Chindaï et emprise mentale

"Je t'ai fracassée"... Il aura suffi de quatre mots, assénés avec un sourire narquois, à un moment crucial de ma vie, après quatre ans de flou, pour que les fêlures et failles deviennent des abysses. Des abysses qui ont laissé passer une lumière si grande, que je ne pouvais plus ignorer les parts d’ombre qui me faisaient m’interroger depuis quelque temps déjà...
Témoigner sur l’emprise mentale est une démarche difficile.
D’abord parce qu’il faut revenir sur cet épisode de sa vie, ce qui nous conduit d’une certaine manière à le revivre. Également, parce que ce n’est pas quelque chose de flatteur, et qu’en général, on a tendance à vouloir laisser derrière ce qui nous a blessés. Enfin, dans le cadre de l’emprise, il faut savoir qu’il y a une part de risque sur les représailles encourues.
Mon témoignage à visage découvert, cinq ans après l’avertissement reçu à ma sortie (« Fais bien attention à ce que tu fais »), est le fruit d’une longue réflexion nourrie par plusieurs invitations à témoigner sur cette expérience trop souvent méconnue et mal comprise car peu relatée.
Comme il faut comprendre l’avant pour comprendre l’après, voici une brève idée de mon profil.

Témoignage

Issue d’un foyer assez classique, d’un père agnostique et d’une mère très croyante, partageant des valeurs de servi- ce, j’ai grandi avec la notion de mission et de dévouement. Orpheline de père jeune adulte, j’ai été fragilisée par la perte brutale de celui qui était mon repère et mon protecteur. A sa mort, ayant à cœur de vivre des choses authenti- ques, je saisis l’opportunité de vivre à l’étranger, au service d’une cause qui m’est chère : l’œcuménisme, en Ukraine, et ce pendant trois ans.

A mon retour d’Ukraine, j’ai continué à servir cette cause en Belgique. Après six ans de loyaux services satisfaisants de part et d’autre, arriva un tournant. C’est là, vulnérable, que je fis cette mauvaise rencontre qui changea le cours de ma vie.

Le cadre de la rencontre avec cette personne en charge de me recruter est révélateur et important, car c’est tristement un religieux en qui j’avais confiance qui me l’a présentée. Je ne me suis donc pas méfiée. Cela pose la question de la responsabilité de la recommandation. La personne en question semblait enjouée, sérieuse, et convaincue de son propos sur cette association. Basée à Perpignan, présentée comme étant à vocation humanitaire avec un fonds d’interreligieux, elle prône « un retour à des valeurs élevées » et met en avant un outil dit de non-violence : le « CHINDAÏ », dont est dérivée « une méthode d’éducation à la non-violence ».

Étant à un tournant, ayant besoin de nouveauté, je pris le pas d’essayer ce qui paraissait anodin et inoffensif. La directrice m’a rapidement laissé entendre au stage que je pouvais jouer un beau rôle dans leur association, que j’y avais ma place, que je pourrais m’y développer. Comme ma mission pour l’Ukraine prenait fin, et comme de surcroît je pensais avoir rencontré l’amour au sein de ce mouvement, l’étau s’est resserré, et je fus piégée sans même m’en rendre compte.

Ce grand bouleversement me fit passer le personnel pour la première fois de ma vie devant le professionnel. Je suis donc partie au Canada, rejoindre dans son pays, « S », celui qui allait devenir mon mari et le père de mon fils.

Au fur et à mesure, on me confiait des missions (bénévoles bien sûr) de plus en plus importantes, on me mettait de plus en plus dans le secret des arcanes. Il faut savoir que dans toute secte il y a des niveaux et des cercles. Des ni- veaux de compétences et des cercles de confidentialité. Au plus on monte, au plus on est au fait des grands secrets : de connaissance, du « programme » et « du plan ». Les sectes ayant une nature en général ésotérique, il est souvent question de connaissance supérieure et d’accès à des mondes parallèles.

Toutefois, la connaissance qui m’était présentée ne m’intéressait pas plus que cela, car j’étais déjà habitée par une foi profonde qui me suffisait. En outre, elle était en contradiction avec celle que j’avais portée dans mon cœur depuis petite.

Les trois points qui ont fait grandir en moi les doutes, et les failles causées par certaines incohérences (notamment les « montagnes russes » : éloges et réprimandes publiques à l’encontre de certains membres, en public toujours) n’étaient pas d’ordre intellectuel mais émotionnel.

Comme la raison est souvent hypnotisée, seul le cœur, aussi anesthésié soit-il, peut un jour déclencher le rejet de l’emprise. Tous les spécialistes le disent : c’est au cœur du cœur que survit et jaillit la conscience de la vérité. Si vous connaissez de potentielles victimes d’emprise mentale (pervers narcissique ou sectes), parlez à leur cœur, sans asséner vos vérités, mais en leur posant des questions et en leur témoignant simplement votre amitié, votre amour, votre soutien…

Voici les trois points :

Foi : Premièrement, je ne pouvais pas accepter l’idée assénée qu’il y ait plusieurs maîtres ; car pour moi, chrétienne, le seul messie est Jésus. Je crois en Dieu, je n’ai pas de maître à penser et crois viscéralement au droit de ma liberté de conscience, comme en celle d’autrui.

Plan de vie : Deuxièmement, je refusais le journal des mauvaises nouvelles, qui a vocation à nous enfermer dans la conviction de l’avènement proche de la fin du monde. J’ai un trop grand instinct de vie.

Finances : Enfin, comme il s’agissait de me faire lever des fonds pour l’association, j’ai commencé à légitimement poser des questions sur les entrées, les sorties, sur les histoires des vies que nous changions positivement par les fonds perçus. La destination des fonds restait opaque, on ne me parlait que d’une personne au Brésil dont la vie était améliorée, aucune présentation des comptes n’était faite à l’écrit, même aux A.G. Si les objectifs d’entrée étaient bien chiffrés, les sorties étaient du plus grand flou.

Deux poids, deux mesures. Voilà le début de la faille. Le double langage, l’écart entre le discours et l’action. Notez l’un, observez l’autre.

Je compris progressivement que l’on me manipulait pour m’éloigner de mon ex-mari, car les couples n’étaient pas censés être autorisés. Évidemment … A deux on est plus forts ! Mais c’est sans compter la nature humaine, l’instinct, pour ne pas dire le cœur. J’étais très loin de me douter de ce qui se tramait dans mon dos, sans doute depuis le début. J’étais devenue trop gênante. Je posais trop de questions, j’en faisais trop à ma tête et risquais d’en éveiller d’autres.

Quittée du jour au lendemain avec un bébé de 13 mois, je vis la directrice, chez elle, à son bureau, prendre un malin plaisir à signer son forfait – car tout malfrat veut tirer la gloire de son coup. Il veut signer son œuvre, il révèle à la victime que c’est lui le bourreau.

En entendant ses paroles à mon égard, abasourdie, « je t’ai fracassée », je vis tout le film des quatre dernières années se dérouler à l’envers, et toutes les questions trouver réponses.

A ce moment, je comprends le puzzle. Je comprends la supercherie. J’ai mal. C’est un cauchemar. Comment ai-je pu me tromper à ce point ? Être aveugle à ce point ? Comment personne n’a rien vu, rien dit sinon ma mère ? Pourquoi suis-je assise, là, devant quelqu’un qui a ruiné des années de ma vie ? Et la suite… quelle sera-t-elle ? Et mon tout petit … ?

Mais toutes les impressions qui me gênaient prennent un sens.

J’arrête tout. Je prends du recul en silence. Je cherche le dialogue avec celui qui m’a brisé le cœur. Il est déjà braqué, persuadé que je travaille « pour l’autre côté ». Je le confie à plus grand que moi, l’univers, Dieu. Je ne peux plus rien pour lui, sinon être le meilleur de moi, libre, pour qu’un jour peut-être il comprenne que je ne suis pas ce qu’on lui dit de moi, que la vérité n’est pas dans ce mouvement et ce qu’est la liberté.

Je confie mon bébé à des amis de mes parents, je pars loin et prends un temps de recul, en monastère, au désert, en silence.

Je prends conseil auprès de mon père spirituel et de son supérieur.

Je reçois de très bons conseils. Le premier me guide sans cesse : ne jamais laisser la peur être le moteur d’une action. En outre, dans un souci de vérité et lucidité, on me recommande de dénoncer ce que j’ai annoncé naïvement comme étant juste. Je dois informer les personnes à qui j’ai présenté cette association que je ne leur ai pas dit la vérité, malgré moi.

C’est une démarche difficile, humiliante, mais libératrice. Je me sens lavée, rendue à moi-même.

Peu me croient, beaucoup sont effarés devant mes révélations. Personne n’a vu, compris, saisi, mesuré l’ampleur de la tromperie. On me regarde parfois avec pitié, dédain, quand j’ai soif de compassion féminine, de réconfort humain, de noble et vaillante protection masculine, d’aide au discernement, pas à pas. Seule, avec mon pitchoun, je vois les rares fidèles, et suis étonnée de qui me soutient au réel. Je rencontre de nouvelles personnes, ceux et celles qui connaissent le sujet. Ces personnes m’ont gardé la tête hors de l’eau, elles m’ont donné l’air qui fait que je respire encore.

J’ai contribué, au civil et au religieux, dans l’ombre, à un travail d’information, d’éclairage, pour dire la vérité dans l’humilité et l’humiliation. Difficile mais salutaire, ce travail m’a fait rencontrer des personnes merveilleuses dont je ne soupçonnais pas l’existence. J’ai découvert également que la France dispose d’un dispositif unique au monde : la Miviludes. Cette mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires travaille directement avec le Premier Ministre. Elle est au-dessus de tous les ministères. Elle fait un travail remarquable.

Ce que je révèle semble si éloigné de la face présentée, l’enseignement secret est si farfelu, mais les spécialistes entendent mon propos et comprennent autant ce que j’ai vécu que ce que je révèle et ce que je vis en profondeur.

C’est bien ce qu’il faut comprendre ! La face cachée est monstrueuse. L’envers du décor est défiguré. C’est la partie cachée de l’iceberg, et ce double visage, ce double discours sont le propre de la secte comme du pervers narcissique.

Je prends un risque non estimable en parlant, car nul ne connaît la portée de ses actes à l’instant où il les pose ; mais j’en prends un plus grand encore en ne parlant pas, parce que je ne suis pas seule : j’ai un enfant de six ans aujourd’hui dont l’avenir moral, mental, intellectuel, physique, émotionnel est en jeu.

Comme je ne veux plus jamais entendre la phrase « on sait mais on ne peut rien faire, faute d’information », je décide par la présente en mon âme et conscience de signer mon témoignage de mon nom.

Je ne sais pas ce qu’il adviendra, mais je sais que je peux me regarder en face, et j’invite toute personne victime de dérive sectaire à oser se rapprocher de la Miviliudes et/ou l’UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu).

J’espère que ceux qui me liront comprendront qu’il ne faut pas enfermer une personne dans une case, ni l’enfermer dans une expérience.

Nos vies sont plus que la somme de nos vécus.

Je suis plus que mon vécu. Je suis plus que cette expérience malheureuse. Je suis, comme chacun, tout ce que je suis appelée à être et tout ce que je suis en train de devenir. Il ne faut pas résumer une personne à une expérience, ni même à ses choix. Il faut, je crois, placer en cette personne l’espérance du salut, et, pour les non croyants, l’expérience du progrès.

Soljénitsyne, prix Nobel de littérature, rescapé du « premier cercle » de l’enfer du goulag soviétique, disait : « l’homme n’a d’autre choix que d’aller toujours plus haut ». Je le crois. Mes parents se sont rencontrés en montagne et m’ont fait progressivement aimer la cordée, le sens et le goût de l’effort – individuel et collectif, la rareté de l’air, sa pureté comme la lenteur du pas qui permet, en sagesse et par-delà les risques inhérents à la marche en haute montagne, d’accéder aux sommets.

Les pierres sur le chemin sont des amies. Et si parfois elles peuvent nous faire trébucher, elles peuvent aussi parfois nous faire monter.

Je tiens à exprimer ma profonde gratitude à ceux et celles qui m’ont aidée sur ce laborieux chemin. Je remercie bien évidemment la Miviludes, l’UNADFI, et Mgr Alain Planet et la Cellule pour les dérives sectaires de la Conférence des Évêques de France pour son travail et sa prise de position sur le sujet en juin 2016 ; ainsi que le cardinal Jean-Pierre Ricard, Mgr André Marceau et Mgr Norbert Turini pour leur clairvoyance et écoute, et le Père Félix Baudoin pour son soutien.

J’aimerais inviter chacun à prendre soin de ceux et celles qu’il aime, de son entourage proche. Avant de nous construire ou reconstruire, essayons de ne pas nous laisser trop abîmer, voire détruire.

Marie-Aude Tardivo

Tiré du bulletin du Service Diocésain Croyances et Déviances, Le Secthoscope, n° 146, octobre 2019.

Jean-Guilhem Xerri : le processus d’emprise

Le psychanalyste Jean-Guilhem Xerri reçoit des religieuses qui ont été victimes d’abus de la part d’hommes d’Église et intervient régulièrement auprès des supérieures majeures. Pour que de tels actes soient possibles, explique-t-il, l’abuseur a besoin d’un groupe, d’une communauté qui lui donne autorité.

Lire l’article sur le site du journal La Croix

Vie en Église et emprises sectaires

Ouverture
« Au lieu de m’envoyer à Lisieux [1] avec ma promo on m’a envoyée à Rome parce que je ne mettais pas en pratique le sourire. Germaine m’a convoquée : « La Sainte Vierge va te demander quelque chose ; elle a décidé que tu dois aller à Rome ! » (plutôt que d’aller à Lisieux avec ma promo). Je devais voyager le lendemain… [2] On nous séparait, Lucile l’autre camerounaise, et moi, pour nous affaiblir.
Je suis donc arrivée à Rome en 2002/2003 : j’étais perdue… Je me trouvais paumée dans une équipe et cela ne m’a pas redonné ma joie… Je souffrais. Elles avaient peur de m’approcher : chez les TM, quand on veut te détruire, on t’isole… Tu deviens la mauvaise graine… Personne n’a le droit de t’approcher.
Par exemple Domitille a vu que ça n’allait pas pour moi. Elle s’est approchée de moi et m’a demandé ce qu’il y avait. Edwige a vu que Domitille me parlait : « Je t’interdis de lui adresser la parole. Vous n’avez pas le droit de lui parler ». D’une voix autoritaire, Edwige, la wallisienne a donc interdit à Domitille de me parler. Je me suis alors posé la question : « Est-ce qu’on sert Dieu ou le démon ? » en me rappelant la phrase de Sainte Thérèse dans Le triomphe de l’humilité [3] où le démon dit : « Il y a des âmes qui me servent sans le savoir ».
[1] Le séjour à Lisieux est la suite normale du processus dit « processus de formation » qui vise à formater une travailleuse missionnaire et à la rendre docile.
[2] Dans cette communauté, quand une mutation géographique est décidée par les responsables, elle est exécutoire immédiatement.
[3] Le triomphe de l’humilité par Sainte Thérèse de Lisieux – éditions du Cerf — 1975

I — Une grille d’identification des dérives sectaires à l’intérieur même d’institutions d’Église

Certaines grilles existaient déjà. Je pense à un article anglais de Peter J. Vere, reprenant une conférence donnée par le père Francis Morrisey lors d’un congrès de Droit Canonique : SÉPARER LE BON GRAIN DE L’IVRAIE : VINGT SIGNAUX AVERTISSEURS DE PROBLÈMES DANS LES NOUVEAUX GROUPES RELIGIEUX. Vous en trouverez le texte ici :
http://pncds72.free.fr/301_derives_eglise/301_1_separer_bongrain_ivraie.pdf

Le service « Pastorale Dérives Sectaires » de la Conférence des Évêques de France, dirigée par sœur Chantal-Marie Sorlin, a récemment établi un document permettant d’évaluer les déviances sectaires dans une communauté religieuse, à travers un certain nombre de critères. Pour repérer ces dérives, l’analyse porte sur quatre aspects du fonctionnement déviant des groupes : le culte de la personnalité, la rupture avec l’extérieur, la manipulation, l’incohérence de la vie. Ce texte est accessible sur plusieurs sites internet, notamment à partir du site national de la Pastorale Dérives Sectaires (http://gamaliel21.pagesperso-orange.fr/NOUVELLES%20GAMALIEL21%2020.pdf)

Il se trouve cité intégralement ci-dessous. Des réflexions complémentaires seront données dans l’exposé oral. Elles ont pour objectif d’élargir la perspective aux communautés non résidentielles de différentes nature et origine, qui marquent désormais la vie de l’Église jusqu’à ses plus hauts niveaux de responsabilité. Regardons maintenant les quatre chapitres ci-dessous.

1. LE CULTE DE LA PERSONNALITÉ

1.1 La naissance du groupe
Un dysfonctionnement dans le discernement des vocations peut avoir des conséquences redoutables. Les exemples abondent de candidats à la prêtrise refusés dans un diocèse mais acceptés dans un autre. De même en ce qui concerne la reconnaissance d’une association de fidèles ou une communauté. Aussi, les évêques suisses viennent-ils de rappeler cette exigence : « lorsque des candidats à la prêtrise ou à la vie religieuse changent de lieu de formation ou de communauté, les informations entre les responsables doivent circuler de manière claire et précise ».

Continuer la lecture de « Vie en Église et emprises sectaires »

Les travaux de Marion Dapsance sur bouddhisme occidental

Docteur en anthropologie des religions à l’École pratique des hautes études (Paris), Marion Dapsance est actuellement en résidence à l’université Columbia de New York où elle enseigne sur le bouddhisme moderne.

Anthropologue, Marion Dapsance a réalisé une enquête de terrain sur le bouddhisme en Occident, au cœur d’une religion détournée qui laisse sans voix : organisation sectaire, dérives sexuelles, pyramides financières, humiliations hierarchiques…

Elle livre ici une enquête sur les coulisses mal connues du bouddhisme en Occident  : Les dévôts du bouddhisme, Éd Max Milo, 2016.

Interview de Marion Dapsance

Le bouddhisme occidental et l’ésotérisme théosophique

En dénonçant, dans Les Dévôts du bouddhisme (Éd. Max Milo, 2016), les agissements et pratiques de Sogyal Rinpoché, fondateur des centres tibétains Rigpa, la jeune anthropologue Marion Dapsance avait fait preuve de clairvoyance. Quelques mois plus tard, ce lama était démis de ses fonctions par la direction spirituelle du réseau Rigpa pour « abus physiques, émotionnels, psychologiques et sexuels ».

La face cachée de Sogyal Rinpoché

Sogyal Rinpoché, maître tibétain, démis pour abus physiques, psychologues, sexuels…

Dans Qu’ont-ils fait du bouddhisme ? (Bayard, 2018), Marion Dapsance poursuit sa remise en cause du bouddhisme tel qu’il est trop souvent présenté en Occident. Comment en est-on arrivé, s’interroge-t-elle, à expurger le bouddhisme de ses éléments constitutifs pour en faire une espèce de sagesse universelle, capable d’apporter le bien-être et la paix?

Une critique sévère du bouddhisme à l’occidentale

Psychothérapie et embrigadement sectaire

Un article de Michel Monroy sur le site psivig.com

1. Psychothérapies et processus d’embrigadement

2. Les psychotechniques intéressent les groupes sectaires

3. Quelques indices d’une dérive sectaire possible

4. L’essence des psychothérapies

5. Analogies et différences entre psychothérapie et embrigadement

a. Les effets psychothérapeutiques —  b. Les motivations — c. La dépendance au référent — d. Les mécanismes — e. La présentation — f. Les transformations — g. Effets positifs.

Les dérives sectaires liées à l’alimentation et à la nutrition

La société est confrontée à une offre exponentielle de soins centrés sur le bien-être, pouvant intervenir dans la prévention de la santé de l’individu comme dans le processus de guérison de pathologies chroniques ou sévères. Ces soins sont proposés et prodigués le plus souvent par des praticiens aux compétences incertaines, des soi-disant guérisseurs. Les personnes visées, fragilisées par la maladie et la souffrance, sont prêtes à croire que n’importe quelles manipulations ou potions pourront les soulager. Et les traitements proposés sont d’autant plus attractifs qu’ils sont aisés à supporter et présentés comme sans effets secondaires. Ces personnes sont des proies faciles pour de dangereux « gourous » qui peuvent les inciter à arrêter leurs traitements et leur faire perdre des chances de guérison. Garder un esprit critique et un certain recul par rapport à toute offre de soins « présentée comme miraculeuse » est un facteur protecteur de notre santé physique comme mentale.

Les modalités d’action des mouvements à caractère sectaire prennent des formes nouvelles et demeurent très préoccupantes surtout…

LIRE LA SUITE

Chantai GATIGNOL

MIVILUDES

 

Santé : comment reconnaître un charlatan ?

Vous avez dit charlatan ? Quel portait en faire dans le monde foisonnant des thérapies alternatives et du bien-être ?

  • Il dénigre la médecine conventionnelle ou les traitements propo-
    sés par l’équipe médicale qualifiée qui vous prend en charge.
  • Il vous incite à arrêter ces traitements.
  • Il vous promet une guérison miracle là où la médecine conventionelle aurait échoué;
  • Il met en valeur des bienfaits impossibles à mesurer, comme
    « améliorer son karma» ou « la circulation des énergies internes ».
  • Il vous demande de vous engager en réglant à l’avance un certain
    nombre de séances.
  • Il vous propose des séances gratuites pour essayer telle ou telle
    méthode.
  • Il vous recommande l’achat d’appareils censés capter les énergies
    négatives ou de produits présentés comme miraculeux, souvent à des prix exorbitants, non remboursés par la Sécurité sociale.
  • Il vous promet une prise en charge globale qui prétend agir par une
    même technique sur le mental, le physique, voire toutes sortes de troubles.
  • Il vous présente une nouvelle vision du monde en utilisant des termes tels que : ondes cosmique, cycles lunaires, dimension vibratoire, purification, énergies, cosmos, conscience …
  • Il utilise un langage pseudo-scientifique très complexe ou au contraire, prétend avoir découvert un principe d’action extrêmement simple.
  • Il vous incite à vous couper de votre famille, de votre médecin, de votre entourage, pour favoriser votre guérison.

Extrait de Nouvelles de Gamaliel21 n° 13, sept. 2012.

Faux souvenirs : protection de l’enfance

Les faux souvenirs utilisés pour disqualifier les enfants victimes. Hélène Romano démontre à travers un livre écrit en compagnie d’Eugénie Isard : « Danger en protection de l’enfance – Déni et instrumentalisations perverses », les risques de manipulation et de corruption qui existent dans des histoires d’abus sexuels et maltraitances envers les enfants.

Faux souvenirs : la mémoire manipulée

La mémoire humaine : une « boîte-à-outils pour le futur » plutôt qu’une « caméra rejouant le passé » !

par Hedwige Dehon

Stimulée, entre autres, par l’intérêt croissant pour les problèmes de mémoire dans les pathologies liées au vieillissement ainsi que par des observations récurrentes de faux souvenirs dans des contextes légaux [1, 2], la recherche portant sur le fonctionnement de notre mémoire (et plus particulièrement sur cette partie de notre mémoire qui nous permet de nous souvenirs des évènements que nous avons personnellement vécus, appelée « mémoire épisodique ») s’est considérablement développée ces dernières décennies pour nous livrer un paradoxe [3]. En effet, la mémoire nous paraît puissante parce qu’il nous semble relativement facile de récupérer des souvenirs de nos vacances, de notre adolescence ou d’une quantité d’autres moments sur la base d’un mot, d’une odeur ou au cours d’une discussion. De plus, certaines informations (comme, par exemple, le visage d’un ami d’enfance) peuvent être stockées et récupérées des décennies plus tard. Une telle capacité de mémorisation et de rétention des informations, en apparence illimitée, participe à la fondation de notre identité en établissant ce qui nous définit en tant qu’individu et offre un sentiment de continuité et de cohérence à notre existence [4]. Pourtant, parce que sujet à de nombreuses influences, le mode de fonctionnement de cette mémoire la rend tout aussi vulnérable aux erreurs, celles-ci ayant parfois des conséquences désastreuses : faux souvenirs d’abus sexuels, identifications erronées de suspects, disputes familiales ou entre amis sur la manière dont certains évènements se sont déroulés…

LIRE LA SUITE SUR LE SITE SCIENCE ET PSEUDO-SCIENCES

IVI : l’analyse du P. Trouslard

Cette photographie d’I.V.I. donnée dans l’article de l’ADFI, son objectif religieux, humanitaire et social, médical, apparaissent tout à son honneur. Toutefois de nombreux chrétiens ou catholiques, et même des non croyants nous ont interrogé pour savoir si la doctrine religieuse enseignée à I.V.I. était compatible avec la foi chrétienne. Des théologiens se sont livrés à une étude sérieuse des documents de ce groupe, à une véritable radiographie : hélas, leur diagnostic est fort sévère. Ils ont relevé de graves déviations de la foi dans ce mouvement. En effet pour séduisante qu’elle soit, la doctrine d’I.V.I. est une véritable gnose, en opposition radicale avec la foi chrétienne. Syncrétisme, confusionnisme, ésotérisme caractérisent cet enseignement religieux, qui est un curieux amalgame de théories empruntées au christianisme, à l’hindouisme, à la bioénergie.

Voici quelques-unes de ces principales déviations :

Le mystère de Dieu: Le Dieu présenté à I.V.I. a une dimension cosmique, vaguement panthéiste, tout-à-fait éloignée de la Tradition chrétienne : « L’énergie est partout… elle nous fait vivre. On peut l’appeler subconscient, esprit, Dieu, âme, lumière, amour. Tous ces mots veulent dire la même chose ». 

Le mystère de la Trinité est assimilé aux triades des anciennes civilisations composées du père, du fils et de la mère, et le Christ a laissé planer un grand silence sur ce mystère…

L’Écriture Sainte: les textes de l’Écriture Sainte sont abondamment cités mais en les déformant, en les manipulant de façon malhonnête pour appuyer les thèses d’I.V.I.

La Réincarnation est l’un des dogmes principaux. Les membres d’I.V.I., qui seront 5 000, sont la Réincarnation des 5 000 hommes qui suivaient le Christ à la multiplication des pains. 12 responsables d’I.V.I. sont la Réincarnation des 12 apôtres qui n’avaient pas parfaitement accompli la mission que le Christ leur avait confiée. Yvonne TRUBERT n’est-elle pas la Réincarnation du Christ ? Elle est considérée et vénérée comme telle.

Les Religions sont vivement critiquées, car depuis des siècles (depuis le Concile de Nicée) elles détruisent l’humanité. Y. TRUBERT s’en prend volontiers à l’Église Catholique, ne ménageant pas ses flèches contre les évêques et les prêtres. Par contre elle affiche une grande admiration pour le Pape qui a compris la Mission d’Yvonne : « instaurer la religion nouvelle, unique et universelle ».

La Prière occupe une grande place à I.V.I., mais sans référence à l’Écriture ni à l’Eucharistie. Elle est surtout « une vibration cosmique » ; « une concentration d’énergie »,envisagée sous sa valeur thérapeutique, personnelle, cosmique ou sociale. I.V.I. apprend à prier (« Savoir prier », brochure éditée par I.V.I.) mais la prière semble être confondue avec une technique ou une méthode de prière et en être le résultat.

Les Sacrements n’ont aucune place dans l’enseignement de Mme TRUBERT, parfois même ils sont ouvertement critiqués comme le sacrement de Réconciliation ou niés tout simplement : « Le Christ n’a jamais fait de sacrements ».Et pourtant, lorsque le Mouvement se déplace en pèlerinage et visite un sanctuaire où est célébrée la Messe, que l’on soit musulman, protestant, juif ou athée, on communie derrière Yvonne.

Par contre, Y. TRUBERT reproduit les symboles des sacrements : elle baptise dans le Jourdain, célèbre le symbole de la Cène. À Cros, au cours du séminaire initiatique, les adeptes sont « purifiés » et reçoivent le Saint·Esprit qui les envoie en mission guérir toute maladie et chasser les démons (« Harmonisations »).

Les Exorcismes: les démons sont partout et en tous, de grands troubles sont annoncés par Yvonne TRUBERT selon sa vision apocalyptique et satanique du monde. Mais les membres d’I.V.I. ont reçu le pouvoir de chasser les démons. Ils exorcisent tout et partout : les personnes, les choses, les lieux, et s’exorcisent mutuellement. La pratique des exorcismes fait partie intégrante de la mission I.V.I.

On comprend, dès lors, que des évêques catholiques, orthodoxes, ou des pasteurs aient cru bon de mettre en garde les chrétiens, mais aussi les personnes qui cherchent la vérité, contre les thèses réductrices et destructrices de la foi enseignées par I.V.I.

 

Pour mieux connaître le P. Jacques Trouslard, on peut lire une interview sur le site L’envers du Décor