Les expériences de mort imminente : une ouverture vers la médiumnité occulte ?

Dominique Auzenet, exorciste diocésain

Je voudrais aborder ici un aspect des expériences de mort imminente (en abrégé : EMI, ou NDE en anglais : Near Death Experience) rarement abordé, celui des phénomènes paranormaux qu’elles contiennent ou qu’elles déclenchent ensuite.

Ces quelques pages de réflexion sont menées à partir du visionnage de deux vidéos « Je reviens de l’au-delà », un documentaire réalisé par Temps Présent, magazine d’information de référence de la Radio Télévision Suisse.

Les deux vidéos : « je reviens de l’au-delà »

– La première nous présente plusieurs personnes qui racontent leur expérience de mort imminente (en abrégé : EMI, ou NDE en anglais : Near Death Experience)

La seconde, qui nous intéresse ici, tourne autour de la question : après des expériences de mort imminente, certaines personnes reviennent avec des facultés paranormales qu’ils n’avaient pas auparavant. C’est de cette seconde vidéo dont nous allons extraire quelques citations.

Continuer la lecture de « Les expériences de mort imminente : une ouverture vers la médiumnité occulte ? »

Jean de Dieu : sexe, argent et pouvoir

Sexe, argent et pouvoir. La trilogie à laquelle aucun gourou ne peut résister est la même qui a fini par conduire João de Deus, le plus célèbre guérisseur brésilien, en prison. Loué et consulté par des personnalités telles qu’Oprah Winfrey, Lula da Silva, Dilma Rousseff, Hugo Chávez, Xuxa, Shirley McLaine et Bill Clinton, ce médium et « chirurgien psychique » de 79 ans est un autre des leaders spirituels qui ont bâti un empire économique à partir de la crédulité des multitudes, comme l’explique Sergio Carreras dans La Voz del Interior.

Les esprits des chirurgiens

Sa grande histoire, racontée dans la série Netflix « João de Deus, guérisseur et criminel », commence en 1976, lorsqu’il s’installe dans la petite ville d’Abadiânia, dans l’État de Goiás, à quelque 120 kilomètres de la capitale, Brasilia. C’est dans cette ville qu’il a créé la Casa de Dom Ignacio de Loyola, sans autre formation que d’avoir été tireur de cartes et d’avoir un père herboriste qui vendait des garrafada, des bouteilles remplies de boissons supposées curatives.

João de Deus, Jean de Dieu, s’appuie sur l’extraordinaire histoire du spiritisme brésilien, dont les référents ont toujours eu la particularité de prescrire des médicaments, un problème qui se reflétait déjà dans le premier code pénal brésilien de 1890, qui interdisait les charlatans, le charlatanisme et la prescription illégale de médicaments.

Dans le cas de João de Deus, il vendait un médicament appelé passiflora, sous forme de soupe ou de pilules, qui était le même pour tous les patients qui le consultaient, que ce soit pour un cancer, le sida ou des troubles mentaux. « Les pilules sont les mêmes pour tout le monde car la différence se trouve dans l’énergie des doigts des assistants qui les emballent, qui savent quel effet les pilules doivent avoir sur chaque patient », explique l’un des plus proches collaborateurs du gourou dans le documentaire.

L’art de la guérison de João de Deus avait deux attractions principales. Tout d’abord, il guérissait lorsqu’il était canalisé par les esprits de saints ou de personnages historiques. Ils appelaient ces canalisations « l’entité ». La deuxième grande attraction, qui était aussi un spectacle visuel dont le guérisseur tirait parti, était que l’entité effectuait des opérations de saignée à la vue de tous.

Continuer la lecture de « Jean de Dieu : sexe, argent et pouvoir »

Les faux souvenirs induits dans les accompagnements et retraites psychospirituels

Une personne — elle a voulu garder l’anonymat — profondément immergée dans les désordres et les perturbations que peuvent engendrer l’induction de faux souvenirs au cours de retraites psycho-spirituelles, nous donne ici son analyse du phénomène. Cette analyse n’est pas théorique; elle s’enracine dans un vécu familial dramatique.

Le psycho spirituel est un amalgame construit entre les plans psychologique et spirituel

Il induit une confusion de la raison de manière à manipuler une personne.

Les pratiques de la manipulation se font par l’utilisation de la foi chrétienne, qui par glissements, pratiquement impossibles à percevoir dans le contexte où se trouve la personne, devient peu à peu une religiosité déviante du nouvel-âge.

Ces pratiques se font sous couvert de « retraites » spirituelles et ou d’accompagnements spirituels personnels. Le discours porte sur le schéma « blessures-guérison ». En voici in fine la clé de lecture :

Le péché n’est plus un acte commis librement et volontairement  mais un manque d’amour subi dont on n’a pas conscience et dont on doit se libérer.

De la sorte, le péché devient une blessure dont on incombe la responsabilité au bouc émissaire désigné dans la prétendue thérapie. Pour guérir, il faut couper les liens avec le ou les boucs émissaires, souvent des proches,auxquels la personne va faire subir des actes inhumains sans aucune culpabilité, puisque d’une part, ils sont nécessaire à la « guérison », d’autre part la culpabilité est rejetée sur les proches qui, dans ce schéma, sont révélés maléfiques et donc ne font que subir la juste punition de leur faute. Continuer la lecture de « Les faux souvenirs induits dans les accompagnements et retraites psychospirituels »

Qui est le P. François Brune ?

par Dominique Roche Arnaud

François Brune est né en 1931 et mort le 16 janvier 2019. Ce prêtre catholique est passé à l’orthodoxie à la fin de sa vie. Il est l’auteur de nombreux ouvrages concernant la théologie, la spiritualité, la vie après la mort et le paranormal (spiritisme)

En 1970, il découvre les expériences aux frontières de la mort (EMI-NDE) par le livre : La Vie après la vie de R. Moody. Il part aux États-Unis, et s’initie aux communications avec les morts à l’IANDS (International Association for Near Death Studies).

Les expériences de Jean Prieur, Pierre Monnier et Roland de Jouvenel (medium guérisseur) vont le convaincre, il dit y avoir trouvé : « des preuves de l’existence de Dieu, dans l’évocation récurrente de « cette lumière extraordinaire, dont les catholiques ne savent pas trop quoi faire, alors que les orthodoxes lui consacrent toute une théologie », et le ressenti unanime « d’un amour absolu, inconditionnel et personnel ».

Quelles preuves de l’existence de Dieu a-t-il trouvées à partir d’expériences de communication avec les défunts ? Quelle « théologie orthodoxe » explique cette lumière extraordinaire des EMI ou NDE ?

Télécharger le livret PDF EPUB

Un cours en miracles

Témoignage : une famille raconte comment elle a fait l’expérience de la « force diabolique » de ce livre

Ce n’est pas un livre anodin : outre les dangers de la manipulation mentale et de la dépendance sectaire, il y a une action directe de la puissance des ténèbres. C’est avec cette affirmation que s’intitule l’article écrit par Luis Santamaría, membre du Réseau ibéro-américain pour l’étude des sectes (RIES), dans le média chilien Portaluz.

D'autres articles sur le livre "Un cours en Miracles" se trouvent sur la page dédiée

« La connaissance de A Course in Miracles [UCDM] est arrivée dans ma famille par l’intermédiaire d’un citoyen nord-américain qui a épousé ma sœur il y a de nombreuses années ». C’est avec ces mots que Lola commence son histoire, une femme latino-américaine qui a partagé avec Portaluz la terrible expérience qu’ils ont vécue autour de ce livre qui se répand beaucoup dans les milieux New Age, et qui fait du mal à de plus en plus de personnes.

La conclusion à laquelle elle parvient après tout ce qu’elle raconte dans cet article est claire : « L’UCDM contient sa propre force diabolique. C’est un livre qui séduit l’esprit pour vous faire lire et réciter les leçons et  » éliminer l’ego  » afin que vous ne posiez pas de questions et acceptiez ce que leurs textes disent. De cette façon, ils volent l’âme à leurs fins. » Son avertissement est donc clair, et il s’adresse à tous : « ne permettez pas à cette secte d’attraper quelqu’un de votre famille ».

Une personne énigmatique

Lola se rappelle à quel point son beau-frère — que nous appellerons Jim — était, au fond, un mystère pour eux : « Honnêtement, nous n’avons jamais vraiment appris à le connaître. Nous avons été très frappés par la rigidité et les conflits constants que cet homme avait avec tous ceux qui l’entouraient. Il pleurait à propos de tout, et parfois il pleurait pendant des heures. Il se considérait comme un catholique et avait été baptisé dans son enfance. Quand je lui parlais, je lui demandais ses idées, puis il s’exprimait avec assurance. Et il y avait une grande confusion qui ne lui permettait pas de comprendre la vie à partir de la vérité de Dieu, qui est Père, Fils et Saint-Esprit ».

Continuer la lecture de « Un cours en miracles »