De la formation au coaching, un métier en plein essor

Extrait du rapport de la Miviludes 2018-2020, pp.50-53.

On observe la multiplication de méthodes qui s’intègrent dans des pratiques de management, d’éducation voire de soins, alliant bien-être, mieux être, bonheur, se présentant comme des outils de communication et de développement personnel. Parmi ces méthodes, le coaching est en plein essor. Il revêt des formes très variées allant des séances individuelles chez l’habitant au show. Or, dans le coaching, des dérives inquié­tantes sont signalées comme les confessions intimes et publiques, le coût des séances,jusqu’à un véritable assujettissement.

La phase de séduction s’opère en général sur internet et les réseaux sociaux. Des vidéos et des sites particulièrement attractifs vous proposent une vision du monde où tout est possible – la guérison, la richesse – , et où le bonheur est pré­senté comme un but exclusif de la vie. Ce phé­nomène émergent est particulièrement inquiétant.

La phase de déconstruction se caractérise par un engagement exclusif au leader charismatique qui devient le seul référent pour résoudre tous les problèmes de la vie. Les individus sont encou­ragés à changer de vie voire à abandonner leur travail, leur famille, leur conjoint et à donner des sommes d’argent exorbitantes pour répondre à des injonctions au bonheur. Il y a une forme d’urgence à quitter son ancienne vie pour adop­ter celle proposée par le leader. Les slogans sont multiples ; « Osez vivre la vie que vous avez envie », « Libérez-vous de vos pensées limi­tantes » ou bien encore « Devenez l’entrepreneur à la hauteur de qui vous êtes », « Le bonheur c’est maintenant». Les engagements financiers sont très rapides et peuvent atteindre jusqu’à 40 000 euros pour quelques heures de coaching. Pour atteindre l’épanouissement personnel, il est nécessaire de franchir différentes étapes de formation et de coaching qui constituent autant d’engagements moraux et financiers, le leader étant la tête de proue, le modèle unique. Le culte du secret fait partie intégrante du parcours ini­tiatique réservé aux élus. Ce processus écarte de fait les proches qui émettent des doutes et remettent en question le système.

De manière subtile et progressive, et ce parfois dans un espace-temps de quelques jours voire d’une semaine seulement, les membres se retrouvent dans une situation de dépendance exclusive, servitude volontaire et de soumission aux désirs croissants du leader nourri par la foule grandissante d’adeptes. Lors des shows, où se pressent parfois quelques 2 000 personnes, les tarifs sont différenciés selon l’emplacement dans la salle, la proximité avec le leader et quelques privilèges supplémentaires octroyés, un cocktail, une séance photo avec le leader ne sont ici que quelques exemples. Les participants sont mis à l’épreuve de la privation de nourriture, de la pri­vation de sommeil et d’un excès d’activité. En effet, les shows peuvent aller jusqu’à tard dans la nuit et les pauses déjeuner sont réduites. Les par­ticipants ressortent, de ces conférences payées à prix d’or, particulièrement épuisés et vulnérables. Le lien se poursuit ensuite par les réseaux sociaux jusqu’à la prochaine séance.

Cet engouement pour le bonheur et le bien-être ne va pas sans rappeler Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, où les sujets sont drogués au bonheur avec une pilule appelée Soma qui assure leur docilité : « Le monde est stable, à présent. Les gens sont heureux ; ils obtiennent ce qu’ils veulent, ils ne veulent jamais ce qu’ils ne peuvent obtenir. [ … ] Et si par hasard quelque chose allait de travers, il y a le Soma. »

En 2020, ces entrepreneurs de bonheur se sont adaptés à la crise sanitaire. Le temps disponible, l’isolement social et la crise économique générée par la crise sanitaire (chômage, chômage partiel, souhaits de reconversion) ont constitué autant de facteurs d’exposition au risque sectaire. Une offre abondante de formation s’est développée sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, cette situa­tion sanitaire a donné lieu à de multiples inter­prétations et propositions allant des remèdes miracles vendus ou machines vendues à prix d’or pour lutter ou se prémunir contre les risques sanitaires. Les groupes ont su alimenter les peurs et exploiter les promesses d’un monde meilleur, d’une vie éternelle ou d’une vie heureuse sans ou avec COVID ou bien encore d’une transforma­tion de soi.

Les propositions de formation ou de coaching qui ont fleuri sur la toile ne présentent pas toutes des risques. Pourtant, certains proches inquiets font état d’un enfermement total et d’une dévo­tion inconditionnelle au leader entretenue par un culte de la personnalité.

Témoignage

 » Je vous contacte car je suppose avoir été en relation avec une dérive sectaire entre fin 2016 et 2017. Cette dérive concerne le milieu du développement personnel sur youtube via princi­palement deux coachs : D. L. et F. N

•••

Je ne suis pas là pour dire si oui ou non si ces personnes sont à /’origine d’une secte mais je tiens à témoigner en raison de l’état dans lequel je me suis retrouvé face à leurs vidéos.

•••

Ma chute dans le développement personnel a commencé fin 2016 alors que je rentrai en classe de 1° S. Avant cette rentrée, j’ai le souvenir d’être bien dans ma peau malgré une certaine timidité mais je suis tombé amoureux d’une fille qui ne me correspondait pas et c’est là que tout a com­mencé. Je me suis mis à croire que je n’étais pas assez bien pour elle au fur et à mesure de notre relation notamment à cause d’un précédent échec amoureux qui m’avait déprimé.

Et, face à cette situation, ;e voulais riposter et m’en sortir. C’est la raison pour laquelle je me suis peu à peu intéressé au développement person­nel. Je me suis alors mis à regarder de plus en plus de vidéos afin d’être quelqu’un de bien, légitime de l’amour de cette fille (qui, elle, s’en fichait) et alors je suis rentré dans l’engrenage des vidéos de D. L. et de F. N.

•••

Je regardais leurs vidéos tous les jours, je notais les « clés » qu’ils me donnaient. Mais voilà à chaque fois ça ne suffisait pas et ma vie ne s’arrangeait pas. Je me suis donc mis à croire avec leurs vidéos que tout était de ma faute et qu’il me fallait apprendre de ces deux modèles de réussite pour être quelqu’un de bien qui réalise ses rêves. Avec du recul, je crois que je ne savais pas réellement ce que je cherchais mais que j’étais addict à leurs vidéos. Je dirais qu’au début je cherchais à m’améliorer, ensuite je me suis mis à croire que j’étais un raté et que, sans ces vidéos, je ne trouverais jamais le bonheur et enfin regarder leur vidéo est devenu un véritable passe-temps voire une addiction.

•••

Ce qui m’inquiète avec cela c’est que j’ai l’impression d’avoir au fur et à mesure subi un lavage de cerveau. En effet, je me suis mis à utiliser dans mes phrases quotidiennes les mêmes formulations de phrases qu’eux, j’ai l’impression d’avoir fait du prosélytisme malgré moi en conseillant à des personnes d’aller regarder les vidéos de ces coachs en pensant faire le bien, je me suis mis à embêter ma famille et mes amis avec des citations et des concepts sur la vie que j’avais entendus de ces personnes.

•••

Ces deux coachs, bien qu’indépendants l’un de l’autre, proposaient tous les deux des pro­grammes de coaching payants et des conférences et je me souviens avoir dit à ma mère que j’allais travailler exclusivement pour me payer un billet pour aller à un de ces événements assez chers dons mes souvenirs (son nom était W E. S. je crois) et le pire c’est que je prévoyais de proposer à un proche de m’accompagner. J’étais convaincu de ce que racontaient ces coachs, si bien qu’il m’arrivait de partager sur mon mur facebook leurs publications ou de quitter mes parents le soir ou moment du repos pour regarder une conférence exclusive en direct sur le bonheur de F. N.

•••

Pour continuer, je dirai que ces coachs avaient une place trop importante dons ma vie. J’avais un mur ou-dessus de mon bureau avec des cita­tions d’eux et d’autres personnalités. J’admirais tellement F. N. et D. L. que j’avais l’impression de leur devoir tous mes succès et d’ailleurs l’envie de foire comme eux plus tord m’attirait (ce n’est plus du tout le cas).

•••

Nombreux ont été les proches qui ont remarqué que je n’allais pas bien. Ma sœur a apparem­ment dit à ma mère que durant cette période j’étais bizarre. Mes omis ne me comprenaient pas mois Je me confortais avec ce que disaient ces coachs en me disant que ceux qui me criti­quaient pour ça allaient roter leur vie mois pas moi. Mes parents face à leurs doutes ont un jour décidé de me dire qu’il s’agissait peut-être là d’une secte et de foire attention. Je ne les ai pas cru dons un premier temps, je ne pouvais pas l’accepter. Puis une émission est passé sur M6 (« Capital » ) concernant ces deux coachs.

•••

A choque fois que D. L. publiait une vidéo de motivation bien travaillée, il (ou son personnel) répondait aux commentaires et incitait à participer à une courte formation gratuite proposée en fin de vidéo. j’ai testé ces formations et je ne me souviens pas avoir été marqué par leur contenu. Cependant, à choque fois, ces der­nières menaient à une formation payante (c’était une forme de mise en bouche pour nous foire payer ensuite).

Je me souviens avoir vu des vidéos douteuses sur la chaîne youtube de D. L. comme celle sur la loi d’attraction, une croyance directement inspi­rée du f,lm « Le Secret » et Je confesse y avoir cru bien que ça n’a pas l’air scientifique du tout. Il y a aussi des vidéos sur la « physique quan­tique » qu’on peut retrouver et qui me paraissent douteuses.

•••

Il utilisait beaucoup d’arguments d’autorité comme des citations d’hommes célèbres et inspirants. Quand je regardais des vidéos de F.N., notamment ces « live » facebook, il incitait son public à partager ses « live » en prétextant que c’était une forme de passage à l’action et que par conséquent c’est comme ça qu’on sortait de notre zone de confort. Aujourd’hui j’y vois surtout une forme de manipulation.

•••

F. N. avait tendance à dire que 99% des gens rataient leur vie et que 1 % de la population réalisait ses rêves. Je me permets de souligner ces propos car lorsque je regardais ses vidéos, ça me donnait le sentiment soit d’être supé­rieur aux outres car j’écoutais le coach, soit de culpabiliser et donc d’avoir encore beaucoup à apprendre de ses vidéos.

•••

J’ai aussi remorqué chez F. N. une sorte d’isolement des personnes entre elles. Lors des lives facebook, j’ai le souvenir que les commentaires négatifs étaient supprimés en direct. Il nous faisait voir ceux qui postaient ces messages comme des gens qui n’avaient rien compris à la vie et qui n’évolueraient jamais contrairement à nous son public. D’ailleurs, dons ces « live » aussi il faisait une sélection et semblait cher­cher un public digne d’entendre ses conseils cor il faisait patienter avant de donner ses « clés » les plus importantes pour que seulement les gens motivés et prêts à rester Jusqu’à la fin puissent y accéder.

Les deux s’arrangeaient pour récupérer mon mail par l’intermédiaire d’une formation gratuite ou d’un e-book pour ensuite m’envoyer beaucoup de mails sur leurs programmes et cela très régulièrement. En général c’était sur des promotions exceptionnelles pour leurs programmes. Ces nombreux mails faisaient qu’ils étaient là ou quotidien.

•••

Enfin ils jouaient sur leur vie (adolescence ou enfance difficile) et sur leurs succès pour gagner la confiance des gens. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui les remercient pour ce qu’ils font et j’en faisais aussi partie avant. Si je ne témoigne qu’aujourd’hui c’est car je pense que j’ai eu honte dons un premier temps et car je cherchais à oublier cette période dans un second temps. Il fout dire que ça m’a beaucoup changé, premièrement j’ai beaucoup de mal à croire en quelque chose aujourd’hui, même en Dieu.

J’ai perdu en créativité, en confiance en moi (car je ne pensais plus par moi-même) et en les autres. Je ne sois pas si c’est directement lié mais par la suite j’ai sur le conseil de mes parents consulté plusieurs psychologues et j’ai même pris des anti-dépresseurs bien après puisque je me sentais perdu et coupable de tout ce qui se passait mal chez moi.  »