Les signalements de dérives sectaires ont augmenté de 33,6 % en 2021

Sur le site du journal La Croix le 2 novembre 2022 : Dérives sectaires : le gouvernement va organiser des assises (Pascal Charrier).

Les faits. Les signalements de dérives sectaires ont augmenté de  33,6 % en 2021, selon le rapport annuel de la Miviludes, qui doit être  publié jeudi 3 novembre. Des assises des dérives sectaires et du  complotisme devraient se tenir au premier trimestre 2023, a annoncé le  gouvernement, et la création d’un numéro Vert est à l’étude.             

En 2021, les signalements de dérives sectaires ont augmenté de 33, 6 % par rapport à l’année précédente, selon le rapport annuel de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), qui doit être publié jeudi 3 novembre. L’augmentation est de près de 50 % par rapport à 2015.

Au total, 4 020 signalements ont été enregistrés en 2021 et 20 ont été transmis à la justice. « Ce n’est sans doute que la partie émergée de l’iceberg », commente Sonia Backès, secrétaire d’État chargée de la citoyenneté, dont dépend l’organisme rattaché au ministère de l’intérieur.À lire aussiSectes : la lutte s’organise contre les nouvelles dérives, amplifiées par la crise sanitaire

L’augmentation statistique se double d’une évolution de forme. Au-delà de la permanence des habituelles « multinationales de la spiritualité », à l’image de la scientologie et des Témoins de Jéhovah, la Miviludes souligne la multiplication de « petites structures » présentes dans le domaine de la santé, du bien-être et de l’alimentation. Le rapport décrit un phénomène « à l’état gazeux », avec des groupes qui apparaissent et disparaissent. Enfin, « la mouvance chrétienne au sens large » représente 293 saisines, dont 106 sur le catholicisme et 168 sur le protestantisme.

Le champ de la santé représente 20 % des signalements

Le champ de la santé représente à lui seul 20 % des cas, soit 744 dossiers, dont 520 relèvent des thérapies non conventionnelles. C’est un sujet d’inquiétude, en raison du « danger majeur » que cela représente en termes de santé publique. « Quand vous avez un cancer et que l’on vous dit qu’il faut arrêter la chimiothérapie et qu’on vous vend des jus de légumes à la place, cela peut avoir des conséquences très graves », rappelle Sonia Backès.À lire aussi163 cas traités par la cellule des dérives sectaires dans l’Église

Le rapport évoque notamment Thierry Casasnovas, qualifié de « dérapeute », contraction de dérapage et de thérapeute. Cet homme, qui se présente comme étant « naturopathe, adepte du jeûne et du régime alimentaire cru », a fait l’objet de 54 saisines auprès de la Miviludes. Pour cette dernière, il exercerait une « emprise mentale » qui est de « nature à favoriser une dérive sectaire ».

La multiplication des « gourous 2.0 »

Les rapporteurs font également état de la multiplication des « gourous 2.0 » sur les réseaux sociaux, qui touchent en particulier les plus jeunes. Leurs activités sont à mettre en perspective avec le développement de thèses complotistes, qui entretiennent un « lien clair » avec les phénomènes sectaires et en sont une « porte d’entrée ». « Cela crée un terreau favorable », résume Sonia Backès, qui s’alarme de « la vulnérabilité des Français » face à ces thèses, notamment parmi la jeunesse : « Il y a tout un travail à faire en amont sur la formation à l’esprit critique. »À lire aussiÉcole : la méditation de pleine conscience soupçonnée de dérive sectaire

La secrétaire d’État prévoit de tenir au premier trimestre 2023 les premières assises des dérives sectaires et du complotisme, qui réuniront associations de victimes, services de l’État concernés et experts. « L’idée n’est pas juste de parler, mais qu’il en sorte un plan d’action pour faire évoluer nos réponses, assure-t-elle. On veut voir quels sont les outils qui nous manquent. » La création d’un numéro Vert pour recueillir les signalements est envisagée et des évolutions législatives ne sont pas exclues.

Access Consciousness Bars

D’une pratique de développement personnel à un outil thérapeutique

Extrait du rapport de la Miviludes 2021.

Dans les années 1990, un américain, Gary Douglas a développé un ensemble d’outils de bien-être pragmatiques destinés à transformer nos vies.

Si l’on s’en réfère à la dernière publication de la psychologue et sociologue, Eva lllouz, cette méthode s’apparente aux « marchandises émotionnelles». Cette pratique se définit comme un soin énergétique : il s’agit d’activer par le toucher 32 points situés sur le crâne. Ces points activent des connexions électromagnétiques appelées « bars». Le site web précise que les changements dans la vie peuvent intervenir en termes de vieillissement, de santé, d’argent, de sexualité … Assimilable à une pratique de soins non conventionnelle, ce dont les praticiens se défendent.

Si nombre d’internautes sont séduits par cette technique qu’ils apparentent à une forme de relaxation, ils sont en revanche moins satisfaits par les pratiques commerciales agressives utilisées dans l’expansion de cet outil. Elles se traduisent en de multiples sollicitations par courriels électroniques des organisateurs de sessions de formation comme par des appels de levée de fonds pour la construction de ‘centres de conscience’ ou maisons de santé au Costa-Rica ou bien en Italie, voire plus anachro­nique pour contribuer au paiement des impôts du fondateur aux États-Unis …

Le site https www.accessconsciousness.com/fr/ , prétend permettre de changer tout ce que nous ne parvenons pas à changer, et à créer tout ce que nous désirons, d’une manière différente et plus aisée.

Le mantra d’accroche « Te rappelles-tu la der­nière fois où tu t’es senti totalement détendu, nourri et choyé ? Ou bien cela fait-il un peu trop longtemps que tu as reçu soins et attention sans juger ton corps ou ton être ? »

Le concept est séduisant et semble à la pointe : des méthodes de développement personnel en vogue. Il est ainsi proposé à l’internaute le choix de mener sa vie comme il le souhaite et de découvrir le concept de la méthode.

Continuer la lecture de « Access Consciousness Bars »

De la formation au coaching, un métier en plein essor

Extrait du rapport de la Miviludes 2018-2020, pp.50-53.

On observe la multiplication de méthodes qui s’intègrent dans des pratiques de management, d’éducation voire de soins, alliant bien-être, mieux être, bonheur, se présentant comme des outils de communication et de développement personnel. Parmi ces méthodes, le coaching est en plein essor. Il revêt des formes très variées allant des séances individuelles chez l’habitant au show. Or, dans le coaching, des dérives inquié­tantes sont signalées comme les confessions intimes et publiques, le coût des séances,jusqu’à un véritable assujettissement.

La phase de séduction s’opère en général sur internet et les réseaux sociaux. Des vidéos et des sites particulièrement attractifs vous proposent une vision du monde où tout est possible – la guérison, la richesse – , et où le bonheur est pré­senté comme un but exclusif de la vie. Ce phé­nomène émergent est particulièrement inquiétant.

La phase de déconstruction se caractérise par un engagement exclusif au leader charismatique qui devient le seul référent pour résoudre tous les problèmes de la vie. Les individus sont encou­ragés à changer de vie voire à abandonner leur travail, leur famille, leur conjoint et à donner des sommes d’argent exorbitantes pour répondre à des injonctions au bonheur. Il y a une forme d’urgence à quitter son ancienne vie pour adop­ter celle proposée par le leader. Les slogans sont multiples ; « Osez vivre la vie que vous avez envie », « Libérez-vous de vos pensées limi­tantes » ou bien encore « Devenez l’entrepreneur à la hauteur de qui vous êtes », « Le bonheur c’est maintenant». Les engagements financiers sont très rapides et peuvent atteindre jusqu’à 40 000 euros pour quelques heures de coaching. Pour atteindre l’épanouissement personnel, il est nécessaire de franchir différentes étapes de formation et de coaching qui constituent autant d’engagements moraux et financiers, le leader étant la tête de proue, le modèle unique. Le culte du secret fait partie intégrante du parcours ini­tiatique réservé aux élus. Ce processus écarte de fait les proches qui émettent des doutes et remettent en question le système.

Continuer la lecture de « De la formation au coaching, un métier en plein essor »