotus (Padma) du corps, sous l’action de la Kundalinî Shakti, que, pour lui donner une désignation occidentale, j’ai nommé ici la Puissance du Serpent. »11

Sir John Woodroffe, grand initié aux pratiques de l’éveil de la Kundalini et traducteur en anglais de textes tantriques jusque-là inédits, a eu une connaissance particulièrement rare pour un Occidental de ces particularités de l’hindouisme et du yoga.

À la fin de son introduction Arthur Avalon livre la finalité, de cette recherche ascétique et mystique :

« L’homme est ainsi, en son essence, le Tout-Puissant statique, ou Shiva qui est Conscience pure ; et, en tant que Mental et Corps, il est la manifestation de la Puissance de Shiva, Shakti, ou la Mère. Il est donc Shiva-Shakti. Il est, dans son état ordinaire, une expression de la Puissance. L’objet de la Sâdhanâ, ou Adoration, et du Yoga, est d’élever cette Puissance à son expression parfaite, qui est parfaite dans le sens d’expérience illimitée. Un moyen d’y parvenir est le Yoga tantrique, par lequel l’homme échange son expérience limitée du monde contre celle qui est le Tout sans limites (Pûrna), ou la Béatitude Parfaite. »

Dans la Puissance du serpent, Woodroffe prévient qu’il est absolument nécessaire de suivre les enseignements d’un gourou ou siddha ayant lui-même expérimenté ce chemin d’éveil, pour éviter à l’adepte bien des déconvenues, pouvant l’entraîner jusque dans la folie.

Cette puissance acquise par ascétisme pour rejoindre ce que serait la Béatitude parfaite n’a rien à voir avec les Béatitudes promises par le Christ dans son premier enseignement sur la montagne dans l’Évangile de Saint Mathieu. Béatitude promise aux humbles, aux doux, à ceux qui pleurent, à ceux qui ont soif de justice… Béatitudes et repos réservés aux âmes de ceux qui peinent et sont chargés des poids de l’existence et viennent à Jésus, doux et humble de cœur.

Kundalini, Théosophie et New-Age

Le courant théosophique va être un des principaux vecteurs de la pénétration de ces pratiques adaptées à des Occidentaux pressés d’avoir des résultats rapides, et repris dans les pratiques nébuleuses du New-Age.

Helena Blavatsky est une référence incontournable du New-Age que l’on retrouve sous le nom de Vlabatsky dans les aventures d’Harry Potter !

Helena Blavatsky (1831-1891), férue de sorcelleries, de chamanismes de bouddhisme tibétain, de yoga, et de spiritisme, fonde en 1875, à New York la Theosophical Society, la Société théosophique, avec Henry Steel Olcott, ancien militaire, juriste et franc-maçon. Elle fut censée posséder des pouvoirs paranormaux tels que ceux qui sont initiés à l’éveil de la Kundalini. En 1887, elle fonde la Blavatsky Lodge, puis la revue Lucifer.

Charles Webster Leadbeater (1854-1934), d’abord ordonné prêtre anglican en 1880, fut fasciné par les écrits d’Helena Petrovna Blavatsky, et entra dans la Société Théosophique en 1883. Séduit par l’Inde et les pratiques de purification des chakras par montée de la Kundalini des gourous yogiques, en 1927, il décrit cela dans son livre Chakras. Son pouvoir de séduction, son affirmation d’être clairvoyant l’amène à faire de nombreuses conférences dans le cadre de la société théosophique. Accusé de perversion sexuelle et de pédérastie en 1906, il se met en veilleuse. Annie Besant12 succédant à Helena Blavatsky le réintègre dans cette société en 1907.


Annie Besant portant les décors du 33e degré maçonnique
Blason emblématique de la Fabian Society à laquelle adhère Annie Besant, loup camouflé sous une peau d’agneau

En 1915, Leadbeater rencontre en Australie James Ingall Wedgwood (1892-1950), théosophe, martiniste et fondateur de l’Église catholique libérale, dont il se proclame tout simplement évêque. Wedgwood l’initie en franc-maçonnerie, au martinisme, et le consacrera évêque en 1916.

Alice Bailey (1880-1949), membre de la société théosophique écrivit une vingtaine d’ouvrages traitant d’occultisme et d’ésotérisme. Elle utilisa fréquemment l’expression du New-Age, dans ses livres. Les figures emblématiques du mouvement New-Age sont référentes, explicitement ou non, au mouvement théosophique. Elle associa les chakras à des glandes endocrines et au système nerveux lymphatique, ce qui sera repris par la suite comme parole d’Évangile New-Age.

Emblème de la maison d’édition d’ouvrages ésoterico-occultes fondée par Alice Bailey

Paul Lecourt (1871-1954), astrologue et spirite présentait l’humanité soumise à des signes astrologiques, d’environ 2160 ans ; ainsi, nous sortirions de l’ère du poisson, marqué par le christianisme, et ses dogmes engendrant les guerres, pour entrer dans l’ère du Verseau où l’homme libéré de ses carcans allait développer toutes ses potentialités.

Carl Gustave Jung (1875-1961), autre figure emblématique du New-Age ne sera pas en reste publiant, l’Ère du Verseau.

Ces pratiques ont été magnifiées en Occident, par les mouvements issus du New-Age, faisant feu de tout bois pourvu qu’elles se dédouanent de la doctrine catholique, ou mieux qu’elle la combatte frontalement ou insidieusement. Des stars de la musique ou du cinéma, des influenceurs comme Aldous Huxley se feront les maîtres à penser des libérations opérées par ces contre-cultures opposées au christianisme. Ainsi, les Beatles après leur séjour en 1968 dans l’ashram de Maharishi Mahesh Yogi, le gourou de la Méditation transcendantale, ou le gourou Swami Satchidananda qui fit l’ouverture du festival de Pop music de Woodstock en 1969 font l’apologie de ces techniques, soi-disant libératrices de toutes nos potentialités cachées. Allan Watts, Timothy Leary, Bob Dylan, Joan Baez et bien d’autres seront les chantres de ces spiritualités « libératrices ».

Aujourd’hui

Parler de l’éveil de la Kundalini peut faire sourire, c’est comme une curiosité historique, car cela évoque l’univers Hippies des années 1970. De même parler du New-Age semble suranné, déjà dépassé, associé à une manière de vivre qui appartient au folklore. Plus personne ne pourrait reconnaitre vivre comme au temps des festivals de Woodstock. Et pourtant…. Toutes les idées du New-Age nous imprègnent à notre insu. Notre culture occidentale les a totalement absorbées. L’obsession actuelle de vouloir développer toutes nos potentialités enfouies, de libérer notre mémoire, de développer toutes nos formes d’intuition, de vivre en contact direct avec la nature, en est un héritage direct.

Le new age (démodé) et le transhumanisme (à la mode), sont une même famille de pensée. Aldous Huxley, chantre du New Age est le frère de Julian Huxley, chantre du transhumanisme, à la mode en ce moment. Le Flower Power prônait l’ouverture des sens. La culture Woke des années 2020 prône l’Eveil, (Woke est le prétérite du verbe to Wake, se mettre debout, s’éveiller). Et pour être éveillé, il faut avoir été initié, notamment par l’ouverture des sens, via l’ouverture des chakras dans la kundalini.

Les mêmes ressorts, habillés sous des oripeaux à la mode du jour pour être séduisants, reviennent inlassablement percuter notre relation au monde, aux autres et à Dieu. Une anthropologie horizontale, issue du péché originel, « vous serez comme des dieux » menace l’anthropologie verticale dont la prière du soir se fait l’écho : « Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre ».

Les officines inspiratrices, notamment californiennes, demeurent souvent les mêmes, derrière une cosmétique de surface.

Bien entendu, toutes les formes occidentalisées de yoga n’éveillent pas nécessairement cette Kundalini. Aujourd’hui 10 millions de Français font ou ont fait du yoga depuis au moins trois ans ; plus de 7 millions le pratiquent régulièrement et 2 millions et demi l’ont commencé durant la récente épidémie de covid 19 13. Parmi ces nouveaux adeptes certains seront tentés d’aller plus loin dans la recherche de l’éveil de la Kundalini14.

Certains « initiés » prétendent ouvrir les chakras et éveiller la Kundalini, par initiation spontanée du disciple faisant allégeance. Ainsi des « maîtres » Reiki15 prétendent ouvrir les chakras de leurs patients à l’énergie universelle. C’est ainsi qu’apparaît le plus souvent le syndrome de la Kundalini.

Ces pratiques sont de nature magique et, ou sexuelle, elles conditionnent notre corps et nos ressentis psychologiques et n’ont rien à voir avec une spiritualité chrétienne, si ascétique et mystique soit-elle. Assimiler ces états psychophysiologiques à des sommets d’expériences spirituelles16, entre en contradiction essentielle avec l’accueil de la grâce gratuite de Dieu et l’exercice des vertus de la tradition catholique.

La Perle de grand prix de l’Évangile se recherche dans l’humble quotidien, avec constance et assiduité, dans les joies comme dans les peines, dans les chutes, et le pardon reçu et donné. L’objet du combat spirituel est d’exercer notre volonté à nous conformer à la volonté de Dieu, cependant cette Perle se reçoit au-delà de tout mérite, seule la grâce de Dieu peut nous l’offrir.

Jésus-Christ seul nous ouvre à une ère nouvelle. « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Mc 1, 15).

Alors écouterons-nous pour la mettre en pratique, l’exhortation de saint Paul dans sa lettre aux Ephésiens : « Revêtez-vous de l’homme nouveau, créé, selon Dieu, dans la justice et la sainteté conformes à la vérité » (Ep 4, 24).

4. Les chakras, des blessures paranormales et spirituelles ?

Écoutons, pour terminer PLUSIEURS TÉMOIGNAGES transmis par le P. Dominique Auzenet, exorciste du diocèse du Mans. Ils posent une question importante, qui se situe sur un autre plan.

1. Je me suis demandé si les ouvertures de chakras ne sont pas des sortes de blessures spirituelles. Une personne que je connais décrit qu’elle se sent tout ouverte à tout et n’importe quoi. Les perceptions affluent et sont donc incontrôlables comme des entrées démoniaques potentielles. Son vocabulaire que je comprends pour l’avoir malheureusement vécu, me fait vraiment penser à des blessures d’ordre paranormal, sur un plan spirituel. Le Seigneur ne nous a pas créés « tout ouverts », blessés ainsi. S’il nous a « fermés » à tout cela, je me dis que ce n’est que par amour et miséricorde, pour ne pas nous exposer aux dangers du Mauvais et à ses manœuvres.

Mais je constate tout de même une différence entre les personnes tombées dans l’occulte sans le vouloir et sans le savoir, par ignorance et méconnaissance, et celles qui invoquent ouvertement les esprits pour obtenir des pouvoirs divers et variés. Les premières y renoncent quand elles comprennent « la farce », les secondes continuent dans la même voie… Les premières, même si elles peuvent tomber dans le piège de l’orgueil, grisées par les kiffs sensoriels et le développement des pouvoirs, n’y sont pas entrées avec l’idée « de se prendre pour Dieu », de le défier… Autrement dit l’orgueil dans lequel elles tombent n’est pas premier mais secondaire. Ce qui me semble premier chez elles, ce sont des blessures de longue date, des périodes de vulnérabilité… C’est ce qui fait qu’elles cherchent des solutions à leurs maux par tous les moyens et se tournent vers ces pratiques. Il me semble que ces personnes ont avant tout besoin de la miséricorde du Seigneur. Je constate que la confession est le premier pas, puis le renoncement aux pouvoirs, les prières de délivrance et parfois les exorcismes, et aussi le sacrement de l’onction des malades.

Car le Mauvais lorsqu’il vient s’infiltrer dans ces blessures anciennes et non cicatrisées, s’y loge et fait croire que les pouvoirs, les soins énergétiques sont LA solution. C’est là qu’aux blessures d’ordre psychologique et affective, se greffent les blessures spirituelles à travers l’engrenage des consultations de praticiens de toute sorte (médium, reiki, magnétiseurs…). Plus j’écoute des personnes, plus cet engrenage m’apparaît évident et redoutable.

Pour en revenir à cette personne qui s’inquiétait de savoir si ses chakras se refermeront un jour, je répondais que rien n’était impossible à Dieu et qu’il ne nous a pas créés ainsi et que je suis certaine que dans sa grande miséricorde il peut guérir ses enfants blessés par l’occulte et les libérer. Mais je vois que le Seigneur ne fait rien sans nous. Il attend qu’on renonce ouvertement, qu’on se confesse, qu’on le prie…

Une autre personne décrit ce qu’elle pense être une montée de kundalini de la façon suivante :

2. J’ai eu une montée d’énergie forte dans mes chakras et ceux-ci se sont ouverts à nouveau de manière plus ample, et le mal en a profité pour ré-attaquer de manière extrêmement forte sur tout mon être. Des décharges électriques intenses dans mon corps et ma tête, des piqures et des brûlures sur ma tête, ma nuque, mon dos, mon sacrum : clairement des esprits ce sont accrochés à moi et de façon permanente. Je sens mon énergie vitale aspirée quand les attaques arrivent, mes oreilles sifflent, je me sens aspirée du coté gauche de mon corps, mon être se remplie de noirceur et de désespoir, j’ai des blasphèmes contre Dieu et Marie pendant la prière. J’ai des attaques en pensées ainsi que des pensées de suicide malgré tout l’amour que j’ai pour ma famille. Ces attaques me perturbent jour et nuit et m’empêche de dormir et de m’alimenter correctement, je ne peux plus conduire. Cela m’a même envoyé aux urgences suite à une grosse montée d’énergie dans la tête, je me suis sentie sortir par ma tête, une partie de mon visage s’est paralysée, je ne pouvais plus parler, je ne sentais que le coté droit de mon corps. La prise de sang et le scanner n’ont rien donné.

Une autre personne, qui a fait une initiation dans le bouddhisme tibétain, écrit ceci :

3. Il me semble que la montée de la Kundalini correspond à une ouverture totale des chakras de tout le corps. Le Père Verlinde l’évoque dans une de ses conférences. Un de ses amis en ayant souffert lors de leur séjour en Inde et étant depuis en hôpital psychiatrique… C’est très connu dans le milieu des initiations en yoga interne (le mouvement en intérieur car il s’agit de mouvements d’énergie et il y a peu de mouvements du corps extérieur). L’énergie monte de la base du corps (sacrum), à travers tous les chakras alors ouverts jusqu’au sommet du crâne. Dans le bouddhisme tibétain, des initiations censées préparer à la mort (pratique du Powa ou éjection de la conscience par le chakra du sommet de la tête) étaient basées sur cette pratique. Je n’ai jamais été initiée à cela (par refus absolu de ma part), mais je me souviens que le Lama avait dit que cela raccourcissait l’espérance de vie tant l’ouverture au niveau énergétique était totale et qu’il n’était pas souhaitable de faire ce genre d’exercices très souvent. Le signe visible de la réussite de cette pratique par l’initié est un petit trou au sommet du crâne laissant perler un peu de sang et dans lequel on insère traditionnellement un brin de paille comme preuve visible par tous de la réussite de l’initiation. 

Je pense aussi que lorsqu’on ressent des douleurs et sensations pénibles dans le corps causées par les attaques, ainsi que les émotions de désespoir, voir de suicide, il faut tourner son coeur vers le Seigneur. Ne pas se laisser « emporter » dans les manipulations sensorielles et émotions que le démon opère sur la personne. Il la tient par ce biais, il la « torture », l’impressionne, l’inquiète, l’aliène… Il adore jouer avec les sens. C’est son terrain de jeu favori… Tantôt il les utilisent pour flatter les humains (++ sensoriels addictifs), tantôt il les utilise pour les tourmenter…

 Personnellement dans ces cas là, des temps d’adoration devant le Saint Sacrement m’aidaient à tout remettre à Dieu en confiance. Comme si l’autre à force ne faisait plus que faire du bruit dans mes sensations, mes émotions, mais mon coeur lui restait avec Dieu.

Car l’ANCRAGE, c’est le Seigneur dans ce cas. Et le point d’ancrage, c’est notre coeur tourné vers le celui du Seigneur. Quoi de plus central et intime que cette confiance ? Le démon déteste quand on fait cela… Il ne peut rien contre l’amour et la CONFIANCE EN DIEU. Poser ce genre d’acte de foi le met en rage… Je pense qu’il ne faut pas courir trop « après la solution miracle » qui viendrait d’une prière, ou autre « nouvelle solution ». Ne pas s’éparpiller. Faire simple mais confiant: Garder sa confiance rivée sur le Seigneur dans des actes de foi et d’abandon, surtout au coeur des attaques. Ne pas douter que le Seigneur agit et délivre (le démon cherche à faire douter de la délivrance). Se confesser très souvent. Prier tous les jours et se confier à l’intercession de Marie. Continuer à recevoir les sacrements et à aller à la messe. 

Notes

1Bruce Greyson (1993). « Les expériences de mort imminente et le syndrome physio-kundalini« . Journal de la religion et de la santé. En anglais, Le syndrome de physio-kundalini et la maladie mentale, Journal de psychologie transpersonnelle, 1993.

2 Vous avez tout un développement sur les effets secondaires de la montée de la kundalini sur cette page : http://rustyjames.canalblog.com/archives/2016/01/12/33202464.html

3 Cette autre page donne aussi un florilège sur les manifestations liées à la montée de la kundalini : https://www.estelleviaud.fr/kundalini-eveil-energie-signes-et-symptomes

4Arthur Avalon, ou sir John Woodroffe, La puissance du Serpent, Ed. Paul Derain 1959. Format PDF.

5Mircéa Eliade, Pantalaji et le yoga, collection Maîtres spirituels, Ed du Seuil, 1989, p. 7.

6Yogatattava est un des textes religieux faisant partie des Upanishads yogiques.

7Mircéa Eliade, Pantalaji et le yoga, collection Maîtres spirituels, Ed du Seuil, 1989, p. 119.

8Ib. p. 120.

9Arthur Avalon, ou sir John Woodroffe, La puissance du Serpent, Ed. Paul Derain 1959. Format PDF.

10Ce nom de plume d’Arthur Avalon ne doit rien au hasard. L’île d’Avalon selon les légendes du roi Arthur est le lieu où a été formée son épée et où repose Arthur après sa dernière bataille à Camlann. C’est aussi l’île de la fée Morgane, un lieu mythique de la quête du Graal. Nous sommes là dans un des épicentres de l’ésotérisme occidental. C’est enfin l’île où vivait supposément la fée Morgane.

11Ib.

12Annie Besant (1847-1933) féministe, libre-penseuse, socialiste et théosophe britannique, adhérente de la Fabian Society.

13Comment le yoga est devenu une mode mondiale, Revue l’Histoire n° 494, avril 2002, pp. 28-29.

14 Voir le livret témoignage : Le yoga, chemin de servitudes

15 Voir le livret sur le reiki

16 Tout un débat a déjà eu lieu dans les années 2000 dans les milieux évangéliques autour des similitudes entre les manifestations prétendument charismatiques dues à l’ « onction de Toronto » ou « bénédiction du Père », et les manifestations de l’éveil de la Kundalini. Voir par exemple : http://www.info-sectes.org/occulte/toronto_kundalini.htm

VOIR D’AUTRES ARTICLES SUR LA KUNDALINI

Reiki, réflexologie, naturopathie : deux tiers des « médecines alternatives » épinglées par la répression des fraudes pour pratiques commerciales trompeuses

Le quotidien du Médecin, Léa Galanopoulo – Publié le 18/03/2022

De la naturopathie, à la réflexologie, en passant par des pratiques plus obscures faisant intervenir guérisseurs Reiki, flux d’énergie ou autre magnétisme… Les pratiques de soin non conventionnelles ont le vent en poupe, boostées par la crise sanitaire. Désormais, 40 % des Français auraient recours à un traitement alternatif. Un public parfois en « situation de grande vulnérabilité, consultant dans une période de mal-être ou confrontés à un problème que la médecine conventionnelle ne leur semble pas pouvoir résoudre », alerte la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Pour la seconde fois, la répression des fraudes épingle les « risques » de ces pratiques et a rendu public, cette semaine, une enquête sur ces thérapeutes revendiqués.

Ainsi, d’octobre 2020 à septembre 2021, la DGCCRF est allée inspecter les cabinets d’une cinquantaine de disciplines alternatives, des plus connues comme l’acupuncture, l’hypnothérapie ou la naturopathie, à certaines plus farfelues, comme « les pratiques revendiquant une action sur les ondes ou les flux d’énergie (« access bars », thérapie « quantique », « biorésonance », « géobiologie », magnétisme) », détaille la direction qui dépend du ministère de l’Économie.

Sur les 381 établissements contrôlés, 261 ont été rappelés à l’ordre, en grande partie pour pratiques commerciales trompeuses, allégations trompeuses, ou encore exercice illégal de la médecine ou usurpation de titre. Au total, les services de la DGCCRF « ont relevé un taux d’anomalie de 66 %, à peine inférieur à celui issu de la précédente enquête menée en 2018 ».

Confusion des genres

Globalement, la DGCCRF reproche à ces thérapeutiques une « confusion sur le statut professionnel et des allégations trompeuses ». Confusion qui s’opère insidieusement par la reprise « des codes médicaux ».

Une plaque vissée devant un cabinet, un logo ressemblant étrangement à un caducée ou des ouvrages médicaux dans la salle d’attente : les prétendus praticiens n’hésitent pas à brouiller les pistes, « créant un doute dans l’esprit du consommateur sur la nature de la prestation ». La confusion règne, d’autant plus que ces naturopathes ou autres thérapeutes de toute sorte peuvent parfois s’installer au sein d’une maison ou d’un centre de santé pluridisciplinaires.

Aussi, « le référencement de ces praticiens dans des annuaires dédiés aux professions médicales ou paramédicales contribue à induire en erreur le consommateur sur le contenu et la finalité non thérapeutique de leurs prestations ». Et en effet, un clic sur Doctolib par exemple permet de prendre rendez-vous avec un « coach énergétique reiki » en Normandie, un « centre de thérapies douces » dans le Bas-Rhin ou un « psychologue énergétique » à Paris. Une confusion des genres qui avait d’ailleurs été dénoncée par le Conseil national de l’Ordre des médecins. En vain.

« Libérateur d’entité »

S’il ressort de l’enquête de la répression des fraudes que ces thérapeutes « sont parfaitement conscients de ne pas appartenir au milieu médical », force est de constater que certains d’entre eux « usent abondamment dans leur communication de termes et expressions en rapport avec la santé et les maladies », note la DGCCRF. Or, les communications en lien avec la santé, les maladies, sont strictement encadrées par le Code de la consommation. Il est ainsi considéré comme une pratique commerciale trompeuse d’« affirmer faussement qu’un produit ou une prestation de services est de nature à guérir des maladies, des dysfonctionnements ou des malformations », affirme la loi.

Continuer la lecture de « Reiki, réflexologie, naturopathie : deux tiers des « médecines alternatives » épinglées par la répression des fraudes pour pratiques commerciales trompeuses »