« La meilleure version de moi-même », une série grinçante qui questionne le développement personnel

Damien Karbovnik

Historien des religions, sociologue, Université de Strasbourg. Sur le site TheConversation

Dans La Meilleure version de moi-même, Blanche Gardin propose une mosaïque grinçante du milieu du développement personnel en France. À l’aide de l’autofiction et d’un humour qui égare le spectateur entre les différents degrés possibles d’interprétation, la comédienne fait découvrir aux spectateurs un univers à part entière, avec son langage caractéristique, qui peut les laisser pantois s’ils n’y sont pas initiés, mais trouvera un écho sûr chez ceux qui le sont. La perception de l’incongruité et de l’absurde dépend donc de la sensibilité du spectateur au métalangage et au fonctionnement du développement personnel, ce qui peut ajouter au malaise que crée la série.

La trame de la série est l’archétypique des démarches des adeptes du développement personnel : perturbée par un problème digestif chronique que la médecine peine à expliquer, l’héroïne s’embarque dans un voyage initiatique censé la conduire vers la guérison, la découverte d’elle-même et le bonheur.

Entre quête d’identité, individualisme et tribalisme cette série permet de comprendre que le développement personnel correspond à une démarche spirituelle et donc de dépasser le débat qui concerne la question du bien-fondé du développement personnel pour mieux faire ressortir certains traits de la religiosité contemporaine, caractéristique de notre modernité tardive.

Un univers à part entière

Il est difficile de s’entendre sur une définition du développement personnel et même de le décrire, tant est vaste ce qui peut entrer dans ce domaine. La trajectoire de l’héroïne est en cela révélatrice, puisqu’elle passe entre les mains de différents spécialistes et tente différents moyens pour résoudre un même et unique problème. Si tout commence chez un naturopathe, on la voit aussi fréquenter un chamane, faire appel à un technicien en dynamisation de l’eau, lire un ouvrage sur les Haut Potentiel Intellectuel (HPI) ou encore constituer un « cercle de parole ».

De cette liste émergent des outils et des démarches hétéroclites qui illustrent la complexité du champ, mais font aussi émerger une structure caractéristique qui unit dans une relation un individu travaillé par une angoisse existentielle et un médiateur détenteur d’éléments de réponses qu’il transmet grâce à un médium. Ce médium peut prendre la forme d’un livre, d’une conférence, d’un groupe de parole ou d’une thérapie, quelle qu’en soit la nature. S’il existe tout un versant porté par la psychologie positive qui revendique une scientificité très forte – bien que discutée –, les médecines alternatives y occupent également un très grand espace, tout comme les spiritualités alternatives. Bien souvent, les discours et les médiateurs du développement personnel cumulent différentes approches et peuvent les combiner ainsi, par exemple, psychologie humaniste et astrologie, comme a pu le faire Dane Rudhyar (1895-1985).

Alors que la série peut donner une impression de marginalité de ce type de pratiques et de démarches, une simple visite des rayons « développement personnel » d’une librairie permet, non seulement d’ajouter à notre description un certain nombre de produits dérivés nécessaires à certaines démarches (cartes, pierres, encens, coussins de méditation, etc.), mais aussi de bien saisir l’ampleur du phénomène et l’importance du marché économique qu’il représente.

Continuer la lecture de « « La meilleure version de moi-même », une série grinçante qui questionne le développement personnel »

L’outil CGP et son lien avec l’astrologie

Dominique Auzenet

Il y a quelques années (presque 5 ans maintenant), nous avions mis en ligne un article sur le "Centre de Gravité Professionnel", transformé ensuite en livret PDF et EPUB. L'article se trouve ici : 

Une mère de famille me fait parvenir ce commentaire, que je viens de placer après l’article.

« J’ai été interloquée de lire sur votre site l’analyse faite de l’outil CGP, qui est très utilisé dans les milieux catholiques de formation (IPC, UCO, ….) pour orienter les jeunes en quête de sens pour leur vie.

J’ai voulu vérifier si vraiment CGP était issu des élucubrations d’astrologues teintées d’un vernis anthropologique adaptable au catholicisme.

Et en effet j’ai trouvé une intervention de Gilles Flichy, l’actuel directeur de l’Institut de la Vocation, sur un site qui promeut une orientation avec l’astrologie. Je suis donc maintenant convaincue que cette méthode CGP n’a pas sa place dans les réseaux catho en tout cas.

Le commentaire ci-dessous a donc été trouvé à l’adresse ci-dessous :
Analyser votre personnalité avec les archétypes de l’astrologie (psychopersonnalite.com)
https://psychopersonnalite.com/l-astrologie-pour-analyser-votre-personnalite/#comment-1010
J’espère qu’il y sera encore quand vos lecteurs liront mon post ! Je le cite ici en copié-collé…

site PsychoPersonnalité.com
23 RÉFLEXIONS SUR “ANALYSER VOTRE PERSONNALITÉ AVEC LES ARCHÉTYPES DE L’ASTROLOGIE”
« GILLES FLICHY 10/02/2022 À 19:01
En tant que Conseil en orientation et réorientation de carrière et président de l’Institut de la Vocation (test CGP) j’utilise un outil d’analyse de la personnalité professionnelle le test CGP conçu par un consultant Robert Jourda (également astrologue lyonnais du RAO) ainsi que le MBTI (Mon profil INFP) et l’Ennéagramme (7) en association avec l’Astrologie (Capricorne AS Verseau) et la numérologie (9)
J’utilise toujours en dernier ressort de mes analyses la numérologie et l’astrologie que j’ai étudié dans les années 80 dans le cadre de l’ISAG comme élément d’ajustement et d’approfondissement afin d’approfondir le sens de la mission et de la vocation (NN et NS) de la personne (mon mercure est en sagittaire en maison 9 en trigone avec l’AS et Pluton, conjoint MC, sextile Mars, Neptune et opposé à la lune en gémeaux) ainsi qu’au niveau de l’exploration des peurs de la personne (Lune Noire) afin de faire émerger ses talent cachés derrière ses peurs.
Bravo de réintroduire avec tact, sensibilité et discernement l’astrologie en association avec le MBTI et d’autre approches ».

***

Alors, pourquoi cette méthode CGP est-elle tellement proposée dans les milieux chrétiens (IPC, Institut de Philosophie comparée; UCO, Université catholique de l’Ouest) ? Peut-être à cause du nom même de l’Institut de la Vocation. N’y a-t-il pas alors une collusion entre différents plans ? L’orientation n’est pas toute la vie, et une confusion grave est proposée au jeune qui entre dans le questionnaire CGP et son analyse, entre le for externe et le for interne (auquel la vocation appartient).

Quant à la fiabilité de l’outil pour organiser un parcours de vie, elle est liée à la fiabilité de l’astrologie pour vivre en enfant de Dieu…

SOS-Développement personnel

En librairie le 4 juillet

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL… DISCERNER !

Hypnose, sophrologie, anthroposophie de Rudolf Steiner, kabbale juive, kabbale chrétienne d’Annick de Souzenelle, REIKI, méditation de pleine conscience (MPC), program- mation neuro linguistique (PNL), Ennéagramme…

DANS L’ÉGLISE… MODÉRER !

Le managero-spirituel dans les structures ecclésiales. La vie paroissiale au défi de relations humaines complexes. Le Coaching. Le réseau de coaches Talenthéo…. Attention ! Pour Jésus, pas d’ésotérisme. Rien de caché, de secret.

POUR TOUS… S’INFORMER !

Ni diabolisation primaire ni crainte de contamination spi- rituelle, mais une lucidité fondée sur une connaissance exacte de racines, milieux, protagonistes, fondateurs, pra- tiques et dérapages.

… Trente années de recherches et de rencontres !

Bertran CHAUDET Diacre permanent. Co auteur (2008) de « Nouvelles croyances, thérapies alternatives : des dérives possible » et d’un livre critique sur la sophrologie (Editions du Sarment). Collaborateur principal de ce site…

Talenthéo : l’entrée du coaching dans l’Église

Dominique Auzenet et une équipe

Vivre au coeur d’une communauté paroissiale. La faire vivre en harmonie et en paix, grâce aux décisions prises en commun à travers l’équipe d’animation pastorale (une communauté où l’on se partage les tâches, grâce aux compétences et à l’engagement des uns et des autres : gérer le budget, faire des prévisions, des travaux, respecter le droit du travail, faire travailler ensemble les bénévoles, entretenir des relations avec les élus…). Annoncer avec cette communauté l’Évangile dans le monde d’aujourd’hui, auprès de personnes demandeuses de services religieux, mais souvent sans connaissances et loin du vécu de l’Église. Donner les sacrements, et les préparer avec des équipes de laïcs formés.

Un défi aux multiples aspects dont on pourrait allonger la liste. Pas simple en effet d’être aujourd’hui curé de paroisse. Heureusement que la présence de laïcs associés à sa responsabilité pastorale lui permet d’éviter de jouer l’homme-orchestre : être à la fois manager, psychologue, sociologue, diplomate, animateur d’équipe, décideur, référent, et en même temps… prêtre de Jésus.

Mais devant le désarroi de certains prêtres, jeunes ou plus âgés, des coaches d’entreprise ont émis depuis une dizaine d’années des propositions de formations et d’accompagnement avec les méthodes du management, souvent issues du marketing américain et des modèles de croissance des Eglises évangéliques. Et les techniques issues du monde de l’entreprise pénètrent pour la première fois en 2000 ans le monde des communautés catholiques.

C’est le réseau Talenthéo qui semble avoir le monopole pour l’Eglise de France. Quand on voit le nombre de témoignages positifs sur internet, il y a de quoi être émerveillé par tant de résultats positifs, par tant d’ardeur au travail. D’immenses sourires, des éclats de rire, des regards joyeux, une franche camaraderie, une promesse d’avenir radieux : « Nos communautés chrétiennes vont devenir tellement fraternelles et attractives, tellement rayonnantes de l’amour du Christ qu’elles seront même provocantes pour les autres ! Toute personne qui nous croisera sera habitée par le désir ardent de nous rejoindre. »1

Et pourtant, les laissé pour compte et les déçus de cette pastorale méritent d’être entendus, leurs questions méritent d’être posées. Nous avons voulu aller un peu plus loin dans l’analyse, pour comprendre d’où viennent ces pratiques, quelle vision de l’homme, du monde et de l’Église elles proposent, et ce que l’on peut en attendre en tant que paroissien ou prêtre.

I. Cherchons à préciser les termes

1. Qu’est-ce qu’une église catholique en croissance ?

« Dieu fournit la graine, la multiplie et donne la croissance » ( 2 Co 9, 10).

Après avoir cherché sur le site Talenthéo une définition de ce concept d’Eglise en croissance, nous avons fini pour par trouver des indices dans la présentation du Guide pratique pour des paroisses transformées2 : « Si notre Eglise était en bonne santé, elle serait en croissance, comme tout être vivant. Pour qu’elle grandisse, nous avons à soigner le corps à travers ces 5 “essentiels”. » 3

S’agit-il d’une croissance du nombre ?

Un voyage d’observateurs français à la rencontre de Dick Warren et de la mega church évangélique baptiste de Saddleback (Californie) a récemment eu lieu. Le père Lionel Dalle, l’un des rédacteur du Guide pour des paroisses transformées explique dans le premier chapitre sa motivation « je voulais comprendre le secret de la paroisse en bonne santé » . Le père Fabrice du Hays raconte : « Nous avons par exemple rencontré une paroisse créée ex nihilo et qui rassemble plusieurs milliers de personnes chaque dimanche ! » 4

Une paroisse créé ex nihilo, n’est-elle pas une paroisse hors sol, totalement artificielle, ne tenant pas compte de l’épaisseur de notre humanité, de l’importance de la durée dans une espace limité à dimension humaine. Une paroisse ex nihilo n’est-ce pas un supermarché du spirituel où l’on viendrait chercher sa dose d’émotion spirituelle, comme l’on va voir un spectacle participatif certes mais évanescent ?

Continuer la lecture de « Talenthéo : l’entrée du coaching dans l’Église »

Méditation de pleine conscience : l’envers du décor

Un résumé du libre d’Elizabeth Martens : LA MEDITATION DE PLEINE CONSCIENCE. L’envers du décor – Investig’Action, Ixelles, Belgique. 200 pages

Ayant une expérience de terrain en Chine et sur le haut plateau tibétain, une formation scientifique en biologie, en médecine traditionnelle chinoise, une expérience personnelle de la méditation, Elizabeth Martens ne conteste pas les bienfaits de cette pratique lorsqu’elle est un choix individuel librement consenti.

Elle s’interroge toutefois sur la légitimité de l’engouement pour la « pleine conscience » du fait que depuis les années 2000, on la voit s’infiltrer partout en France, dans les lieux publics relevant du principe de laïcité, écoles, hôpitaux, assemblée nationale, colonisant nos espaces publics et privés alors qu’elle est étroitement liée aux religions bouddhiste-hindouiste-anthroposophique dont les représentants se rencontrent mais aussi siègent dans les différentes associations impliquées dans sa diffusion.

A partir d’une documentation complète, Elizabeth Martens nous fait découvrir les personnalités ayant contribué à imposer la spiritualité orientale en occident en levant le voile sur leurs objectifs, leurs dérives et sur la réalité du monde bouddhiste. Elle complète le texte par de nombreuses références en bas de page et par un complément de 22 pages pour une bibliographie, des références en site Internet.

Continuer la lecture de « Méditation de pleine conscience : l’envers du décor »