Du chrysanthème à la citrouille

Chers parents,

Le temps approche où l’école de votre enfant proposera de « fêter Halloween ». Le mot Halloween vient de « Hallow’s Eve », « la nuit qui précède le jour de tous les saints ». On est donc tenté de l’associer à notre fête chrétienne ! Mais n’y aurait-il pas là une inversion de la Toussaint ? En effet, « avec Halloween, on imite les défunts, et leurs fantômes reviennent chez nous pour nous faire peur et nous menacer de la mort ; à la Toussaint, au contraire, nous attestons que nos défunts sont des vivants, et que nous sommes promis à les rejoindre dans la cité de Dieu. »*

Halloween n’est-il pas un retour à des fêtes païennes ? L’origine de Halloween se trouve dans des fêtes celtes païennes, où le 31 octobre, on célébrait en l’honneur de la divinité païenne Samhain un festival de la mort.

« Les druides se déplaçaient de maison en maison, réclamant des offrandes pour leur dieu. Ils exigeaient parfois des sacrifices humains ! En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur la maison concernée. Pour éclairer leur chemin, ces prêtres portaient des navets évidés et découpés en forme de visage où brûlait une bougie faite avec la graisse humaine des sacrifices précédents. Ces navets représentaient l’esprit qui allait rendre leurs malédictions efficaces. Aux XVIII° et XIX° siècles, quand cette coutume est arrivée aux États-Unis, on a remplacé les navets par des citrouilles »**

Quand vous voyez vos enfants faire « Trick or Treat » (une friandise ou je te joue un mauvais tour) de maison en maison, cela paraît inoffensif et amusant, mais n’êtes-vous pas en train de les associer, sans en être conscients, à un sombre rituel ?

« Aujourd’hui encore le 31 octobre est le nouvel an du calendrier des sorciers, et la fête de tous ceux qui cherchent à avoir un lien avec Satan. »**

La fête de Halloween est l’occasion de sacrifices humains dans des cercles satanistes de certains pays. Il y a donc trop d’ambiguïtés pour ne pas, en tant que chrétiens, prendre ses distances.

Des sorcières à la sorcellerie, il n’y a qu’un pas à franchir, et la fête de Halloween offre une occasion rêvée de franchir ce pas pour tous les amateurs du genre. Il y a un risque certain que cette fête devienne, au fil des ans, la fête du spiritisme sous toutes ses formes ; que les, les voyants, les sorciers et les médiums trouvent là une devanture pour leurs pratiques occultes. Serons-nous aussi courageux que ce ministre de l’Arkansas (par ailleurs l’État des USA où malheureusement la peine de mort est la plus employée) qui a demandé que le satanisme, par le biais de Halloween, ne soit pas toléré dans les écoles publiques, puisque la prière y est interdite, car si on ne peut honorer Dieu dans les écoles, pourquoi y honorer éventuellement le diable ? Les tenants d’une laïcité pure et dure ne pourraient-ils s’interroger ?

Dans quelques jours, le 1er novembre, nous allons célébrer, dans l’Église catholique, la fête de la Toussaint, la fête de tous les saints connus ou inconnus, de tous ceux qui ont cherché à aimer Dieu et les hommes de tout leur cœur. Ils sont pour nous des modèles. Vivants en Dieu, ils rayonnent de sa lumière. Ils prient pour nous, ils nous aident à marcher sur ce même chemin exigeant. Le lendemain, 2 novembre, l’Église prie pour tous les défunts de nos familles. Symbole usé, le chrysanthème représente, par la disposition centrée de ses pétales, le soleil et sa lumière. En contraste avec le granit sombre des tombes, il cherche à dessiner l’espérance chrétienne de la vie éternelle. Le sens profond de la fête de la Toussaint.


Fête du chrysanthème à Lahr en Forêt Noire

Chrétiens, qu’est devenu pour nous le sens de ces fêtes ? Nos célébrations sont-elles joyeuses, nos rassemblements familiaux sont-ils pleins d’espérance, notre style de vie est-il marqué par notre foi ? Halloween ou la Toussaint, notre choix doit être clair, même s’il n’est pas toujours possible d’empêcher les enfants de participer aux fêtes de Halloween. D’un côté, la dérision de la mort, signe d’une société décadente qui ne sait plus l’affronter. De l’autre des réponses aux questions fondamentales (pourquoi je vis, pourquoi je meurs), le sens donné par Jésus et son Église à la vie par-delà la mort.

Il faut choisir. Comme dit le prophète Élie : « Jusqu’à quand clocherez-vous des deux pieds ? Si c’est le Seigneur qui est Dieu, suivez-le. Et si c’est Baal (le dieu du sacrifice humain), suivez-le » (1 R 18, 21). Ou encore dans le livre de Josué (24, 15) : « S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir. Moi et ma maison, nous servirons le Seigneur ».

D. Auzenet (écrit en 2004 et remanié en 2010)

* Mgr Hippolyte Simon (Évêque de Clermont-Ferrand), « Vers une France Païenne ? », Cana, 1999, p. 121.
** P. Jean Hennebique, conseiller spirituel national du M.C.R.

Musiques

Dancing with the Devil, panorama des « metal studies »

Comment la musique des Black Sabbath, Metallica, Sepultura ou Tool a-t-elle donné lieu à la création d’un nouveau champ académique ? Cet essai présente les metal studies comme un champ caractérisé par un réseau mondialisé de chercheurs tiraillés entre les impératifs de scientificité et des imaginaires marginaux.

Vark Vikernes et le Black Metal

Paroles d’enfer : paroles de chansons explicitement sataniques

(Homme Nouveau, Hors Série 5)

Le livre du P. Regimbal (1983) : Le rock ‘n’roll, viol de la conscience par les messages subliminaux

Carl Rogers

On ne mesure pas encore l'impact inouï des approches de la psychologie non-directive sur la pédagogie contemporaine, tant au niveau de l'éducation nationale ou privée que dans les différentes approches catéchétiques. On ne doit rien recevoir du maître ou d'une tradition, d'une famille spirituelle, il s'agit de tout découvrir par soi-même.


Fin des années 70, j'ai été jusqu'à la licence de psychologie. Rogers était particulièrement en vogue.La valeur s'appelait psychologie relationnelle. Nous avions un prof rodgérien, un vrai séducteur qui a entraîné bien des jeunes en quête de connaissance de soi, dans ces méandres de la non directivité qui se voulait non violente, mais qui violait en fait les consciences en nourrissant la légitimité d'assouvir ses instincts.   


Il a fallu bien des années pour que je prenne conscience de la perversité de ces psychothérapies où l'on croit que reconnaître ses besoins, ses ressentis et les satisfaire, sont les moyens d'accéder à la vérité, en  n'ayant rien à recevoir d'un enseignement magistral. Ce mode de pensée et de conduite à imprégné tous les domaines de la société et est le terreau sur lequel le NEW AGE a pu proliférer.

B. C.

Qui est car Rogers ? (Wiki)

Dr William Coulson, Confession d’un psychothérapeute.

Le docteur William Coulson était un disciple de l’influent psychologue américain Carl Rogers, dont il a contribué pendant des années à appliquer la thérapie « non directive ». En 1971 qu’il commença à s’interroger sur sa croyance en la psychothérapie, quand les effets destructeurs de celle-ci sur les ordres religieux – et en général sur l’Église et la société – lui sautèrent aux yeux.

William Kirk Kilpatrick, Du christianisme à la psychologie.

En faisant du développement de soi la valeur suprême, la « psychologie humaniste » de Rogers relativise de fait, et le fondement biblique, et la finalité spirituelle qui constituent l’essence du christianisme. Devant ses échecs personnels, ce fut le réalisme de la vision chrétienne des êtres qui ramena W. Kilpatrick vers une Église, évangélique en l’occurrence.

Lorna Byrne

Lorna Byrne est une Irlandaise, née en 1953. Elle est devenue célèbre suite à son livre « Angels in my Hair », publié en 2008, dans lequel elle explique par son autobiographie comment elle voit et communique depuis l’enfance avec les anges, et le message qu’ils ont voulu transmettre par elle au monde. Ses ouvrages ont rencontré un succès certain, même au sein de milieux catholiques anglophones. Son premier livre a été vendu à un demi-million d’exemplaires dans près de 50 pays suivis de six autres livres depuis, dont « Stairways to Heaven » sur lequel je me suis appuyé pour écrire cet article.

Dans ses livres, Lorna, propose à ses lecteurs une « prière » aux anges guérisseurs (1) qui lui a, d’après elle, été transmise au nom de Dieu par l’Archange Saint Michel. Elle encourage ses lecteurs ou les personnes qui viennent lui demander de l’aide à dire cette prière aux anges guérisseurs. La prudence étant une vertu cardinale, voyons ensemble ce qu’implique cette prière.

Outre l’hypothèse que Lorna ait inventé ces visions, – elle a quand même acquis une renommée mondiale, et touche sans doute une partie des ventes de ses livres – et en admettant qu’elle est sincère dans ses propos, il reste alors deux possibilités :

1- Soit ses « visions « sont bien réelles, mais elle est trompée sur la nature de ce qu’elle voit, ce qui remet en question l’origine véritable de cette prière.
2- Soit ce qu’elle voit vient effectivement de Dieu.

Afin de savoir si les messages transmis dans ses livres et cette prière viennent ou non de Dieu, il nous faut comparer le message qu’elle prétend avoir reçu, avec la foi de l’Église transmise à travers les siècles depuis Jésus Christ. Pour prouver que ce message ne vient pas de Dieu, un seul exemple nous suffit. En effet de même qu’on ne toucherait pas à un gâteau dans lequel quelqu’un aurait placé ne serait-ce qu’une seule goutte d’arsenic, de même un message qui ne correspondrait pas intégralement à l’enseignement de l’Église doit être lu avec méfiance, car il ne peut provenir de Dieu. Je me contenterai ici de développer seulement deux exemples :

Concernant la création et le péché originel, Lorna nous explique qu’il lui a été révélé que l’âme de chacun créée avant le corps se trouve avec Dieu, puis que celle-ci choisit un corps dans lequel elle va séjourner au cours de la vie terrestre. (2) Cette présentation est en parfaite contradiction avec notre foi. En effet, si notre âme ayant été créée avant notre corps était avec Dieu, pourquoi Dieu aurait-il choisi qu’elle soit séparée de lui ? Si celle-ci est pure puisqu’avec Dieu, alors la venue de Jésus Christ dans le monde pour nous sauver ne sert donc a rien ?

D’autre part, le dogme de l’immaculée Conception établit en 1954 sous le pontificat du Pape Pie IX nous précise que Marie n’a en son âme aucune trace du péché originel. Fêtée le 8 décembre, le catéchisme de l’Église catholique explique au numéro 492 que sa  » sainteté éclatante absolument unique «  dont elle est «  enrichie dès le premier instant de sa conception «  (LG 56) lui vient tout entière du Christ : elle est  » rachetée de façon éminente en considération des mérites de son Fils elle est la seule à qui ce titre a été attribué « . Pour le reste de l’humanité, c’est par la grâce sanctifiante reçue baptême que l’Esprit Saint, vient pour la première fois habiter notre âme.
Sur ce point, le message reçu par Lorna Byrne est donc en en complète contradiction avec notre foi.

Toutes les religions mènent à Dieu. Il s’agit en tout cas du message que Lorna dit avoir reçu. (3) Ou encore qu’il y a des âmes saintes venues de toutes les religions. (4) Encore une fois, ses paroles s’opposent totalement à notre credo. Jésus a bien précisé qu’il est le chemin la vérité et la vie. (5). Il n’y en a donc pas d’autre. Quoi qu’en dise Lorna, la vie éternelle ne peut être reçue par les hommes que par Jésus Christ lui-même grâce à son incarnation, sa mort sur la croix et sa résurrection.

Il a bien d’autres exemples dans ce livre qui pourraient être énumérés pour opposer le témoignage de Lorna Byrne à l’enseignement de l’Église, comme par exemple lorsque « Saint Michel » lui parle de réincarnation (6), ou qu’elle prête à Marie le pouvoir de sauver des âmes (7) alors que ce pouvoir n’appartient qu’à Dieu seul, ou que Satan peut encore revenir sur son refus de servir Dieu (8)… Nous nous en arrêterons là. Il est clair que le message qu’elle a reçu et nous transmet, si beau et si inoffensif en apparence, ne vient pas de Dieu. Mais dans ce cas, si Lorna est sincère, qui a pu la tromper ainsi et tromper tant de gens à travers elle ?

Lorsqu’on adresse cette prière aux anges guérisseurs, il semblerait que ce soit bien aux démons à qui l’on parle, car tout porte à croire que ce soit l’un d’entre eux, qui, prétendant être l’archange Saint Michel la lui a transmise. En tout cas, il n’y a aucun doute possible, cette « prière » ne vient pas de Dieu.

Alors pourquoi avoir recours à une « prière » dont l’origine est plus que douteuse alors que nous Chrétiens avons la chance d’avoir reçu une autre prière de la part de Dieu en la personne de Jésus Christ. Il nous a lui-même enseigné la prière du Notre Père et commandé de la dire avec foi, ce que nous pouvons faire pour Lorna et pour tous ceux qui comme elle ont été trompés.
Garde mon âme dans la paix près de toi seigneur (psaume 33)

Fiche rédigée par un collaborateur du site, Jean-Pascal, depuis l’Angleterre.
————————————

1 : « Prayer » of Thy Healing Angels »
2 : « Suddenly, we found ourselves in a vast space with what Michael told me were unborn souls. – souls that were to be conceived and born on earth but hadn’t yet. […] I turned to Michael and asked whether the soul was to be conceived shortly, but he shook his head explaining that God had not yet chosen the time, that it might be years – even centuries – but in the meantime, the guardian angel and soul would be together in heaven, learning about the joys and challenges that they would face together when the soul was conceived. […] He has given us each a guardian Angel to help to bring the soul safely back to him in Heaven. »
3 : « God and the angels have told me that there are many stairways to heaven. No one religion controls access to heaven. »
4 : « Other holy souls from different religious traditions also came into the library, followed by Angels »
5 : Évangile selon Saint Jean, 14, 6 : « Je suis le chemin, la vérité, la vie. Nul ne vient au père que par moi. »
6 : « Lorna, God wants me to help you understand a little more about reincarnation, Michael said. I stood up and Michael took my hand, filling it with the peace of Heaven. »
7 : «As I did, I took a deep breath and said my usual prayer : « Jesus, Mary, I love you. Save souls »
8 : « God still works and hopes that Satan will come back to him »