Faux souvenirs : la mémoire manipulée

La mémoire humaine : une « boîte-à-outils pour le futur » plutôt qu’une « caméra rejouant le passé » !

par Hedwige Dehon

Stimulée, entre autres, par l’intérêt croissant pour les problèmes de mémoire dans les pathologies liées au vieillissement ainsi que par des observations récurrentes de faux souvenirs dans des contextes légaux [1, 2], la recherche portant sur le fonctionnement de notre mémoire (et plus particulièrement sur cette partie de notre mémoire qui nous permet de nous souvenirs des évènements que nous avons personnellement vécus, appelée « mémoire épisodique ») s’est considérablement développée ces dernières décennies pour nous livrer un paradoxe [3]. En effet, la mémoire nous paraît puissante parce qu’il nous semble relativement facile de récupérer des souvenirs de nos vacances, de notre adolescence ou d’une quantité d’autres moments sur la base d’un mot, d’une odeur ou au cours d’une discussion. De plus, certaines informations (comme, par exemple, le visage d’un ami d’enfance) peuvent être stockées et récupérées des décennies plus tard. Une telle capacité de mémorisation et de rétention des informations, en apparence illimitée, participe à la fondation de notre identité en établissant ce qui nous définit en tant qu’individu et offre un sentiment de continuité et de cohérence à notre existence [4]. Pourtant, parce que sujet à de nombreuses influences, le mode de fonctionnement de cette mémoire la rend tout aussi vulnérable aux erreurs, celles-ci ayant parfois des conséquences désastreuses : faux souvenirs d’abus sexuels, identifications erronées de suspects, disputes familiales ou entre amis sur la manière dont certains évènements se sont déroulés…

LIRE LA SUITE SUR LE SITE SCIENCE ET PSEUDO-SCIENCES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *