Le cercle des Amis de Bruno Gröning

Historique

Un homme « inspiré» dans une époque troublée

Bruno Gröning est né le 30 mai 1906 à Dantzig, quatrième de sept enfants. Dès son plus jeune âge il semble exercer un ascendant sur son entourage: il n’a qu’à toucher son père ivre pour que celui-ci se calme, il réussit à guérir divers animaux. Il se marie, a deux fils qui mourront tous deux à l’âge de neuf ans, l’un d’une pleurésie l’autre d’une tuberculose osseuse. Il exerce divers métiers avant d’être mobilisé en 1943; fait prisonnier, il rentre en Allemagne de l’Ouest en 1945. Il exerce ses dons de guérisseur sur quelques personnes de son entourage et commence à être sollicité. Il se sépare de sa femme, peu favorable à cette activité.

En 1949, il est de plus en plus connu. Portée par les « guérisons miraculeuses» qu’il aurait provoquées, sa réputation ne cesse de grandir. En Bavière, la foule se masse devant le balcon de l’hôtel où il réside et salue son apparition avec des cris de joie : « Vous n’avez pas besoin de me décrire vos maux, dit-il. Je les vois mieux que vous. Je sais tout de vous. »

« Que ceux qui sont malades lèvent la main ! » demande-t-il, et après une profonde méditation, « que ceux qui sont guéris lèvent la main! » : des centaines de mains se lèvent à nouveau, la foule scande « Gröning nous te remercions ! Parfois il lance des boulettes de papier d’argent qui contiennent sa « force rayonnante » … La presse qui relate ces événements voit ses tirages augmenter.

Bruno Gröning est de plus en plus sollicité, il donne des conférences, les hôtels sont pleins et leurs tarifs augmentent. Des « récits miraculeux» de guérison de toutes sortes suscitent de nouvelles demandes : « Monsieur Gröning m’a regardée et maintenant je suis complètement guérie. »

Mais dès les années suivantes, les autorités de santé s’inquiètent et Gröning rencontre des difficultés. Il est accusé d’exercice illégal de la médecine et doit faire face à des procédures judiciaires. En 1953, il fonde à Stuttgart « l’Association Bruno Gröning » (« Bruno Gröning Bund »), dont il est lui-même le président, destinée à recueillir des dons pour sa défense devant les tribunaux et diffuser ses idées visant à recruter de nouveaux membres.

En 1958, il est de nouveau inquiété par la justice pour homicide par négligence, ses promesses de guérison ayant retardé le traitement nécessaire, et pour infraction à la loi sur les Heilpraktikers. Il est condamné à huit mois de prison avec sursis et à une amende. Il fait appel, mais l’affaire se termine avec son décès. Il est mort en 1959, à Paris, d’un cancer de l’estomac.

Un mouvement : Le Cercle des Amis de Bruno Gröning (CABD)

Bruno Gröning est mort, mais ses paroles restent, en particulier ce « Il n’y a rien d’incurable » et la théorie élaborée et enseignée pendant ses années de pratiques guérisseuses et d’enseignement. Grete Häusler, une proche du guérisseur, qui aurait été guérie de plusieurs maladies incurables, fonde le Cercle des Amis de Bruno Gröning en 1979 pour propager son enseignement. Elle en sera la présidente jusqu’à son décès en 2007, s’attachant à multiplier le nombre des communautés locales partout dans le monde. L’association est aujourd’hui dirigée par son fils, Dieter Haüsler.

Théorie et pratique

Le « courant guérisseur»

Selon Bruno Gröning, il existerait une force vitale supérieure, un « courant guérisseur », le Heilstrom, qui peut guérir toute maladie et que chacun peut capter de manière simple et gratuite en adoptant la bonne attitude. Il utilisait aussi le terme d’ondes guérisseuses et d’énergie divine. Lui même « en possédait une connaissance précise et intuitive dont il faisait profiter tous les hommes par son enseignement simple. »

La maladie ne serait pas due au hasard mais le résultat de la perte de liaison avec la grande et divine source de force, Dieu.

« Dieu a créé l’homme beau, bon et sain … À l’origine les hommes étaient complètement reliés à Dieu, il n’y avait qu’amour, harmonie et santé, tout n’était qu’un. (…) Sur le chemin de votre vie, vous êtes arrivés là, en bas. Vous vivez le malheur, vous souffrez, vous avez des maux incurables. Je vous le dis: Ne descendez pas encore plus bas, je vous appelle à la grande conversion. Venez vers le haut et, au-dessus de l’abîme, je vous construirai un pont ! Quittez le chemin de la souffrance pour emprunter le chemin divin ! Sur ce chemin il n’y a pas de malheur, pas de douleurs, pas de choses incurables, là tout est bien. Ce chemin mène à nouveau vers Dieu ! » (B. Gröning)

Le bien, expliquait Bruno Gröning, vient de Dieu, le mal, de son adversaire, Satan. La force divine est positive, elle apporte la santé; la force diabolique, négative, apporte la maladie. L’homme serait libre de choisir s’il croit à la maladie ou à la santé, et le guérisseur propose son enseignement à ceux qui veulent choisir la santé.

Il les invite à « se séparer de la maladie » … en ne s’en préoccupant plus (sic) ! Pour guérir, on ne doit plus croire en la maladie, mais croire que « rien n’est incurable ».

« Cet enseignement, mon enseignement, contient des maximes, selon lesquelles de nombreux amis vivent déjà et ont obtenu ainsi des succès. Par l’acceptation de cet enseignement, une conversion complète a eu lieu en eux, laquelle a même, dans de nombreux cas, conduit à la guérison. » (B. Gröning)

Et les listes des témoignages de guérison publiées par le CABG pourraient effectivement laisser croire que les pouvoirs de Bruno Gröning viennent à bout des maladies les plus graves … sauf qu’aucune preuve de validation scientifique ne les accompagne.

Capter le « courant guérisseur »

Pourbcapter le Heilstrom il faut adopter la bonne attitude de « mise en réception» (Einstellen) : « la personne qui cherche de l’aide doit se tenir assise, les mains ouvertes. Elle ne croise ni les bras ni les jambes afin de ne pas empêcher le passage du Heilstrom. Les pensées qui se rapportent à la maladie et aux soucis entravent l’écoulement du courant, les pensées tournées vers le beau le facilitent. » Tout homme qui se concentre sur ce qui se passe en lui, éliminant les autres pensées, sentirait le courant dans son corps. S’il ressent des douleurs, elles ne seraient pas dues à la maladie mais « provoquées par le Heilstrom et elles sont l’expression d’une purification des organes malades » (Regelungen).

Pour rester en bonne santé les disciples de Bruno Gröning continuent à pratiquer dans des communautés locales qui se réunissent toutes les trois semaines (parfois par internet quand les membres sont trop éloignés géographiquement), pour les « heures de communauté » qui se déroulent selon un schéma bien défini, autour d’un « autel » avec la photo de Bruno Gröning :

• recueillement, musique, « mise en réception »,

• discours du guide de communauté sur la base de l’enseignement du maître,

• lecture de témoignages de guérison, puis commentaires par le guide,

• descriptions par les membres du groupe de l’aide reçue de B. Gröning,

• informations diverses,

• de nouveau « mise en réception », musique,

• interrogation sur les ressentis éventuels.

Sur une table, des livres, manuels, CD et DVD sont disponibles lors de ces réunions, et les participants sont invités à soutenir et faire connaître le mouvement. Une « boîte de dons » est disponible à cet effet, ainsi que des tracts à diffuser auprès des personnes susceptibles d’être intéressées ou à des personnes en souffrance.

Dans chaque communauté, le guide est assisté de plusieurs responsables chargés de la « table des livres », de la caisse, ou de la rédaction des témoignages.

Organisation

Le CABG est dirigé par Dieter Haüsler, assisté par des responsables régionaux et nationaux. Le responsable français est Bernard Grandpair. Axé sur la propagation de l’enseignement de B. Gröning, le mouvement fondé en 1979 s’est peu à peu structuré et développé, et il est aujourd’hui présent sur tous les continents. La structure officielle pour les questions commerciales et juridiques est Le Cercle d’Aide naturelle à la vie, reconnu en Allemagne comme œuvre de bienfaisance, basé à Siegburg (Rhénanie du Nord-Westphalie).

Les communautés locales, dirigées par un guide, forment la base du mouvement. Il suffit d’une dizaine de membres, parfois moins, pour en lancer une. Si elle semble prête à durer, un des membres est pressenti comme guide, et son nom proposé à D. Haüsler qui pratique le Einstellen pour avoir une confirmation de Bruno Gröning.

Tous les membres sont incités à faire connaître la « guérison spirituelle » en assumant des tâches bénévoles ou par des dons pour soutenir l’expansion du mouvement à travers le monde.

Plusieurs activités sont proposées chaque année:

• des congrès et rassemblements dans plusieurs pays, avec des journées consacrées à la formation des bénévoles responsables dans les communautés.

• des randonnées, dans différents endroits : on marche en silence, l’un derrière l’autre, comme si on déroulait un ruban autour du monde.

• des semaines de randonnée à Filzmoos, en Autriche, et maintenant dans d’autres pays, avec des modalités différentes suivant la forme physique … car lorsqu’on s’inscrit on s’engage à participer à toutes les activités : marches en silence avec des arrêts pour capter le « courant guérisseur» et des pauses, et réunion de communauté le soir.

Selon le mouvement, les enfants même très jeunes recevraient le courant guérisseur. Et les jeunes sont l’objet de beaucoup d’attention, ils se rencontrent pour partager leurs expériences de guérison vécues ou souhaitées dans des communautés, ou par internet. Des publications leurs sont destinées, et des rassemblements de jeunes ont lieu chaque année.

Un groupe médico-scientifique spécialisé, le MWF (Medizinisch Wissenschaftliche Fachgruppe), a été créé en 1992, réunissant différents professionnels du secteur médical « qui se sont donné pour tâche de valider, documents à l’appui, les nombreuses guérisons qui surviennent et de faire connaître cette voie menant à la santé. » (1) Cependant, aucune validation scientifique n’est disponible à ce jour à l’appui des guérisons publiées …

Les éditions Grete Haüsler publient livres, CD, DVD, livres audio et la revue Bruno Gröning (quatre numéros par an) disponibles sur le site internet. De nombreuses publications internes sont réservées aux membres, en particulier les recueils trimestriels de formation. Un bulletin trimestriel Le chemin du salut est destiné aux membres du MWF.

Prosélytisme et recrutement

Des conférences sur le thème de « la guérison par voie spirituelle » sont régulièrement organisées, annoncées dans la presse, par tract, et par les contacts personnels des membres.

Des films documentaires, largement diffusés sur les réseaux sociaux, servent de base à cette propagande : Le phénomène Bruno Gröning et Le phénomène de la guérison. Les personnes manifestant de l’intérêt se retrouvent rapidement invitées dans les groupes locaux conviviaux où elles intègrent progressivement la vision du mouvement, adoptant l’attitude positive prônée et se débarrassant des pensées négatives (comme le regard critique !).

Les témoignages de réussite (T.R.) ont une importance particulière. Ils constituent la majeure partie des brochures diffusées gratuitement car ils contribuent, par leur répétition, à familiariser le nouveau venu avec la possibilité de guérir autrement que par des soins classiques. La production de nouveaux témoignages, venus des membres de la base, est un atout fondamental pour l’expansion du groupe qui mène une politique active sur ce sujet : collecte, rédaction, et édition se font en suivant une procédure et des consignes strictes (rapport immédiat, questionnaire, rédaction avec l’aide du responsable des témoignages, rapport succinct signé par la personne guérie et le guide de communauté). Les témoignages publics lors de manifestations du mouvement ne sont pas plus spontanés, ils sont eux aussi organisés et contrôlés.

Les témoignages de réussite sont extrêmement variés, ils relatent aussi bien des « guérisons » de maladies physiques ou psychologiques, de dépendance (même d’une dépendance au chocolat !), que des guérisons d’animaux ou de plantes, ou une « aide par influence sur la matière » (la montre fonctionne à nouveau !).

Le MWF organise des conférences à l’attention de l’ensemble des professions médicales et paramédicales. Pour accroitre sa crédibilité aux yeux de futurs membres, le mouvement cherche en effet à convaincre des professionnels de la santé. Il avance avoir recruté « 4000 médecins, thérapeutes et autres professionnels de la santé dans plus de 50 pays ». Chaque médecin recruté peut devenir recruteur de confrères, voire de patients, de façon plus ou moins souterraine.

Mise en garde

Perte de chance

La vigilance s’impose d’abord en raison des risques d’arrêt de traitements indispensables, car la proposition de guérison est particulièrement destinée à des personnes fragilisées par une maladie (physique, psychologique, dépendance). Si les responsables de communauté sont formés à ne pas conseiller ouvertement l’abandon des soins classiques, le désintérêt peut cependant en être subtilement suggéré, tant la confiance dans le pouvoir guérisseur de Bruno Gröning est forte.

Emprise mentale, croyance et pensée positive

« Dieu est le plus grand des médecins, il n’y a rien d’inguérissable » : le discours de Bruno Gröning, répété à l’infini dans les réunions et rassemblements, est un appel à croire en son pouvoir guérisseur pour guérir ou obtenir de l’aide. Le doute, les interrogations rationnelles ou le besoin de preuves sont considérés comme des pensées négatives responsables de tous les maux. « Il faut mettre de côté toute façon de penser orientée vers la science et la raison logique ». Une telle  vision peut isoler d’un entourage en désaccord, et éloigner de la réalité matérielle quotidienne.

Recrutement de bénévoles et prosélytisme intense

Si le produit d’appel est la guérison, l’objectif du groupe est de s’étendre et les membres sont appelés à contribuer bénévolement : appels aux dons, incitations à intégrer une communauté, à prendre des responsabilités, à recruter dans son entourage ou auprès de publics vulnérables.

 

Notes

(1) Biocontact, n° 198, Janvier 2010, Le courant guérisseur selon Bruno Gröning. Ursula Moya et Lucien Peuziat chargés des relations publiques du CABG

Cette information est donnée par l’UNADFI (Association de Défense des Familles et de l’Individu) dans le numéro 140 de la revue Bulles (Bulletin de Liaison de l’Étude des Actes).

L’article est suivi d’un témoignage fort intéressant : « Quand le « courant guérisseur» est préféré à la consultation médicale ». Vous pouvez le retrouver sur le site du Cercle Laïque pour la prévention du sectarisme

Psychospiritualité et foi catholique

La psychospiritualité a pour fondement une vision holistique de l’homme : d’emblée celui-ci est défini comme un être psychospirituel, c’est-à-dire non compartimenté en psychique et spirituel. Un présupposé est posé en corollaire : la foi catholique est dualiste, elle a perdu de vue l’unité de l’homme que l’on trouve dans la Bible, elle sépare le psychique et le spirituel ; seule la vision holistique permettra donc à la théologie de retrouver ses racines perdues. En un mot « holistique » doit remplacer « catholique ».

 

I. Catholique ou holistique ?

Un changement de mot pour désigner une réalité est toujours à considérer de près. Catholique, Kat’holon veut dire « selon le tout, la totalité » : c’est le Mystère de la foi qui donne forme à l’Eglise et la structure et qui par conséquent donne sa forme propre à la lecture de l’Ecriture et à la vie chrétienne ; et donc aussi à la morale et à la mystique, à la spiritualité comme on dit couramment. « Catholique » implique la référence à une source qui nous précède. Ce principe qui rassemble organiquement le tout de la Révélation est méconnu par l’holisme.

L’holisme, en effet, est une doctrine qui considère les phénomènes comme des totalités. Ce mot a été forgé en 1926, sur le grec holos (entier) par un biologiste sud-africain. Il a donc une origine scientifique. Il qualifie la démarche par laquelle on regarde un phénomène, un objet, comme constituant un tout. L’holisme est donc une approche scientifique de l’être humain et trouve un point d’application dans le domaine médical où une spécialisation à outrance risque de faire oublier qu’un patient ne peut pas se découper en secteurs indépendants les uns des autres. Mais la psychospiritualité, enracinée dans une démarche holistique, n’a pas seulement une connotation scientifique. Elle est un des fondements des doctrines véhiculées par le Nouvel Âge : elle est alors considérée comme « une propriété de tous les aspects de l’Aimant Cosmique. L’infinitude des manifestations de la psychospiritualité crée les mondes cosmiques ». Ceci nous plonge en plein panthéisme. Continuer la lecture de « Psychospiritualité et foi catholique »

Le père Manjackal

Le service diocésain de la Pastorale Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires du diocèse de Dijon publie un numéro spécial sur le P. Manjackal.

Il doit prêcher une retraite dans le diocèse d’Albi en novembre 2018 où sont inscrites 1000 personnes.

Au moment même où l’Eglise catholique est interpellée à propos de son cléricalisme, une sacralisation particulière retient notre attention et notre vigilance, à savoir cet engouement de foules souffrantes pour ceux dont elles attendent guérison et délivrance.

Lisez ce numéro et faites-le circuler. Cela fait tant d’années que des responsables de groupes et prière, ou des prêtres délégués diocésains au Renouveau, soulignent les incongruités de ce personnage, que les évêques ont molesté avec molesse… j’allais dire : comme d’habitude.

Télécharger le numéro 37 de Gamaliel21

Mélanges psycho somato spirituels entraînant des dérives

Kinésithérapeute, exerçant en libéral depuis 36 ans, j’ai vu la prolifération de nouvelles thérapies à prétention holistique. C’est-à-dire proposant de guérir toute la personne, toutes les personnes de toutes sortes de maladies. Des stages allant de quelques heures de formation à quelques week-ends permettraient d’acquérir la maîtrise de la méthode, voire la capacité de l’enseigner à d’autres. 

Principaux axes sur lesquels ces « thérapies » reposent pour attirer le client

Un postulat du New Age prétend que : « Aucun être humain n’a jamais utilisé plus de  10% des neurones de son cerveau. »[1]

Il faut donc s’exercer ou s’initier à un épanouissement total de soi.

Certaines nouvelles thérapies  procèdent d’un mélange de connaissances ou de pseudo-connaissances scientifiques et d’une conception du monde inspirée de bouddhisme ou d’hindouisme, voire de l’occultisme.

Ces initiations aux nouvelles thérapies font appel à des notions d’énergie spirituelle qui restent à définir, appelées ki, prana, énergie cosmique, véhicule de lumière divine, esprit d’amour, etc. … Le monde y est perçu comme un vaste système d’énergie. L’homme est traversé par des champs énergétiques qui influenceraient les organes et les systèmes du corps humain, physiquement, psychologiquement et spirituellement. L’esprit ne doit poursuivre aucun but, mais se libérer de toute contrainte pour accéder à un état de béatitude désincarnée.

Les thérapies énergétiques mélangent  les notions et les catégories : ainsi Christ ou Bouddha, peu importe le nom qui est donné à l’incarnation de la perfection la plus élevée. Le patient ou le disciple s’entend dire : « Tu prends conscience que tu es maître de toi-même et de ta vie, pour parvenir à l’auto-guérison ou l’auto-salut par ta propre recherche, comme l’ont réalisé avant toi tous les initiés ; mais pour cela, suis le chemin que l’on t’indique sans raisonner, en développant ton intuition« . Continuer la lecture de « Mélanges psycho somato spirituels entraînant des dérives »

Jean de Dieu, le guérisseur-médium

 Un médium guérisseur attire des milliers de visiteurs vers son centre installé dans une petite ville brésilienne.
On a affaire à un homme qui travaille avec des puissances occultes (et donc diaboliques); c’est soigneusement habillé de religieux, et transformé en buisness lucratif, puissamment médiatisé; c’est diablement efficace si j’ose dire, du moins dans un premier temps; mais une (fausse) « guérison » reçue par ce canal entraîne ensuite des liens occultes qui amènent des perturbations paranormales, psychiques et spirituelles … De plus, il profite habilement de toutes les détresses; il y a des personnes en France qui emmènent leurs proches malades, près de mourir, dans l’espoir d’une guérison auprès de Joao de Deus…

Continuer la lecture de « Jean de Dieu, le guérisseur-médium »