Note de la Commission Doctrinale sur les écrits de Maria Valtorta

BREF AVERTISSEMENT au sujet de la diffusion de lÉvangile tel quil ma été révélé de Maria VALTORTA

La diffusion des écrits de Maria Valtorta s’intensifie depuis deux ans au moins. On rencontre, en plus des fidèles qui se nourrissent de ces textes, des prêtres qui répandent ces écrits, des groupes de lecture de Maria Valtorta dont les activités sont à certains endroits annoncées dans les feuilles paroissiales. Des associations et des sites internet diffusent à grande échelle des mails commentant l’évangile du dimanche par des textes de Maria Valtorta. Des fidèles de bonne foi supposent que cette œuvre est approuvée par l’Église.

Un jugement clair du Magistère de l’Eglise a mis à l’Index L’Évangile tel qu’il m’a été révélé le 16 décembre 1959. La sentence est expliquée dans un article de L’Osservatore Romano du 6 janvier 1960. Elle a été rappelée par le Cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi le 31 Janvier 1985, dans lequel il explique que : « bien qu’aboli, l’Index conserve toute sa valeur morale, c’est pourquoi il n’est pas retenu opportun de diffuser et de recommander une œuvre dont la condamnation ne fut pas prise à la légère, mais sur des arguments réfléchis afin de neutraliser les dommages qu’une telle publication peut porter à la foi des plus démunis. »1

Mentionnons également la lettre du 6 mai 1992, par laquelle le secrétaire général de la conférence des évêques d’Italie a demandé à un éditeur de ne pas publier les écrits de Maria Valtorta sans indiquer explicitement qu’ils ne sont pas d’origine surnaturelle2.

Le synode des évêques de 2008 sur la Parole de Dieu a recommandé d’« aider les fidèles à bien distinguer la Parole de Dieu des révélations privées », dont le rôle « n’est pas de (…) « compléter » la Révélation définitive du Christ, mais d’aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l’histoire » 3.

Nous constatons chez certains fidèles de l’Eglise catholique un intérêt pour les révélations privées, un goût pour ce qui apparaît nouveau et manifeste l’actualité de la Révélation à travers des grâces mystiques ou des charismes. Ceci mérite d’être accompagné par un soin pastoral qui vise, non à éteindre l’Esprit, mais à éclairer les fidèles sur cette distinction entre Parole de Dieu et révélations privées.

Notre sollicitude pastorale envers les personnes attirées par ce type de littérature nous conduit à rappeler une vérité de foi importante : il s’agit de prendre conscience qu’une personne seule, sans une pleine communion avec l’Église et ses pasteurs ne peut se revendiquer dépositaire de l’Évangile ni de la tradition. Car le fruit de la réception de la Parole de Dieu est la communion de l’Église avec le Père et le Fils : « Nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous est apparue : ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous soyez en communion avec nous et que notre communion soit avec le Père et avec son Fils Jésus Christ »4. L’unique « solo » dans la symphonie de la Création, c’est le Christ.5

« Dieu qui parla jadis ne cesse de converser avec l’Épouse de son Fils bien-aimé, et l’Esprit Saint, par qui la voix vivante de l’Évangile retentit dans l’Église et par elle dans le monde, introduit les croyants dans la vérité tout entière et fait que la parole du Christ habite en eux avec toute sa richesse»6. La conversation permanente de la communauté des fidèles avec Dieu n’est pas ‘’piétiste-individuelle.’’ Il s’agit du dialogue de Dieu avec l’Épouse du Christ, la sainte Église. Il émet un écho dans le monde car, par l’Église en qui retentit la Parole du Christ, Dieu fait entendre au monde la Bonne Nouvelle. Cette expérience ecclésiale de la Révélation se vérifie également du fait qu’elle oriente vers le Christ et qu’elle fait de l’Église un vecteur de la Bonne Nouvelle du Salut pour le monde d’aujourd’hui.

La constitution dogmatique Dei Verbum explicite les divers modes par lesquels se poursuit ce dialogue de Dieu avec l’Église. Ils ne se limitent jamais au sentiment individuel ou à la pensée personnelle de tel ou tel fidèle du Christ. Sous l’assistance du Saint-Esprit, la connaissance par l’Église des objets de la foi s’accroît « soit par la contemplation et l’étude des croyants[…],soit par l’intelligence intérieure qu’ils éprouvent des choses spirituelles, soit par la prédication de ceux qui, avec la succession épiscopale, reçurent un charisme certain de vérité »7.

Les soifs spirituelles que nous pouvons observer dans le Peuple de Dieu méritent d’être prises au sérieux et le besoin de lecture, de nourriture vivante pour favoriser la ferveur et la contemplation du mystère du Christ sont un encouragement à continuer à écouter, avec toute l’Église, la parole du Seigneur, et à annoncer les vérités de la foi avec ferveur et enthousiasme.

29 septembre 2021

Notes

1 Un prêtre de l’archidiocèse de Gênes s’adresse à la CDF par une lettre datée du 18 mai 1984 concernant la position de l’Église sur l’œuvre de Maria Valtorta. Le cardinal Ratzinger répond personnellement par une lettre datée du 31 janvier 1985, à l’archevêque le cardinal Giuseppe Siri, dont dépend le prêtre requérant. Voici l’original en italien de la phrase citée : « Benché abolito, l’Index conservava tutto il suo valore morale, per cui non si ritiene opportuna la diffusione e raccomandazione di un’Opera la cui condanna non fu presa alla leggera ma dopo ponderate motivazioni al fine di neutralizzare i danni che tale pubblicazione può arrecare ai fedeli piú sprovveduti. »

2 « Je vous demande, dans le cas d’une éventuelle réimpression des volumes, qu’il soit indiqué clairement dès les premières pages que les « visions » et les « dictées » auxquelles on se réfère dans ces volumes ne peuvent être reconnues d’origine surnaturelle, mais qu’elles doivent être considérées simplement comme des formes littéraires dont l’auteur s’est servi pour conter, à sa manière, la vie de Jésus. » (Dionigi Tettamanzi, Secrétaire général de la Conférence Episcopale Italienne, Lettre à l’éditeur, 6 mai 1992)

3 Citation de Benoît XVI, Verbum Domini, n°14

4 1Jn1,2-3

5 Cette réflexion est inspirée de ce que dit Benoît XVI, dans Verbum Domini n° 13

6 Citation Dei Verbum n° 8

7 Citation Dei Verbum n° 8

TÉLÉCHARGER LE LIVRET CONTENANT UN DOSSIER COMPLET SUR L’ÉVALUATION NÉGATIVE DE L’OEUVRE DE MARIA VALTORTA

Une réflexion sur « Note de la Commission Doctrinale sur les écrits de Maria Valtorta »

Laisser un commentaire