Maria Valtorta, un monde de mensonge

René Gounon

Le mensonge est l’un des péchés les plus graves, l’un de ceux que le Christ a régulièrement condamnés tout au long de sa vie publique, avec ses multiples variantes que sont l’hypocrisie, la fausseté, la duplicité, la dissimulation, etc. Dans un premier livre intitulé « Maria Valtorta,
l’Evangile dévoyé
»
j’ai exposé plusieurs points interdisant de penser
que son œuvre majeure « L’Evangile tel qu’il m’a été révélé » puisse venir de Dieu, mais sans vraiment chercher à comprendre sa véritable nature.

Aujourd’hui après avoir continué à creuser le sujet m’est apparue une réalité qui ne m’avait pas frappé au premier abord : l’omniprésence du
mensonge
, non seulement chez ceux qui font la promotion de l’oeuvre, mais au cœur même de l’ouvrage. Ce livret passe d’abord en revue quelques uns des gros mensonges régulièrement proférés par ceux qui font la promotion de ce pseudo « Evangile », particulièrement en ce qui concerne sa soi-disant perfection sur les plans scientifique et historique.

Il montre aussi que le mensonge est également présent dans l’ouvrage lui-même puisque le « Jésus » qu’entend la visionnaire n’hésite pas à expliquer des contradictions entre l’ « évangile » de Maria Valtorta (EMV dans la suite) et l’évangile de Jean par des mensonges qu’aurait faits l’évangéliste, mensonges qui seraient la conséquence de sa profonde humilité et qu’il nous demande d’admirer.

Enfin ce petit livre démonte la légende d’une immersion dans la vie publique du Christ avec ses dialogues authentiques en mettant en évidence la présence de Maria Valtorta dans leur rédaction.

Chapitre 1 : Quelques gros mensonges de la propagande valtortienne — Une rédaction d’un seul jet et sans ratures — Plus de 20000 détails vérifiés exacts — Aucune erreur scientifique dans l’oeuvre

Chapitre 2 : Pratique et éloges du mensonge dans l’oeuvre — Des manipulations — Des éloges du mensonge

Chapitre 3 : L’immersion dans la vie publique du Christ, une légende — Des modes d’expression communs à tous — La place de Maria Valtorta dans la rédaction de l’oeuvre — Un exemple de paroles inauthentiques : les lamentations de la Vierge

Vous pouvez lire aussi

Le risque de dérive sectaire dans la pratique du Soin. Eric Kania, psychiatre

Eric Kania est psychiatre et vice-président du GEMPPI. Exposé fait en 2023 à l’Espace Ethique Méditerranéen – Hôpital adultes de La Timone – Marseille.

Une vidéo intéressante du GEMPPI sur les dérives sectaires dans les médecine dites « alternatives » notamment auprès de personnes atteintes de cancers ou très vunérables.

Les abus spirituels ?

Dans le monde évangélique francophone, Jacques Poujol a publié plusieurs ouvrages sur les abus spirituels. Le pasteur et psychothérapeute Jacques Poujol a participé à deux émissions « Vitamine B » sur DieuTV. L’occasion pour lui de présenter dans la première ce que sont les abus spirituels.

Pour aller plus loin, ne manquez pas le livre de Jacques Poujol : « Abus spirituels. S’affranchir de l’emprise » (Empreinte Temps Présent, 2015).

On parle d’abus spirituel lorsqu’une personne profite de sa position d’autorité pour en dominer psychologiquement et spirituellement une autre, en la privant de son autonomie et de son libre arbitre. 

Ce phénomène, encore tabou, touche pourtant de nombreuses personnes au sein des églises

L’auteur, grâce à une analyse précise de la mécanique de l’abus, permet d’identifier et de comprendre cette perversion relationnelle et de venir en aide aux victimes et à leur entourage.

• Quels sont les signes qui permettent de repérer un abus spirituel ?
• Quelles sont les caractéristiques d’un groupe susceptible de générer des abus ?
• Quelles sont les difficultés psychologiques et spirituelles rencontrées par la victime?
• Comment l’accompagner dans sa reconstruction identitaire ?
• Quels conseils donner à ses proches ?

Des roses aux boutons de roses

Il y a une cinquantaine d’années, Mamma Rosa transmettait les paroles de la Madone Miraculeuse des Roses à San Damiano. On sait ce qu’il en est advenu.

Aujourd’hui, la voyante Virginie avec l’Alliance des Coeurs Unis nous donne une nouvelle déclinaison… on a ainsi le Livret des rituels des boutons de rosesle Livret de prière pour les roses

Et voici la version de l’hymne de l’ACU chantée par des enfants déjà vu plus de 12 000 fois depuis mars 2023

Peut-être préférerez-vous la version de Steven Riche…

Des étrangetés « mais rien d’anormal sur le plan doctrinal ». Tel est le diagnostic de Mgr Aillet et de ses enquêteurs à propos des écrits de Virginie. L’avenir dira. Et sans trop tarder à mon avis. « Il va sans dire que les membres de l’Alliance sont renvoyés à la Parole de Dieu lue en Église, comme première référence de leur vie chrétienne ». Mais ne sait-il pas qu’à partir du moment où l’on a deux livres côte à côte, la Bible et une révélation privée, le péril de dérive est avéré ?

Je trouve personnellement plus de bon sens dans la réaction de Jean de Saint Chéron, et plus de discernement dans l’analyse de Joachim Bouflet…

L’essayiste Jean de Saint Cheron

Pour la première fois depuis de longues années, je suis retourné à Lourdes. La ferveur simple des pèlerins, la fraternité joyeuse des échanges, la figure de Bernadette, si humble, si discrète, et surtout la charité qui continue d’animer les alentours de la grotte, avec cette extraordinaire attention à la pauvreté de chacun, m’ont profondément touché.

Quelques jours plus tard, je découvre dans le journal un papier sur de prétendues apparitions christiques. L’histoire aboutit évidemment à ce qui ressemble à une secte, tout ce qu’il y a de plus classique et tristoune – entre-soi morbide autour d’une gourou sexagénaire, parlant essentiellement, sous le couvert d’une révélation divine, d’elle-même et de ses fantasmes (politiques en l’occurrence).

Nul besoin d’être extralucide pour discerner la vacuité de son discours complotiste, mâtiné d’un délire nostalgico-identitaire dont certains éléments m’ont fait tantôt éclater de rire (« le Christ aurait annoncé depuis l’an 2000 qu’après de “grands événements mondiaux” les descendants des Bourbons et des Capétiens reviendront gouverner la France »), tantôt pleurer de pitié pour les pauvres gens qui continuent de tomber dans le panneau (« Jésus me montre un triangle qui ressemble à une pyramide : il y a 13 boules noires. Ce sont les tout-puissants de notre monde d’aujourd’hui. Je reçois qu’eux aussi ont fait un pacte, mais avec les ténèbres. »). L’engouement pour ce genre de fraude témoigne certainement d’une attente, d’une angoisse, d’un besoin de croire. Mais quand même.

Un ami professeur de philosophie à qui j’en parle me répond ces mots réfléchis : « Ce qu’ils refusent de considérer, à mon avis, c’est le sens de ces apparitions. Leurs apparitions sont non seulement grotesques, mais porteuses d’un sens répugnant, qui ne pourrait pas tenir par lui-même. Il ne tient que parce qu’il se présente comme “révélation secrète”. Il a besoin de se prévaloir de cette autorité pour s’établir comme sens. Enlève cette caution mystérieuse, et tout s’effondre. 1»

Joachim Bouflet, Historien spécialiste des phénomènes mystiques

« Virginie se met beaucoup en valeur, ce qui constitue déjà un critère rédhibitoire. Je ne vois pas, dans ses propos, de ligne conductrice – sauf un programme politique royaliste. Elle prône le retour au royaume chrétien, à la France de Jeanne d’Arc. Cela s’inscrit dans une filière pseudo-mystique et occulte qui remonte jusqu’au XIXe siècle, à l’image de fausses visionnaires comme la Bretonne Marie-Julie Jahenny (1850-1941).

Cette “alliance” va à l’encontre de l’unité du corps ecclésial en ravivant passions et nostalgies. Elle verse dans le non-théologique, autour d’une utilisation du titre de “Marie co-rédemptrice” pouvant aller jusqu’à une déification de la Vierge. La situation sociopolitique en France est un terrain pour ce phénomène, dans un milieu traditionnel en opposition au pape François. Ceux qui y adhèrent se considèrent comme des élus, le petit reste des fidèles qui espèrent sauver la France et l’Église. »

1https://www.la-croix.com/print/article/1201238079

Sous l’emprise d’un mari catholique rigoriste

Écouter le podcast Code source 25 mn :

« J’ai renoncé à tout » : Alice Davril raconte 15 ans sous l’emprise d’un mari catholique rigoriste

Alice a 16 ans quand elle fait la rencontre d’Henry. Il a 15 ans de plus qu’elle, et c’est le grand frère d’une de ses amies. Alice est rapidement impressionnée par son charisme, mais aussi par l’intensité avec laquelle il vit sa foi catholique, et 4 ans plus tard, ils se marient.

Mais une fois mariés, les choses changent : Henry est très colérique, et ne supporte pas qu’Alice s’adonne à des activités qu’il considère comme superflues. Au fil des années, le couple a 7 enfants, et Alice reste à la maison pour s’occuper d’eux. Henry, lui, est de plus en plus violent avec elle, et avec les enfants.

Alice raconte son histoire au micro d’Ambre Rosala. Elle a également écrit un livre autobiographique, « Femmes, soyez soumises à vos maris », publié aux éditions Larousse.