Valérian et la cité des mille planètes

Valérian qui inspire le dernier film de Luc Besson est à l’origine une série de bandes dessinées parues en 2 500 000 d’exemplaires, dont le scénariste est Pierre Christin et le dessinateur Jean-Claude Mézières. Paru dans l’hebdomadaire Pilote en 1967, Valérian est devenu une saga de science-fiction de 36 albums et 1200 pages de bandes dessinées. L’univers de Valérian et Laureline a donné lieu à une exposition proposée à la Cité de la Science à la Villette.

Dès l’âge de 10 ans Luc Besson tombe amoureux de la BD, plus exactement de son héroïne Laureline. Il décide d’en faire un film, sorti en juillet 2017 à grand renfort de publicité : Valérian et la cité des mille planètes. Ce film est le plus cher du cinéma français avec un budget de 197,5 millions d’euros devançant de loin Astérix aux Jeux olympiques qui avait coûté 78 millions d’euros. Le tournage dura 22 semaines et mobilisa 1800 personnes et un prestigieux casting. Le directeur général de la BNP, Jean-Laurent Bonnafé se glorifie de l’investissement exceptionnel consenti par la BNP au film de Luc Bessson, soit 10 millions d’euros. Ce qui est considérable, mais qui ne couvre somme toute que 5/100 du budget du film. Qui a financé le reste ?

Dans le Cinquième élément, il y avait 188 effets spéciaux, il y en a 2734 dans Valérian. Pour composer la musique de la bande originale, 95 musiciens et 40 chanteurs ont été mobilisés sous la direction d’Alexandre Desplat, au studio 104 de la maison de Radio France.

Synopsis du film

Le film est inspiré de « L’ambassadeur des ombres » sixième album de la série Valérian et Laureline. Au XXVIIIe siècle, les deux agents spatio-temporels Valérian et Laureline ont pour mission de maintenir l’ordre sur les territoires humains. Valérian et Laureline sont chargés d’escorter l’ambassadeur de la Terre sur Point Central ou Alpha, planète métropole où convergent toutes les civilisations, toutes les espèces de l’univers et tous les savoirs… Une force obscure menace dans l’ombre qu’il leur faudra vaincre… À son arrivée sur Alpha, l’ambassadeur est enlevé avec Valérian. Laureline part à leur recherche dans le labyrinthe d’Alpha.

Luc Besson a ajouté des scènes à l’intrigue originale pour présenter des seconds rôles sulfureux : Rihanna, Ethan Hawke, Herbie Hancock, Rutger Hauer, Alain Chabat, Mathieu Kassovitz… Les acteurs principaux, Dane DeHaan, Cara Delevingne et Clive Owen, manquent singulièrement d’épaisseur. Ce casting a été particulièrement coûteux.

Une critique du film Valérian et la Cité des Mille Planètes, dit qu’il relève d’une bêtise intersidérale. Il y a des allusions explicites qui ne sont pas notées dans le scénario original. Le peuple parfait de doux extraterrestres pacifiques, qui a intégré toutes les connaissances des autres civilisations, a eu 6 millions de victimes, un génocide perpétré par des humains monstrueux !

La scène de cabaret extraterrestre, n’est là que pour montrer les charmes particulièrement vulgaires et indécents de Rihanna. Elle change d’aspect et de personnalité à souhait comme si elle avait intégré toutes les psychologies caractérielles et pouvait en jouer.

Les acteurs

Cara Delevingne qui incarne Laureline est un mannequin international, égérie du gender et représentante de la cause homosexuelle, bien qu’elle se défende d’être homosexuelle. Elle se dit « fluide », c’est-à-dire attirée à la fois par les hommes et par les femmes.

La jeune femme a aussi évoqué l’importance de libérer la parole autour de l’orientation sexuelle, expliquant : « Je connais des filles de 13 ans et de 15 ans qui disent, « Je ne sais pas encore si j’aime les filles ou les garçons, je n’ai pas encore décidé ». Imaginez si j’avais compris cela à leur âge. Je suis très heureuse de voir que la sexualité devienne plus facile et que l’on soit plus libres d’en parler, surtout pour les enfants ».[1]

Cara Delevingne, en ange satanique dans le film Suicide Squad, proposé à notre jeunesse, donne un aperçu des univers infernaux dont elle semble se délecter.

L’extrait de ce film que l’on peut visionner ici

est particulièrement pénible à regarder. Ainsi que cet extrait du premier album de Cara Delevingne co produit par Rihanna, jouant le rôle de la stripteaseuse du cabaret dans le film Valérian et la cité des mille planètes. Cet album a servi de bande originale pour le film Suicide Squad. https://www.youtube.com/watch?v=E5WCzYu1-DY

Nous pourrions multiplier ces exemples qui tournent complaisamment sur le Net.

Rihanna

Dans le rôle de la chanteuse, stripteaseuse transformiste du cabaret tenu par le très louche Jolly le Pimp tenu par l’acteur Ethan Hawke. Cette scène dont le film aurait très bien pu se passer, car elle n’ajoute rien à l’intrigue apparaît comme une verrue mal placée. Quel message peut-il transmettre ?

Il suffit d’entrevoir ces deux clips pour constater l’entraînement à la perversité que cela peut entraîner chez des jeunes et des moins jeunes.

 

Quelle éducation, quel idéal de vie donne-t-elle en exemple dans sa vie ultra-médiatisée ?

Certains de ses clips vidéo sont pornographiques, d’autres exaltent des transes particulièrement sulfureuses. Cette incitation à la débauche et à toutes les transgressions est le moteur de son succès organisé… Dans un des clips, Rihanna déguisée en ange noir et portant une couronne sur la tête, est l’appât d’hommes au visage masqué. La scène se termine dans une chambre blanche où dorment un petit garçon et une petite fille couchés l’un contre l’autre. Rihanna se pose comme étant leur ange gardien. Mais quel ange ? Quelle puissance obscure l’anime ?

En très peu de temps, Rihanna est devenue une idole incontournable de l’industrie du disque et du film. Les clips vidéo sont émaillés de signes occultes explicites, souvent morbides. L’un d’eux affiche même clairement : Princess of the Illuminati. Elle a dans des clips, un œil découvert l’autre recouvert par une mèche qui manifeste le signe occulte de l’œil d’Horus. Ce symbole cher aux initiés représente la connaissance suprême accessible aux seuls initiés… Sur le site de Rihanna sont vendus entre autres des tee-shirts avec sa tête couronnée de serpent, d’autres avec l’inscription : « Most likely to not give a fuck ». Il n’y en a rien à foutre. Certaines de ses chansons parlent explicitement du diable comme étant sympathique et désirable.

Elle a été nommée personnalité humanitaire de l’année 2017 par la prestigieuse université américaine d’Harvard, pour son investissement dans différentes causes.

Cela ne semble nullement indisposer Brigitte et Emmanuel Macron qui ont profité de l’occasion de sa visite à Paris pour l’inviter à l’Elysée et s’afficher complaisamment avec elle. Rihanna leur a présenté son œuvre humanitaire Clara Lionel Foundation. Curieuse association fondée en 2012 pour améliorer la qualité de vie des familles et des étudiants dans le besoin, ainsi que des programmes de recherches et de développement médicaux. Le président de la République lui a promis 3 milliards d’euros.[2]

Tous les médias représentatifs, Le Figaro, Ouest France, La Croix, TF1, RTL…, en ont parlé sans émettre la moindre réserve, mais au contraire ne tarissant pas d’éloge sur la chanteuse née dans la précarité dans l’île de la Barbade et aujourd’hui grande prêtresse des causes humanitaires.

« J’ai eu une rencontre absolument incroyable avec le président et la première dame, ils ont été incroyablement accueillants avec nous », a expliqué la chanteuse, qui défend plusieurs ONG et a été désignée par Harvard personnalité humanitaire de l’année. « J’ai été très inspirée et impressionnée par son leadership », a-t-elle ajouté. « Nous avons parlé d’éducation sur le plan mondial. Nous aurons de grandes annonces en septembre et nous agirons davantage en Afrique en octobre », a-t-elle précisé, en évoquant le fonds humanitaire. C’est l’année de l’éducation. »[3]

Herbert « Herbie », Jeffrey Hancock

Il joue le rôle de ministre de la Défense. Ce pianiste, claviériste et compositeur de jazz mêlant soul et rock rap funk et disco n’avait joué aucun rôle important au cinéma. Il pratique le Bouddhisme de Nicheren et milite dans la Soka Gakkai. Il dit l’influence que cette forme de Bouddhisme a eue dans sa vie et dans son œuvre. Le 22 juillet 2011, Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, et M. David Killion, ambassadeur délégué permanent des États-Unis auprès de cette institution, ont décerné à M. Herbie Hancock le titre d’« ambassadeur de bonne volonté pour la promotion du dialogue interculture ».[4]

Hancock est à l’origine de l’organisation ROLO, The Rhythm Of Life Organization, pour l’utilisation responsable des technologies afin de faire du monde un meilleur endroit à vivre. Rien que ça !

La Soka Gakkai, Société pour la création de valeurs est une organisation initialement japonaise, issue du Bouddhisme de Nichiren, une sorte de Bouddhisme simplifié. La Soka Gakkai est installée dans 192 pays, et revendique 12 millions d’adeptes. En France il y aurait entre 10000 et 20000 membres, chiffre approximatif et invérifiable, car les rencontres ne font pas l’objet d’une adhésion à une association.

Les pratiquants de la Sokka Gakkai font des exercices répétition incessante de mantras qui peuvent provoquer de phénomènes d’hypnose et d’auto sujétions entrainant des états modifiés de conscience..

« En 2000, la sociologue Florence Lacroix déclarait que « La Soka Gakkai, c’est […] une fortune estimée entre 500 et 700 milliards de francs, ce qui en fait la secte la plus riche au monde. » Elle concluait en affirmant que « la Soka Gakkai, première secte au monde par sa logistique et le degré de sophistication de sa stratégie, me semble être le prototype des sectes à venir. »»[5]

Ceux qui se sont intéressés à l’organisation de manière indépendante relèvent son opacité et sa capacité d’infiltrer les pouvoirs politiques économique et médiatique.

Interrogation ?

Il est curieux que ces stars soient fondatrices et (ou) à la tête d’organisation internationale, alors qu’elles n’ont aucune compétence dans le domaine de l’éducation pour Rihanna ou des technologies pour Hancock. Delevingne quant à elle milite pour la reconnaissance de l’homosexualité, la bisexualité et la théorie du genre. Tout permet de penser que ce sont des prête-noms ou des pions au service d’organisation et d’idéologie qui les dépassent.

Quel message, quel idéal de vie cherche-t-on à inoculer à notre jeunesse en leur livrant en pâture de telles idoles ? Toutes les transgressions sont permises et suscitées dans cet univers morbide, laid et cauchemardesque. Jouir de l’instant présent avant que tout ne disparaisse est l’objectif à atteindre.

Nous sommes loin d’une éducation de la jeunesse au bien au vrai et au beau qui ouvre à la pérennité dans le temps et dans l’éternité.

Bertran Chaudet

[1] http://www.leparisien.fr/laparisienne/actualites/people/cara-delevingne-sa-sexualite-fluide-entre-hommes-et-femmes-03-07-2017-7107147.php

[2] http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/emmanuel_macron_promet_3_milliards_a_rihanna_ou_va-t-il_trouver_l_argent_400496

[3] SOURCE AFP Publié le 26/07/2017 à 20:01 | Le Point.fr

[4] http://www.soka-bouddhisme.fr/actualites/breves-sgi/1284-herbie-hancock-ambassadeur-de-bonne-volonte

[5] Source Wikipédia article Soka Gakkai, chapitre controverse et polémique.