Surnaturel ou paranormal ?

CONTENU

Une triple problématique : charismes, révélations privées, pouvoirs occultes.

Mises en situations actuelles : Vassula, Arnaud et Jean, les Cénacles de Vallet, Marie Grèze, Patricia Darré...

Éléments de discernement sur les charismes.

Éléments de discernement sur les pouvoirs occultes.

Éléments de réponse à la question : surnaturel ou paranormal.

Conclusion

1. Une triple problématique

La tentative de discernement sur laquelle nous allons travailler se situe à l’intérieur de la foi. Je vais donner trois lieux spécifiques pour en montrer la nécessité.

1. Depuis les débuts de l’Église, les charismes existent ; mais depuis 50 ans, certains d’entre eux sont réapparus massivement, ceux qui sont mentionnés dans les Actes des Apôtres, et énoncés par Saint-Paul dans le passage bien connu de 1 Corinthiens 12 ; c’est à travers le courant du renouveau charismatique que de nombreuses personnes ont fait l’expérience d’accueillir et d’exercer ses charismes. Saint-Paul encourage leur exercice, à travers la phrase bien connue : « N’éteignez pas l’Esprit Saint, ne dépréciez pas les dons de prophétie ; mais vérifiez tout ; ce qui est bon retenez-le. » (1 Th 5, 19) Paul encourage, mais il appelle aussi au discernement : « Vérifiez tout : ce qui est bon retenez-le. »

S’il faut retenir ce qui est bon, cela veut dire que dans l’exercice des charismes, il y aura aussi des choses moins bonnes. Et il est vrai qu’à travers les vagues successives du renouveau, on a assisté à une certaine mainmise sur les charismes qui a été la source de déviances. La question se pose donc de savoir si l’exercice de tel ou tel charisme prophétique, de guérison, de repos dans l’esprit, provient d’une source pure où se trouve polluée par trop d’éléments du psychisme humain, voire contaminé par des réalités occultes.

2. Depuis toujours, dans l’Église, des personnes prétendent avoir des révélations privées provenant de Jésus ou de la Vierge Marie. Dans certains cas, l’église fait tout un travail de d’appréciation et de discernement des messages qui sont transmis ; cela peut aller jusqu’à une sorte de reconnaissance officielle : je pense notamment à Marguerite Marie Alacoque à Paray-le-Monial (fête du Sacré-Cœur), ou à sœur Faustine Kowalska a à Cracovie (fête de la Divine Miséricorde), ces deux révélations privées allant donc jusqu’à provoquer une célébration dans le missel Romain.

Mais en fait, il existe une floraison une multitude de publications, conférences, de revues, qui font état de messages reçus d’en-haut, et mis ainsi directement à disposition du public sans aucun discernement. C’est le lieu de nombreuses malversations et les critères d’un véritable discernement sont rarement appliqués. Il en résulte à l’intérieur du peuple de Dieu l’existence d’une pente savonneuse de crédulité, celle-ci se situant trop souvent dans la continuité de l’acte de foi. Confondre l’acte de foi objectif en des réalités qui par ailleurs sont soigneusement passées au tamis de l’analyse critique de la raison, et la crédulité qui consiste à accorder crédit à toutes sortes de messages pourvu qu’ils soient étiquetés spirituels et divins, devient monnaie courante chez les chrétiens.

Si certains moyens pour recueillir et transmettre ses messages sont repérables comme provenant d’une origine occulte (par exemple l’écriture automatique, ou encore la sensibilité médiumnique), la plupart du temps il est impossible de discerner facilement l’origine de telle ou telle révélation. C’est pourquoi la porte reste largement ouverte à un flou artistique dont le spectre peut aller des pieuses pensées émises par écrit jusqu’aux compositions élaborées fabriquées de toutes pièces. Seule une étude approfondie des messages, et aussi autant que possible qu’une connaissance des personnes qui les reçoivent, peuvent permettre de se prononcer de façon décisive.

3. Depuis toujours, deux domaines de réalités occultes sont florissants.
– Celui de la fausse guérison. De très nombreuses personnes demandent le service d’un soulagement de leurs souffrances à des gens dont ils pensent qu’ils ont un don venant de Dieu, mais qui se révèle être un pouvoir occulte. La conjuration magique des maladies, en particulier des brûlures, mais aussi le magnétisme guérisseur, sont deux domaines où la plupart des chrétiens, y compris les prêtres, baignent dans une très grande confusion. Les thérapies alternatives et les propositions de bien-être peuvent être instrumentalisées par ces réalités occultes de la fausse guérison.

– Un autre domaine est celui de la fausse connaissance des choses cachées, concernant la vie des personnes ou la vie du monde, qui se révèle être de la divination et de la médiumnité occultes, alors que la plupart des personnes pensent qu’il s’agit de prophétie ou de psychologie très affinée. Ajoutez à cela la profusion d’anges, de guides spirituels, d’esprits, ou d’âmes errantes dont on prétend recevoir des lumières dites spirituelles… Nous naviguons donc en pleine confusion, et nous allons essayer de proposer quelques critères de discernement.

2. Mises en situation actuelles

1. Vassula Ryden et la Vraie Vie en Dieu. Jésus parle par écriture automatique.

Historique

– Vassula Ryden est née en 1942 de parents grecs établis en Égypte à Heliopolis, dans les faubourgs du Caire. Elle commence sa scolarité en Égypte d’où, à l’âge de 15 ans, elle émigre en Europe. En novembre 1966, elle se marie dans une église orthodoxe grecque à Lausanne en Suisse avec un homme de confession luthérienne. Elle en divorce en Suède en novembre 1980. En juin 1981, elle épouse civilement Per Ryden, un luthérien suédois. En 1990 elle régularise son union devant l’église grecque orthodoxe et célèbre son mariage religieux à Lausanne. Vassula est mère de deux fils adultes.

– Vassula Ryden est connue essentiellement pour ses écrits intitulés « La vraie vie en Dieu », qui constituent une compilation de près de deux mille messages qu’elle prétend avoir reçus de Jésus depuis 1985, alors qu’elle vivait au Bangladesh. Alors qu’elle rédigeait une liste d’emplettes à faire, elle raconte avoir ressenti soudainement un léger phénomène électrique dans sa main droite et, en même temps, une présence invisible. Elle explique qu’elle s’est sentie guidée par cette présence et, laissant sa main être guidée, elle écrivit d’une écriture très différente de la sienne une ligne avec les mots « je suis ton ange gardien et mon nom est Daniel ».

– Elle prétend avoir été appelée pour transmettre au monde les messages qu’elle reçoit. Les messages de la Vraie vie en Dieu ont été traduits par des volontaires en quarante langues et sont largement lus et diffusés. Les thèmes principaux de « la Vraie Vie en Dieu » sont : la prière pour l’unité des chrétiens ; la sanctification de la Russie et sa conversion ; le retour à Dieu de l’humanité ; et la reconnaissance par toutes les églises des différents membres de la cour céleste qui s’entretiennent avec Vassula (la Très Sainte Vierge Marie, Saint Michel Archange, Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face et le Saint Esprit en tant que Personne bien déterminée de la Trinité).

– Bien que de confession orthodoxe, Vassula Ryden participe aux rites de l’Église catholique romaine et compte de nombreux catholiques parmi ses adeptes. La Congrégation pour la doctrine de la foi a émis une notification en 1995, dans laquelle elle condamne sans équivoque l’œuvre de Vassula Ryden : « éléments fondamentaux qui doivent être considérés comme négatifs à la lumière de la doctrine catholique », « caractère suspect des modalités à l’origine de ces présumées révélations », « erreurs doctrinales ». Elle appelle donc à la prudence et au discernement, assorti d’une demande aux catholiques de ne pas accueillir Vassula Ryden ou ses messages, qui sont considérées comme des « méditations privées » et non « surnaturelles ».
En 2002, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi demande à Vassula Ryden, si elle veut que le jugement de la Congrégation évolue à son sujet, une réponse à cinq questions de doctrine, qu’elle a publiée sur son site et dans ses derniers ouvrages. En 2007, la Congrégation prend acte de cette réponse mais confirme que la Notification est toujours d’actualité, particulièrement en ce qui concerne les groupes de prières, qui ne doivent pas se réunir dans un cadre catholique.
En 2011 et 2012, à l’occasion de visites de Vassula Ryden en France, les évêques concernés publient un communiqué rappelant que « cette manifestation n’est d’aucune manière reliée à notre Église. Les actes à caractère religieux – messe, prières de délivrance et de guérison – s’ils ont lieu, le seront hors de la communion avec l’Église catholique ».

– Position de l’Église orthodoxe. Par un décret du 16 mars 2011, et afin d’éviter une « confusion spirituelle dangereuse », le Patriarcat œcuménique de Constantinople condamne les enseignements de Vassula Ryden et précise que quiconque propose ou défend ses enseignements n’est pas admis dans la communion ecclésiastique. Par cette déclaration, qui lui reproche une violation des dogmes chrétiens et des tendances de sectarisme, le Patriarcat de Constantinople entend montrer que, en dépit des origines orthodoxes de Vassula Ryden, ce mouvement ne peut être identifié avec l’enseignement de l’Église orthodoxe.

Le phénomène de l’écriture automatique

– Vassula affirme : « J’ai senti dans tout mon corps comme de l’électricité qui sortait de mes doigts et surtout de ma main droite ; il me semblait que tout cela était comme collé. Le crayon ne se détachait pas de mes doigts ; même si je voulais m’en débarrasser et je ne pouvais pas le soulever, je ne pouvais plus ouvrir la main. Et de nouveau la feuille devenait comme un aimant. C’était comme si ma main était collée à la feuille, comme si elle avait pesé cent kilos, je ne pouvais plus la soulever. D’un seul coup, une force invisible a poussé ma main. Je n’ai pas eu peur, je ne sais pourquoi. Et alors j’ai abandonné ma main pour voir ce qui allait arriver, et alors sont survenus des mots, ce n’était plus mon écriture et ils disaient : « je suis ton ange. […] Je m’appelle Dan (Daniel) ; ce nom fut vite remplacé par Jésus-Christ, par le Père, par la Vierge, par d’autres saints ».

– « L’écriture automatique est un procédé utilisé en médiumnité, un esprit utilisant la main du médium pour communiquer avec le monde physique. […] Ce terme désigne en fait le genre d’écriture inconsciente souvent utilisée par les psychologues eux-mêmes comme technique libératoire qui permet de faire émerger rêves, désirs, de l’inconscient. Les psychologues limitent l’écriture automatique à l’alternance des personnalités stratifiées communes à tous, ne se manifestant que sous certaines conditions. Les parapsychologues envisagent avec cette technique l’intervention du paranormal comme effet de la dissociation psychique du sujet introduit dans une nouvelle dimension. Les spirites eux, placent l’écriture automatique parmi les moyens de communication avec des entités désincarnées de différents niveaux moraux ; ceci est contrôlable par l’étude du niveau du message obtenu. Il est certain que le psychologue, le parapsychologue et le spirite ont tous trois de bonnes raisons pour adopter cette méthode. » (encyclopédie Wikipédia)

Il y a donc confusion entre un phénomène parapsychologique, voire spirite, et don occulte, avec la véritable inspiration divine, spirituelle.

Qu’est-ce que l’inspiration divine ?

Le Concile du Vatican II, dans sa Constitution dogmatique « Dei Verbum » (1965) traite ainsi de l’inspiration et de la vérité des Écritures Saintes :

« Les réalités divinement révélées qui, dans la sainte Écriture, sont contenues et exposées par écrit, ont été consignées sous le souffle de l’Esprit Saint. En effet, les livres entiers, tant de l’Ancien que du Nouveau Testament, avec toutes leurs parties, la sainte Mère Église, de par la foi apostolique, les tient pour sacrés et canoniques, du fait que, rédigés sous l’inspiration de l’Esprit Saint, ils ont Dieu comme auteur et ont été transmis à l’Église comme tels. Mais, pour composer les livres saints, Dieu a choisi des hommes qu’il a employés (eux-mêmes usant de leurs facultés et de leurs forces propres), de sorte que, agissant Lui-même en eux et par eux, ils transmettent par écrit, en véritables auteurs, tout et cela seulement que Lui-même voulait. Donc, puisque tout ce que les auteurs inspirés, ou hagiographes affirment doit être tenu comme affirmé par l’Esprit Saint, il s’ensuit qu’il faut confesser que les Livres de l’Écriture enseignent fermement, fidèlement et sans erreur, la vérité que Dieu en vue de notre salut a voulu consigner dans les saintes Lettres. C’est pourquoi « toute Écriture est inspirée de Dieu » (2 Tm 3, 16). »

Ne soyons donc pas dupes de l’iconographie nous montrant l’inspiration divine des auteurs sacrés des Livres Saints comme une dictée : on leur soufflerait d’en-haut le moindre mot à écrire… S’ils ont « usé de leurs facultés et de leurs forces propres », s’ils ont transmis par écrit « en véritables auteurs » la vérité biblique, comme l’affirme le Concile du Vatican II, il faut alors exclure deux procédés qu’on nous présente comme des procédés d’inspiration divine : l’écriture automatique, et la locution directe.

2. Le Petit Arnaud, et Jean Messager de la Lumière. Des parents communiquent avec leurs enfants décédés.

Deux cas de correspondance entre des parents et leur fils décédé sont bien connus dans les milieux chrétiens. Le même moyen de l’écriture automatique est utilisé dans les deux cas, et nous sommes là dans le cadre du spiritisme.

* Nicole (et Paul) Gourvennec ont publié cinq volumes (« Vers le Soleil de Dieu ») d’échanges avec leur fils Arnaud, ainsi qu’un autre livre « Dis-leur Mamoune », dont j’ai fait une recension critique.

Dans ce livre, on peut lire à la p. 38 : « Tout à coup, Paul assis en face de moi sur le divan, l’air abasourdi, prononce ces mots incroyables : « Arnaud me dit : Fais une lettre à ma Mamoune ». Aussi surprenant que cela paraisse, je n’ai pas hésité une seconde, réagissant immédiatement : « C’est Arnaud, va écrire ! » Et Paul est parti vers son bureau, calme mais pas du tout convaincu m’a-t-il avoué ensuite. Quelques instants plus tard il revient, tenant un papier où il a transcrit un dialogue de son écriture habituelle, simplement très étirée. Il est toujours aussi paisible et surpris de ce qui lui est arrivé et qui pour moi ne fait aucun doute. » (p. 38).

Et encore : « Il y avait là quelque chose d’extravagant qui dépassait notre entendement car nous savions bien que le corps d’Arnaud avait été déposé dans sa tombe. Comment pouvait-il s’exprimer puisqu’il ne disposait d’aucun support matériel permettant la communication comme dans la T.C.I. (trans-communication instrumentale) ni bien entendu ne bénéficiait d’aucun procédé spirite ? Cependant il était indéniable que Paul recevait bien des messages provenant de la pensée d’Arnaud, quotidiennement au début puis tous les deux ou trois jours, à des moments variables et toujours inattendus. Il écrivait très vite, sans exaltation, égal à lui-même. Tout se passait en quelques minutes, le temps de « prendre la dictée », dans un silence total car rien n’était audible. Pas le moindre élément spectaculaire. »

Si ce type de communication est assimilé avec une relation spirituelle provenant d’un défunt au ciel, on est en pleine confusion. Il s’agit de spiritisme par le moyen de l’écriture automatique ; le Père François Brune qui cherche ce type de communication sur des supports magnétiques se fourvoie tout autant.

« Il faut comprendre que ni les moyens basiques ni les moyens high-tech ne satisfont les esprits du spiritisme. Souvenons-nous que leur but est l’infestation corporelle pour déstructurer l’homme dans son unité corps-âme. Très vite donc, ils proposeront ou imposeront une communication directe, de l’intérieur… […] Les moyens de communication spirite ne sont en tout cas jamais ceux que Dieu propose : les sacrements, l’oraison… Jamais non plus – et c’est là le discernement le plus simple et radical – un esprit communiquant n’acceptera de confesser la foi catholique en l’incarnation du Verbe, en la résurrection de la chair, au pardon sacramentel des péchés ou en l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, en l’Enfer ou le Purgatoire, ni de se mettre à genoux devant Jésus-Christ Dieu fait homme… » (P. Métais-Fontenel, L’Église au défi du spiritisme, Éditions Bénédictines)

« Les communications occultes ont lieu par l’influence bonne ou mauvaise qu’ils exercent sur nous à notre insu ; les communications ostensibles ont lieu au moyen de l’écriture, de la parole ou autres manifestations matérielles, le plus souvent par l’intermédiaire des médiums qui leur servent d’instruments. Les esprits se manifestent spontanément ou sur évocation. » (Allan Kardec, pape du spiritisme)

* Robert et Yvette Cara et leur fils Jean

– Le 13 décembre 1996, Jean meurt d’une hémorragie interne, il avait 43 ans. Par locutions intérieures, il adresse à ses parents des messages d’amour, d’espoir et de bonheur par lesquels il leur demande de prier pour les défunts. Sept volumes ont été publiés à ce jour « Jean Messager de la lumière »…

– « Tous les matins, tu me consacreras une heure et demie de ton temps et par ce moyen d’écriture directe, j’aurai l’occasion de te dicter les instructions du Très Haut ». « Ce n’est pas uniquement ma volonté qui agit, mais celle de tous les frères du ciel. » Le père écrit et au fur à mesure, des mots, des phrases sortent de son esprit sous la forme d’une belle écriture bâton, mais cela ne dépend pas de lui. C’est Jean et les frères du ciel qui s’expriment. Le bureau n’existe plus, il ne sent plus son corps, le temps s’efface. Il est comme dans un ravissement le plus complet. Ensuite c’est avec regret qu’il retrouve son corps et son environnement, mais il en est tellement heureux. (Revue Chrétiens Magazine sept 2009).
– Le contenu des messages peut sembler correspondre en gros à la foi en Jésus Christ que l’Église enseigne ! Ceci est un piège du malin qui sait très bien contrefaire la Parole de Dieu, langage qui peut nous leurrer un temps… N’oublions pas que Jésus a été confronté, lors des trois tentations au désert, à cet emploi détourné de la Parole de Dieu.

– Les volumes comportent donc plusieurs erreurs théologiques graves. « Moi, Jean, je vous suis présent et je vous parle… » « Il est permis à certaines âmes de communiquer avec l’au-delà. » « Si on parle des âmes du purgatoire, les gens prendront conscience que l’au-delà est si proche de vous et de cette façon, ils pourront être sauvés » « Par le chemin de la généalogie, vous partez à leur rencontre (ancêtres) pour les laver de leurs péchés. » « Ton esprit instinctivement repousse l’idée de communiquer les messages, mais c’est la seule manière par laquelle nous pouvons œuvrer à la communion des saints. » « Si ces personnes sont adeptes d’un nouvel art de vivre, d’un Nouvel Age qui ne s’embarrasse d’aucune religion, vous avez encore moins à les juger… Le Seigneur vient à leur aide par les nombreuses apparitions et intervention de la Sainte Vierge Marie, mais également en envoyant ses messagers !… réparer les fautes des ancêtres. »

3. Marie-Pierre Lorre et les Cénacles de Vallet. Le phénomène de locution directe.

« Marie-Pierre, 43 ans, est devenue un phénomène à Vallet (Loire-Atlantique) où des centaines de personnes, venues de toute la France, se pressent pour des cénacles où elle affirme que la Sainte Vierge parle par l’intermédiaire de sa voix.
Depuis 2005, l’association « Ouvre ton Cœur » organise ces réunions, qui rencontrent de plus en plus de succès pour écouter « Les Messagères de l’amour »: Marie-Pierre accompagnée de deux autres « messagères ».
Pendant près de quatre heures, environ 700 fidèles viennent ainsi tous les mois écouter celle qui affirme avoir entendu la Vierge Marie lui parler pour la toute première fois en 1998.

« On est appelés à venir ici », affirme à l’AFP Francis Cochard, qui vient de Haute-Marne. « C’est une expérience incroyable », renchérit Renée, venue samedi du Pays basque pour assister à la prière, qui se tient dans un hangar bondé. Les sourires extatiques se forment dans l’assistance lorsque Marie-Pierre laisse, selon les croyants, la Vierge Marie parler par sa bouche en les appelant « mes enfants ».
Cette femme, qui voulait devenir religieuse, a passé trois années aux côtés de Mère Teresa. Elle affirme que la Sainte Vierge lui a parlé tous les jours entre 1998 et 2006 et lui a confié la mission de dispenser son enseignement.
Depuis, selon Bob Thuaud, responsable de l’association « Ouvre ton cœur », la Vierge Marie intervient directement lors d’extases pendant les cénacles. « La Vierge Marie nous a demandé d’enregistrer les cénacles et de graver des CD qui partent dans le monde entier », explique-t-il très sérieusement. Et depuis quelque temps « Marie-Pierre lit dans les âmes », affirme-t-il. » (article de 2009, Nouvel Observateur).

Nous avons ici le pendant verbal de l’écriture automatique. Heureusement, jamais l’inspiration divine n’abolit d’une façon aussi radicale le psychisme et la personnalité de l’écrivain sacré ou du prophète. Elle les respecte au contraire !

Les évêques concernés de la région (Nantes et Angers) ont fini par rendre un jugement négatif :
« Nous déclarons estimer qu’aucun caractère surnaturel n’est établi dans les manifestations appelées « Cénacles des Messagers de l’Amour ». En conséquence, nous demandons […] qu’aucun écrit ou enregistrement ne soit proposé comme rapportant les paroles ou les inspirations de la Très Sainte Vierge Marie. »

Car on évalue le nombre des CD gravés à 70 000 (achetés 0,70 €, et revendus 10 €). Calculez vous-même le bénéfice…

J’écrivais en 2007 : « On a pu remarquer que la revue « l’Étoile Notre-Dame » faisait beaucoup de publicité pour ces messages et ces cénacles. Cette revue se situant en électron libre hors de toute dépendance précise à l’Église diocésaine, qu’elle soit en Mayenne, en Maine-et-Loire, en Loire-Atlantique ou ailleurs, ne peut en aucun cas être considérée comme source de discernement spirituel, mais plutôt de confusion. Cela ne fait que renforcer l’hypothèse d’une « fabrication », pouvant facilement s’appuyer sur des relais et une certaine logistique. D’après la notice du « Dictionnaire des apparitions » du P. Laurentin, Mme Marie-Pierre Lorre aurait été chauffeur de car… et cela ne serait pas étonnant que ce soit à l’Ass. Étoile Notre-Dame… Créer l’événement est chose porteuse… à tous niveaux. En écoutant le CD, l’on voit bien qu’on aboutit de fait à la « promotion des cénacles » plus qu’à la conversion à Jésus-Christ… Au fond, on est remercié par la sainte Vierge, non pas de réciter le chapelet ensemble (d’ailleurs elle ne le fait pas si on se réunit normalement chez soi ou à l’église paroissiale !), mais de venir grossir les cénacles…

Il vient 700 personnes chaque mois… C’est toujours valorisant d’être à côté d’une « mystique » pour réciter son chapelet, avec toute l’ambiance spirituelle chaleureuse qui en découle, plutôt que de méditer humblement son chapelet ou son rosaire à partir de l’Écriture seule donnée par l’Église, chez soi ou dans sa paroisse. Penser que la Vierge puisse nous parler en direct est toujours gratifiant… De même qu’il est sécurisant de pouvoir s’appuyer sur une « mystique » en chair et en os, « guide spirituel » du groupe… Quelle joie de pouvoir poser des questions et de recevoir des réponses… célestes, alors que dans la prière ordinaire on a tellement le sentiment de n’avoir aucune réponse…

Tout cela est évidemment le fruit d’une trop grande crédulité et la porte ouverte à toutes les manipulations et les dérives les plus subtiles… Il faut toujours essayer de connaître le rapport qu’il peut y avoir entre les locutions ou paroles d’une « messagère » à une personne particulière ou à une foule, avec le contact qu’elle a pu avoir avec les pratiques occultes, notamment de divination, mediumnité et autres… Car il y a souvent un lien très problématique : des phénomènes paranormaux se glissent souvent sous l’habit prophétique… Les travaux du P. Laurentin sont d’une totale méconnaissance à ce sujet. »

4. Marie Grèze : des livres médiumniques écrits par le Christ

Ce site n’est plus en ligne à l’heure où je mets en ligne cet article. Vous aurez une idée à travers les quelques citations ci-dessous.

http://lenouveaumessageduchrist.com
Tome I : Découvrir Dieu à l’intérieur de soi, Le monde invisible
Tome II : Communiquer avec Dieu, les pouvoirs créateurs de l’homme
Tome III : La parole de Dieu à travers les rêves
Tome IV : L’évolution vers la divinité par des réincarnations à travers les différents règnes
Il s’agit d’une version « nouvel âge » de communication spirites par médiumnité.

> Pouvez-vous nous parler de vous ?
Le Christ me demande de faire la synthèse des informations importantes données à l’humanité et de transmettre les demandes urgentes des Dieux qui dirigent l’évolution spirituelle sur la terre.
Je pense être caractérisée par l’amour et la volonté de bien pour toute la création, le service et l’humilité et je donne ma vie pour faire la volonté du Christ.
Je suis mariée, j’ai des enfants et des petits enfants, je vis comme la majorité des humains. Étant très curieuse et ayant envie de comprendre clairement tout ce qui me paraissait obscur, j’ai passé beaucoup de temps à apprendre. J’ai eu la chance de pouvoir apprendre presque tout ce qui m’intéresse. Je suis médecin, j’ai des certificats de psychologie et autres, un diplôme d’acuponcture. J’ai fait une psychanalyse suivant l’école Paul DIEL. Je suis compétente en ésotérisme du vingtième siècle. Je vois certaines énergies pensantes.
Depuis 20 ans, je communique avec mon guide, le Christ, par l’intermédiaire d’un pendule et par l’intuition et la méditation. Par la méditation tout le monde peut parler avec son guide. J’ai eu des parents merveilleux, j’ai une famille merveilleuse, j’ai beaucoup reçu et je dois beaucoup donner. J’ai écrit 4 livres dictés par le Christ.

N’est-il pas présomptueux de penser recevoir des textes dictés par le Christ ?
Si le Christ était l’être divin décrit par les chrétiens cela serait une croyance vaniteuse et délirante.
Les églises chrétiennes présentent le christ comme la deuxième personne de la trinité première, créatrice du ciel et de la terre. C’est une vision des hommes qui pensaient que la terre était le centre de l’univers. Aujourd’hui les hommes savent que l’univers comprend des milliards de galaxies, comprenant chacune des milliards de systèmes solaires. Les hommes savent que la terre n’est qu’un point dans l’espace. Le Christ a commencé son évolution en tant qu’homme animal sur la terre. Maître DJWALKUL dit que le Christ est l’être qui a évolué le plus vite vers la divinité. Le Christ a évolué par l’amour, le service et l’humilité. Le Christ s’est incarné de nombreuses fois et n’a pas reculé devant les épreuves et les obstacles. Aujourd’hui, le Christ est un grand champ de force, mais il reste pour nous une personnalité accessible. Il est un représentant du père et du fils. Son adjoint est Gautama Bouddha. Jésus était une réincarnation du Christ, il nous a transmis le message du Christ et du guide du Christ. Aujourd’hui Jésus a fusionné avec le Christ. Il m’a fallu dix ans pour avoir la certitude de l’identité de mon guide. […]

5. Patricia Darré

Son livre : Un souffle vers l’éternité (M. Lafont, 2012), a été lu par telle ou telle personne que j’ai rencontrée.
> Journaliste à Radio-France et mère d’un petit garçon depuis quelques semaines, Patricia Darré mène une vie tout à fait normale dans son Berry natal, quand une nuit de septembre 1995, un curieux événement transforme son existence. Au creux de son oreille, une voix lui ordonne : « Lève-toi et prends un papier et écris. » Sans comprendre ce qu’il lui arrive, Patricia, pourtant effrayée, s’exécute.

« Soudain ma main part à toute vitesse : ce n’est pas mon écriture, les mots se touchent et il y a beaucoup de fautes d’orthographe. Haletante, la peur au ventre, je griffonne la feuille comme si j’étais prise de convulsions. Au bout de quelques lignes, ma main s’arrête. Je reprends mon souffle et déchiffre le message : « À partir de maintenant, tu es en contact avec l’autre dimension (… ) Tu ne le feras pas quand tu voudras mais quand cela sera nécessaire. »

> Qui sont ces voix dont vous parlez et qui vous guident ?
Aucune idée. On ne m’a expliqué que très sommairement comment cela fonctionnait de l’autre côté. C’est une force extérieure. Mais une chose est sûre, il n’y a pas d’histoire de religion. « Qui êtes-vous ? » leur demandais-je au début. « C’est moi », répondait l’un. « Qui moi ? quel est ton nom ? » insistais-je. « Je ne m’appelle pas, me rétorquait une voix. Mais qu’importe puisque tu me reconnais. » Et c’est vrai. Car chaque voix a une énergie différente. Pendant quelque temps, c’est un groupe, et puis tout à coup, ce ne sont plus les mêmes, il y a comme un renouvellement d’équipe. Qui sont-ils réellement ? Jamais nous ne le saurons tant que nous ne serons pas passés de l’autre côté. Mais ce sont eux qui sont chargés de faire fonctionner ce que nous sommes. Je l’appelle la Hiérarchie.

> Médium, est-ce un cadeau ou y a-t-il des aspects négatifs ?
On est des capteurs d’ondes. Les bonnes comme les mauvaises. On est ultra sensible. On ressent tout. Il y a par exemple des lieux très chargés comme des hôtels ou des territoires où je ne peux plus mettre les pieds. J’ai la tête qui tourne, je manque de tomber dans les pommes… et cela peut parfois être un peu casse-pieds ! Mais je l’accepte car cela m’offre plus d’avantages que d’inconvénients.

3. Éléments de discernement :
les charismes

> La liste des dons spirituels dans 1 Co 12, 4-11 ; ce sont, pourrait-on dire, les charismes extraordinaires.

« Il y a, certes, diversité de dons spirituels, mais c’est le même Esprit ; diversité de ministères, mais c’est le même Seigneur ; diversité d’opérations, mais c’est le même Dieu qui opère tout en tous. À chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun.
– À l’un, c’est une parole de sagesse qui est donnée par l’Esprit ;
– à tel autre, une parole de science, selon le même Esprit ;
– à un autre la foi, dans le même Esprit ;
– à tel autre, les dons de guérison, dans l’unique Esprit ;
– à tel autre la puissance d’opérer des miracles ;
– à tel autre la prophétie ;
– à tel autre le discernement des esprits ;
– à un autre la diversité des langues,
– à tel autre le don de les interpréter.
Mais tout cela, c’est l’unique et même Esprit qui l’opère, distribuant ses dons à chacun en particulier, comme il l’entend ».

> Une définition : »A chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun »

* « à chacun » : ce ne sont pas des privilèges d’une rare élite ; personne n’en est écarté a priori. Les Corinthiens n’étaient pas une élite !
* « la manifestation » : il y a donc une visibilité, une évidence, une perception extérieure.
* « de l’Esprit est donnée » : ce sont aussi des dons de l’Esprit Saint.
* « en vue du bien commun » : ils sont pour « le corps » ecclésial, pour la communauté, pour édifier les autres, comme le souligne tout le chapitre ».

> Faut-il classer, organiser les charismes pour mieux comprendre l’œuvre de l’Esprit Saint ?

* Le Père Émiliano Tardif, selon la configuration de la communauté à la personne de Jésus :
– Prier comme Jésus : don des langues
– Penser comme Jésus : discernement ; interprétation des langues ; (images intérieures).
– Parler comme Jésus : parole de sagesse ; parole de connaissance ; foi charismatique ; prophétie.
– Agir comme Jésus : guérison, miracles.

* Pat Collins, religieux, théologien à Dublin, suivant leurs manifestations :
– « Les « dons de Parole » : de sagesse, de connaissance, de prophétie, de prédication, d’enseignement, sont nécessaires pour annoncer la Bonne Nouvelle […].
– Les « dons de puissance » comprenant la guérison, les miracles, et l’exorcisme sont des manifestations de la Bonne Nouvelle démontrant la vérité de l’annonce de l’Évangile d’une manière visible et libérante.
– Puis il y a les « dons de service » pour administrer, gouverner, guider, discerner. Ils sont aussi signes de la Bonne Nouvelle de l’amour et de la miséricorde du Seigneur, et manifestent ses implications dans la vie de tous les jours.
– Enfin, il y a les « dons de prière » tels que l’intercession ou le chant en langues, pour être remplis et guidés par l’Esprit, et ainsi contempler et louer le Seigneur à partir de notre cœur.

* Carlos Aldunate, jésuite chilien, dans son livre « La voie des charismes » distingue :
– les charismes d’illumination : parole de science, parole de sagesse, discernement des esprits, visions et locutions
– les charismes de parole : la prophétie et l’enseignement, l’interprétation des langues
– les charismes d’action : les miracles, le charisme de foi, les dons de guérison

> Distinguer les dons sanctifiants et les dons charismatiques

– Les dons sanctifiants sont des capacités réceptives permettant à l’Esprit de nous sanctifier.

Le Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, carme (+ 1967) fondateur de l’Institut Notre-Dame de Vie, et auteur d’ouvrages sur la vie spirituelle, nous aide à mieux comprendre comment Dieu agit : « Les dons du Saint Esprit sont des capacités réceptives. Bien souvent, j’utilise un mot qui est presque irrespectueux mais qui traduit bien : ce sont des entonnoirs. Un entonnoir est capable de recevoir du liquide, mais l’entonnoir tout seul n’est qu’un entonnoir ! On peut dire aussi selon saint Jean de la Croix : c’est une antenne capable de recevoir une influence de Dieu, qui vient s’exercer en nous sur le plan psychologique et psychique. (Dans l’intimité du Christ, retraite prêchée à N-D de Vie en 1964, cahier polycopié, pp. 23-30).

Les dons sanctifiants (les « sept dons ») sont des facultés spirituelles qui nous rendent capables d’accueillir et de répondre rapidement à l’action du Saint Esprit, à ses impulsions et à ses inspirations. Nous ne pouvons pas les rendre actifs par nous-mêmes. Nous devons attendre que le Saint Esprit prenne l’initiative. Le plus que nous puissions faire est de demander au Saint Esprit de les mettre en activité. Une fois en activité, les dons fonctionnent aussi longtemps que le Saint Esprit continue à les soutenir par son intervention directe ou son appui. Ils cessent quand il retire son impulsion. Du commencement à la fin, l’action ou la manifestation d’un don est entièrement due à l’action et à la gracieuse initiative de l’Esprit.
* La crainte de Dieu : être à ma place de créature.
* La piété : mieux vivre la communion.
* La science : voir la réalité selon Dieu.
* La force : être énergique dans les difficultés.
* Le conseil : avoir une direction pour agir.
* L’intelligence : pénétrer la vérité divine.
* La sagesse : goûter la présence de Dieu.

Les dons sanctifiants sont comme des voiles spirituelles fixées au mât. La manifestation du Saint Esprit desserre les cordages et les voiles se déploient. Le souffle de l’Esprit (cf. Jn 3,8) prend maintenant dans les voiles et nous meut. Nous sommes emportés rapidement et agréablement. Sans ces dons, nous sommes comme des personnes dans un bateau à rames. Le Saint Esprit nous aide, mais nous devons prendre les rames et ramer avec beaucoup d’effort personnel. Et ces dons nous sont donnés pour nous aider à nous sanctifier personnellement afin que nous arrivions à connaître, aimer et servir Jésus plus parfaitement. Tandis que les dons charismatiques nous sont donnés pour nous aider à sanctifier les autres, de sorte que nous puissions amener nos frères à connaître, aimer et servir Jésus plus parfaitement.

– Les dons charismatiques sont des dons spirituels, une sorte d’équipement en vue de la mission. Ils sont donnés en totalité (s’il est possible d’en dresser une liste complète !) seulement à l’Église, à la communauté.

Chacun en reçoit un, plusieurs, ou aucun. L’important est que la communauté soit dotée de tous les charismes dont elle a besoin pour sa mission. Pour clarifier le rapport entre les deux sortes de dons, observons cependant quelques comparaisons.

Si les dons sanctifiants sont ordonnés à la sanctification du baptisé, les charismes sont accordés en vue de l’évangélisation et donc de la croissance de l’Église. Il s’agit de deux perspectives complémentaires. C’est le rôle des dons sanctifiants, particulièrement ceux de sagesse et de conseil, de régler et contrôler l’emploi des dons charismatiques puissants (prophétie, guérisons… par exemple). Les deux genres de dons se soutiennent l’un l’autre. Quand une personne se sanctifie davantage, elle est plus apte à être employée par le Saint Esprit pour l’exercice des charismes, et pour recevoir un véritable ministère charismatique. Cependant, on ne reçoit pas des dons charismatiques parce qu’on est plus saint qu’un autre. Ils sont accordés gratuitement par le Seigneur pour l’édification de l’Église.

Les charismes ne sont pas permanents ; ils dépendent du bon vouloir de l’Esprit Saint et des besoins réels de la communauté. Le Seigneur peut accorder à un groupe, à une communauté, à une paroisse tel ou tel charisme, parce qu’il l’estime nécessaire pour la réalisation de son plan d’amour. À charge de la communauté de le recevoir dans la foi et l’action de grâce. Mais chaque communauté doit aussi, de son côté, demander tel ou tel charisme dont elle perçoit la nécessité pour sa mission d’évangélisation, afin de le recevoir. À charge pour elle de veiller à demander.

4. Éléments de discernement : les pouvoirs occultes

Il est difficile de dresser une liste des dons occultes. Nous allons donc essayer de faire une approche à travers de multiples entrées.

> Comment se situent les demandeurs de services occultes ?

* Ils peuvent penser que ce sont des pouvoirs qui viennent « de Dieu ». C’est souvent le cas en ce qui concerne la recherche de guérison, d’autant plus que la magie blanche est déguisée sous des habits religieux, et que les transmissions sont fréquemment intra-familiales.
* Ils peuvent se satisfaire du résultat sans chercher à savoir ce qui se passe réellement : du moment que « ça marche », que c’est opérationnel, pourquoi s’en priver ? On peut ainsi s’en servir en désespoir de cause : dans une souffrance extrême comme un zona ophtalmique, « on est prêt à tout » pourvu que cela cesse…
* Ils peuvent aussi émarger consciemment à la magie ou à l’occultisme, en sachant pertinemment qu’on est dans le domaine des « esprits », que les personnes que l’on sollicite ont été initiées, ou en s’initiant soi-même par des lectures ou des pratiques ésotériques.

> Comment peut-on se trouver en possession de pouvoirs occultes ?

* Souvent par débordement. De nombreux traitements magiques peuvent produire à la longue la naissance de pouvoirs occultes chez celui qui a été traité. C’est ainsi que l’on observe assez facilement la naissance d’un pouvoir de magnétisme guérisseur chez une personne qui n’a rien fait pour l’avoir, ou encore la naissance d’une sensibilité médiumnique allant jusqu’à des flashs de voyance. L’intensité et la quantité d’impacts occultes dans la vie de la personne qui se retrouve avec un pouvoir sont donc assez déterminantes pour provoquer une sorte de propagation. Il est légitime de penser, à l’expérience, que celle-ci déborde largement la génération de la personne qui la constate, pour se propager ensuite sur les générations futures.

* C’est la raison pour laquelle une deuxième façon de recevoir les pouvoirs  occultes concerne la transmission familiale, notamment dans les familles où un pouvoir a déjà été exercé activement et fréquemment. Certaines personnes n’ont jamais personnellement émargé à l’occultisme, et pourtant se retrouvent perturbées par une sensibilité médiumnique par exemple, ou encore par un magnétisme guérisseur dont elles se demandent d’où il peut sortir. Dans cet aspect de transmission familiale, il faut noter ce qui se produit fréquemment dans les familles, à savoir la transmission d’une formule, d’un rituel, d’un secret, souvent juste avant la mort du possesseur. Les conjurations magiques des maladies sont souvent dans ce cas.

* Une troisième façon de posséder des pouvoirs occultes consiste à aller les chercher soi-même soit par des lectures appropriées du livre de magie, soit par des exercices de magie, soit par des initiations à partir de personnes ayant ces pouvoirs, soit encore par des initiations à travers des cheminements dans des méditations orientales…

> Quels sont les domaines d’utilisation des pouvoirs occultes ?

* le domaine des conjurations magiques (brûlures, verrues, zonas, vers, hémorragies, etc.) qui prétendent accorder la santé par la prononciation d’une « prière », en fait une « formule magique »…
* Il y a le domaine des déplacements d’énergie, qui va du magnétiseur « de base » si l’on peut dire, que l’on trouve facilement dans nos villes et nos campagnes, jusqu’à des techniques plus sophistiquées, exigeant une initiation, comme le « reiki »… Dans tous les cas, il s’agit de soulager la personne par rapport à une souffrance précise ou à un mal-être diffus.
* le domaine de la médiumnité, de la divination, de la voyance, de la connaissance de réalités cachées : cela va de la sensibilité intuitive à une véritable performance permettant de « scanner » les personnes ou de savoir à partir d’un support, en passant par une connaissance qui répond à des questions précises…
* le domaine de la communication avec les esprits : en laissant croire qu’il s’agit d’une communication avec les défunts ou avec les morts. Les modes de transmission utilisée sont souvent l’écriture automatique, ou la perception intérieure de voix qui peut donner lieu ensuite à des locutions verbales directes. Dans tous les cas, les phénomènes sont assez contraignants pour celui qui les utilise.
* Le domaine des phénomènes paranormaux par exemple le déplacement d’objets (télékinésie)…
* Le domaine du désenvoûtement, de la protection magique, des faux exorcismes…

> Les résultats obtenus par l’utilisation des pouvoirs occultes se situent dans le domaine du royaume du mensonge.

Les conjurations magiques n’accordent pas de vraies guérisons, mais seulement le soulagement de certaines souffrances, et le déplacement de certains symptômes. La connaissance de l’avenir n’existe pas, seulement celle du présent et du passé ; il y a donc de nombreuses supercheries dans les choses annoncées. Les communications avec les morts n’existent pas non plus, et les esprits savent donner le change. Les phénomènes paranormaux sont fréquemment la résultante de compromissions avec l’occultisme… Les désenvoûteurs agissent par le même concours des entités diaboliques que dans le cas des magiciens.
Ce qui est certain c’est que les résultats obtenus sont assez souvent bluffants, et abolissent fréquemment tout esprit critique qui chercherait à comprendre plus avant ce qui est fait ou ce qui est dit. Nous sommes dans le royaume de la poudre aux yeux et de la frime.

> Les nuisances engendrées par les demandes de services occultes, ou par l’exercice de pouvoirs occultes sont multiples.

* Le principe est toujours le même, à savoir que la compromission avec des esprits diaboliques se paye en espèces sonnantes et trébuchantes. Pour être plus clair, Satan se fait payer. Ce peut être maintenant comme ce peut être plus tard ou encore beaucoup plus tard… Mais l’exercice de ces pouvoirs a toujours un coût. La magie blanche, par définition, est à double effet. Le premier effet ressemble à une sorte d’exaucement de ce que vous aviez demandé : un soulagement, la cessation d’un trouble de santé d’une maladie… Le second effet, plus lointain, de sorte à ce qu’on ne fasse pas le lien avec la demande que l’on a faite, est toujours une nuisance.

* C’est précisément par le repérage des nuisances que l’on peut remonter jusqu’à l’origine occulte des troubles qui se sont installés. Ce sont aussi ces nuisances qui finissent par pousser les gens qui en sont victimes à chercher une libération, une délivrance, un exorcisme… Il y a là un terrain pastoral immense auprès de personnes demandeuses de démarches spirituelles.

* Ces nuisances sont d’ordre spirituel : il y a toujours un péché contre la sainteté de Dieu contenu dans la demande ou l’exercice de pouvoirs occultes; la conséquence en est souvent des difficultés à prier, une certaine incrédulité vis-à-vis de la parole de Dieu, des blasphèmes intérieurs involontaires contre Dieu. Elles sont ensuite d’ordre psychologique ou psychique : l’angoisse, la violence, et surtout l’enfermement dans une situation d’échec. Enfin on constate souvent la présence de phénomènes paranormaux affectant les lieux, les appareils, la voiture ; ou encore affectant la personne au niveau de sa vision, de son odorat, de son audition, de son toucher. Dans le cas de la magie noire, les personnes peuvent avoir le sentiment d’être habitées dans leur corps par des présences spirituelles, par des entités, et d’être amené à poser des gestes, à dire des choses qui leur semblent anormales.

* L’ensemble de ces nuisances constitue ce qu’on peut appeler l’atteinte occulte, ou encore les liens occultes. En demandant des services ou en exerçant des dons, on a ouvert la porte du côté diabolique, on a tendu la main et l’ennemi peut s’infiltrer dans de petits secteurs de notre liberté spirituelle et humaine. C’est alors que la personne se sent véritablement parasitée, et qu’elle cherche le moyen de sortir de ce type de difficultés.

5. Pour répondre à la question : surnaturel ou paranormal ?

Outre la connaissance de l’état spirituel des personnes (sont-elles pratiquantes régulières, convertis, profondément chrétienne… sont-elles marquées par des compromissions avec l’occultisme, en possession de dons occultes qu’elles exercent ?) voici deux pistes importantes.

> Il est nécessaire de mieux connaître les charismes extraordinaires à partir de leur exercice. Et aussi de connaître la position des grands docteurs mystiques de l’Église concernant l’exercice des charismes et les phénomènes spirituels extraordinaires.

* Lorsqu’on a entendu de multiples fois des chants en langues dans des assemblées de prière, ou des messages donnés en langue suivis de l’exercice du charisme d’interprétation, on est mieux à même de discerner les contrefaçons à peu près identiques qui pourraient survenir chez certaines personnes encore sous influence occulte. Dans ce cas il s’agit de parler en langues disgracieux, contraignant, guttural, dont les effets sont généralement troublants.

* Lorsqu’on a entendu de multiples fois des paroles de connaissances données publiquement au cours d’assemblées de prière, on est mieux à même de distinguer les contrefaçons de la médiumnité ou de la divination. Autant la parole de connaissances est respectueuse de la liberté et de l’intimité de la personne, autant la médiumnité est une vampirisation, comme une sorte de viol pour amener à la lumière des éléments qui peuvent être très personnels…

* Lorsqu’on a entendu de multiples fois des prophéties données publiquement au cours d’assemblées de prière, dont le contenu est nécessairement bref et la sève biblique, on est mieux à même de discerner les prétendues locutions directes, obligatoirement contraignantes, et nécessairement longues, car le démon est bavard.

* Lorsqu’on sait à quel point l’inspiration biblique respecte le psychisme et la culture de l’auteur, on est mieux à même de saisir à quel point l’écriture automatique est une contrainte qui abolit la liberté, puisque les mots mêmes sont dictés et écrits sous contrainte.

* Lorsqu’on a vu de multiples guérisons accomplies par le Seigneur Jésus après une prédication biblique, et qui mènent fréquemment à des changements de vie, à des conversions, on est mieux à même de discerner la conjuration magique des maladies dont le caractère immédiat et automatique est à cent lieues de la liberté divine.

* Lorsqu’on sait à quel point les grands mystiques, et les docteurs mystiques fuyaient les phénomènes spirituels extraordinaires, on est mieux à même pour discerner des attachements pathologiques et enfermants à des dons flattant la volonté de puissance.

> Une seconde piste importante consiste à se donner un certain nombre de critères forgés par une observation fréquente.

* Le respect des médiations opposées à l’immédiateté. Les résultats obtenus par pouvoirs occultes sont immédiats, abolissent le temps, supprime les médiations. Signe de magie, d’intervention diabolique.

* Le respect de la liberté personnelle opposée à la contrainte. Les phénomènes occultes et paranormaux sont souvent contraignants pour la liberté personnelle. C’est le cas d’une sensibilité médiumnique qui s’installe, et qui finit par parasiter la personne au point de la plonger dans l’angoisse, car elle a accès à des renseignements qui ne devraient pas être en sa possession.

* L’abandon à la sagesse et la souveraineté de Dieu (humilité) opposé à l’exercice d’un pouvoir personnel flattant la volonté de puissance (orgueil). L’exercice des charismes nécessite d’être disponible, à l’écoute de l’Esprit Saint, et dans l’humilité de celui qui ne fait que transmettre. L’exercice des dons occultes habite la personne comme un pouvoir personnel et finit par la gonfler d’orgueil.

* L’automaticité opposée à la disponibilité. Les résultats obtenus par dons occultes sont quasiment automatiques, ce qui confirme le critère précédent de la possession d’un pouvoir personnel. La prière chrétienne, au contraire, ne cesse de dire : « que ta volonté soit faite », respectant ainsi la liberté divine.

* L’exploitation de la crédulité opposée à l’exercice de la raison et de la foi. L’exercice des dons occultes s’accomplit fréquemment dans l’ignorance totale des procédures mises en œuvre, et dans l’opacité complète concernant la cause de l’efficacité constatée. Alors que : un acte de foi en Jésus est obligatoirement transparent ; une explication rationnelle est nécessairement simple ; et une explication alambiquée porte la marque du menteur.

* La recherche du sensationnel opposée au dépouillement de la foi. La foi est nécessairement obscure, nue, dépouillée… et son exercice est éprouvant. À partir du moment où le merveilleux et le clinquant attirent l’attention sur les phénomènes, on risque d’être dans le domaine de la manipulation et de la prestidigitation. Ceci est valable pour l’exercice des pouvoirs occultes comme pour l’exercice de certains charismes entaché par la recherche du prestige humain (repos dans l’Esprit, guérisons divines).

* La confusion opposée à la distinction. Il est fréquent que la confusion des plans, par mélange du physique et du psychologique, ou du paranormal et du spirituel, aboutit à des appréciations erronées, et des jugements faussés.

EN CONCLUSION,

on l’aura compris, l’essentiel se situe dans l’acquisition d’un discernement aiguisé. En même temps, la Bible d’une part et l’enseignement du magistère d’autre part, fournissent un certain nombre de points de repères sûrs.

* Jésus nous a prévenus : des gens peuvent sembler faire des miracles, mais, en fait, commettent le mal.

« Ce n’est pas en me disant : « Seigneur, Seigneur », qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Beaucoup me diront en ce jour-là : « Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? en ton nom que nous avons chassé les démons ? en ton nom que nous avons fait bien des miracles ? » Alors je leur dirai en face : « Jamais je ne vous ai connus ; écartez-vous de moi vous qui commettez le mal. » (Mt 7,21-23)

* À propos de la divination et du spiritisme, deux passages de l’A.T.

nous aident à prendre conscience que nous sommes dans le domaine de l’idolâtrie. Il faut y renoncer pour être fidèles à la sainteté de Dieu. « On ne trouvera chez toi personne […] qui interroge les spectres et les devins, qui invoquent les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à Yahvé, ton Dieu ». (Dt 18,9-14) « Celui qui s’adressera aux spectres et aux devins pour se prostituer à leur suite, je me tournerai contre cet homme-là et je le retrancherai du milieu de mon peuple. Vous vous sanctifierez pour être saints, car je suis Yahvé votre Dieu » (Lv 20,6-7).

* En ce qui concerne l’astrologie, Saint Paul dit aux Galates :

« Jadis, dans votre ignorance de Dieu, vous fûtes asservis à des dieux qui au vrai n’en sont pas ; mais maintenant que vous avez connu Dieu ou plutôt qu’il vous a connus, comment retourner encore à ces éléments sans force ni valeur, auxquels à nouveau, comme jadis, vous voulez vous asservir ? Observer des jours, des mois, des saisons, des années ! Vous me faites craindre de m’être inutilement fatigué pour vous. » (4,8-10)

Le catéchisme de l’Église Catholique aux numéros 2115 à 2117 est tout-à-fait clair :
2115. Dieu peut révéler l’avenir à ses prophètes ou à d’autres saints. Cependant l’attitude chrétienne juste consiste à s’en remettre avec confiance entre les mains de la Providence pour ce qui concerne le futur et à abandonner toute curiosité malsaine à ce propos. L’imprévoyance peut constituer un manque de responsabilité.

2116. Toutes les formes de divination sont à rejeter : recours à Satan ou aux démons, évocation des morts ou autres pratiques supposées à tort " dévoiler " l’avenir (cf. Dt 18, 10 ; Jr 29, 8). La consultation des horoscopes, l’astrologie, la chiromancie, l’interprétation d es présages et des sorts, les phénomènes de voyance, le recours aux médiums recèlent une volonté de puissance sur le temps, sur l’histoire et finalement sur les hommes en même temps qu’un désir de se concilier les puissances cachées. Elles sont en contradiction avec l’honneur et le respect, mêlé de crainte aimante, que nous devons à Dieu seul.

2117. Toutes les pratiques de magie ou de sorcellerie par lesquelles on prétend domestiquer les puissances occultes pour les mettre à son service et obtenir un pouvoir surnaturel sur le prochain, – fût-ce pour lui procurer la santé -, sont gravement contraires à la vertu de religion. Ces pratiques sont plus condamnables encore quant elles s’accompagnent d’une intention de nuire à autrui ou qu’elles recourent ou non à l’intervention des démons. Le port des amulettes est lui aussi répréhensible. Le spiritisme implique souvent des pratiques divinatoires ou magiques. Aussi l’Église avertit-elle les fidèles de s’en garder. Le recours aux médecines dites traditionnelles ne légitime ni l’invocation des puissances mauvaises, ni l’exploitation de la crédulité d’autrui.

D. Auzenet, février 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *