Instagram : Astrid parle des nouvelles sorcières

Cours de défense contre les forces du Mal

Sur son compte Instagram, Astrid met en ligne des vidéos en direction des jeunes, reprenant quelquefois des thématiques du site sosdiscernement.org

Les nouvelles sorcières

par Bertran Chaudet

Enfant, je ne supportais pas les représentations des sorcières dans les dessins animés de Walt Disney, elles me terrorisaient.

Les temps changent. À partir des années 1970, les mouvements féministes ont non seulement réhabilité les sorcières, mais de plus les ont valorisés et même exaltés

Les symboles changent. De l’image repoussante, effrayante des sorcières, nous sommes passés dans les années 2000 à une bienveillance à l’égard des sorciers et sorcières. Les aventures de Harry Potter en ont été l’exemple le plus emblématique.

Sorcière vient du latin sortiarius, diseur de sorts, en anglais witch, jeter un sort, pratiquer la sorcellerie et en vieil anglais wiccian.

L’historien Jules Michelet fervent laïcard, prenant le parti de blâmer l’Église organisatrice, selon lui, de la chasse aux sorcières, écrivit un livre magnifiant ces femmes libres, bienfaisantes et victimes. Son parti pris idéologique est dénoncé par les récents travaux historiques sur le sujet

L’acte de naissance des nouvelles sorcières, objet de cet article, peut dater du 30 octobre 1968, jour d’Halloween. Ce jour-là apparaît à New York le mouvement Women’s International Terrorist Conspiracy from Hell (Conspiration féministe internationale venue de l’enfer, WITCH). Des femmes en capes noires dansèrent en sarabande en plein centre-ville pour fêter l’évènement.

Le mouvement W.I.T.C.H est reconnu comme une religion aux États-Unis.

Dans les années 1970 des féministes se réclament de cette mouvance, proclamant fièrement : « nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas réussi à brûler ». La Tente rouge (1), d’Anita Diamant, best-seller américain sorti en 1997, a été vendu à plus de 3 millions d’exemplaires. Il y est exalté toutes les transgressions pour une libération de la femme, qui aurait été dominée jusqu’alors par le clan des hommes. Ces nouvelles sorcières écologistes, anticapitalistes en quête de nouvelles spiritualités, se revendiquent d’un pouvoir féminin subversif. Pour ces femmes, il s’agit d’éradiquer la domination patriarcale qui a contraint les femmes à des taches serviles, et qui a exploité et malmené la Terre Mère.

Continuer la lecture de « Les nouvelles sorcières »