Nouvel Age — 4. Un avenir harmonieux

Une spiritualité transcendante

Plutôt que de reconnaître que nous sommes des êtres rationnels, ce qui importe pour le Nouvel Âge, c’est le sens de la transcendance spirituelle. Cela implique que nous nous trouvons dans une réalité nouvelle qui est maintenant dictée par notre spiritualité et non par notre raisonnement. Et à cause de cela, il est plus important de se sentir spirituellement partie intégrante de notre nature et de notre société que d’y penser et d’y réfléchir. Il s’agit maintenant de faire partie de toute cette nature unie au surnaturel, que nous ne percevons pas encore, que nous ne connaissons pas, mais qui est là pour ceux qui le cherchent.

L’être humain véritable doit acquérir la conscience de faire partie d’un tout, y compris du surnaturel, et doit aussi ressentir plus que penser. Grandir, c’est assimiler la réalité du surnaturel et l’incorporer dans notre nature corporelle, et ainsi, ajouter que nous sommes possesseurs d’une supraconscience, en plus de celles que Sigmund Freud avait décrites comme le subconscient et inconscient.

Nous sommes dans une ère qui augmente progressivement la spiritualité de l’homme, laissant derrière elle une vision matérialiste et rationaliste de la réalité. Ainsi, dans la nouvelle conscience, nous nous dirigeons vers une société plus instruite, équilibrée et sobre, mais en harmonie avec la nature et la spiritualité cosmique, qui inclut ce qui est nommé l’invisible et le surnaturel.

Tout en sauvant la sagesse ancestrale, il faut aussi se concentrer sur un futur et un avenir dans lequel elle sera progressivement consolidée par un lien avec la spiritualité de tous les temps. Jusqu’à présent très limités dans la capacité de regarder au-delà de ce qui est juste sous nos yeux, nous allons progressivement augmenter la conscience d’un futur dans lequel va dominer une vision cosmique, en relation avec toutes sortes de manifestations et de présences que la majorité d’entre nous ne connaît pas actuellement.

Une nouvelle fraternité cosmique

La vision que le Nouvel Âge nous offre nous fait voir que nous sommes en crise dans tous les domaines, tant sur le plan écologique, social, religieux, politique, éducatif et économique, et que cette crise est nécessaire pour briser le mode de vie qui a été jusqu’à présent prédominant. C’est comme de désirer ardemment que disparaisse ce qui n’est pas utile, ni ne sert à une nouvelle vision plus optimiste, plus juste, plus aimante, plus fraternelle, et bien sûr, en harmonie avec le Tout.

Il s’agit d’aspirer à un monde meilleur dans lequel additionner toutes les forces vivantes, visibles et invisibles afin de débuter une humanité nouvelle sans les pièges, erreurs, défauts et prétentions de l’époque précédente. Chaque jour, de nouveaux chercheurs et combattants doivent naître et grandir pour faire du Nouvel Âge une réalité sur cette planète et changer tout ce que nous savons aujourd’hui de notre style de vie.

Mais pour parvenir à un changement d’ensemble, il faut avant tout un changement intérieur sans lequel on n’intègre pas cette fonction transformatrice au niveau social et surnaturel. Peu importe le comment, il peut y avoir forcément de nombreux chemins et des situations diverses. Avec la connaissance ancestrale qui vient des sources cosmiques et des êtres supérieurs d’autrefois, nous devons raviver une nouvelle vision d’un futur dans lequel une nouvelle fraternité cosmique illumine le progrès et l’harmonie de notre planète détériorée et détruite.

Une autre étape de l’humanité

Les figures dirigeantes telles que Jésus-Christ, Bouddha, Moïse, Mahomet, Lao-Tse, Quetzalcoaltl, Thot, étaient de grands maîtres, guides, hommes de Dieu, êtres divins, mais propres à l’époque précédente des Poissons. Ils ont incontestablement accompli leur vision avec ponctualité et une véritable transcendance, spécialement Jésus de Nazareth, le fils bien-aimé du Dieu de tout l’univers, mais leur mission s’est terminée en ce nouvel âge du Verseau pour faire place à de nouveaux prophètes, de nouveaux guides, de nouveaux bergers et de nouveaux enfants du Dieu Créateur. Le livre des Saintes Écritures sera conservé dans les archives historiques de l’Âge des Poissons et de nouveaux enseignements, de nouvelles écritures sacrées, de nouveaux évangiles, de nouvelles paraboles, de nouveaux sauveurs viendront.

Sous la bannière du Nouvel Age se construit un nouveau cœur fraternel qui renouvellera l’homme, laissant derrière lui toute la tradition religieuse, en particulier biblique, qui permettra vraiment une transfiguration de l’homme cosmique. Face à une telle perspective, nous ne pouvons pas parler d’un nouveau mouvement religieux, puisqu’il ne prétend pas établir un intermédiaire entre l’homme et son créateur, mais plutôt d’une introduction de l’homme à une réalité cosmique dans laquelle il découvrira progressivement de nouvelles dimensions et des êtres qui habitent déjà avec amour d’autres étoiles et galaxies.

On insiste aussi sur le fait qu’il n’y a pas de fondateur, pas de leader, pas de dirigeant, pas de personne qui dirige le Nouvel Age, mais c’est en soi une étape, une période où l’humanité prend conscience d’une nouvelle réalité où l’on laisse de côté une histoire pour pouvoir sortir du passé, ce qui a déjà été signifié par les rencontres avec la Divinité, ce qui implique que les faits qui ont confirmé que l’homme est créé par un Dieu soient réunis.

À la base de tout le mouvement, il y a la conscience d’un avenir meilleur, où il importe plus de savoir où nous allons que d’où nous venons, il se concentre sur ce qui arrivera et non sur ce qui s’est déjà passé. Bref, la religion chrétienne qui se tourne toujours vers sa référence historique dans l’incarnation de Jésus-Christ, était dans l’Âge des Poissons ; maintenant ce qui importe est d’aller vers cet être cosmique et de se rencontrer dans ce futur tant désiré. Ce n’est plus le règne de la raison, de la compréhension et de la parole, mais de l’intentionnalité, de la conscience et de la spiritualité généreuse avec le monde entier créé.

Découvrir les nouvelles capacités dans nos vies

Quelles que soient les personnes conscientes de l’âge conscient du Verseau, elles ne sont pas là pour promettre, mais pour accomplir un vrai changement dans leur vie pour que le monde d’aujourd’hui ne puisse pas continuer comme cela ; ils sentent que tout s’est détérioré, que même les institutions religieuses perdent le cours du bien suprême et ne conduisent plus leurs fidèles vers cet avenir honnête, sincère et harmonieux qu’on cherche à vivre dans l’ère suivante.

Il ne s’agit donc pas d’améliorer et de remodeler le modèle existant, mais plutôt de renverser l’ancien bâtiment et d’en construire un nouveau et de ne conserver que les pierres angulaires qui, si elles nous donnent le passé, deviendront partie intégrante des fondations et des murs du nouveau bâtiment.

Il ne s’agit pas non plus de courtiser la Divinité, mais d’en faire partie, de prendre conscience que nous sommes vraiment des êtres divins faits à son image et à sa ressemblance, et que comme tels, nous devons nous sentir totalement sûrs d’être aimés. Et pour cette raison, il est nécessaire que les nouvelles générations, en vivant cette nouvelle énergie, découvrent en elles ces capacités enfouies de savoir et d’aimer sans avoir besoin d’intermédiaire.

Celui qui a déjà éveillé sa conscience sait qu’il y a des forces cosmiques immenses et très positives qui travaillent déjà pour le progrès de l’humanité. Et il ne s’agit pas de s’y opposer, ou de lutter contre les religions, ou tout ce qui vient du passé, parce qu’il s’agit de donner de la viabilité au flux de ces énergies nouvelles, auxquelles il ne vaut mieux pas s’opposer, mais se laisser conduire vers elles par sa propre énergie.

Être vivant, c’est savoir que tout ce qui est autour de toi l’est aussi, que nous ne sommes pas seuls, qu’il y a une harmonie parfaite dans tout ce qui existe déjà, que nous le sachions ou pas, et se réfère concrètement à tous les êtres qui nous accompagnent déjà dans ce nouveau changement de conscience.

 

D’après Guillermo Dellamary Toral, Lo que conocí de la Nueva Era. Una visión entre la realidad y la fantasía.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *